mar 23 juillet 2024 - 20:07

Le Droit humain – Pas de côté avec Daniel Herrero

De notre confrère radiofrance.fr

France Culture
France Culture

Dans un échange avec Hervé Laurent et Anne, Maître au sein d’un atelier du Droit Humain, le langage fleuri de Daniel Herrero met en lumière les rapprochements qui peuvent se faire entre le monde rugbystique et la Franc-Maçonnerie en termes de valeurs, de fraternité et d’engagement.

Petit-fils d’immigrés espagnols, la terre qui le voit grandir est celle de Toulon. Toulon et son club de rugby. Outre une carrière comme troisième ligne centre, il y sera ensuite entraîneur. Daniel Herrero parcourt la planète, par passion de la richesse des rencontres, et n’hésite pas à s’engager au nom de son idéal humaniste.

On parle de Daniel Herrero comme du poète de l’ovalie. Beaucoup le connaissent, avec sa crinière blanche retenue par un éternel bandeau rouge, sa barbe et sa verve fleuries, son accent chantant. Vous entendrez son enthousiasme authentique concernant le collectif, le sacré, l’engagement. C’est une voix qui porte qui nous fait l’honneur d’être au micro de la Fédération française du Droit Humain pour cette émission.

Daniel Herrero

Daniel Herrero, né le 19 juin 1948 à Puisserguier (Hérault), est un joueur de rugby à XV français qui évoluait au poste de troisième ligne centre (1,88 m pour 85 kg) et qui est devenu entraîneur. Il fait partie d’une grande famille de joueurs de rugby à XV comprenant André ou encore Bernard Herrero. Il est également le beau-frère de Christian Cauvy. Tous jouèrent en équipe première du Rugby club toulonnais. Daniel Herrero est également l’auteur d’ouvrages sur le rugby.

Daniel Herrero est un petit-fils d’immigrés espagnols. Sa mère est née Yvonne Turruella. Son père, Émile, est ouvrier agricole et pilier de rugby à Puisserguier, dans l’Hérault. Durant l’été, il se fait pêcheur à Valras-Plage, à 30 km de là. C’est à Puisserguier que Daniel naît, le 19 juin 1948. Les conditions de vie n’étant pas faciles dans l’agriculture de l’Hérault, Émile choisit de s’exiler dans le Var, à La Seyne-sur-Mer, dont le club de rugby, l’Union sportive seynoise, cherche à se renforcer. Il arrive là-bas en juin 1949, signe à l’USS, trouve un emploi aux chantiers navals, un appartement à Toulon, et, en septembre, fait venir sa famille. Daniel est âgé d’un an. Les Herrero auront en tout deux filles, Jacqueline et Claudine ; et quatre fils, André dit « le Grand », Francis, Daniel et Bernard dit « le Tigre ». Tous quatre vont être joueurs de rugby.

Daniel, dès l’enfance, est formé au Rugby club toulonnais. En 1966, il est capitaine de l’équipe de France junior. Cette année-là, il débute dans l’équipe première du RC Toulon. Il joue troisième ligne centre. Il poursuit des études qui vont le mener au CAPES d’éducation physique et sportive. Dans la fièvre des événements de mai 68, il se laisse aller à caillasser un véhicule des forces de l’ordre. Les dirigeants du RCT, furieux, le privent de la finale du championnat de France, contre Lourdes. La sanction provoque un déclic. Daniel découvre ce qui va être une des grandes passions de sa vie : il commence à voyager.

En 1970, il est vainqueur avec le RC Toulon du challenge Yves du Manoir. Le 16 mai 1971, il est finaliste du championnat de France6. Toulon perd contre Béziers. Après cette défaite, en conflit avec leurs dirigeants, dix joueurs titulaires du RCT, dont André et Daniel Herrero, quittent le club. Ils signent au Racing Rugby Club de Nice. Daniel y reste jusqu’en 1976. De 1976 à 1987, il enseigne à l’université de Nice.

En 1983, il revient au RC Toulon en tant qu’entraîneur6. En 1987, il conduit le club à un deuxième titre de champion de France, 56 ans après le premier titre. Il le conduit deux fois en finale, en 1985 et en 1989. Il quitte le RC Toulon en 1991.

De 1988 à 1994, il est professeur et coordinateur pédagogique à Toulon, au lycée expérimental de La Grande Tourrache, qu’il a contribué à fonder. À partir de 1989, il est chroniqueur au Journal du dimanche. En 1992, il devient consultant pour les matchs de rugby à Sud Radio.

De 1992 à 1997, il est entraîneur et manager du PUC. Entre 1996 et 1998, il dirige un séminaire à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, et intervient à l’ESSEC et à Sciences Po Paris. Aux élections municipales de 1995, la ville de Toulon est conquise par l’extrême droite. Consterné, Daniel Herrero publie en 1997 Petites Histoires racontées à un jeune du Front national.

Auteur d’une dizaine de livres, il est conférencier, coach et conseil en entreprise. Il est par ailleurs vice-président des « Amis de L’Humanité » et ambassadeur de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme. (Source Wikipedia)

[NDRL : Le Dictionnaire amoureux du rugby des temps modernes est un ouvrage passionné qui explore l’évolution du rugby depuis son passage au professionnalisme en 1995. Daniel Herrero, avec la contribution de Marie Minair et les dessins d’Alain Bouldouyre, nous offre une réflexion profonde et personnelle sur les transformations subies par ce sport adoré. La première édition parait en 2007.

Le livre est présenté sous la forme d’un dictionnaire, offrant ainsi une structure facile à naviguer et une lecture fragmentée. Chaque entrée est une opportunité pour l’auteur de partager ses anecdotes, ses analyses et ses réflexions sur les divers aspects du rugby moderne.

Daniel Herrero décrit comment le rugby est passé d’un sport amateur rempli de passion et d’élans amoureux à une industrie professionnelle où les contrats et la science du sport jouent un rôle central. Il compare les joueurs nés dans les années 2000 à leurs prédécesseurs, soulignant une sérénité et une technique différente dans leur jeu.

 En France, l’accès aux compétitions d’élite est devenu de plus en plus difficile, reflétant une exigence accrue en termes de compétences et de performance.

L’auteur salue l’intégration des femmes dans les grandes compétitions, décrivant cela comme une bouffée de joie et un signe prometteur pour l’avenir du sport.

Il observe aussi que, après le boom du professionnalisme, le style de jeu s’est uniformisé à travers le monde, jusqu’à ce que des changements récents commencent à redéfinir à nouveau les tactiques et les stratégies.

1re édition, 2007

Resitué dans son contexte – édité chez le 31 août 2023 – à l’approche de la Coupe du monde de rugby et des Jeux Olympiques en France, Daniel Herrero invite les lecteurs à réfléchir à l’état actuel du rugby et à envisager son futur. Il partage ses préoccupations, ses espoirs et ses aspirations pour ce sport qui lui est cher.

Les dessins d’Alain Bouldouyre ajoutent une dimension visuelle attrayante et complémentaire au texte, rendant la lecture encore plus agréable et immersive.

Ce Dictionnaire amoureux du rugby des temps modernes est une œuvre essentielle pour tout passionné de rugby. Daniel Herrero, avec son style unique et son amour évident pour le jeu, offre une analyse riche et captivante de l’évolution du rugby. Le livre est non seulement une source précieuse d’informations mais aussi un hommage émouvant à un sport en constante transformation.

La version poche

Cet ouvrage s’adresse aux amateurs de rugby, aux joueurs, aux entraîneurs, ainsi qu’à toute personne intéressée par l’histoire et l’évolution des sports collectifs. Il saura séduire par sa richesse d’information et par la passion palpable de son auteur.

Nous lui devons aussi un Dictionnaire amoureux de l’Ovalie (Plon, 2019), en 2017, une version illustrée de son Dictionnaire amoureux du rugby, en 2015 chez Pocket, un Petit Dictionnaire amoureux du Rugby, une version poche

Si vous avez des questions supplémentaires ou souhaitez approfondir un aspect particulier de ce livre, n’hésitez pas à me le faire savoir !

Revenons, dans le dico, sur la relation rugby versus franc-maçonnerie…

Dans le Dictionnaire amoureux du rugby des temps modernes, Daniel Herrero explore non seulement les aspects techniques et historiques du rugby, mais il s’aventure également dans des réflexions plus philosophiques et sociologiques. L’une des entrées les plus intrigantes de son ouvrage est celle concernant le lien entre le rugby et la franc-maçonnerie.

Rugby et franc-maçonnerie : une symbiose philosophique

Daniel Herrero, laissant planer le doute sur son appartenance maçonnique bien non maçon,  fait un parallèle fascinant entre le rugby et la franc-maçonnerie en soulignant les valeurs et les philosophies communes aux deux mondes. Il explique que, comme la franc-maçonnerie, le rugby est basé sur des principes de fraternité, de solidarité et de respect mutuel. Les deux partagent une quête de dépassement de soi et de développement personnel au sein d’une communauté.

La version illustrée

Rituels et symboles :

Daniel Herrero compare également les rituels du rugby aux rituels maçonniques. Dans le rugby, les cérémonies de début et de fin de match, les chants d’équipe et les moments de communion sur le terrain ou dans les vestiaires sont autant de rites qui cimentent l’esprit d’équipe. De même, les francs-maçons utilisent des rituels pour renforcer les liens entre les membres et promouvoir un sentiment de fraternité.

Initiation et transmission :

Le processus d’initiation et de transmission est un autre point de convergence entre le rugby et la franc-maçonnerie. Dans le rugby, les jeunes joueurs sont initiés aux valeurs et aux traditions du sport par leurs aînés. Cette transmission de savoir-faire et de valeurs est essentielle à la pérennité du rugby. De manière similaire, la franc-maçonnerie accorde une grande importance à l’initiation des nouveaux membres et à la transmission des connaissances et des principes de génération en génération.

Symbolisme du terrain :

Herrero évoque également le terrain de rugby comme un espace symbolique, presque sacré, où les joueurs se rencontrent pour des confrontations à la fois physiques et spirituelles. Le terrain devient un lieu de passage et de transformation, semblable au temple maçonnique où les francs-maçons se réunissent pour travailler sur eux-mêmes et sur leurs relations avec les autres.

Esprit collectif :

Enfin, l’auteur insiste sur l’esprit collectif qui anime à la fois les équipes de rugby et les loges maçonniques. Il souligne que le rugby, comme la franc-maçonnerie, enseigne que le collectif est plus grand que la somme de ses parties. Chaque joueur ou membre doit contribuer au bien-être et à la réussite du groupe, mettant de côté ses ambitions personnelles pour le bénéfice collectif.

En rapprochant le rugby de la franc-maçonnerie, Daniel Herrero offre une perspective originale et enrichissante sur ce sport. Il montre comment le rugby, bien au-delà de ses aspects physiques et techniques, est porteur de valeurs profondes et universelles. Cette réflexion sur le rugby et la franc-maçonnerie illustre parfaitement la capacité de Daniel Herrero à mêler analyse sportive et philosophie, faisant de son dictionnaire une œuvre unique et passionnante. En savoir plus sur le rugby à Toulon avec notre « Lieu symbolique : Toulon et son Stade Mayol, symbole de fierté, de ténacité, d’esprit d’équipe et de passion… » du 9 février 2024.]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES