jeu 25 juillet 2024 - 17:07

Des opératifs aux maçons spéculatifs, la chronologie

« Le référentiel des Éditions de l’Art Royal est parfaitement affiché et assumé : c’est celui de la Franc-Maçonnerie régulière (près de 95% des Maçons de par le monde). Tous les auteurs et les ouvrages publiés observent cette tradition initiatique. Personne n’est égaré » (cf. site officiel).

C’est pourquoi Claude Roulet, érudit reconnu dans le domaine de la Franc-Maçonnerie, traducteur des trois livrets de John S.M. Ward, propose une chronologie prenant en compte les étapes majeures, depuis 1913, date de la fondation un certain 5 novembre de la Grande Loge Nationale Indépendante et régulière pour la France et les Colonies Françaises qui prit le nom, en 1948 de Grande Loge Nationale Française (GLNF) obédience dite « régulière et de tradition », reconnue par la Grande Loge Unie d’Angleterre (GLUA) dès 1913.

Rappelons que Claude Roulet a également été assistant du président du Ritz de 1980 à 2004, où il a travaillé comme archiviste et historien. Il a aussi exercé son talent en qualité de bibliothécaire de la Grande Loge de France (GLDF) de 2008 à 2012. Son expertise et sa passion pour l’histoire maçonnique transparaissent dans chaque page de cet ouvrage.

D’emblée, il rend hommage à François Rognon qui, au sein de la GLDF, a consacré une grande partie de sa vie à l’étude et à la préservation de l’histoire maçonnique, jouant un rôle crucial dans la conservation et l’organisation des archives maçonniques.

Une Chronologie de l’Art Royal est une exploration de l’évolution de la franc-maçonnerie, également connue sous le nom d’Art Royal, des premières corporations de bâtisseurs médiévaux aux francs-maçons contemporains. Ce livre est un voyage à travers les âges, décomposé en une série de faits historiques, d’anecdotes et d’analyses qui éclairent la transformation des pratiques opératives en spéculatives.

Dans son introduction, l’auteur pose la question de savoir comment est née la maçonnerie, véritable art des bâtisseurs. Est-elle née ex-nihilo, trouve-t-elle ses racines dans les corporations opératives du Moyen Âge ? Avec la construction des cathédrales, des corporations incluaient protecteurs et bienfaiteurs dès le XVIIe siècle, amorçant la transition des freemasons opératifs aux freemasons spéculatifs. En 1717, ces derniers se structuraient en Grande Loge, définissant les valeurs et l’éthique maçonniques modernes.

L’auteur débute donc sa chronologie, qui va de la page 13 à la 97, à compter de – 2600 environ et Imhotep, architecte et polymathe de l’ancienne Égypte, figure légendaire souvent considéré comme l’un des premiers architectes, ingénieurs et médecins connus de l’histoire. Imhotep incarne la fusion de la connaissance technique et spirituelle, symbolisant les grandes réalisations de la civilisation égyptienne.

Elle s’achève en 2023 avec la signature d’un traité d’amitié de la GLNF avec une juridiction amie, le Grand Collège pour la France des Ordres Sacerdotaux des Chevaliers du Temple Prêtres de la Sainte Arche Royale et de l’Ordre de la Sainte Sagesse (GCFOS).

Le reste de l’ouvrage est composé d’annexes et de documentations, offrant une richesse de documents, de statuts, de règlements et de correspondances. Ces annexes permettent une exploration de l’histoire maçonnique, fournissant aux frères de quoi satisfaire leur curiosité. Claude Roulet a rassemblé et présenté ces documents avec clarté. L’auteur publie, netre autres, le pacte d’Umar, le décret d’Avignon de 1326, le manuscrit Halliwell dit Regius de 1390 – tiré des « Anciens Devoirs » de Guy Chassagnard, tout comme les statuts de Bologne, le Ms Cook (1410), les statuts de Ratisbonne (1498), ceux de Strasbourg (15363), etc. – les statuts Shaw de 1599 (document Louis Trébuchet) etc. – et autres textes sourcés « L’édifice » ou encore Wikipédia…

Ces annexes – 170 pages au total – s’ouvrent avec le mythe d’Osiris et 40 documents plus loin s’achève avec la proposition de 1989 de la GLUA et du respect des « normes » à respecter pour être reconnue par ladite obédience. Rappelons que le mythe d’Osiris est l’une des légendes les plus importantes et les plus riches de l’Égypte ancienne. Il raconte l’histoire de la mort et de la résurrection d’Osiris, dieu de la fertilité, de la végétation et des morts, illustrant les thèmes de la régénération, de la justice divine et du cycle de la vie et de la mort.

Et 40 documents plus loin, les annexes s’achèvent avec la proposition de 1989 de la GLUA et du respect des « normes » à respecter pour être reconnue par ladite obédience.

Vous l’avez sans douté déjà compris, cet ouvrage s’adresse plutôt plutôt aux membres de la GLNF s’intéressant notamment à l’histoire de leur institution. Il présente les informations de manière accessible permettant de suivre, au fil de siècles, les évolutions de l’art royal.

Une chronologie de l’Art Royal-Des premiers bâtisseurs aux francs-maçons contemporains

Claude Roulet

Éditions de l’Art Royal, Coll. Franc-Maçonnerie, 2023, 278 pages, 23 €

GLDF – La bibliothèque, portant désormais le nom de François Rognon, associé aux archives et musée, constitue le cœur du MAB. Un lieu symbole de culture et de connaissances partagées.

4 Commentaires

  1. le mythe d’Osiris est intéressant ,mais je pense qu’il y a une recherche à faire dans le Mithraïsme, dans la période de 150 ans avant l’an 1 et jusqu’à la venue du Christianisme.
    Mon avis personnel ,est que dans cette phase là ,il y a eu passation des rites Mithraïstes, qui ont conduit aux rites des opératifs.

    • Oui, tout à fait. J’ai d’ailleurs mentionné quelques “parallélismes” avec le mithraïsme dans cette chronologie mais le sujet occuperait tout un livre. Le but de ce travail est de poser des jalons et de donner des pistes afin que chacun puisse continuer à chercher dans le domaine de son choix.

  2. Messieurs,
    Ne pensez-vous pas que “GUSTAVEFLAUBERT” à déjà fait un travail similaire au travers de son Œuvre Codée,
    la plus grande supercherie littéraire du 19e siècle et peut-être même de tous les temps. Tout y est le Présent au 19e siècle, l’Antiquité et le Moyen-âge. Il a fait usage de codes de Francis Bacon, de Trismegiste, de Vigenère, de René Descartes etc.
    J’ai mis au jour plus de 20 codes en plus de 33 ans puisque mon travail a commencé le 17 janvier 1991. Mais il semble que je dérange tout le monde, Amis de Flaubert à Rouen aussi bien que le GODF et les “spécialistes ” en cryptographie. Gustave Flaubert et ses Amis, Victor Hugo, tous adeptes de Saint-Simon recherchaient la VÉRITÉ. Lui accorderez vous la Reconnaissance pour avoir sacrifié sa vie à cette ambition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Chemins de traverse » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES