mer 24 juillet 2024 - 14:07

Des symboles aux secrets : Lumière sur l’Arche Royale

Le livre Les compagnons perdus de l’Arche Royale vise à démystifier le rituel de l’Arche Royale, considéré comme l’accomplissement du grade de maître maçon mais souvent perçu comme difficile à comprendre.

En effet, l’Arche Royale est l’un des rituels les plus riches, les mieux composés et les mieux écrits de toute la littérature maçonnique. En tant que modèle du genre, il permet d’organiser des cérémonies d’exaltation d’une grande beauté, propices aux plus profondes méditations sur le sens et l’objet de la franc-maçonnerie, comme le soulignait, déjà en 1970, l’historien et auteur maçonnique Paul Naudon (1915-2001). Cependant, ce rituel reste toujours méconnu en France. Jérôme Proust – très excellent Zorobabel* du chapitre « Hermanubis » N° 1298 à l’orient d’Angers –, à travers un long travail de recherche, offre une approche éclairée et logique de ce rituel, facilitant ainsi la compréhension des compagnons maçons. Ce livre s’adresse aux Compagnons perdus de l’Arche Royale et à ceux qui cherchent à explorer des chemins maçonniques inexplorés.

Passée la préface de Jean-François Variot révélant le défi auquel est conforté Jérôme Proust – celui de nous faire rouvrir ce livre saint qu’est la Bible –, il nous précise la profondeur de l’ouvrage quant à la pratique de l’Arche Royale domatique.

Apportons quelques précisions quant au Rite de l’Arche royale, considéré comme une continuation des trois premiers degrés de la franc-maçonnerie et est souvent décrit comme la “quintessence” de la franc-maçonnerie.

L’origine de l’Arche royale est quelque peu obscure et sujette à des débats parmi les historiens maçonniques. Cependant, il est généralement admis que l’Arche royale a émergé en Grande-Bretagne au cours du XVIIIe siècle. Le premier enregistrement officiel de l’Arche royale date de 1743, et elle a été incorporée dans la structure de la franc-maçonnerie anglaise en 1813, lors de l’Union des deux grandes loges, formant ainsi la Grande Loge Unie d’Angleterre.

Dans son chapitre « La genèse de l’Arche Royale », Jérôme Proust pose les bases d’une compréhension approfondie des éléments clés du rituel. En explorant les origines du signe d’appel, le symbolisme du nom de Dieu, l’inscription du nom dans le cercle et le rôle des trois loges, l’auteur offre une analyse riche et détaillée. Cette approche permet aux compagnons de mieux appréhender la complexité et la profondeur de l’Arche Royale, leur ouvrant ainsi les portes d’un chemin initiatique éclairé et significatif.

Dans le chapitre « De la loge sainte à l’exil », il explore les figures bibliques majeures – Moïse,  Josué, Samuel, Saül, David, Salomon, Jérémie, Ézéchiel – et les événements historiques – royaume du Nord et du Sud, chute de Jérusalem – qui ont façonné les enseignements et les symboles de l’Arche Royale. Chaque personnage et chaque événement offrent des leçons précieuses sur leur rôle et mission. En comprenant ces récits, les maçons, quel que soit le rite d’origine, devenus compagnons de l’Arche Royale, peuvent mieux appréhender leur propre chemin initiatique, en quête de sagesse et de vérité divine.

La période d’exil des Israélites en Babylone, connue sous le nom d’Exil babylonien, est un moment charnière dans l’histoire biblique. Cet événement fait suite à la chute de Jérusalem en 586 avant J.-C., marquée par la destruction du Temple de Salomon. Les Israélites sont déportés à Babylone, où ils vivent en exil pendant environ 70 ans. Ce contexte historique est riche en symbolisme pour les rituels de l’Arche Royale, représentant une période de purification, de réflexion et de renouvellement spirituel.

Nous dévons à Jérôme Proust une analyse fine et précise de l’exil qui, en lui-même, symbolise la séparation de la source divine et la perte de la sagesse et de la guidance spirituelles.

Le retour des Israélites à Jérusalem sous l’impulsion de Zorobabel et la reconstruction du Temple symbolisent le renouveau et la restauration de la lumière divine. Pour les membres de l’Arche Royale, ce retour est synonyme de réintégration et de redécouverte des vérités sacrées. Il représente l’espoir et la réalisation des promesses divines, marquant la fin de l’obscurité et le début d’une nouvelle ère de connaissance et de sagesse.

L’auteur retrace avec minutie et profondeur les différentes étapes de l’exhalation du maître maçon : la découverte du caveau, le parchemin trouvé, etc. Cérémonie visant aussi à dévoiler les mystères de l’Arche Royale…

L’auteur ne manque pas d’explorer les solides de Platon, également connus sous le nom de polyèdres réguliers, qui sont des figures géométriques qui symbolisent les éléments fondamentaux de l’univers dans la philosophie platonicienne. En maçonnerie, ces solides représentent l’harmonie, l’ordre et la structure de l’univers. Leur intégration dans les rituels de l’Arche Royale souligne l’importance de l’équilibre et de la proportion dans la quête spirituelle. Les cinq solides (tétraèdre, hexaèdre, octaèdre, dodécaèdre et icosaèdre) sont étudiés pour leur symbolisme profond et leur connexion aux éléments terre, air, feu, eau et éther.

Nous pouvons comprendre comme des contributions philosophiques et scientifiques le moment où l’auteur développe la cosmologie platonicienne puis la physique aristotélicienne.

Platon, dans ses Dialogues, présente une vision de l’univers basée sur des idées éternelles et immuables. Sa théorie des formes soutient que les objets du monde sensible sont des reflets imparfaits de ces formes idéales. Pour Platon, l’univers est une structure ordonnée et rationnelle, gouvernée par des principes mathématiques. Les enseignements platoniciens, tels que l’importance de la recherche de la vérité et de la sagesse, ont une forte résonance dans la philosophie maçonnique. Les maçons sont encouragés à chercher les réalités supérieures au-delà des apparences matérielles.

Quant à Aristote, élève de Platon, il a développé une physique basée sur l’observation et l’analyse des phénomènes naturels. Il a classifié les éléments et les a associés à différents mouvements et propriétés. Aristote a également développé la théorie des quatre causes, qui expliquent pourquoi les choses existent et changent. La méthode scientifique d’Aristote, basée sur la logique et l’observation, a jeté les bases de la pensée scientifique occidentale et a influencé les méthodes d’enquête maçonniques.

Jérôme Proust analyse, bien sûr, la signification du triple tau, de la plaque d’or – sa tridimensionnalité et son symbolisme – et plus généralement les décors, la disposition d’un chapitre ainsi que les douze bannières.

Bijoux des trois Principaux

Les compagnons perdus de l’Arche Royale de Jérôme Proust est une exploration approfondie et éclairante du rituel de l’Arche Royale, offrant des clés de compréhension précieuses pour les maîtres maçons et les compagnons cherchant à approfondir leur savoir. La structure détaillée du livre permet une compréhension progressive et logique, rendant accessible un rituel souvent jugé complexe. C’est un ouvrage intéressant pour ceux qui souhaitent pénétrer les mystères de l’Arche Royale et découvrir des chemins maçonniques inexplorés.

*Prince de Juda, petit-fils du roi Jéchonias (1Ch 3:19), Zorobabel fut le chef de la première grande caravane des « retournants » de l’exil (Esd 2:2). C’est un personnage clé mentionné dans l’Ancien Testament. Il était le gouverneur de Juda lors du retour des Juifs de l’exil babylonien et a joué un rôle crucial dans la reconstruction du Temple de Jérusalem. Le nom Zorobabel signifie “semé en Babylone” ou “né à Babylone”, soulignant ses origines durant la période de l’exil. Dans le contexte des chapitres de l’Arche Royale, le président est appelé Zorobabel.

Les Éditions de l’Art Royal : « Le référentiel des Éditions de l’Art Royal est parfaitement affiché et assumé : c’est celui de la Franc-Maçonnerie régulière (près de 95% des Maçons de par le monde). Tous les auteurs et les ouvrages publiés observent cette tradition initiatique. Personne n’est égaré » (cf. site officiel).

Les compagnons perdus de l’Arche Royale

Jérôme Proust Édition de l’Art Royal, Coll. Franc-Maçonnerie2024,

124 pages, 19 €

1 COMMENTAIRE

  1. Pour ceux qui lisent l’anglais, le meilleur ouvrage sur l’Arche Royale demeure celui de Duncan Moore, “In search of that which was lost. True Symbolism of the Royal Arch”, publié en 2013 par Lewis Masonic.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Chemins de traverse » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES