mar 25 juin 2024 - 20:06

Les mystérieux secrets des bâtisseurs du sacré…

Dans son troisième volume des « Bâtisseurs du sacré-Des mégalithes aux édifices religieux », Éric Charpentier abordant, cette fois-ci, les « Mégalithes oubliés du sud Lyonnais – De Saint-Martin de Cornas à Saint-Vincent d’Agny », se concentre spécifiquement sur Saint-Vincent d’Agny, une localité du sud Lyonnais.

À une vingtaine de kilomètres au sud de Lyon, le Plateau Mornantais est parsemé de menhirs, formant l’un des principaux sites mégalithiques du département du Rhône. Toutefois, malgré la présence du dolmen de Mornant, ces pierres n’ont jamais suscité l’intérêt des scientifiques, ce qui leur vaut le nom de “mégalithes oubliés du Sud Lyonnais. Ce troisième tome de la série d’Éric Charpentier explore ces pierres mystérieuses, en les replaçant dans le contexte des sites sacrés et religieux de la région, et en les reliant aux pratiques d’une science de l’arpentage multimillénaire.

Saint-Vincent d’Agny

Éric Charpentier introduit le site de Saint-Vincent d’Agny en détaillant sa situation géographique et historique. Le plateau est décrit comme un lieu riche en histoire, avec des traces d’occupation humaine remontant à des millénaires. Il commence par situer le village et son église, soulignant l’importance des alignements de menhirs et de pierres levées dans le paysage.

L’auteur examine les différents mégalithes présents à Saint-Vincent d’Agny. Il décrit en détail les structures, leur disposition et les matériaux utilisés. L’auteur souligne que ces pierres ne sont pas disposées de manière aléatoire, mais suivent des alignements précis, ce qui témoigne d’une connaissance approfondie de la géométrie et de l’astronomie par les anciens bâtisseurs.

Chapelle Saint-Vincent de Saint-Laurent-d’Agny

Éric Charpentier se penche ensuite sur les édifices religieux de la région, notamment l’église de Saint-Vincent d’Agny. Il établit des parallèles entre la disposition des mégalithes et celle des bâtiments religieux. Il met en lumière les symboles cachés dans l’architecture de l’église et leur lien avec les anciennes traditions mégalithiques. La thèse de l’auteur est que les bâtisseurs de ces édifices possédaient une science sacrée de l’arpentage et de la géobiologie, qu’ils ont appliquée à la fois aux structures mégalithiques et aux constructions religieuses.

Éric Charpentier approfondit l’idée que les bâtisseurs anciens étaient à la fois géomètres, géobiologues et médecins de la Terre. Il explique comment cette science ancestrale est comparable à celle utilisée dans des sites mégalithiques célèbres comme Carnac, Stonehenge ou New Grange. L’auteur développe l’idée que les positions des mégalithes et des édifices religieux étaient intentionnellement choisies pour créer des lieux de puissance et de guérison.

L’ouvrage se conclut par une réflexion sur l’héritage des bâtisseurs du sacré et l’importance de redécouvrir et de préserver ces connaissances anciennes. Charpentier invite les lecteurs à considérer ces sites sous un nouveau jour, non seulement comme des vestiges du passé, mais comme des témoignages d’une science et d’une spiritualité profondément connectées à la Terre.

1re de couv., détail

Les bâtisseurs du sacré – Des mégalithes aux édifices religieux – Tome 3 est une œuvre qui explore les liens mystérieux et souvent oubliés entre les mégalithes et les édifices religieux du sud Lyonnais. En se concentrant sur des sites comme Saint-Vincent d’Agny, Éric Charpentier nous offre une vision renouvelée de ces lieux, mettant en lumière leur importance historique et spirituelle. Le livre est une invitation à redécouvrir et à préserver ces témoignages d’un savoir-faire ancien, où science, spiritualité et architecture se rejoignent.

Le livre est riche en descriptions détaillées et en analyses profondes, ce qui en fait une ressource précieuse pour les amateurs de mégalithes et d’histoire religieuse. Toutefois, certains lecteurs pourraient trouver les théories de Charpentier sur la science sacrée des bâtisseurs un peu spéculatives. Néanmoins, son approche passionnée et érudite offre une perspective fascinante sur ces monuments anciens. La préface de Pierre-Alexandre Nicolas ajoute une dimension supplémentaire, en apportant un éclairage sur les enjeux actuels de la préservation du patrimoine mégalithique.

Mégalithes de Saint-Vincent d’Agny – Source http://regardsdupilat.free.fr

Dans cette œuvre magistrale, un aspect enchanteur capte tout particulièrement notre attention et émerveille notre esprit curieux : les très nombreuses illustrations, cartes et plans, si minutieusement détaillés. Chaque page tournée est une nouvelle invitation au voyage, une incursion dans un monde ancien rendu palpable par la richesse visuelle qui accompagne le texte.

Les illustrations, avec leur précision et leur délicatesse, semblent presque vivantes, comme si les pierres et les édifices qu’elles représentent s’animaient sous nos yeux. Les cartes, véritables œuvres d’art, tracent avec une exactitude remarquable les contours de ce territoire mystérieux, nous guidant à travers les méandres de l’histoire et de la géographie du sud Lyonnais. Quant aux plans, leur clarté et leur complexité nous plongent au cœur même de la science de l’arpentage des bâtisseurs du sacré, révélant des secrets longtemps enfouis sous la terre et le temps.

Deux villages, deux chapelles – Source http://regardsdupilat.free.fr

C’est un plaisir rare et précieux que de se perdre dans ces illustrations, de laisser notre regard vagabonder sur les détails infinis, chaque trait et chaque ombre racontant une histoire. Elles enrichissent le récit, le complètent, le transcendent même, offrant une dimension supplémentaire à la prose déjà envoûtante d’Éric Charpentier. Grâce à ces visuels, le lecteur n’est plus simplement un observateur distant, mais devient un explorateur actif, déchiffrant les mystères des mégalithes oubliés et des édifices religieux avec une nouvelle acuité.

Pierre-Alexandre Nicolas

Éric Charpentier

À 52 ans, père de deux enfants, Éric Charpentier vit dans les monts du Lyonnais et travaille dans le domaine de l’architecture. Avec son œil de professionnel, il détecte entre les sites mégalithiques et religieux une organisation intentionnelle et énigmatique

Quant à Pierre-Alexandre Nicolas, le préfacier, il dirige la Société Géobiologia SARL, et est un spécialiste en géobiologie et en bien-être qui opère dans le domaine de l’habitat depuis 1995.

Les bâtisseurs du sacré-Des mégalithes aux édifices religieux-Tome 3-Mégalithes oubliés du sud Lyonnais-De Saint-Martin de Cornas à Saint-Vincent d’Agny

Chapitre IV-Saint-Vincent d’Agny

Éric Charpentier – Préface Pierre-Alexandre Nicolas

Alkémia éditions, 2024, 258 pages, 30 €

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES