jeu 25 juillet 2024 - 18:07

22/06/24 : Conférence publique à Chinon, pour vivre la magie de la Saint-Jean d’été

La fête de la Saint-Jean d’été est traditionnellement marquée par de grands feux de joie, appelés Ignés jucunditatis en latin ou Nied Fyr, « Feux de Joie » dans le dialecte des Francs. Aussi connus sous le nom de feux de la Saint-Jean. Le solstice d’été est célébré depuis longtemps, à l’origine en lien avec le culte du soleil.

Pendant le Moyen Âge, les feux solsticiaux païens étaient allumés aux croisements des chemins et dans les champs pour empêcher le passage des sorcières et magiciennes durant cette nuit. On y brûlait parfois les herbes cueillies le jour de la Saint-Jean pour se protéger de la foudre, du tonnerre et des orages, et on croyait que ces fumigations repoussaient les démons et les tempêtes.

Les fêtes des solstices, tirant leur nom de « sol » (soleil) et « stare » (s’arrêter), célèbrent deux moments clés de la course de l’astre dans le ciel. Ces fêtes, dédiées au soleil et à la lumière, sont aujourd’hui symbolisées par les feux nocturnes de la Saint-Jean d’été et par la bûche dans l’âtre autour de la Saint-Jean d’hiver ou de Noël. Ces symboles, à la fois riches et anciens, sont étroitement liés à l’accomplissement de l’être.

La soirée se terminera par un repas convivial – PAF : 15 €/personne.

Renseignements pratiques :

Conférence publique et gratuite de la Saint-Jean d’été – Samedi 22 Juin 2024 à 10h30/62 rue Haute Saint Maurice 37500 CHINON (Indre-et-Loire, région Centre-Val de Loire) INSCRIPTION OBLIGATOIRE – Contact au 06 44 00 03 69

Par mesure de sécurité l’ouverture de la porte sera de 10h à 10h30 – Monter au 2e étage

[NDLR : Les feux de la Saint-Jean, également connus sous le nom de feux de joie ou feux solsticiaux, trouvent leur origine dans des traditions païennes anciennes liées au culte du soleil et aux cycles naturels. Nous vous livrons quelques éléments clés sur leur origine, tel un retour vers le passé.

Culte du Soleil  : les feux de la Saint-Jean sont associés au solstice d’été, le jour le plus long de l’année, célébré en l’honneur du soleil. Dans de nombreuses cultures anciennes, le soleil était vénéré comme une divinité, et le solstice était considéré comme un moment de puissance maximale de cette divinité solaire.

Rituels païens  : avant l’ère chrétienne, les peuples européens célébraient le solstice d’été par des feux de joie pour marquer le point culminant de l’année solaire. Ces feux symbolisaient la lumière, la chaleur et la fertilité, et ils étaient censés renforcer le pouvoir du soleil pendant sa période de déclin qui suivait le solstice.

Protection et purification  : au Moyen Âge, les feux solsticiaux avaient aussi des fonctions protectrices et purificatrices. On croyait que ces feux pouvaient éloigner les mauvais esprits, les sorcières et les forces maléfiques. Les herbes cueillies le jour de la Saint-Jean étaient souvent brûlées dans ces feux pour conjurer les tempêtes, la foudre et le tonnerre.

Intégration chrétienne  : Avec la christianisation de l’Europe, ces traditions païennes ont été intégrées dans les célébrations chrétiennes. L’Église a associé les feux de la Saint-Jean à la fête de la nativité de Saint Jean-Baptiste, célébrée le 24 juin, afin de christianiser cette coutume populaire tout en conservant son caractère festif.

Ainsi, les feux de la Saint-Jean sont un mélange de traditions païennes et chrétiennes, représentant à la fois la célébration de la lumière et du soleil et des pratiques de protection et de purification. Ces célébrations ont perduré à travers les siècles et continuent d’être observées dans de nombreuses régions du monde.

La Saint-Jean, pour le franc-maçon en particulier

Cette fête a une signification particulière et symbolique, ancrée dans les traditions et les enseignements de la franc-maçonnerie. En 5 points, justes et parfaits !

Saint Jean-Baptiste et Saint Jean l’Évangéliste  : les francs-maçons célèbrent deux saints patrons : Saint Jean-Baptiste, dont la fête est le 24 juin (solstice d’été), et Saint Jean l’Évangéliste, dont la fête est le 27 décembre (solstice d’hiver). Ces deux figures représentent symboliquement le cycle de la lumière et des ténèbres, le commencement et la fin, la dualité et l’équilibre.

Solstice et lumière  : le solstice d’été, marqué par la fête de la Saint-Jean-Baptiste, représente la période où la lumière atteint son apogée avant de commencer à décliner. Pour les francs-maçons, cela symbolise la quête de la lumière et de la connaissance. Le solstice d’hiver, avec la fête de Saint Jean l’Évangéliste, marque le moment où la lumière commence à croître à nouveau, symbolisant l’espoir et le renouveau.

Symbolisme de la lumière  : Dans la franc-maçonnerie, la lumière est un symbole central représentant la connaissance, la vérité et la sagesse. Les feux de la Saint-Jean, en tant que symboles de lumière, sont donc particulièrement significatifs. Ils représentent l’illumination de l’esprit et la dissipation de l’ignorance.

Rituels et réunions  : Les loges tiennent souvent des réunions spéciales pour célébrer les fêtes des deux Saint-Jean. Ces réunions sont l’occasion de réflexions profondes, de méditations et de cérémonies symboliques. Elles permettent aux membres de renforcer leurs liens fraternels et de réfléchir aux enseignements et aux valeurs de la franc-maçonnerie.

Renouvellement et continuité  : la fête de la Saint-Jean d’été marque des moments de renouvellement et de continuité dans le cycle annuel. Pour les francs-maçons, elle est l’ occasion de renouveler leur engagement envers les idéaux maçonniques et de réfléchir à leur parcours personnel et collectif.

Pour un initié, la Saint-Jean est bien plus qu’une simple fête traditionnelle ; elle est un moment de profonde signification symbolique, de réflexion spirituelle et de célébration des principes fondamentaux de l’art royal.]

1 COMMENTAIRE

  1. ATTENTION !!!
    Cette invitation a été lancée sans que les propriétaires des lieux mentionnés aient donné leur accord !!
    Toute personne se présentant à l’adresse indiquée le 22 juin se verra refuser l’accès à l’entée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Chemins de traverse » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES