mer 29 mai 2024 - 13:05

“Le château étoilé et la parole perdue-Surréalisme & Franc-maçonnerie”, au musée de la franc-maçonnerie

« Le château étoilé et la parole perdue-Surréalisme & Franc-maçonnerie », tel est le thème de cette exposition qui se tient au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France). Elle se tiendra du 26 avril au 22 septembre 2024 et met en lumière la connexion entre le surréalisme et la franc-maçonnerie. Les artistes du mouvement surréaliste d’André Breton y exposeront leurs œuvres.

Nous vous invitons à prendre connaissance de la présentation par Guillaume Trichard, Grand Maître du Grand Orient de France, Président du Musée de la franc-maçonnerie :

« Le 15 octobre 1924, paraissait, sous la plume d’André Breton, Le Manifeste du surréalisme.

L’année 2024 marque donc le centième anniversaire de la naissance de ce grand mouvement artistique et poétique qui a exercé une influence majeure sur la création et la culture du XXe siècle ; en France, bien sûr, mais aussi dans beaucoup d’autres pays. À côté de nombreuses manifestations organisées pour ce centenaire, le Musée de la franc-maçonnerie propose lui aussi une exposition autour du surréalisme. Il s’agit moins de commémorer que de saisir une occasion de comprendre le questionnement essentiel que mettaient sur la table de la modernité André Breton et ses amis, au lendemain du drame de la Première guerre mondiale.

Présente dans notre pays depuis près de trois siècles – et particulièrement active sous la IIIe République – il n’est guère étonnant que des artistes aient, à un moment ou à un autre, croisé la franc-maçonnerie. Mais il y a plus que cela et c’est ce qui donne la matière de cette exposition. L’origine même du terme surréalisme touche un peu à la franc-maçonnerie. C’est en effet, en 1917, dans une lettre de Guillaume Apollinaire au poète Paul Dermée qu’apparaît le mot. Or Dermée (Camille Janssen, 1886-1951) est non seulement franc-maçon mais aussi un des cadres du Grand Orient de France. L’homme est un, et Dermée ne vit pas ses choix artistiques indépendamment de son implication en loge. De même, quelques années plus tard, il y a des résonances entre le travail littéraire de Philippe Soupault, co-inventeur avec Breton de l’écriture automatique, et son engagement au Grand Orient de France.

Grand Maître du Grand Orient de France, Président du Musée de la franc-maçonnerie 

L’exposition s’intéresse à une période moins étudiée – et peut-être même volontairement un peu oubliée – du surréalisme : l’après Seconde guerre mondiale. Dès ses débuts, André Breton témoigne d’une vraie curiosité pour l’hermétisme. Il y voit une approche qui permet d’accéder à des profondeurs méconnues de la psyché humaine et de féconder une création poétique nouvelle. Cet intérêt se manifeste ostensiblement en 1945 avec la publication d’Arcane 17 puis, en 1957, avec ce livre inclassable et fascinant qu’est L’art magique.

Entre 1945 et jusqu’à sa mort en 1966, Breton va rassembler autour de lui de jeunes artistes dont le travail se nourrit des traditions initiatiques et symboliques. Beaucoup d’entre eux sont francs-maçons et font de leur pratique maçonnique une source de leur production poétique.

C’est à la découverte de cette rencontre inattendue entre surréalisme et franc-maçonnerie que nous convions le visiteur. Cette manifestation se situe dans le prolongement de l’exposition « Surréalisme et alchimie » organisée l’été dernier par La Rose Impossible pour l’inauguration de la Maison André Breton à Saint-Cirq-Lapopie. Nous avons été particulièrement heureux et fiers de participer à la réouverture de ce lieu magnifique et dorénavant si important pour l’Histoire de l’art du XXe siècle.

Bienvenue dans ce voyage entre symboles, imaginaire et poésie ! »

Un « musée de France » pour découvrir et mieux comprendre la franc-maçonnerie

Pierre Mollier
Laurent Segalini

Curateurs de l’exposition : Patrick Lepetit/Pierre Mollier & Laurent Segalini, Musée de la franc-maçonnerie/Yoan Armand Gil, Venus d’Ailleurs

Consultants : Emmanuel Bauchard, Camille Coppinger, Marie-Dominique Massoni, David Nadeau

Partenaires de l’exposition : La Rose Impossible et le CISCM

Contact presse : Lucie Masse, chargée des publics et de la médiation – 01.45.23.74.09

Renseignements pratiques : Musée de la franc-maçonnerie – Siège du Grand Orient de France – 16 rue Cadet 75009 Paris Tél : 01.45.23.74.09 – Le musée, le site.

Métros : Cadet (ligne 7) ou Grands Boulevards (lignes 8, 9)/Station Vélib’ : Cadet (24-26 rue Cadet) – Contact musée

Horaires : Le musée est ouvert : – du mardi au vendredi : 10h00-12h30 / 14h00-18h00 – le samedi : 10h00-13h00 / 14h00-19h00 – le dimanche : 10h00-12h30 / 14h00-18h00 – Fermeture les lundis et jours fériés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES