mer 29 mai 2024 - 14:05

De leur libre arbitre et accord : les femmes et la Franc-maçonnerie

De notre confrère californien californiafreemason.org – Par Allan L. Casalou, Grand Secrétaire

Bref histoire des femmes dans la première et la plus grande fraternité du monde

En retirant une brique du mur séparant la bibliothèque familiale du salon, Elizabeth St. Leger avait une vue complète de ce qui se passait dans la pièce voisine. Sa curiosité s’éveilla. Jusque-là, elle n’avait jamais assisté à une réunion de la loge maçonnique de son père. Elle était captivée. Mais à mesure que la procédure touchait à sa fin, Elizabeth a commencé à craindre d’être détectée. Elle s’est enfuie de la bibliothèque et a couru vers le majordome qui, à son insu, était le carreleur de la loge. Elle a crié et s’est évanouie. Le majordome a convoqué son père. Réalisant que sa fille avait été témoin de leur travail secret, Lord Doneraeil détermina que le meilleur remède était de la faire passer par les cérémonies dont elle venait d’assister, garantissant ainsi sa discrétion par l’obligation qui la lierait. 

C’est l’histoire de la « Dame franc-maçonne » recevant les diplômes de maçonnerie à Cork, en Irlande, au début des années 1700, plusieurs années avant la formation de la première grande loge à Londres. Ce n’est qu’une des nombreuses histoires de femmes franc-maçons fortuites – des femmes se cachant dans des horloges et des placards pour être témoins des mystères de la maçonnerie, pour ensuite être découvertes puis initiées par le maître réticent. Mais l’histoire des femmes dans la franc-maçonnerie est bien plus profonde et bien plus riche que ne le suggèrent ces récits amusants.

MAÇONNERIE OPÉRATIVE

Les femmes apparaissent dans l’histoire de la fraternité depuis ses premiers jours opérationnels. Alors que les métiers du bâtiment au Moyen Âge étaient généralement masculins, hommes et femmes travaillaient ensemble sur certains chantiers et, dans certains cas, les hommes étaient apprentis auprès de maîtres féminins. Dans « La légende des bonnes femmes – Les femmes médiévales dans les villes », la professeure allemande Erika Uitz met en lumière la prédominance des femmes bâtisseuses au Moyen Âge. Les premières décisions limitaient l’adhésion des femmes aux guildes aux épouses et aux veuves, et limitaient parfois leur travail à des tâches plus légères, mais des sources « suggèrent également que les femmes étaient employées à des travaux physiques pénibles », notamment le mélange de mortier, la construction de toits et le vitrage. Une gravure sur bois du début du XVIe siècle représente un homme et une femme soulevant une grosse pierre complétant le toit d’une chapelle. Uitz explique qu’à la fin du Moyen Âge, les femmes indépendantes étaient autorisées à exercer les métiers du bâtiment en Europe centrale, une pratique qui s’est répandue à mesure que les conditions économiques et démographiques changeaient.

Les archives de la Worshipful Company of Masons de Londres répertorient de nombreuses femmes inscrites sur les listes d’apprentissage à la fin des années 1600 et au début des années 1700. Beaucoup étaient des veuves qui poursuivaient le métier de leur mari ou surveillaient un fils mineur – mais pas toutes. Par exemple, les listes de 1714 incluent Mary Banister, qui n’était ni veuve ni fille de maçon. Son père était boulanger et elle n’était pas mariée. Les épouses et les veuves bénéficiaient de tarifs d’adhésion réduits, mais Mary payait à l’entreprise cinq schillings pour un apprentissage de sept ans, le même montant que les hommes.

Les chercheurs soulignent la langue des manuscrits survivants des guildes commerciales médiévales, y compris le poème Regius et d’autres charges anciennes, qui sont estimées par les maçons, comme un témoignage de l’évolution de l’artisanat ; Certaines grandes loges les considèrent aujourd’hui comme faisant partie de la loi maçonnique. Le poème Regius décrit le savant Euclide qui « ordonna que quiconque était un meilleur travailleur enseigne même à l’apprenant le plus lent à devenir parfait dans le métier respectable ; ainsi chacun doit enseigner l’autre et s’aimer comme une sœur et un frère. Les procès-verbaux de la première loge d’Édimbourg utilisent les termes « il » et « elle » pour désigner les maçons opérationnels.

MAÇONNERIE MASCULINE

Certains chercheurs utilisent les exemples ci-dessus comme preuve de la mixité dans les métiers du bâtiment médiévaux, tandis que d’autres contestent cette idée. Certains prétendent également que des loges spéculatives composées d’hommes et de femmes, appelées « loges androgynes », opéraient à Londres au début du XVIIIe siècle, mais, là aussi, les preuves sont rares.

Malgré ces débats, il ne fait aucun doute que la maçonnerie masculine a été officialisée en 1723 lorsque la Grande Loge de Londres a adopté les Constitutions d’Anderson. On y lit : « Les personnes admises comme membres d’une loge doivent être des hommes bons et vrais, nés libres, d’âge mûr et discret, sans esclaves, ni femmes, ni hommes immoraux ou scandaleux, mais de bonne réputation. » Cela ne pourrait pas être plus clair. Cette nouvelle grande loge était réservée aux hommes.

Les nouvelles constitutions ont fourni aux loges la structure, l’ordre et la cohérence qui manquaient au métier rudimentaire de la maçonnerie spéculative qui fleurissait alors dans les îles britanniques, et à la franc-maçonnerie masculine qui s’est répandue à travers le monde comme une traînée de poudre. Au milieu du XXe siècle, le nombre de membres a atteint un niveau record : des dizaines de milliers de loges et des millions de francs-maçons, exclusivement masculins. Cette tradition masculine s’est transmise fidèlement d’un continent à l’autre et d’une génération à l’autre – dans de nombreux cas, sans que l’on sache que les femmes pratiquaient toujours dans la même société fraternelle, quoique en plus petit nombre.

LOGES D’ADOPTION

Alors que les loges se formaient en France dans les années 1730, la grande loge se demandait comment répondre à l’intérêt des femmes pour leur métier masculin. Des loges androgynes existaient déjà à Paris, et d’autres loges décernaient des diplômes séparés aux femmes. Dans les années 1740, en réponse à cet intérêt, la grande loge créa les Loges d’Adoption, un système distinct de diplômes pour les femmes appelé le Rite Adoptif. 

Apparemment, il existait plusieurs variantes du rite adoptif. « The Perfect Mason », publié en 1744, décrit trois degrés. Selon Michael Segall, ancien grand chancelier de la Grande Loge de France, le Rite Primitif comptait quatre degrés (Apprenti, Compagnon, Maîtresse et Maîtresse Parfaite) ; le rite français, le plus répandu, avait cinq degrés (en ajoutant Elect Sublime Scottish Lady au premier) ; et il y avait aussi un rite des dix degrés, qui, selon Segall, était « rarement travaillé et copiait en partie les degrés [du rite écossais] ».

Les maçons français ont débattu de l’opportunité du rite adoptif. Certains hommes étaient totalement opposés à cette pratique. Mais, selon Albert Mackey, ces loges androgynes « sont devenues si nombreuses et si populaires qu’une persistance dans l’opposition aurait évidemment été impolitique, si elle ne menaçait pas réellement d’être fatale à l’intérêt et à la permanence de l’institution maçonnique ». 

Le Rite Adoptif a prospéré en France et a finalement fait son chemin en Amérique. L’une des premières loges adoptives connues en Amérique était la St. Anne’s Lodge à Boston. L’une de ses fondatrices, Hanna Crocker, est l’auteur d’une « série de lettres sur la franc-maçonnerie », publiée en 1815 sous le pseudonyme « A Lady of Boston ». Dans sa première lettre, datée du 7 septembre 1810, Crocker écrivait : « J’ai eu l’honneur il y a quelques années de présider en tant que maîtresse d’une [loge] composée uniquement de femmes ; nous tenions une loge régulière, fondée sur les principes originaux de la véritable maçonnerie ancienne, dans la mesure où cela était cohérent pour le caractère féminin.

Pour Crocker, le but de la franc-maçonnerie était d’élever l’esprit humain et elle croyait que la maçonnerie était un stimulant pour la conscience féminine à une époque où il y avait peu d’incitations pour cela. Décrivant l’époque, elle a écrit : « Si les femmes pouvaient même lire et mal écrire leur nom, cela leur suffirait… Mais l’esprit féminin en herbe ne pouvait plus supporter la crampe du génie. » À propos de la franc-maçonnerie, elle a conclu : « J’ai des raisons de croire que cette institution a été la première à donner naissance à l’éducation féminine dans cette ville, et à notre sexe un goût pour l’amélioration de l’esprit. »

Elle n’était pas seule dans sa réflexion. Albert Pike, l’un des maçons les plus cités dans l’histoire maçonnique, a écrit :

« Nos mères, épouses, sœurs et filles ne peuvent, il est vrai, être admises à partager avec nous les grands mystères de la Franc-Maçonnerie, mais il n’y a aucune raison substantielle pour qu’il n’y ait pas aussi une Maçonnerie pour elles, qui ne pourrait pas simplement leur permettre de se faire connaître des maçons, mais au moyen duquel, agissant de concert par le lien d’association et d’obligation mutuelle, ni ils peuvent coopérer aux grands travaux de la maçonnerie en aidant et, à certains égards, en dirigeant leurs œuvres de charité et leur travail. pour la cause du progrès humain. »

Au début du XIXe siècle, les maçons de plusieurs États rédigeaient et exécutaient des diplômes féminins, et Pike lui-même est crédité d’avoir traduit une forme du rite adoptif en anglais. Contrairement aux autres formes alors pratiquées, cette variante était très similaire aux loges masculines de son époque, jusque dans les détails des tabliers que portaient les « sœurs ».

À l’époque, la plupart des diplômes féminins étaient décernés aux épouses, filles et veuves de maçons – mais Pike semble avoir décerné ces diplômes à au moins une personne sans lien maçonnique. En 1866, le sculpteur Vinnie Ream Hoxie, âgé de 18 ans, a été sélectionné par le Congrès américain pour créer une statue d’Abraham Lincoln, faisant d’elle la plus jeune artiste et la première femme à recevoir une telle commande. Elle est devenue une figure éminente de Washington, DC, et a rencontré et s’est liée d’amitié avec Pike, qui y vivait. À un moment donné, Hoxie est devenue maçonne et quelques années après avoir terminé la statue de Lincoln, elle a achevé celle de Pike.

Dans « Haunted Chambers : The Lives of Early Women Freemasons », Karen Kidd décrit le soutien enthousiaste de Hoxie au rite adoptif. Elle écrit : « Vinnie a repris le projet de Pike d’établir un rite d’adoption américain, tel qu’il l’imaginait, avec autant d’énergie qu’elle s’est toujours engagée dans son art. Elle fut bientôt citée dans la presse comme soulignant les racines du rite américain dans le rite français d’adoption. L’attention qu’Hoxie a attirée n’a pas toujours été positive. En fait, elle s’est heurtée à une opposition significative de la part des hommes maçons américains. Ses espoirs et ceux de Pike d’étendre le Rite Adoptif à Washington, DC ne se sont jamais pleinement réalisés, peut-être en partie à cause de ce sentiment négatif – ou peut-être parce qu’une marque adoptive plus forte se développait déjà aux États-Unis.

Malgré ses propres critiques, Rob Morris, ancien grand maître du Kentucky, était un ardent défenseur du rite adoptif en Amérique – publiant même un magazine intitulé « The Adopted Mason ». En 1855, Morris créa la Constellation Suprême du Rite Adoptif Américain, une nouvelle forme de franc-maçonnerie qui devint l’Ordre de l’Étoile de l’Est (OES). L’OES a connu un grand succès et a finalement atteint plus de 500 000 membres, ce qui, à son sommet, était la plus grande organisation fraternelle mixte au monde. Cela pourrait expliquer pourquoi d’autres formes de maçonnerie mixte et féminine n’ont pas été aussi répandues aux États-Unis qu’ailleurs dans le monde. (Voir « Une voix pendant le mouvement des femmes » à la page 20 pour en savoir plus.)

À l’exception du succès et de la croissance de l’OES, la popularité du rite adoptif aux États-Unis et dans le monde a décliné à la fin du 19e siècle. Les hommes et les femmes des loges adoptives ne se contentaient plus de pratiquer un rite différent ; ils avaient envie de participer aux mêmes cérémonies que les loges masculines. En France, ils étaient sur le point de le faire.

MAÇONNERIE MIXTE

Maria Deraismes a été initiée à la Loge Les Libres-Penseurs à Paris en 1882, selon le même rituel que les hommes utilisaient depuis plus de 150 ans. George Martin, médecin et homme politique, était parmi les frères présents pour cette occasion historique : l’un des premiers cas enregistrés d’initiation d’une femme dans une loge régulière de maçons. Il n’est pas surprenant que Deraismes, qui était active dans le mouvement français des droits des femmes et dans les organisations naissantes de défense des droits de l’homme, ait revendiqué cette distinction. Son initiation a rencontré une telle acrimonie qu’elle a fini par se retirer de la loge – mais elle n’a pas été dissuadée. Elle et Martin ont travaillé ensemble pour fonder la première grande loge de « maçonnerie mixte » une décennie plus tard, la Grande Loge Symbolique Écossaise – Droits de l’Homme, qui allait bientôt devenir l’Ordre International de la Franc-Maçonnerie Mixte – Droits de l’Homme (Le Droit Humain, en français, ou LDH).

Aujourd’hui, LDH exploite des loges dans plus de 40 pays sur chacun des cinq principaux continents. Aux États-Unis, le premier d’entre eux a été créé en Pennsylvanie en 1903 sous la direction du franc-maçon français François Goaziou, rédacteur en chef d’un journal. Quelques années plus tard, il a dirigé la création d’une grande loge subsidiaire appelée la Fédération américaine LDH, qui compte désormais des loges dans plus de 20 États, dont plusieurs loges en Californie.

Entre-temps, la première loge LDH d’Angleterre a été fondée par Annie Besant, une dirigeante du mouvement pour les droits des femmes au Royaume-Uni. Besant et un certain nombre d’amis reçurent leurs diplômes maçonniques de la LDH à Paris en 1902 et retournèrent à Londres pour fonder la première loge de maçonnerie mixte d’Angleterre la même année. Besant est devenue le grand commandant d’une grande loge subsidiaire de la LDH, et au cours de son mandat, la maçonnerie mixte anglaise a développé les loges Mark Masons, la Holy Royal Arch et un ancien diplôme de maîtrise – alignant leurs corps supplémentaires comme l’avait fait la grande loge masculine d’Angleterre et différenciant de leurs homologues français. Une grande loge dissidente, qui pratiquait également la maçonnerie mixte, fut créée en 1908 : l’Honorable Fraternité de la Franc-Maçonnerie Ancienne (HFAF).

À l’aube du XXe siècle, hommes et femmes pratiquaient la franc-maçonnerie ensemble, dans les mêmes loges, en utilisant ses anciens rituels et cérémonies. Mais bientôt, il y aurait la Grande Guerre et les femmes joueraient un rôle de leadership accru dans le monde – et au sein de la Loge.

MAÇONNERIE FÉMININE

La Grande-Bretagne est entrée dans la Première Guerre mondiale en août 1914, enrôlant finalement la majorité de tous les hommes en bonne santé âgés de 18 à 51 ans. Les femmes occupaient les emplois que les hommes avaient quittés – et dans le cas de la grande loge mixte HFAF, les femmes occupaient également les loges.

Malgré le manque de candidats masculins pendant la guerre, la HFAF a quand même attiré de nouveaux membres sous la direction de son grand maître transformateur, Marion Halsey. Quatre-vingt-huit femmes – pour la plupart célibataires et sans enfants – ont été initiées pendant les années de guerre, contre seulement 12 hommes. Bientôt, presque tout le monde dans la loge était des femmes. À la fin de la guerre, les hommes qui ont survécu sont rentrés chez eux et sont retournés se loger. À peu près au même moment, la HFAF a demandé la reconnaissance officielle de la Grande Loge Unie d’Angleterre, mais elle n’a pas été accordée. Halsey et son équipe de direction ont réalisé qu’elles étaient destinées à se débrouiller seules – en tant que femmes. Entre 1919 et 1925, la HFAF a initié 253 femmes et seulement deux hommes. En 1935, le dernier membre masculin mourut et la maçonnerie purement féminine naquit. En 1958, lors de son anniversaire d’or, la HFAF a ajouté « Ordre des femmes francs-maçons » à son nom. Aujourd’hui, l’ordre compte plus de 6 000 membres au Royaume-Uni et dans d’autres régions du monde.

Outre-Manche, les francs-maçons français suivent un chemin similaire. En 1935, la Grande Loge de France accorde l’autonomie à un certain nombre de loges adoptées pour former une grande loge féminine en France. La Seconde Guerre mondiale interrompit leurs projets, mais finalement, en 1952, la Grande Loge des Femmes de France fut créée. Cette nouvelle grande loge a délaissé le Rite Adoptif, préférant travailler selon le Rite Écossais Ancien et Accepté. Bientôt, des loges féminines furent créées dans toute la France et dans d’autres régions d’Europe, dont la Belgique.

De l’autre côté de l’Atlantique, au Mexique, les premières loges de femmes ont été fondées à la fin du XIXe siècle, dissoutes et restituées sous d’autres formes. Ces efforts originaux des femmes ont été suivis en 1958 par la Grande Loge des Femmes Unies « Alma Mexicana », qui reste aujourd’hui l’une des plus grandes grandes loges féminines, avec 87 loges dans 18 États mexicains et dans le District fédéral.

Ici en Californie, en 2017, trois loges de Los Angeles associées à Alma Mexicana ont formé la Grande Loge des Femmes de Californie, complétant les loges féminines françaises et belges déjà établies dans l’État.

En effet, la maçonnerie féminine ne fait aujourd’hui que croître. En 2008, le Grand Maître français Yvette Nicolas a exprimé son point de vue sur son objectif :
« Être une grande loge de femmes ne signifie pas retrait ni refus de partager le travail maçonnique avec les hommes. Ce choix répond au besoin de trouver une unité spatio-temporelle spécifique pour la pensée et l’expression, permettant aux femmes de s’engager pleinement dans leur identité féminine et leur responsabilité en tant que femmes dans le monde.

Il y a sûrement des hommes qui peuvent comprendre. Les grandes loges masculines du monde entier en apprennent davantage sur les diverses distinctions créées au fil des siècles concernant le genre dans la franc-maçonnerie. En fait, la première grande loge du monde ouvre la voie.

VUE ANGLAISE MODERNE

Considérée comme la grande loge mère du monde, la Grande Loge Unie d’Angleterre (UGLE) attire l’attention constante de la fraternité. Les grandes loges masculines (et peut-être aussi les loges mixtes et féminines) considèrent les actions et les pratiques de l’UGLE comme la forme originale et dominante de la maçonnerie. Il y a vingt ans, au seuil du 21ème siècle, la première grande loge abordait officiellement le genre. Dans une déclaration du 10 mars 1999, l’UGLE a expliqué l’existence d’une maçonnerie féminine et mixte en Angleterre et a informé ses membres qu’ils étaient « libres d’expliquer aux non-maçons, si on leur le demandait, que la franc-maçonnerie n’est pas réservée aux hommes », même si l’UGLE n’admet pas les femmes – c’est-à-dire à moins que la femme ne soit un homme au moment de son initiation. En effet, l’UGLE a reconnu plus tard que le genre n’est pas toujours un statut permanent. Le 17 juillet 2018, l’UGLE a publié une politique stipulant qu’une personne qui a subi un changement de sexe et devient un homme peut demander à devenir membre de sa loge. De plus, un maçon qui, après son initiation, devient une femme a le droit de conserver sa qualité de membre actif de la loge. Les instructions aux loges incluent un code vestimentaire pour les femmes lors des réunions.

Il est impossible de savoir comment les idées de la fraternité sur les distinctions de genre dans la pratique de la franc-maçonnerie évolueront à l’avenir. Depuis les débuts de la franc-maçonnerie, hommes et femmes ont participé à ses mystères et fait avancer ses objectifs. Dans toutes les régions du monde, y compris dans l’État de Californie, il existe aujourd’hui trois courants de franc-maçonnerie distingués par genre : la maçonnerie masculine réservée aux hommes ; Maçonnerie féminine réservée aux femmes ; et maçonnerie mixte pour hommes et femmes ensemble. Tant que l’esprit humain trouvera le bonheur d’expérimenter et d’apprendre des rites et rituels initiatiques de la franc-maçonnerie dans un environnement spécifique au genre, les trois courants continueront probablement.

Alors que d’innombrables questions demeurent quant à l’avenir du genre et de la franc-maçonnerie, une chose est certaine : aujourd’hui, une femme n’a pas besoin de regarder à travers des briques ou de se cacher dans un placard pour devenir maçonne. Les femmes comme les hommes peuvent frapper directement à la porte de la franc-maçonnerie, de leur plein gré et de leur plein gré.

POUR VOTRE CONSIDÉRATION

Les membres de longue date et les nouveaux frères peuvent utiliser ces questions comme point de départ pour une discussion en loge ou lors de conversations en tête-à-tête.

  1. Nous savons qu’il existe aujourd’hui trois courants de la franc-maçonnerie distingués par genre (masculin, féminin et mixte). Quels sont les avantages de ces trois volets ?
  2. En expliquant les loges féminines, PGM Yvette Nicolas explique que leurs loges offrent un espace et un temps permettant aux femmes de s’engager dans leur identité féminine et de comprendre leur rôle en tant que femme dans le monde. Votre loge vous offre-t-elle une expérience similaire – pour comprendre votre rôle en tant qu’homme ? Si c’est le cas, comment?
  3. Hanna Crocker pense que sa loge a été la première source d’éducation pour les femmes de Boston. Votre loge propose-t-elle une éducation à ses membres ? La loge améliore-t-elle la société d’une manière ou d’une autre ?
  4. Notre évolution depuis les premières guildes maçonniques opérationnelles a eu un impact profond sur le caractère de la fraternité. Notre héritage nous est à la fois cher et utile lorsque nous regardons en arrière pour mieux comprendre notre présent et pour nous aider à tracer la voie vers notre avenir. À la lumière d’études récentes suggérant la présence de femmes sur les listes de membres des guildes maçonniques opérationnelles, comment votre compréhension de la maçonnerie spéculative change-t-elle ?
  5. Vos filles ou épouses vous ont-elles déjà demandé si elles étaient autorisées à devenir maçons ? Comment leur avez-vous répondu ? Si on ne vous l’a pas encore posé, comment répondriez-vous à une telle question ?

6 Commentaires

  1. Des pans entiers occultes …les loges d adoption du XVIII oubliées et pas de trace de Grande Loge Féminine. C est plus qu une trappe!!. L article nie des références fondamentales .

    • Ma Très Chère Chantal,
      La rédaction est absolument certaine que tu pourrais compléter parfaitement cet article par un nouveau sujet.
      Nous sommes à ta disposition pour faire paraitre ce futur article.
      Fraternellement.

      Franck Fouqueray
      Directeur de la Publication

  2. Article très instructif… certains (beaucoup trop) commentaires au lieu de se réjouir positivement de ce que l’on apprend pointe (toujours) du doigt les quelques imperfections nécessaires des articles!
    ( sinon nous serions tous riches beaux belles intelligents-tes et FM)… Est ce un mal bien français? Ou est ce un mal de ceux qui ne font rien ? C’est une interrogation d’un jeune apprenti franç maçon de 40 années de participation en loge. J’ai tenté de dire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES