jeu 18 avril 2024 - 15:04

Combien sont les Francs-maçons russes ? État des lieux…

De notre confrère thesquaremagazine.com

Les francs-maçons russes modernes sont très peu nombreux. De nos jours, il est très peu probable que le nombre total de membres dépasse la barre des 1 500.

Cependant, ces rares troupes sont inégalement réparties entre une douzaine d’obédiences, qui proviennent principalement de sources françaises et suivent la plupart du temps les us et coutumes de celles-ci, s’enfonçant néanmoins de temps en temps dans les gouffres vastes et profonds de la singularité authentique russe.

Certes, cette situation actuelle des francs-maçons russes peut être considérée comme le résultat clair et définitif du parcours long et sinueux de leur histoire dans ce pays.

L’histoire de la franc-maçonnerie russe a commencé vers 1731 et peut être considérée comme une séquence de quatre périodes historiques, chacune étant cependant assez courte et se terminant presque invariablement par l’extermination totale de ses membres.

La première période (1731-1798) est marquée par des loges occasionnelles établies par des marchands britanniques, allemands et néerlandais et des spécialistes embauchés (médecins, ingénieurs, etc.) au sein des communautés d’expatriés de Moscou et de Saint-Pétersbourg sous Pierre le Grand.

Après un certain temps, dans les années 1750-1770, sous Élisabeth la Béninoise et Catherine la Grande, les loges s’épanouirent et se répandirent dans toute la Russie européenne, pratiquant principalement les trois premiers degrés des Modernes britanniques et une grande variété de degrés supérieurs allemands et suédois d’Ecossais et Personnage templier

IVAN ELAGUINE
IMAGE LIÉ: WIKIMÉDIA

Après les deux premiers Grands Maîtres provinciaux étrangers – le « Capitaine John Phillips », évidemment fictif, dont aucune trace n’a survécu nulle part, et le maréchal James Keith, bien réel, mais d’une aptitude douteuse, – le trône maçonnique russe a été pris par Ivan Yelagin, qui reçut ses mandats d’abord – de la Royal York Lodge de Berlin, puis – de la Moderns Grand Lodge de Londres (1772).

La seconde moitié du siècle a été consacrée par les maçons russes à des luttes incessantes pour la prédominance d’un rite sur tous les autres, ce qui n’était sûrement qu’une sorte de vague sur les eaux de l’histoire maçonnique européenne de l’époque.

Les systèmes suédois et allemand de chevalerie maçonnique ont coopéré, ou sont entrés en conflit, avec les traditions magiques et alchimiques de la Croix allemande d’or et de rose, les rites de Melissino et de Schroeder, le martinisme français et le rite rectifié du congrès de Wilhelmsbad de 1782.

NIKOLAÏ NOVIKOV
IMAGE LIÉ: WIKIMÉDIA

Malgré la complexité des relations inter-maçonniques au sein de son pays, la Grande Tsarine , choquée et perplexe face à la Révolution française et aux théories du complot qui y sont liées, décide de trancher une fois pour toutes ce nœud gordien.

Elle a interdit la franc-maçonnerie dans le pays et a fait emprisonner ou exiler certains maçons éminents, dont le célèbre éditeur, journaliste et ésotériste Nicholas Novikov .

Son fils Paul Ier , montant sur le trône et révoquant chacune des résolutions de sa mère sur lesquelles il pouvait mettre la main, acquitta les victimes maçonniques de Catherine, mais approuva l’interdiction des réunions maçonniques, introduisant à la place quelques nobles maçons dans la chevalerie maltaise, étant le Grand Maître des Hospitaliers de l’époque.

Le dictionnaire volumineux et exhaustif des biographies maçonniques du plus éminent historien maçonnique russe Andreï Serkov fournit environ 4 000 actes de vie des membres de la loge de l’époque.

Paul Ier est souvent appelé par les chercheurs russes « le Hamlet russe », essayant désespérément de répondre aux attentes de son père décédé, assassiné par les sbires de sa mère.

Cependant, les six années tumultueuses de son règne n’aboutirent qu’à son assassinat par les tuteurs et amis de son fils, après quoi son fils Alexandre déclara à la noblesse de la cour que sous lui « tout serait comme sous la grand-mère ».

Un an plus tard, Alexandre Ier publia une résolution orale non officielle autorisant les maçons à se rassembler à nouveau dans des loges, et ainsi commença la deuxième période de la franc-maçonnerie russe (1802-1822).

Elle se caractérise principalement par la renaissance des anciens systèmes templiers d’origine suédoise – et des opérations semi-secrètes du cercle très étroit de la Rose-Croix – jusqu’à la fin de la guerre napoléonienne de 1812-1814, après quoi certaines idées maçonniques françaises libérales pénètrent en Russie avec les troupes victorieuses rentrent chez elles.

En 1815, une nouvelle Grande Loge « Astrea » fut créée à Saint-Pétersbourg, qui proclama le rejet de tous les degrés supérieurs et de la hiérarchie ainsi que l’intention de travailler uniquement avec trois degrés symboliques et de promouvoir la démocratie comme noyau de son gouvernement interne.

Les cinq années suivantes furent traditionnellement consacrées à des querelles inter-maçonniques et à des accusations mutuelles de haute trahison et d’espionnage ; transmis avec précision par les deux parties à la Direction Générale de la Gendarmerie.

Dans le même temps, de nombreux militaires maçons ont quitté leurs loges pour créer des ordres et des sociétés quasi-maçonniques et quasi-carbonaris afin de promouvoir les idées d’un gouvernement démocratique et de préparer des plans de coup d’État politique.

En conséquence, expressément fatigué des accusations et des ragots concordants, l’empereur Alexandre a émis une interdiction officielle de toutes les organisations maçonniques en 1822.

En 1825, Alexandre Ier mourut, les militaires révolutionnaires tentèrent un coup d’État, échouèrent et furent envoyés en Sibérie, tandis que le tsar suivant, Nicolas Ier , réaffirma l’interdiction en 1826.

Le dictionnaire de Serkov donne le nombre total de francs-maçons russes au XIXe siècle à près de 6 000. 

Cette fois, l’interdiction dura plus longtemps ; tandis que les Russes rejoignaient parfois des loges maçonniques à l’étranger et y travaillaient de temps en temps. Mais ce n’est que le début de « la longue révolution russe » qui permit à la franc-maçonnerie de réintégrer le pays pour une brève troisième période (1908-1918).

NICOLAS II DE RUSSIE
IMAGE LIÉ: WIKIMÉDIA

Dès que le manifeste de Nicolas II autorisa les assemblées publiques sans surveillance, plusieurs loges furent installées à Saint-Pétersbourg par le Grand Orient de France et la Grande Loge de France.

Certains contacts de nouveaux maçons russes avaient également été enregistrés auprès des loges britanniques.

Mais la soif anxieuse de vie sociale, ressentie par la majorité des maçons russes de l’époque, ainsi que l’histoire d’autocratie et de manque d’activités publiques du pays, conduisirent désormais à une énorme politisation de la franc-maçonnerie.

Les loges ont été rejointes principalement par des députés de la Douma d’État (Parlement), des journalistes libéraux et des membres de nombreux partis nouvellement créés.

Ainsi, en 1910, le Conseil suprême des maçons russes décida de rejeter tous les rituels, symboles, vêtements, serments et conférences et de se concentrer sur les activités parlementaires, tout en conservant les titres de « francs-maçons » du « Grand Orient des peuples de Russie ».

Ceux qui n’étaient pas d’accord ont dû recourir à nouveau à des visites dans des loges étrangères ou essayer de garder leurs lumières allumées dans les plus petites loges jamais créées.

D’une manière ou d’une autre, ils ont tous été évincés de la capitale, puis de la partie européenne du pays et, enfin, complètement hors de Russie par les bolcheviks – ou exécutés.

Les archives de Serkov nous fournissent la liste d’environ 900 francs-maçons russes de l’époque. 

Toutes les tentatives visant à délimiter, aussi vivement soit-elle, la mentalité russe, tendent à affirmer que son trait dominant est évidemment l’antipathie ; la tendance à considérer et à valoriser le passé plus que l’avenir, alors que le présent est généralement traité avec un mépris presque total et présumé être une chimère, une ombre du « vieux temps audacieux » ou une préfiguration des « temps nouveaux heureux » à venir ».

Cette spéculation semble servir de clé, en particulier, au problème d’une bibliographie maçonnique russe, qui comprend des centaines de livres et d’articles sur l’histoire de la franc-maçonnerie russe des siècles passés – et à peine une demi-douzaine sur les publications de l’Ordre. la contemporanéité ou les enjeux généraux de la franc-maçonnerie, de sa symbolique et de sa philosophie.

Les francs-maçons russes ont réussi à survivre à l’émigration après la révolution russe de 1905-1917 et même à rédiger un chapitre précieux de l’histoire de la franc-maçonnerie mondiale.

Ils ont lancé leurs lodges en France, au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Allemagne, en Tchécoslovaquie, en Serbie et même en Chine.

Assurément, leur communauté en France était la plus nombreuse ainsi que la plus industrieuse et la plus active ; établissant plusieurs loges bleues, un temple russe séparé et une bibliothèque, des services caritatifs, tous les corps du rite écossais et, enfin, revendiquant le droit d’avoir leur propre Conseil suprême russe sous la Grande Loge de France.

Les lumières de leurs loges étaient restées allumées jusqu’à la fin des années 1980, lorsque les causes naturelles ont commencé à exercer leur influence, fauchant les bancs. Et aucun nouveau membre russophone ne s’est présenté.

GEORGES DERGACHEV GLOR (1995-2002)
IMAGE LIÉE : WIKIMEDIA ATTRIBUTION 4.0 INTERNATIONAL (CC BY 4.0)

Mais l’histoire semble souvent agir consciemment et parfois – délibérément.

Cette fois, la situation a été inversée en 1985, lorsque la perestroïka a commencé en URSS. En 1986, un groupe d’anciens francs-maçons russes de plusieurs obédiences s’est créé à Paris pour tenter de faciliter l’entrée des citoyens soviétiques dans la franc-maçonnerie.

Radio Liberty a été utilisée pour cette cause. Cependant, ce n’est qu’en 1990, qu’un professeur de philosophie de Moscou, George Dergachev, a utilisé les conseils et les relations de son ami français pour s’initier à la franc-maçonnerie à Paris, pour finalement être élevé au grade de maîtrise et obtenir un mandat pour créer le premier loge du Grand Orient de France à Moscou.

La diversité maçonnique et sa structure à plusieurs niveaux sont splendides, d’un point de vue théorique.

Cependant, il pourrait y avoir plus d’un point de vue quant à leur impact sur les juridictions nouvellement créées.

Pas moins de trois grandes loges françaises lancèrent simultanément leurs campagnes de prosélytisme en Russie, et très vite une loge de la Grande Loge de France fut établie en Union Soviétique, qui, presque en une fraction de seconde, devint la Fédération de Russie.

Pendant ce temps, le maçon franco-russe extrêmement charismatique Michel Garder, de la Grande Loge Nationale régulière de France, est devenu un ami proche de Dergachev et l’a convaincu de changer d’affiliation.

En 1992, le Vénérable Maître Dergachev, nouvellement régularisé, a créé la première loge de la GLNF à Moscou, accueillant certains des anciens membres des loges GOdF et GLdF.

Plusieurs nouvelles loges régulières ont été installées à Moscou, Saint-Pétersbourg, Archangelsk, Voronezh et Yaroslavl.

En 1994, une réunion officieuse fut organisée pour tous les maçons russes, dans le but d’essayer de les persuader tous de rejoindre Dergachev et d’unir leurs efforts, en vain.

Les trois branches résolurent de vivre et de laisser vivre.

La croissance progressive des loges russes a valu en 1995 la création de la Grande Loge de Russie par la GLNF et sa reconnaissance ultérieure par la plupart des grandes loges régulières du monde.

En 1996, le Conseil Suprême du Rite Écossais Ancien et Accepté a également été installé. Mais la vie et la greffe de la Grande Loge n’ont jamais été paisibles, tout comme elles l’étaient au cours des siècles passés.

Diverses dissensions et querelles internes entre les membres ont conduit au premier schisme en 2001, lorsque six loges se sont séparées du corps du GLoR et ont formé la Grande Loge régulière russe, qui a commencé à chercher la reconnaissance des grandes loges régulières mondiales et a échoué.

Un autre tourbillon de discussions concernant la notion de régularité et les principes de reconnaissance a abouti en 2006 au deuxième schisme au sein du GLoR, lorsque six autres loges l’ont quitté ainsi que les deux tiers de la grande ligne.

Ils se sont rangés du côté des premiers dissidents de la Grande Loge régulière russe et ont formé une alliance.

Pendant une année entière, les deux organisations conservèrent chacune le titre de Grande Loge de Russie et se livrèrent des guerres, jusqu’à ce qu’un arbitrage soit convenu, sous la supervision fraternelle des respectueux représentants de la Grande Loge Unie d’Angleterre et de la Grande Loge de Colombie. district.

Ce fut une expérience soudaine et triste pour une partie considérable des francs-maçons russes que d’être confrontée au fait qu’un homme politique marginal et propriétaire d’une usine de partis politiques, Andreï Bogdanov, était généralement reconnu comme le candidat favori pour le poste de « l’Union unifiée ». » Grand Maître, sans consulter la plupart d’entre eux.

En conséquence, toute la procédure a échoué, laissant l’une des Grandes Loges de Russie avec le Grand Maître nouvellement élu Bogdanov – et l’autre Grande Loge de Russie fusionnant formellement avec la Grande Loge régulière russe pour former, en 2008, la Grande Loge Unie. de la Russie.

L’essentiel des activités de l’UGLoR a depuis suivi l’exemple de la Grande Loge de France et des organismes de rite écossais qui lui sont affiliés.

Un petit groupe de maçons, également membres de l’ordre martiniste, fut déçu par l’évolution de la situation et résolut de quitter les deux organisations maçonniques existantes pour rejoindre la Grande Loge Symbolique de France de Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraim.

En 2009, la première loge mixte de ce rite a été créée à Moscou.

En 2015, ce groupe était devenu suffisamment grand pour obtenir le mandat de la Grande Loge Symbolique de la Russie et des pays alliés.

Elle est mixte, elle travaille exclusivement le rite Memphis-Misraim jusqu’à son 95ème degré, et se compose d’environ 150 membres.

Entre temps, le GLoR, sous la direction permanente d’Andrey Bogdanov, adoptait, aux côtés de l’AASR, la version italo-roumaine du rite Memphis-Misraim.

Plus tard, un chapitre britannique de l’Arche Royale établi plus tôt dans le Middlesex fut transféré pour opérer à Moscou, un chapitre suprême de rite français fut installé et un groupe de membres du GLoR fut reçu dans les degrés supérieurs du Grand Prieuré Rectifié de France.

En 2011, tout à coup, un groupe de maîtres maçons russes, auparavant issus de différentes obédiences russes, est apparu à Moscou, revendiquant son droit à établir à nouveau le Grand Orient des Peuples de Russie.

Cette juridiction a depuis été acceptée comme membre du CLIPSAS, association maçonnique libérale sous le patronage du Grand Orient de France.

Il a créé ses propres conseils supérieurs de l’A.&A. Rite Écossais, Rite Français et Rite Memphis-Misraim d’une autre lignée italienne.

Le GOPR est mixte et accepte les candidats indépendamment de leurs croyances religieuses ou de leur absence ; ses membres s’élèvent à environ 400 maçons.

Toujours en 2011, un groupe d’anciens membres de l’UGLoR quitte l’obédience et entame une communication avec la fédération française de l’Ordre maçonnique mixte international, Le Droit Humain.

Un an plus tard, ils ont reçu l’autorisation d’établir leur première loge à Moscou, et depuis lors, ce groupe mixte a également installé deux loges provisoires à Saint-Pétersbourg et à Vladimir, ainsi qu’une Loge de Perfection à Moscou.

Ils pratiquent uniquement le REAA et comptent une soixantaine de membres.

Malheureusement, la Grande Loge Unie de Russie a hérité de certaines des caractéristiques douteuses de la GLoR, car des conflits permanents et des mini-scissions ont continué à ébranler et ébranler cette institution.

En 2011-2012, les deux premières loges russes du GOdF et du GLdF ont été relancées de manière inattendue par de nouveaux flux de membres venant des loges de l’UGLoR, et bientôt elles ont repris, après presque une décennie d’état semi-dormant, leurs travaux réguliers, indépendamment. de tous les autres groupes maçonniques russes.

En 2013, un groupe de Maîtres Maçons russes, membres de l’UGLoR et du GSLoR engagés dans des études historiques du rite Rectifié, s’est rendu en France pour rejoindre, en tant que membres affiliés, les corps du Grand Prieuré Rectifié Écossais d’Occitanie.

En 2016, une loge bleue de la Grande Loge respective a été fondée et installée à Moscou, puis dotée d’une loge écossaise correspondante et d’une commanderie du rite.

Jusqu’à présent, ils sont encore principalement composés de membres affiliés aux deux obédiences les plus anciennes, avec une douzaine d’initiés du GSRLO.

Un groupe de femmes russes – proches ou non de francs-maçons actifs – recherchent depuis 2007 activement et de manière persistante l’initiation maçonnique.

Il faut reconnaître que les organisations exclusivement masculines et mixtes du pays leur ont apporté tout le soutien et les conseils possibles, établissant ainsi des ponts entre elles et les autorités maçonniques étrangères.

Le chemin très long et difficile que ces 40 dames ont réussi à parcourir, les a finalement amenées à l’établissement de la première loge de la Grande Loge Féminine de France à Saint-Pétersbourg en octobre 2017.

Un autre lodge a été lancé à Moscou en février 2020.

En février 2019, plusieurs anciens membres de la loge GOdF de Moscou ont demandé et obtenu l’autorisation de travailler sous les auspices de la Grande Loge française traditionnelle et moderne et d’initier les candidats à la maçonnerie selon le rite traditionnel français.

En janvier 2020, un nombre considérable d’anciens membres de l’UGLoR ont annoncé la création à Saint-Pétersbourg de la Grande Loge Souveraine de Russie, avec une philosophie, des rites et des affinités encore flous.

En 2018-2020, deux « Sanctuaires égyptiens » ont été introduits en Russie par les représentants des lignées Bertiaux-Duez et Frank Ripel. Etant des organisations fraternelles gnostiques non maçonniques de par leur origine, elles revendiquent toujours le caractère maçonnique et recherchent des relations fraternelles avec diverses obédiences russes, parfois avec un soupçon de succès.

En tête de liste des références maçonniques russes se trouvent les présages de l’ère numérique.

Plusieurs sites Web et communautés de médias sociaux appartiennent sur RuNet à la soi-disant « Grande Loge de Sibérie », récemment relookée en « Grande Loge libérale de Russie » et offrant des options d’adhésion.

Pour autant que l’enquête de certains bénévoles permette d’en juger, il ne s’agit que d’un projet artistique amateur d’un lycée allé trop loin.

Une remarquable mannequin instagram russo-ukrainienne, la « Barbie d’Odessa » Valeria Lukyanova, qui réside en permanence au Mexique et a été récemment initiée dans une loge du Grand Orient Féminin de Mexico, propose une sorte d’« initiation astrale » à la Franc-Maçonnerie pour ses abonnés en ligne.

À l’exception de la Grande Loge de Russie, qui respecte strictement les Principes de Reconnaissance et fait souvent preuve d’une hostilité extrême envers tous les autres groupes autodéfinis comme maçonniques – et à l’exception des entités décrites dans les deux passages ci-dessus – tous les nombreux groupes maçonniques russes sont liés par des chaînes assez labyrinthiques et sinueuses de contacts, de relations, de conflits sporadiques, ainsi que par divers types de liens apparentés, amicaux, anacréontiques et autres liens personnels.

Ils s’engagent parfois dans des projets collectifs d’édition, caritatifs, scientifiques ou artistiques, mais cela ne semble guère systématique, le plus souvent découlant de l’initiative et des efforts de certains membres particuliers.

Les principaux défis auxquels est confrontée la franc-maçonnerie russe moderne, pour n’en citer que quelques-uns, sont les suivants :

Premièrement , le nombre étonnamment bas de membres tout au long de la quatrième période d’existence de la franc-maçonnerie dans ce pays, commençant en 1991 et approchant maintenant le cap des 30 ans.

Par ailleurs, le taux d’initiation moyen dans toutes les obédiences russes a toujours été et est aujourd’hui considérablement élevé, tandis que les discordes internes permanentes et l’instabilité semblent provoquer une fuite des membres, qui est également constante, même à des taux faibles et moyens.

Deuxièmement , le nombre modeste de membres et l’origine sociale dominante des membres (les militaires, le personnel de bureau, les éducateurs, les médecins, les étudiants), qui les positionnent quelque part entre les classes moyennes supérieures et les classes à faible revenu dans ce pays, avec une prédominance des classes moyennes inférieures. secteur, rendent difficilement possible l’engagement des membres dans des projets massifs de charité, d’édition ou d’éducation, qui auraient pu, à leur tour, contribuer à l’intégrité et à l’unité des loges.

Troisièmement , le territoire du pays est si vaste que la communication en dehors d’Internet, l’organisation d’événements rituels et d’initiations ont été, et seront toujours, un grand problème pour les quelques maçons russes qui ont assez peu d’argent à dépenser pour parcourir le pays à la recherche. de la lumière.

Les quatrième et cinquième points sont les complexités maçonniques internes d’une seule et même origine ; c’est-à-dire la rigidité des loges régulières et traditionnelles et le laxisme et l’anarchie des loges libérales.

Le premier provoque le rejet de nombreux bons frères (et sœurs), et le second force l’érosion des repères et permet à presque tous les profanes de s’identifier comme franc-maçon.

Ayant prouvé à tous ceux qui voudraient l’affirmer qu’elle peut survivre à presque tous les défis et survivre malgré plusieurs morts, la franc-maçonnerie russe est aujourd’hui, comme elle l’a toujours été, un phénomène très complexe.

Un royaume divisé contre lui-même, un État où quelque chose est toujours pourri, il guide toujours, au nom de la charité et de la bonne volonté, les faibles à travers la vallée des ténèbres, et aussi longtemps qu’il est capable de continuer, il devrait et vivra. .

ARTICLE DE : Eugene L. Kuzmishin

Eugene L. Kuzmishin, 33º-95º – historien, éducateur, interprète, auteur de « La faux et la pierre » (Moscou, 2010) et « Maçonnerie » (Moscou, 2017), auteur d’un cours de maîtrise en franc-maçonnerie (chrétien russe Humanities Academy, Saint-Pétersbourg, 2017-2020), traducteur de Cagliostro, A. Pike, A. Mackey, A. Waite, J. Yarker, R. Ambelain, etc.

1 COMMENTAIRE

  1. Cet article met en évidence la guerre de chapelle que les obédiences se livrent, comment des profanes peuvent prendre au sérieux ces obédiences « Réunir ce qui épars » et construire la cité idéale. La FM est en plein déclin, cela est profondément triste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES