mar 23 avril 2024 - 17:04

Toute la vérité sur les terribles rituels des maçons de Riga

De notre confrère rus.lsm.lv

« Le maître en Chaire demande à l’initié s’il est impliqué dans le meurtre d’Hiram, dont le cadavre se trouve dans le cercueil », décrit « Aujourd’hui » les rituels maçonniques pratiqués à Riga le 17 février 1924. Et elle a immédiatement ajouté : « Les francs-maçons se sont également engagés dans des actes pieux, comme le soutien aux veuves pauvres et aux orphelins (…) et se sont surtout montrés capables d’atténuer les différences de classe à Riga. »

Franc-maçonnerie à Riga

Il existe plusieurs versions sur l’origine de la franc-maçonnerie en général. Les maçons eux-mêmes tentent de prouver que ce mouvement vient du premier faussaire Tubalcaïn, fils de Lémachus Lamech – Rus.LSM.lv ) , descendant de Caïn. La majorité considère cependant que le fondateur de la franc-maçonnerie est Adoniram, l’architecte du Temple de Salomon.

La franc-maçonnerie historique est née au Moyen Âge, lorsque des confréries de francs-maçons se sont formées lors de la construction d’un grand nombre de cathédrales et d’églises. Ces confréries menaient une vie distincte et étaient organisées en guildes, c’est-à-dire qu’elles avaient des maîtres, des compagnons et des apprentis. Il était important pour eux de préserver les secrets de production, comme les ornements, les méthodes de construction, le mysticisme numérique de la proportionnalité, et ces secrets étaient jalousement gardés.

Au fil du temps, ces fraternités (loges maçonniques), évoluant progressivement,

se fixent pour objectif l’amélioration morale du genre humain sur les principes de l’amour fraternel, de l’égalité, de l’entraide et de la fidélité.

Dans le même temps, les loges ne perdent pas leur division en degrés hiérarchiques. La franc-maçonnerie est apparue en Russie en 1732, lors de la fondation de la Loge de Constance. A Riga, la franc-maçonnerie est née dans les circonstances suivantes.

En avril 1750, deux marchands de Riga, Johann Dietrich von der Heyde et Johann Zuckerbecker, furent acceptés par le ministre plénipotentiaire danois à la cour, F. Maltsan, dans la loge « Silence » qu’il fonda à Saint-Pétersbourg. De retour à Riga, ils trouvèrent dans cette ville, où le Moyen Âge se faisait sentir dans chaque ruelle ancienne, un sol si fertile qu’ils décidèrent d’y fonder une loge de francs-maçons appelée « Étoile du Nord ».

En 1764, le médecin personnel du duc de Mecklembourg arriva ici avec un brevet pour la fondation de la Sword Lodge à Riga. Les maçons de « l’Étoile du Nord » s’installent dans cette loge, puisqu’elle est directement subordonnée au directoire de la 7e province [des francs-maçons], en la personne du Grand Maître Duc Karl-Léopold de Mecklembourg. En peu de temps, les loges Apollo, Castor et Pollux, Astraea, Crowned Eagle et Small Light furent fondées les unes après les autres. De nombreuses informations ont été conservées à leur sujet . Seulement à propos du « lit parfait et équitable de l’Épée », un essai très intéressant nous est parvenu, publié pour ses propres maçons. Il décrit en détail l’histoire de l’origine de cette loge, mais ces données historiques ne nous intéressent pas particulièrement. Plus intéressante est la scène d’initiation au titre de maître, telle qu’elle s’est déroulée dans la boîte de Riga de « l’Épée ».

L’initié était enfermé dans une pièce sombre sans fenêtres, sur les murs de laquelle étaient représentés des squelettes. Des crânes et des os à moitié décomposés gisaient sur le sol. Après être resté quelque temps dans cette pièce,

un nœud coulant a été passé autour du cou du sujet et il a été traîné dans la salle où se réunissait la « grande loge ».

Sur une haute plate-forme, à laquelle menaient sept marches, se dressait une table massive, l’autel du maître de la « chaise ». Sur celui-ci se trouvait un volume ouvert de la Bible, avec des épées croisées, des chandeliers spéciaux de forme triangulaire et des outils de maçon. Un peu plus loin, à une table dans une pièce faiblement éclairée, la « confrérie » est assise dans des robes spéciales, des tabliers et des gants (emblème de pureté).

Dans la salle se trouve également un cercueil noir dans lequel repose l’un des maçons, recouvert d’une couverture rouge. Selon les degrés (à Riga de 3 à 5), les maçons tiennent des équerres, des niveaux à bulle, des compas, des pierres, finis et inachevés. L’autel devrait représenter le trône de Salomon. Il existe également diverses colonnes aux noms mystérieux, autour desquelles lors de certaines cérémonies les maçons sont regroupés par degré. Sur les côtés de la salle se trouvent les emblèmes du soleil, du mois et de l’étoile. Machines spéciales pour créer les effets de la foudre et du tonnerre – tout doit agir sur l’imagination.

Le maître adjoint aborde le sujet et dit d’une voix grave : « Memento mori ». Le maître de chair, quant à lui, a une conversation pleine de mystère avec l’un des maçons.

– Pourquoi sommes-nous réunis ici ?

— Pour retrouver la parole perdue du maître.

-Quel mot avons-nous perdu ?

Ici, l’un des maçons commence à demi-chuchoté une histoire sur le meurtre du grand maître Adoniram (Hiram) par deux compagnons imprudents qui voulaient extraire le mot de passe du constructeur en chef du Temple de Salomon afin de pénétrer dans les profondeurs. du temple en construction, où les maîtres se réunissaient pour recevoir un salaire de maître.

Le maître EN « chaiRE » demande à l’initié s’il est impliqué dans le meurtre d’Hiram, dont le cadavre se trouve dans le cercueil. Dans le même temps, le maître montre un cercueil avec une couverture rouge, symbole du sang de la personne assassinée.

Pour prouver son innocence, l’initié doit enjamber le cercueil, et après chaque pas, il est soigneusement examiné pour voir si du sang est apparu. Cette cérémonie est répétée trois fois, et après chaque fois l’initié se rend à la « cellule de réflexion ». Ici, il doit essayer de se rappeler s’il a tué Hiram. Après que l’accusé nie catégoriquement sa culpabilité à trois reprises, le maître de « en chaire » se lève et, après l’avoir frappé à trois reprises avec un marteau, déclare :

« Nous soumettons ce meurtre honteux au jugement de Dieu. »

Pendant ce temps, le maçon dans le cercueil, après avoir jeté le voile sur lequel sont représentés des crânes, le mot « Jéhovah » et une branche d’acacia, se lève, ce qui constitue une preuve évidente de l’innocence de l’initié. Maintenant, ce dernier doit prononcer la phrase suivante en réponse à la question du maître sur les objectifs des maçons : « Notre objectif est la préservation et la transmission à la postérité de quelque sacrement important des siècles les plus anciens, et même de la première personne qui est venue jusqu’à nous;

De ce sacrement dépend peut-être le sort du genre humain tout entier, jusqu’à ce que Dieu daigne le révéler au monde entier pour le bien de l’humanité.

Et après une série de cérémonies longues et fastidieuses, l’initié devient maître de la loge. Ce rituel se terminait généralement par un repas.

Frédéric le Grand a décrit l’essence de la franc-maçonnerie – un grand Rien (Rus.LSM.lv) .

Cependant, en plus de leur passion pour les rituels mystérieux, les maçons se livraient également à des actes pieux, comme soutenir les pauvres veuves et les orphelins. Ils fondèrent un établissement d’enseignement à Riga, dans l’église Saint-Pierre. John a contribué au développement de la vie spirituelle et sociale, a contribué à la propagation des Lumières et s’est particulièrement montré en atténuant les différences de classe à Riga. Par décrets de Catherine II et de Paul Ier, les loges commencèrent à fermer et, au fil du temps, disparurent.

« AUJOURD’HUI », IL Y A CENT ANS

Dans la rubrique « Aujourd’hui, il y a cent ans », Rus.LSM.lv republie des articles et des notes parus dans le célèbre journal russe de Riga il y a exactement un siècle – à partir de numéros datés du même jour du même mois et disponibles sous forme numérisée dans le Bibliothèque nationale de Lettonie .
Les matériaux sont sélectionnés selon plusieurs critères (il faut admettre d’emblée qu’ils ne sont pas très stricts). En particulier, l’importance du sujet joue un rôle – si un article était publié en première page il y a cent ans, il était consacré à un problème important. Il est également important de savoir dans quelle mesure ce qui s’est passé dans la Lettonie indépendante fait   écho à ce qui se passe actuellement dans la Lettonie indépendante . Enfin, la préférence est donnée aux documents originaux : la rédaction envoyant son propre correspondant, soit à une réunion de professeurs de russe dans la province lettone, soit dans un pays lointain, est un signe certain de l’intérêt suscité chez les lecteurs par les événements qui s’y déroulent.
Les documents de la section sont publiés avec un traitement éditorial minimal et, dans certains cas, avec des abréviations mineures. Pour faciliter la lecture, l’orthographe a été alignée sur les normes de la langue russe moderne.

  • En 2019, à l’occasion du centenaire du journal, Rus.LSM.lv a publié plusieurs articles dans lesquels il racontait l’histoire de Segodnya – son essor, sa prospérité et sa mort. Ces articles peuvent être lus ici .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES