sam 20 avril 2024 - 05:04

Comment se déroule l’entrée traditionnelle dans la Franc-Maçonnerie au Brésil ?

De notre confrère brésilien sosergipe.com.br – Par Nelson Cantanheides de Miranda

De la genèse à l’admission des candidats

Chers frères, cette pièce d’architecture se concentre sur les voies importantes qui mènent à une admission traditionnelle dans la Franc-Maçonnerie, et nous rapportons ici l’importance des parrains et marraines, l’enquête et l’avis de la Commission d’Admission et des Diplômes des Loges Maçonniques Fédérées au Grand Orient de Brésil-GOB, puissance dont fait partie notre Loge Clodomir Silva sous le nº 1477.

Photo : Lucas Almeida Vaz do Nascimento/Perseverança Masonic Lodge

Dans la gestion actuelle de notre Loge Clodomir Silva, dirigée par le frère bien-aimé et Vénérable Maître, Hernan Centurion Sobral, le Comité d’Admission et de Diplômes compte sur la collaboration des bien-aimés Frères José Cândido de Santana  Antônio Carlos Alves de Souza et Nelson Cantanheides de Miranda. sous la présidence du frère bien-aimé passé maître Cândido, et ainsi notre Loge reste dûment alignée sur les préceptes du Règlement Général de la Fédération – RGF du GOB, en ce qui concerne le processus d’admission susmentionné et les grades des candidats.

ASPECT RÉGLEMENTAIRE :

En observant les règlements maçonniques, nous constatons que le chapitre I du RGF traite exclusivement du sujet maintenant abordé, en passant par toutes les étapes du processus d’admission des candidats, à savoir : le processus d’admission, les enquêtes, les oppositions, le secret de contrôle, les cérémonies d’initiation et de remise des diplômes. Dans ce premier chapitre, vous trouverez un ensemble de principes, de règles et de procédures qui guident l’ensemble de ce processus.

 ORIGINE DU PROCESSUS D’ADMISSION :

Le début du processus traditionnel d’admission d’un candidat, tradition très ancienne, s’effectue par une invitation personnelle d’un Maître Franc-Maçon qui deviendra le parrain du profane, si la proposition d’admission est formellement présentée à la Loge. On peut dire qu’une telle invitation est une expérience personnelle et directe, reflétant l’importance accordée aux relations interpersonnelles et à la confiance dans la sélection des nouveaux membres.

Et à ce stade, il y a un aspect que tout franc-maçon doit observer : tout au long du processus traditionnel d’admission, de l’invitation à l’éventuelle approbation, il faut être conscient des directives et lois universelles de la franc-maçonnerie. Cela semble trop évident, cela semble redondant, mais cette observation doit être considérée comme un mantra à ne pas oublier ni reléguer à un niveau inférieur. De telles lignes directrices sont établies pour garantir que l’entrée dans l’Ordre est basée sur des principes éthiques, moraux et spirituels, visant à promouvoir l’intégrité et l’harmonie au sein de la communauté maçonnique. Ce soin apporté au processus d’admission est une caractéristique distinctive de la franc-maçonnerie, renforçant son engagement envers l’excellence morale et le développement personnel.

Remarquez mes bien-aimés Frères, nous parlons ici de la Communauté maçonnique et pas seulement de la Loge maçonnique, car un candidat initié s’engage à suivre les commandements de l’Ordre, non seulement dans sa Loge Mère, mais avec toutes les Loges de sa ville, son État, votre pays et le monde. On peut dire qu’il s’agit d’un engagement universel.

 LE DEVOIR D’UN PARRAIN FRANC-MAÇON :

Lorsque nous abordons le sujet du parrain franc-maçon, il est important de souligner que la franc-maçonnerie ne s’intéresse pas seulement à la quantité de membres, mais surtout à la qualité des composantes de son personnel, car ce n’est qu’avec la qualité que ses objectifs et ses enseignements se perpétueront. , qui ne doivent pas être connus des non-initiés.

Temple de la Loge maçonnique Clodomir Silva

Et au vu de ce paramètre de qualité du candidat, il appartient au parrain franc-maçon de ne pas oublier que son filleul pourrait dans le futur devenir un Vénérable Maître et même un Grand Maître. Il faut donc être pointilleux dans son choix et ne pas inviter quelqu’un que vous avez rencontré et que vous pensez avoir le profil d’un franc-maçon, soit parce que cette personne vous a rendu service, soit même parce qu’elle fait partie d’une certaine caste sociale.

La perpétuation de l’Ordre maçonnique dépend en grande partie du parrain, car, selon son choix ou son indication, la franc-maçonnerie aura d’excellents ouvriers ou simplement des francs-maçons incapables de réaliser l’œuvre qu’elle propose, c’est-à-dire offrir des moyens qui assurent des jours meilleurs à l’humanité. Soyez heureux.

Les moyens présentés par l’institution maçonnique pour que l’humanité puisse être heureuse sont d’une simplicité unique, il suffit que les francs-maçons les exercent et les mettent en pratique dans le monde profane.

En pratiquant les moyens établis par l’Ordre Maçonnique, le Franc-Maçon doit prêcher :

  • L’amour comme moyen principal de résoudre tout problème et de rassembler les gens ;
  • Que grâce à l’amélioration des mœurs, il est possible de vivre dans une société sans troubles ;
  • Qu’en faisant preuve de tolérance et de patience, on évite les frictions entre les gens ;
  • Que chacun est un être humain avec ses propres idées et qu’en tant que tel, il doit être traité avec égalité et respect, y compris en respectant l’autorité et les croyances de chacun, sans établir de frontières ou de races pour cela, d’autant plus que tout le monde est effectivement égal.

Il est à noter que le parrain franc-maçon se charge de très bien connaître le candidat, ainsi que sa famille. Lorsqu’une personne profane rejoint l’Ordre maçonnique, sa femme, ses enfants et d’autres membres de sa famille le rejoignent également, c’est pourquoi la participation effective de tous les membres de la famille est extrêmement importante pour accomplir les actes les plus divers, tels que les solennités, les fêtes, l’Ordre de DeMolay. , Filles de Job, mouvements caritatifs, etc.

Il faut donc que le parrain soit très prudent lors du choix du filleul, et pour cela, il doit connaître ses relations familiales, son comportement avec ses collègues de travail, sa situation économique, sa disponibilité financière, sa disponibilité de temps pour suivre l’évolution de la situation. intérêts de l’Ordre, son niveau de culture, sa facilité à manier les mots et surtout, son niveau de perception dans la compréhension des sujets qui lui sont exposés.

Une personne profane ne doit être invitée à adhérer à la Franc-Maçonnerie que lorsqu’elle démontre, sans l’ombre d’un doute, un intérêt à le faire et que sa femme, si elle est mariée, ne présente aucun symptôme de mauvaise volonté.

Le parrain, lorsqu’il présente le nom de son candidat, est investi d’une autorité déléguée par des frères qui lui font pieusement confiance, comprenant que ce parrain amène au sein de la Franc-Maçonnerie, un futur frère qui préserve les coutumes de l’Ordre. Cependant, la responsabilité du parrain ne s’arrête pas là, car le comportement de son filleul dépend de lui, avec le Parrain comme exemple.

Monument-place-Fabriciano-Brésil
Toujours en voie d’achèvement, un monument sur la place Fabriciano célèbre les 60 ans de la franc-maçonnerie à Vale do Aço

Le parrain doit apparaître à son filleul comme étant le Maître des Maîtres, il doit être comme un « Père », un grand ami, un conseiller confident cherchant à l’éclairer, pour que ses démarches vers l’obtention des diplômes se fassent exclusivement sur le mérite. Il appartient donc au parrain de donner le bon exemple à son filleul, de respecter sa présence aux séances conformément au RGF et, principalement, ses obligations pécuniaires envers l’Ordre.

Il est bon de rappeler que le parrain a le devoir de rechercher son filleul, lorsqu’il est en non-conformité avec la Loge, car, lorsque le parrain a présenté le nom de son candidat proposé, il a déclaré catégoriquement à travers un document signé qu’il est en mesure de répondre de l’aptitude morale et financière du candidat. Autrement dit, lorsque le parrain présente le nom d’un candidat à l’Assemblée, il s’avère que presque personne (ni même personne d’autre) ne connaît la personne présentée. Il s’avère que les membres de l’Assemblée croient simplement aux paroles de leur frère et approuvent le début du processus d’enquête.

INDICATION:

Rituel d’initiation d’un candidat

Le mot enquête vient du grec súndikos signifie « être avocat, représenter en justice »

Dans la franc-maçonnerie, le mot susmentionné confère  des statuts  essentiels à la structure organisationnelle d’une loge maçonnique. L’ enquête  offre au candidat le privilège d’être la voie légale pour devenir franc-maçon.

Partant de cette prémisse, la triade de frères nommés par le Vénérable Maître doit avoir suffisamment « d’expérience » pour syndiquer un candidat – ils assument une grande et réelle responsabilité lors de la syndication –, sachant même « qu’IL pourrait être votre frère ». A ce stade, les frères doivent enquêter sur le candidat en tenant compte notamment des règles et instructions définies dans le RGF.

Il est prudent que, dans le dialogue , les groupes cherchent à évaluer d’autres prédicats tels que : l’expérience dans un groupe social, le comportement familial et autres. Nous devons toujours visualiser et fixer dans notre esprit que nous recherchons un  « citoyen » qui, après avoir été  initié  (devenu franc-maçon), sera notre  frère  et des milliers d’autres répartis sur toute la surface de la Terre.

COMITÉ D’ADMISSION ET DE DIPLÔMES :

Une fois le travail des sections terminé, la commission des admissions et des diplômes entre sur le terrain pour vérifier si tout est bien paramétré au regard du RGF. Il s’agit d’un travail technique, d’une extrême responsabilité comme les autres précédents et d’une analyse précise, car l’avis de ce Comité devient le document qui indique si les conditions d’admission sont justes et parfaites pour continuer le processus vers l’Initiation… ou non. .

De manière générale, une Commission des Admissions et des Diplômes est chargée de :

  • Émettre un avis sur les modalités d’admission et de placement diplômant ;
  • Surveiller toutes les procédures d’admission ;
  • Préparer le calendrier des procédures d’admission pour le VM et le Secrétariat ;
  • Transmettre, guider et exiger les procédures du Secrétariat dans le processus d’admission ;
  • S’occuper de toutes les procédures d’obtention du diplôme ;
  • Préparer le calendrier des procédures d’attribution des diplômes pour le VM et le Secrétariat ;
  • Diriger, guider et exiger les procédures du Secrétariat dans le processus d’attribution des diplômes ;
  • Créer des normes techniques pour les candidats ;
  • Délivrer une attestation technique aux candidats souhaitant changer de diplôme.

CONCLUSION

Le Serment (Dionysos Tsokos, 1849) illustre une cérémonie d’initiation : le pope semble être Grigórios Phléssas, le combattant Theódoros Kolokotrónis.

Il est important que nous connaissions soigneusement les  « candidats » que nous proposons désormais d’initier dans notre Ordre maçonnique. Dans le processus traditionnel d’admission, les parrains et marraines doivent porter le verbe SER… très différent du verbe ESTAR…

L’Enquête doit être menée par des Maîtres Maçons expérimentés, avec une grande observation et sans poser de questions dans l’ordre selon la forme. La Commission des Admissions et des Diplômes, purement technique, travaille dans la perspective de la réglementation maçonnique et opère selon un vaste processus qui commence par la sélection du candidat par un parrain franc-maçon.

D’après ce qui a été dit dans ces lignes, nous pouvons dire que pour optimiser le processus d’admission, nous devons être forts et conscients dans la décision de choisir les candidats , d’autant plus si l’un d’eux est un parent ou un ami (proche) et qui , en sa bonne conscience de parrain, reconnaît que l’élu remplit, de manière insatisfaisante, les exigences que l’Ordre maçonnique nous fixe.

Peut-être sommes-nous trop critiques, mais, comme il n’y a pas de tamis spécial dans le choix du profane par le parrain, on peut dire que certaines propositions de nomination des candidats, apportées aux Loges maçonniques par les « parrains » , peuvent souffrir d’un incohérence abyssale, car  lorsque le syndicat le sollicite pour un dialogue, il parvient à capter son manque partiel de connaissances en se rendant compte que « lui » ne sait même pas  pourquoi  il veut vraiment être accepté dans l’ordre maçonnique .

Ce n’est pas une tâche facile de bien faire les choses lors du choix d’un candidat ayant le niveau souhaité par l’Ordre, mais c’est à nous tous, Maîtres Maçons, de faire de notre mieux pour séparer le bon grain de l’ivraie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES