mar 23 avril 2024 - 16:04

De la légende au « devoir de véracité »

Pour que les légendes ne meurent pas, il faut sans cesse les réinventer Et les raconter.

La légende d’Hiram nous dit que trois Compagnons malhonnêtes l’agressent pour obtenir de lui les « mots de passe » du salaire de Maître. Le digne et glorieux architecte n’obéit pas à l’injonction de ces crapules. Il est ainsi assassiné sous leurs coups, à la sortie du Temple en fin de construction, sans avoir parlé. Ces mots précieux car porteurs d’une symbolique sacrée, partent ainsi à jamais dans la tombe avec Hiram. A sa mémoire, le roi Salomon en garde le principe. Ils les remplacent par « les mots substitués » (dont les initiales décorent nos tabliers). Même ainsi nommés avec élégance dans un cadre fictionnel, ils sont interprétables comme une contre-vérité, pour ne pas dire, si je puis me permettre, un mensonge, involontaire en l’occurrence !

Métaphoriquement, « ces paroles de remplacement » illustrent fort bien un phénomène qui jalonne l’histoire de l’Homme. En manque d’origine, conscient de sa petitesse, de sa faiblesse, à la merci des éléments d’une nature souvent hostile, il a progressivement peuplé le ciel de divinités parfaites et toutes puissantes puis d’êtres extraordinaires et d’histoires fantastiques. Autant de faits compensateurs et propices à l’identification, certes illusoires mais bienfaisants, rassurants pour son mental apeuré.

Le mensonge, sport national

 Ainsi sont nés le récit (tel le précité) et avec lui, le mythe, la fable, le conte, le roman, l’allégorie, la religion et ses dogmes. A visée de protection et pour apaiser de la sorte son angoisse existentielle. Sans cette « reliance artificielle » au monde de la fiction, au vrai grâce à son imagination – qui n’a jamais été aussi fertile – il est certain que l’espèce humaine n’aurait pas traversé le temps, jusqu’à ce XXIème siècle débutant !

Oui mais…qui dit inventions, dit à la fois, créations matérielles de plus en plus performantes et productions « des choses de l’esprit » à l’avenant ! La vérité est au fonds du puits dit une autre légende…et elle a bien du mal à remonter à la surface, dans nombre de cas de la vie courante ! Parce que, précisément, notre intellect, peut avoir tendance à mélanger la fiction et le réel ! Et ce qu’il faut bien à nouveau nommer le mensonge, est devenu, remarquons-le, une forme de « sport national « dans la cité !

Aussi bien dans les domaines éducatifs, économiques ou sportifs, que dans ceux de la culture, de la politique ou de l’information médiatisée, que de mensonges sont répandus ! C’est ainsi, par plaisir, par goût de l’affabulation, par besoin d’enjoliver le quotidien, par provocation, par calcul, par méconnaissance voire par malveillance aussi, l’homo Sapiens, doté de la parole, peut éprouver le besoin de la travestir. En un mot, de mentir ! Souvent pour se valoriser, parfois aussi, notons-le à décharge, par impérieuse nécessité. Pour aider ou sauver quelqu’un. Le mensonge a aussi son utilité, voire sa noblesse !

La mode des narratifs

 « Ne vous payez pas de mots. N’accordez à quiconque une confiance aveugle, mais écoutez tous les hommes avec attention et déférence. Ayez la ferme résolution de les comprendre. Respectez toutes les opinions mais ne les déclarez justes qu’après en avoir fait vous-même un examen approfondi. Ne profanez pas le mot Vérité ».

Nous y voilà, francs-maçons et franc-maçonnes de notre état, nous sommes judicieusement prévenus par nos rituels, tel celui ci-dessus : il nous est conseillé, dans et au sortir de la loge et la cité regagnée, de nous méfier des « narratifs » (mot à la mode) ! ambiants, de « faire le tri entre le vrai et le faux. En clair de lutter contre les fausses nouvelles, ces fameuses « fake news », comme on dit aujourd’hui. Telles des anguilles, elles savent se faufiler dans toutes les eaux !

En acceptant de nous confronter aux faits par une observation et une écoute attentives – ces instruments indispensables de la réflexion – nous avons à accomplir un « devoir de vérité ». Qu’est-ce à dire ? Qu’il nous revient, calmement certes – soldats aux mains nues que nous sommes – de dénoncer néanmoins lesdits mensonges, afin d’exercer notre sens critique. Reconnaissons-le, celui-ci est en grave régression aujourd’hui. En loge et au dehors, souvent :

  • Par désir de non-confrontation,
  • Par crainte pour quelque avancement parfois,
  • Pour faire plaisir à un bavard qui a l’occasion de « s’écouter parler »,
  • Par paresse intellectuelle même,

Tout simplement, nous demeurons silencieux !

Le devoir de vérité

 Dans l’exercice de ce « devoir de vérité », il est impossible de ne pas citer les affreux mensonges que déversent les « réseaux sociaux » dans nos ordinateurs, certes pour qui prend le temps de les consulter. Mais comment rester insensible, impassible devant ces tombereaux de méchancetés circulantes et autres complotismes destructeurs, à même de détruire des êtres et leur réputation de bons citoyens ?! Quand ce ne sont pas à des héros morts pour la France ou à des faits historiques reconnus, auxquels ces « justiciers publics » planqués lâchement derrière leurs écrans », s’attaquent sans vergogne !

A titre d’exemple, pour ne citer que la dernière guerre, lorsqu’on doute de l’action dans l’ombre de la Résistance sur tout le territoire, c’est 150 000 volontaires et 270 réseaux que l’on nie, et 20 000 morts, dont 1200 francs-maçons que l’on oublie. Et c’est Jean Moulin que l’on torture et fusille une deuxième fois ! Les plaques de marbre commémoratives dans les halls des Obédiences nous rappellent pourtant à ce « devoir de vérité » devenu « devoir de mémoire ». !

Lorsqu’on évoque la libération de la France par les vaillantes armées américaine, anglaise, canadienne et amérindienne (70 000 hommes), il ne faut pas omettre les 20 000 soldats français de la Division du Général Leclerc (2ème DB) également arrivés en Normandie par bateaux. Tout comme les 75 000 hommes regroupés par le Général Delattre de Tassigny sur les côtes méditerranéennes, qui ont ainsi pris l’ennemi en tenaille.

Winston Churchill

Cette libération du pays commencée à l’Ouest le 6 juin 1944 en Normandie (Opération Overlord) et le 17 août 1944 en Provence (Opération Dragoon) par les troupes alliées s’est terminée le 8 juin 1945 à Berlin, avec la capitulation de l’Allemagne, stoppée à l’Est par l’armée soviétique. Sans les FFI (Forces Françaises de l’intérieur) qui avaient du mieux possible, « préparé le terrain occupé », notamment avec les sabotages de centres opérationnels ennemis, ladite Libération de la France, dirigée de Londres par un Etat-major (Le Commandant suprême des forces alliées, le Général Eisenhower, le premier ministre Winston Churchill et le Général de Gaulle) aurait sans aucun doute, été encore beaucoup plus longue et compliquée.

Seconde Guerre mondiale 1939-45 24 octobre 1940 Adolf Hitler accueille le chef de l’État français, le maréchal Henri Philippe Pétain à Montoire-sur-le-Loir. Au milieu, l’envoyé interprète en chef Dr. Paul Schmidt. À droite, le ministre des Affaires étrangères du Reich Joachim von Ribbentrop.

Pour mon humble part, avec un père, protecteur de personnes étrangères pendant cette deuxième guerre mondiale et acteur de la Libération de Paris, un frère, maquisard pendant 4 ans, et un cousin de 18 ans déporté en Allemagne, je peux me permettre d’affirmer l’existence et l’importance de la Résistance intérieure. L’enfant de 10 ans que j’étais à cette époque en a vécu – de surcroît sous les bombardements en banlieue parisienne – certaines actions périlleuses locales, qui m’ont marqué à vie.

Ceux qui persistent à douter de ces faits passés – comme ils continuent de penser que les chambres à gaz n’ont jamais existé en Pologne occupée en 1942 et 1943, où ont été exterminés 900 000 juifs – sont souvent les mêmes qui affirment aujourd’hui que l’homme n’a jamais été sur la lune le 20 juillet 1969 (un franc-maçon, Buzz Aldrin, récemment décédé, faisait partie de l’équipage qui a « aluni)).

Du doute aux croyances

Certes le doute nous est fortement recommandé en franc-maçonnerie, à juste raison, nous le savons. Il est même nécessaire à notre appareil psychique, comme « préventif analytique » avant d’acquérir la preuve de la réalité des circonstances en cause… ou leur inexistence. Mais lorsque ce doute est systématique et conduit les sceptiques au soupçon en toute chose, la pathologie névrotique peut alors être également…soupçonnée !

Micro BFM posé par terre
Micro BFM posé par terre

Certes, en cette période où les médias eux-mêmes se font piéger par ces funestes « fake news », il s’agit d’être prudent, voire méfiant à l’audition des « nouvelles » quotidiennes. Mais lorsque les faits historiques passés ont été ou sont parfaitement et honnêtement démontrés, il y a lieu de dominer ses réticences et de « faire confiance » à l’indiscutable !

Authentifier un fait, c’est se respecter. A l’inverse, l’orgueil – cette qualité qui peut devenir défaut en basculant dans la vanité – consistant à soutenir une fausse information et incitant parfois à désirer avoir raison coûte que coûte quand il s’agit avant tout de raisonner… est à bannir. C’est une attitude qui n’a pas sa place, ni en maçonnerie, ni dans la cité.

Nous abordons ici le domaine délicat du « croire » et des croyances. Souvenons-nous, la première d’entre elles est la croyance au Père Noël : une ferveur qui nous renvoie au pays « magique » de notre enfance. Puis vient en grandissant la croyance ou pas en une ou des divinités, inculquée en famille ou par l’extérieur. Nous le savons, il y a autant de preuves que Dieu existe ou qu’il n’existe pas. Les astrophysiciens les cherchent dans l’immensité céleste qui semble reculer au fur et à mesure de leur progression ! Et apparaissent dans leurs télescopes géants, toujours plus de nouvelles galaxies. L’inaccessible étoile est toujours en vue ….

La boussole de la raison

 Pour notre humble part, c’est donc avec une frustration et une interrogation que nous avons progressivement pris place dans le monde des terriens ordinaires qui est aussi celui de… l’invisible : Ce qui s’est traduit par retrait de nos chaussures de la cheminée puis prolongé par le mystère au sujet d’un éventuel Etre Suprême, au-dessus de nos têtes. Adultes devenus, surprise et contrainte à la fois, une apparition a surgi devant nos yeux, sous forme d’une réalité de la vie : le choix permanent à faire en toute chose, selon nos convictions, apprises ou acquises. Constat de ce cheminement, le besoin d’un indispensable accessoire mental : la boussole de la raison. Elle est, plus que jamais, notre meilleur guide dans le quotidien actuel de nos incertitudes !

« Dis-moi quel est ton conte de fée préféré, et je te dirai qui tu es !», assure le psychologue Bruno Bettelheim. Cette affirmation d’un « professionnel de l’âme » tendrait à accréditer l’idée que nous gardons, blottie au fond de nous-mêmes « quelque chose de juvénile », si ce n’est cet enfant qui veut garder le « désir de croire », même à l’incroyable . Un enfant qui se demande donc (inconsciemment ?) ce qu’il fait dans la peau d’un adulte !

Les sciences de l’homme, de l’anthropologie à la psychanalyse, nous disent, chacune dans leur langage que, en fait, nous demeurons toute notre vie de « grands enfants ». Puissions-nous continuer à vivre le monde, le regard illuminé par les étincelles du « merveilleux » de ce paradis lointain ! « L’enfance est un lieu auquel on ne retourne pas mais qu’en réalité on ne quitte jamais. » (Rosa Montero, romancière, journaliste) Il est certain qu’il convient d’en garder cet attribut qui en faisait les délices : la curiosité. C’est le plaisir de la recherche – autrement dit de l’attente fébrile, de l’obstination méticuleuse, de la supposition, du rêve… – davantage que la découverte, en soi ici « terminus de l’imaginaire « – qui en fait « le sel » ! Ainsi le mystère du monstre du Loch Ness, de l’yéti, l’abominable homme des neiges au Tibet, des soucoupes volantes et des extra-terrestres, entre autres énigmes, n’existe pas pour être résolu mais…entretenu. La science, le journalisme spécialisé, les arts divinatoires, les religions s’efforcent, très sérieusement pour certains, avec des théories « fumeuses » pour d’autres, d’apporter des réponses. La franc-maçonnerie, elle, apporte des questions. C’est bien l’un de ses intérêts !

De la vérité à la véracité

Enquête de vérité
Enquête de vérité

C’est notre caractéristique humaine, nous sommes « taraudés » par un POURQUOI ? depuis que l’évolution a créé l’espèce animale et nous a donné cette intelligence de témoins de l’univers. Derniers arrivés du « Vivant », après, notamment, les règnes minéral et végétal, nous voulons tout savoir : Qui suis-je ? D’où viens-je ? Où vais-je ? Au philosophe Emmanuel Kant d’ajouter : « Que puis-je connaître ? », « Que dois-je faire ? », « Que m’est-il permis d’espérer ? » Autrement dit « Quel est le sens de ma vie ? de la vie ?

La lucidité nous fait répondre que la vie n’a aucun sens. La responsabilité, elle, nous invite à contrôler notre parole puisque nous en sommes dotés. De la sorte si la Vérité (majusculée !) de l’Univers et la « clé du vivant » ne sont pas (encore ?) à notre portée, le « dire vrai », l’exactitude du propos – tels que nous voyons, faisons, et interprétons nos actes – nous incombe. Notre crédibilité parmi nos semblables est à ce prix. Conter, raconter, oui, mais pas n’importe quoi et par négation, notamment ce qui peut nuire à autrui et le blesser, voire le tuer ! Les mots sont des caresses ou des projectiles ! D’où, ce « devoir de vérité » précité que je préfère finalement nommer par honnêteté et modestie « devoir de véracité ». Le verbe fait ce qu’il peut pour décrire les faits, mais n’en ait que l’ombre, si je puis dire : l’important est qu’il soit au moins sincère, de bonne foi, après vérification de son application pratique !

L’Homme ne s’est pas créé lui-même. Il est la solution mais pas le problème. D’où son invention de cet outil vital, la fiction, sous toutes ses formes, – de Dieu à notre calendrier, de notre identité à notre généalogie supposée – de nos fêtes et anniversaires – pour nous singulariser et nous situer dans ces inconnus que sont encore l’espace et le temps. Même expliqués par Einstein, physicien à la fois génial, clairvoyant et espiègle. Nous avons besoin de pain, d’un passé et d’une raison d’être. De sens, précisément.

Par nos désirs, par nos réalisations, par nos rencontres – autant d’aventures humaines et souvent d’étonnants parcours individuels – nous sommes toutes et tous des « romans vivants » ! Pour exister mieux que vivre !

5 Commentaires

  1. Super article, merci pour ce travail, qui m’a enrichi. J’ai fait un travail sur le mensonge il y a quelque temps, ennpartant du livre les Frères Karamazov qui était aussi trois !
    Votre article ouvre une autre vision sur le mensonge, et corobore les idées et ce qu’implique le mensonge dans nos sociétés.
    3 x fraternellement thierry

  2. Très bel article une fois de plus de votre part.
    Je prends beaucoup de plaisir à vous lire et à me questionner, m’amenant quelques fois à plancher sur les sujets que vous avez abordés.
    Cet article fait partie des sujets que j’ai envie de creuser pour voir s’il en sortira une planche.
    Merci.
    3BF
    Patrick (GLDF)

  3. Albert Einstein a dit : L’escalier de la science est l’échelle de Jacob, il ne s’achève qu’aux pieds de Dieu. S’il avait été FM, il aurait sans doute terminé par “aux pieds du GADL’U”.
    D’avoir cru au Père Noël pour ne plus y croire ensuite ne génère pas nécessairement une frustration. Ce peut être là de merveilleux souvenirs.
    Sans doute que ceux qui ouvrent leurs travaux à la Gloire Du Grand Architecte de l’Univers sont-ils toujours de grands enfants. Mais quoiqu’on puisse en penser, cela permet bien souvent d’atteindre l’égrégore, avec ses FF.
    A l’heure de passer à l’Orient Eternel, peut-être découvrira-t-on que ce n’est qu’un conte de Noël mais en tous cas, nous partirons avec de bons souvenirs…

    • Croire au GADL’U, qui est Dieu, évite à l’homme de se prendre pour Dieu… Actuellement, beaucoup de gens ont peur de la mort, où se pense immortel. Pas simple…
      Amitiés fraternelles,
      Robert (un frère du rectifié)…

  4. Le “devoir de véracité” me fait rectifier une faute d’orthographe : merci de lire dans mon texte “le verbe fait ce qu’il peut pour décrire les faits mais n’en est que l’ombre ( et non “n’en n’ait”)

    “Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur du monde” ( phrase exacte qui est en fait un résumé de Camus d’une citation de son ami philosophie Brice Parain) est une citation toujours d’actualité.

    Faisons attention à ce que nous écrivons, moi le premier, en “hommes de verbe” que nous sommes! Avec mes excuses . GG

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Gilbert Garibal
Gilbert Garibal
Gilbert Garibal, docteur en philosophie, psychosociologue et ancien psychanalyste en milieu hospitalier, est spécialisé dans l'écriture d'ouvrages pratiques sur le développement personnel, les faits de société et la franc-maçonnerie ( parus, entre autres, chez Marabout, Hachette, De Vecchi, Dangles, Dervy, Grancher, Numérilivre, Cosmogone), Il a écrit une trentaine d’ouvrages dont une quinzaine sur la franc-maçonnerie. Ses deux livres maçonniques récents sont : Une traversée de l’Art Royal ( Numérilivre - 2022) et La Franc-maçonnerie, une école de vie à découvrir (Cosmogone-2023).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES