mar 23 avril 2024 - 17:04

Le Sacré sans frontières… Voyagez spirituellement avec les ”Cahiers de L’Alliance”

L’expression « le Sacré dans tous ses états », titre de ce dernier numéro des ”Cahiers de L’Alliance” peut être interprétée de diverses manières. Surtout dans un contexte maçonnique !

Le terme sacré fait référence à tout ce qui est étant considéré comme de nature divine ou spirituelle, avec une importance religieuse ou spirituelle profonde. Cela peut englober des croyances, des objets, des lieux, des pratiques, ou des concepts qui sont des vénérés ou équestre en haute estime pour leur signification spirituelle.

Cette partie de l’expression – dans tous ses états – suggère une exploration ou une reconnaissance de la diversité et de la complexité du sacré. Elle implique une approche exhaustive, reconnaissant le sacré sous toutes ses formes et manifestations, qu’elles soient traditionnelles ou non conventionnelles, organisées ou personnelles, explicites ou plus subtiles.

Dans l’art royal, l’expression du sacré peut donc se commenter sous plusieurs angles : pluralité des croyances et des pratiques spirituelles, quête de connaissance et d’élévation spirituelle – développement personnel, amélioration de soi et recherche de la vérité –, approche universaliste de la franc-maçonnerie, qui cherche à transcender les différences doctrinales spécifiques pour se concentrer sur des principes spirituels et moraux plus larges qui unissent l’humanité.

Pierre Lucet.

Dans son éditorial, Pierre Lucet, grand maître de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française (GL-AMF) dite l’Alliance, élu en octobre 2023 pour un mandat de trois ans, précise dans son avant-propos intitulé « Sacré, de quoi parle-t-on ? » que « … l’objet de ce cahier est donc de visiter les contours du sacré, de découvrir et redécouvrir le sacré dans tous ses états pour mieux en comprendre la dimension infinie, toujours liée au mystère de l’Univers dans la transformation de notre aventure humaine… »

Tout est dit et bien dit !

En sa qualité de nouveau grand maître, Pierre Lucet souhaite poursuivre le travail de ses prédécesseurs. En témoigne son premier avant-propos offrant au lecteur une introduction générale du contenu de ce dernier opus de L’Alliance de ce qu’il va découvrir. Nous fournissant aussi un contexte important pour comprendre le sacré. Sachant qu’avec le temps, le concept de sacré s’est étendu pour embrasser une gamme plus large de significations, souvent au-delà du strict contexte religieux, pour inclure tout ce qui est considéré comme d’une importance suprême, digne d’un respect et d’une protection particuliers. Cela peut inclure des valeurs, des principes, ou même des éléments de la nature ou de la culture humaine perçus comme fondamentaux ou intangibles.

Rappelons que le mot sacré a une étymologie incertaine. Selon cette théorie, le mot sacré dériverait du latin sacer, qui signifie consacré aux dieux, mais aussi maudit ou intouchable. Un mot est lui-même dérivé du verbe sacrare, qui signifie consacrer, rendre inviolable. L’idée derrière cette origine étant que le sacré est séparé du profane, du monde ordinaire, et qu’il est voué à une puissance supérieure.

IL nous faut tenir compte aussi de son origine indo-européenne. D’autres chercheurs avancent une origine racine indo-européenne sak, qui signifie sanctifier, purifier. Une racine se retrouve dans d’autres langues indo-européennes, comme le sanskrit sacer et le grec ancien ἱερός (hiéros). Mais le mot sacré est apparu en français au XIIe siècle où il a d’abord été utilisé pour désigner des choses consacrées à Dieu. Puis, c’est au XVIe siècle que le mot sacré a pris son sens moderne de relatif à la religion.

Avec ce numéro sur le « Sacré » avec un ’’S’’ majuscule , ce numéro des Cahiers – revue d’études & recherche maçonniques renforce la fraternité entre les frères de la GL-AMF, promeut les valeurs de la franc-maçonnerie mais participe au débat public sur les questions de société en sachant que certains contributeurs à la revue ne sont pas maçons…

« Le Sacré dans tous ses états » une étude et une acceptation de la pluralité et de la complexité de la sacrée. Cela peut impliquer de s’ouvrir à des formes de spiritualité et à des pratiques religieuses, divers qu’il est à des interprétations personnelles du divin ou du sacré.

En ajoutant « au risque des profanations », on souligne la fragilité inhérente du sacré. La profanation, c’est-à-dire le traitement d’une chose sacrée avec irrespect ou de manière à la dévaloriser, est un risque permanent quand le sacré est exposé, discuté, ou simplement quand il coexiste avec des perspectives non religieuses ou avec l’irrévérence. Cette partie de l’expression met en lumière le courage et la volonté de confronter ce risque pour la recherche et l’expression de la spiritualité.

L’association des deux concepts invite à réfléchir sur la relation dynamique entre le sacré et le profane. Dans un monde où les croyances et les valeurs sont diverses et parfois en conflit, reconnaître et explorer le sacré “dans tous ses états” tout en étant conscient du “risque des profanations” reflète une tentative de naviguer et de concilier ces différences, en cherchant un terrain d’entente ou une compréhension mutuelle.

Gaston-Paul Effa.

C’est ce à quoi se sont attachés tous les collaborateurs.

À commencer avec le premier texte, celui de Gaston-Paul Effa, écrivain connu et reconnu français d’origine camerounaise, professeur de philosophie et vénérable maître de la loge nationale de recherche qui nous invite, la définition passée à traiter comment le sacré justifie notre existence. François Xavier Tassel, grand orateur de L’Alliance, avec son é »Salé, sucré, sacré : la loi de la valeur » évoque une exploration profonde et variée de la vie, mêlant les expériences sensorielles à la quête de sens. Le salé et le sucré représentent les dualités et les contrastes de la vie, les joies et les peines, les épreuves et les récompenses. Le sacré, quant à lui, suggère une dimension plus profonde, une recherche de connexion avec quelque chose de plus grand que soi, que ce soit à travers la religion, la spiritualité, ou les valeurs personnelles. Ensemble, ces éléments forment un voyage riche vers la compréhension de ce qui donne véritablement de la valeur à notre existence. C’est une invitation à embrasser la diversité de la vie tout en cherchant ce qui la rend significative et sacrée.

Jean-Claude Tribout.

Nous avons tout spécialement apprécié le papier du rédacteur en chef des Cahiers,  passionné d’histoire, de littérature et d’art sacré Jean-Claude Tribout sur « L’art sacré des icônes ». Il aborde une réflexion profonde sur le rôle et l’impact des icônes dans la société et la culture. Une icône, qu’elle soit une personne, une image, ou un symbole, transcende souvent son origine pour incarner des idéaux, des aspirations ou des valeurs partagées par une communauté ou l’humanité tout entière.

Icône de Théodore de la Mère de Dieu, honorée par les orthodoxes comme icône miraculeuse de la Vierge Marie.

La vocation d’une icône est de servir de pont entre le quotidien et l’idéal, d’inspirer, de mobiliser ou de consoler. Il nous transcende, devient un phare éclairant les aspects éternels et universels de l’expérience humaine. Pour une recherche individuelle et/ou collective de sens.

On peut donc prendre la mesure du sacré en contemplant le message lumineux des icônes…

Si l’objet de ce numéro des Cahiers était de visiter les contours du sacré, de découvrir et redécouvrir « le sacré dans tous ses états » pour mieux en comprendre la dimension infinie, toujours liée au mystère de l’Univers, dans la transformation de notre aventure humaine, reconnaissons que le pari est gagné.

Avec la force de leurs rites, les francs-maçons font l’expérience du temps et de l’espace sacrés dans la voie initiatique. Et, dans la pratique de la fraternité, ils reconnaissent comme sacré le visage de leurs Frères. Aves les Cahiers, entrons dans le sacré, libérés du risque d’idolâtrie ou de peur, invités à sacraliser nos vies. Ils sont un facilitateur atteindre ce bel idéal !

Cahiers de L’Alliance n° 17 – Revue d’études et de recherche maçonniques

Le Sacré dans tous ses états au risque des profanations

Collectif – Éditions Numérilivre, février 2024, 120 pages, 20 €

À commander sur Eosphoros, la boutique de L’Alliance ou chez Éditions Numérilivre, le site.

Au rythme de 3 numéros par an, les « Cahiers de L’Alliance » sont édités par la Loge nationale de recherche de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française.

Directeur de la rédaction : Jean Dumonteil – Rédacteur en chef : Jean-Claude Tribout

Contact : Jean-Claude Tribout – 06 76 68 78 21 – cahiers.alliance@alliance.fm

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES