mer 17 avril 2024 - 14:04

Après l’autorisation de bénir les couples LGBT dans l’Église catholique, ils sont prêts à se réconcilier avec les francs-maçons

De notre confrère Russe radonezh.ru

Le cardinal, qui a participé vendredi 16 février 2024 à la réunion à huis clos « historique » entre les chefs des loges maçonniques d’Italie et les plus hauts hiérarques de l’Église catholique, a appelé à l’ouverture d’un dialogue « permanent » avec l’organisation secrète, malgré le fait que la franc-maçonnerie a longtemps été condamnée par l’Église, rapporte Sedmitsa.ru en référence au Registre national catholique.

Un document de 1983 de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi déclare que les principes maçonniques « ont toujours été considérés comme incompatibles avec la doctrine de l’Église ». Et en novembre dernier, le Dicastère pour la doctrine de la foi a confirmé cette position, citant un document de 1983 selon lequel « l’adhésion active à la franc-maçonnerie pour les fidèles est interdite en raison de l’incompatibilité entre la doctrine catholique et la franc-maçonnerie ».

S’exprimant lors d’une réunion à Milan sur “L’Église catholique et la franc-maçonnerie”, le cardinal Francesco Coccopalmiero, 85 ans, aurait déclaré qu’il pensait qu’il y avait eu une “évolution de la compréhension” entre la franc-maçonnerie et l’Église au cours des 50 dernières années.

“Les choses avancent et j’espère que ces réunions ne s’arrêteront pas là”, a déclaré le prélat italien à la retraite, rapporte Il Messaggero, citant des sources présentes à la réunion, fermée à la presse.

Le cardinal Coccopalmiero, qui a été évêque auxiliaire à Milan sous le cardinal Carlo Maria Martini (1927-2012), s’est demandé “si nous ne devrions pas penser à une discussion permanente, même au niveau officiel”.

Le cardinal Martini était connu pour être proche des francs-maçons, qui après sa mort lui rendirent un chaleureux hommage en le qualifiant d'”homme de dialogue”.

Selon des sources qui ont parlé à La Nuova Bussola Quotidiana, les trois Grands Maîtres des Loges italiennes – Stefano Bisi du Grand Oriental d’Italie, Luciano Romoli de la Grande Loge d’Italie et Fabio Venzi de la Grande Loge Régulière d’Italie – ont participé à la réunion. Deux d’entre eux ont rendu public leur discours.

“Avec des nuances différentes, ils ont tous défendu la compatibilité de la franc-maçonnerie avec la foi catholique”, a déclaré Riccardo Cascioli, rédacteur en chef de La Nuova Bussola Quotidiana, qui s’est également entretenu avec les personnes présentes à la réunion à la Fondation culturelle Ambrosianium.

L’Église catholique, aux côtés du cardinal Coccopalmiero, était représentée par l’archevêque Mario Delpini de Milan, le théologien franciscain le révérend Zbigniew Suchecki et l’évêque Antonio Stagliano, président de l’Académie pontificale de théologie.

Bisi, qui a déclaré considérer la rencontre comme “très significative”, a remercié l’Église pour son éducation en tant qu’homme issu d’une famille pauvre, et a expliqué que la réconciliation entre la franc-maçonnerie et l’Église était un de ses désirs de longue date. Il se souvient également avec tendresse du cardinal Martini, « qui était chez lui ici ».

Bisi a exprimé son appréciation pour le message du cardinal Gianfranco Ravasi aux francs-maçons, formulé dans une lettre ouverte de 2016 intitulée “Chers frères francs-maçons”, mais a déploré le rythme du dialogue et de la réconciliation et s’est demandé pourquoi le pape François avait apparemment oublié les francs-maçons, ” ouvrant mes bras à tout le monde.” Il a critiqué le récent refus du Vatican d’accorder des lettres de créance à un ambassadeur maçonnique et a souligné une décision du Vatican de novembre dernier confirmant l’interdiction faite par l’Église aux catholiques d’adhérer à la franc-maçonnerie.

Le pape, selon Busy, « a fait la célèbre déclaration : « Qui suis-je pour juger ? » au début de son pontificat, en faisant appel aux homosexuels », puis « il a ouvert la porte aux divorcés », mais « il a oublié que parmi les maçons, il y a aussi beaucoup de catholiques qui sont empêchés de communier ».

Les francs-maçons se sont toujours vu refuser la sainte communion et ont été explicitement et automatiquement excommuniés jusqu’au Code de droit canonique de 1983.

Dans une ode à l’indifférentisme – la conviction que les différences religieuses n’ont pas d’importance et constituent un principe central de la franc-maçonnerie – Busi a déclaré que « chaque homme est le frère d’un autre » et que « les liens de fraternité sont indépendants de la foi. Il suffit de croire au « Grand Architecte de l’Univers ».

« Le ciel étoilé est le même pour les bouddhistes, pour les catholiques, pour les vaudois, pour les musulmans, pour tous ceux qui croient en un être suprême », a-t-il poursuivi, ajoutant : « Nous donnons à nos frères la liberté d’adhérer et de pratiquer n’importe quelle religion. Les vérités absolues et les murs de la raison ne nous appartiennent pas et, pour nous, il faut les abattre. »

En conclusion, Bisi a exprimé l’espoir qu'”un jour, le Pape et le Grand Maître pourront se rencontrer et parcourir ensemble une partie du chemin à la lumière du soleil”.

Par ailleurs, Riccardo Cascioli a déclaré que la contribution catholique globale à la réunion était “inquiétante”.

Mgr Delpini, arrivé avec 45 minutes de retard à la réunion, a ouvert la conférence en soulignant l’importance du dialogue avec la société secrète, car « tout le monde n’a peut-être pas abordé le sujet d’une organisation aussi ancienne et prestigieuse, toujours entourée d’une aura de mystère et suspicion.

L’évêque du plus grand diocèse d’Europe en nombre de prêtres et de laïcs a déclaré que l’organisateur de la conférence, le Groupe de recherche et d’information socio-religieuse, une association privée agréée par la conférence épiscopale italienne, poursuivait “les conversations et le dialogue” avec les loges maçonniques.

Mais il a ajouté que le but de cette démarche n’était pas « l’absolution des péchés ». Il s’agit plutôt, dit-il, de “faciliter le dialogue entre les gens pour connaître les points de vue de chacun, pour enregistrer leurs similitudes ou leurs distances”. Évidemment, a-t-il ajouté, « cette conférence ne se terminera pas par l’adoption d’un quelconque document final ».

Zbigniew Suchecki a produit un “compte rendu compétent” des nombreuses déclarations de l’Église contre la franc-maçonnerie, mais Cascioli a déclaré que sa contribution était “quelque peu négligée” par celle de Mgr Stagliano, “qui semble intolérant aux rappels de doctrine”.

Bien que l’évêque ait dû expliquer pourquoi la franc-maçonnerie était inconciliable avec l’Église, il a prononcé un « long discours » qui « a brisé l’approche doctrinale du côté catholique et a été pour l’essentiel d’accord avec les exigences des représentants de la franc-maçonnerie ».

Mgr Stagliano a déclaré qu’il était “intéressé par l’événement chrétien, pas par la doctrine”, et a répété les commentaires qu’il avait faits le mois dernier dans le journal de la Conférence épiscopale italienne Avvenire à propos de la déclaration de bénédiction du Vatican pour ceux qui sont en union irrégulière, Fiducia Supplicans. Il a souligné que le Seigneur « est amour, seulement et toujours amour ».

Sa miséricorde, dit-il, précède le péché originel et « la pluie sur les justes et sur les injustes », c’est-à-dire sur tous. « Qui suis-je pour juger que la condition humaine est telle que la miséricorde de Dieu, répandue sur les justes et sur les injustes, ne les touche même pas de son humidité ? Parce que parfois l’humidité de l’eau de la miséricorde de Dieu suffit à raviver la vie.

Les paroles de Mgr Stagliano coïncidaient avec la plainte de Bisi selon laquelle les maçons devraient être librement admis à la Sainte Communion.

Ainsi, selon Cascioli, un élément de la manière de surmonter l’intransigeance avec la franc-maçonnerie est évident, et « une théologie spéciale est également en préparation ». En fait, a-t-il ajouté, Mgr Stagliano a critiqué la décision du Vatican de novembre dernier confirmant l’interdiction faite aux catholiques d’être francs-maçons, la qualifiant de « réductrice » et restant au niveau de la confrontation doctrinale.

Il convient de noter qu’en novembre dernier, dans les nouveaux statuts de l’Académie pontificale de théologie de Mgr Stagliano, le pape François a souligné de manière controversée l’importance d’une « théologie fondamentalement contextuelle » capable de « lire et interpréter l’Évangile dans les conditions dans lesquelles vivent les hommes et les femmes ». chaque jour, dans des environnements géographiques, sociaux et culturels différents. »

La théologie, dit la lettre apostolique, doit « se développer dans une culture de dialogue et de rencontre entre différentes traditions et différentes disciplines, entre différentes confessions chrétiennes et différentes religions ». Il doit interagir « ouvertement avec tous, croyants et non-croyants ».

Malgré leur enthousiasme apparent pour une éventuelle réconciliation, Cascioli a déclaré que l’évêque Stagliano et le cardinal Coccopalmiero semblaient vouloir paraître inexpérimentés en matière de franc-maçonnerie lors de la réunion, bien que Mgr Stagliano ait assisté à au moins une de ces réunions avec des francs-maçons en 2017, lorsqu’il était évêque de Noto. , Sicile.

En outre, a expliqué Cascioli, à son arrivée à la réunion de vendredi, Mgr Stagliano “a fait preuve d’une grande familiarité avec plusieurs représentants maçonniques” et sa croix pectorale était cachée – “une étrange façon de témoigner”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES