mar 23 avril 2024 - 16:04

Francs-maçons et politique : les dessous d’un système opaque

De notre confrère entreprendre.fr – Par Alexandre Bodkine

Loin des clichés et des fantasmes, la franc-maçonnerie française tisse sa toile dans les arcanes du pouvoir. De la politique aux affaires en passant par les médias, ses membres, discrets mais influents, cultivent le secret et prônent l’amélioration de l’homme. Mais quelle est l’étendue de leur influence réelle sur la société française ?

En France, la franc-maçonnerie n’est pas une, mais multiple. Divisée en une vingtaine d’obédiences aux rites et traditions variés, elle rassemble environ 180 000 membres, dont une majorité d’hommes.
Discrets sur leur appartenance, les francs-maçons se retrouvent dans des loges, officiellement pour se perfectionner moralement et intellectuellement, selon les principes de l’ordre.

Des francs-maçons aux portes du pouvoir

Depuis des siècles, la franc-maçonnerie entretient des liens étroits avec le monde politique. De nombreux hommes d’Etat français, de Jules Ferry à François Mitterrand, ont été initiés à ses secrets. Aujourd’hui encore, la présence de « frères trois points » dans les cabinets ministériels et les instances de décision est loin d’être anecdotique.

L’exemple Macron : soutien maçonnique et désillusion

Emmanuel Macron, bien qu’il ne soit pas franc-maçon lui-même, a bénéficié du soutien de plusieurs figures influentes de la franc-maçonnerie lors de son élection. Des ministres comme Gérard Collomb ou Jean-Yves Le Drian, ainsi que d’autres personnalités proches du pouvoir, comme Richard Ferrand, font ouvertement état de leur appartenance à une loge.
Cette proximité avec les réseaux maçonniques a valu à Macron l’accusation de composer avec un « pouvoir occulte », alimentant les suspicions d’entrisme et de favoritisme.

Bras de fer dans le monde des affaires : les réseaux à l’œuvre

L’influence de la franc-maçonnerie ne se limite pas à la sphère politique. Dans le monde des affaires, les réseaux maçonniques jouent un rôle important, parfois au détriment de la transparence et de l’égalité des chances.

L’affaire Cédric Lewandowski, ancien directeur de cabinet de Jean-Yves Le Drian, en est un exemple illustratif. Evincé de son poste après avoir été pressenti pour prendre la tête de la DGSE, il a été accusé par certains de ses anciens « frères » d’avoir abusé de ses réseaux maçonniques pour obtenir des promotions et des avantages indus .

Un « Etat maçonnique » ? Mythe ou réalité ?

L’omniprésence des francs-maçons dans les sphères du pouvoir alimente les fantasmes d’un « Etat maçonnique » où les décisions se prendraient en loge et non dans les institutions républicaines. Si l’influence de la franc-maçonnerie est indéniable, il est difficile de déterminer son ampleur et ses ramifications réelles. La culture du secret qui entoure l’organisation et l’absence de transparence sur ses membres et ses activités nourrissent les suspicions et les accusations de favoritisme.

Secret et opacité des francs-maçons : les ferments de la méfiance

Le secret qui entoure la franc-maçonnerie est l’une des principales sources de méfiance à son égard. Ses rituels initiatiques, ses symboles et ses mots de passe font l’objet de fantasmes et de spéculations, alimentant l’idée d’une société occulte qui manipule les institutions démocratiques.

Vers une nécessaire transparence de l’influence des francs-maçons ?

Face aux accusations et aux suspicions, de nombreuses voix s’élèvent pour exiger une plus grande transparence de la part de la franc-maçonnerie. La publication des noms de ses membres, l’ouverture de ses loges au public et la clarification de ses liens avec le monde politique et économique pourraient contribuer à dissiper les doutes et à apaiser les tensions.

Francs-maçons en France : un débat nécessaire

La question du rôle de la franc-maçonnerie dans la société française est loin d’être close. Si ses membres prônent des valeurs humanistes et fraternelles, leur influence sur les décisions politiques et économiques soulève des questions de démocratie et de transparence.

Alexandre Bodkine

6 Commentaires

  1. “…la franc-maçonnerie française tisse sa toile dans les arcanes du pouvoir (…) ses membres, discrets mais influents, cultivent le secret…”
    Ca commence bien ;^)
    “officiellement pour se perfectionner moralement et intellectuellement”, ce qui implique qu’officieusement…
    “De nombreux hommes d’Etat français, de Jules Ferry à François Mitterrand, ont été initiés à ses secrets.” Formulation ambigüe qui laisserait à penser que Mitterrand était franc-maçon, ce qui n’est pas le cas.
    “La publication des noms de ses membres, l’ouverture de ses loges au public et la clarification de ses liens avec le monde politique et économique pourraient contribuer à dissiper les doutes et à apaiser les tensions.” Comme sous le régime de Vichy ?
    “Si ses membres prônent des valeurs humanistes et fraternelles, leur influence sur les décisions politiques et économiques soulève des questions de démocratie et de transparence.” Bigre ! Le complot maçonnique !
    Ah la la… ^^

  2. Merci NoWak d’avoir rectifier quelques anneries émises par cet auteur qui ne sait pas grand chose de la franc-maçonnerie et qui a oublier que l’ordre maçonnique repose sur l’art royal qui permet à “un” individu de prendre conscience de ses capacités pour “Être heureux de vivre” et qui ensuite dans le quotidien de l’existence, d’oeuvrer comme il l’entend en humain libre, sans être le représentant de quelqu’obédience que ce soit. A ce que je sache, on ne dit pas VICTOR SCHOELCHER de la Loge… de la Grande Loge de… c’est l’humain qui s’engagea contre l’esclavage et, qui fut sans doute soutenu pas quelques un de ses compagnons de route, mais ce n’est pas LA Franc-maçonnerie qui fit promulguer le décret du 27 avril 1848 qui abolit définitivement l’esclavage en France.

  3. Le FM était Jacques Mitterrand,aucun lien avec François.Il y a quelques FM un peu partout,des citoyens ordinaires qui restent discrets au souvenir des persécutions religieuses et politiques qu’ils eurent à subir.Le retour est toujours possible.

  4. La politique en Franc-Maçonnerie est un sujet de division ! Nos Grands-Maîtres et Grandes Maîtresses ont tellement besoin de “paraître” qu’ils/elles adorent s’afficher avec des politiciens qui eux ne demandent que cela ! L’exemple le plus récent est la rencontre de Jordan Bardella du Rassemblement National avec Jean-Pierre Rollet de la GLNF . De l’extrême droite à l’extrême gauche, en passant par le centre, la présence des politiciens dans les loges devraient être interdite ! On est dans le spectacle contre-productif qui alimente l’anti-maçonnerie ! Pauvres humains !

    • Cher Alain,
      Malheureusement il s’agit d’une coquille du Canard Enchaîné. Ce dernier a évoqué la Grande Loge Nationale de France. Ce qui crée une confusion. En effet Jean-Pierre Rollet n’a pas rencontré Mr Bardella. Cela est strictement et rigoureusement interdit à la GLNF. Nous imaginons bien que le GM lui-même ne viendrait pas à commettre ce genre de choses.
      Cordialement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES