ven 23 février 2024 - 00:02

Le côté féminin de la franc-maçonnerie portugaise

De notre confrère portugais noticiasmagazine.pt – Par CATARINA SILVA

Le Grand Orient Lusitan, la plus ancienne obédience maçonnique portugaise, débat désormais de l’entrée des femmes. Ce sujet qui dure depuis des décennies, est un tabou qui n’a pas cessé d’exister et qui perdure au sein de l’organisation au niveau international. Mais même si la franc-maçonnerie est une institution historiquement masculine, la vérité est qu’elle a toujours été présente. Même en combattant pour la République et la liberté.

Nous étions au tournant du millénaire, il y a une vingtaine d’années, lorsqu’Odete Isabel, féministe, fervente défenseure de l’égalité des droits, femme d’avril, a frappé à la porte de la franc-maçonnerie. Oui, de la franc-maçonnerie. J’ai été influencé par la force du discours de mon ami António Arnaut, franc-maçon, avocat et homme politique portugais bien connu, ainsi que par deux amis de Coimbra. C’était en 2000 et Odete Isabel entre ainsi dans la Grande Loge Féminine du Portugal, la seule obédience maçonnique exclusivement féminine de notre pays, dont elle ne quittera plus jamais, et est maintenant Grande Maîtresse pour la deuxième fois, le plus haut degré. « J’avais 60 ans à l’époque et je voulais essayer, voir si je pouvais réussir en franc-maçonnerie et ils m’ont ouvert la porte », se souvient-il. Mais cette histoire commence bien plus tôt, c’est Odete Isabel elle-même, aujourd’hui âgée de 83 ans, qui fait la révélation. Il faut revenir en enfance pour en comprendre les subtilités. Ainsi soit-il.

Elle a grandi à l’Estado Novo à Mealhada et son professeur du primaire a convaincu son père de la laisser poursuivre ses études. Elle a toujours voulu être chirurgienne, mais elle a vite compris que ce n’était pas un métier de femme, que les femmes n’avaient pas de mains pour opérer, signe des temps. Elle obtient son diplôme de pharmacie, étudie à Porto et travaille déjà le 25 avril 1974 dans les services pharmaceutiques de l’hôpital et du centre universitaire de Coimbra. Odete Isabel traverse cette date historique pleine d’espoir et peu après, elle veut se présenter aux élections, Chamber da Mealhada, contestée par un ami. On lui a même dit de « laisser la politique aux hommes », mais c’est une femme de fibre, intrépide par nature. Elle est désignée comme la première femme élue maire du Portugal, lors des élections municipales de 1976, l’une des Cinq Magnifiques qui ont osé défier le pouvoir masculin cette année-là et qui ont été élues. Ce cadre est important, souligne Odete Isabel, pour expliquer la rencontre avec la franc-maçonnerie. « Le 25 avril m’a fait m’épanouir, j’ai beaucoup grandi. Et, plus tard, la franc-maçonnerie m’a donné un espace pour penser librement, elle m’a apporté l’espoir d’une société plus égalitaire. Mais il y a encore beaucoup de préjugés et d’ignorance.»

Et voilà, les préjugés, l’ignorance. La question des femmes dans la Franc-Maçonnerie, qui est historiquement une institution masculine, est un débat depuis des décennies, un tabou qui n’a cessé d’être, une discussion interne qui se poursuit encore aujourd’hui, malgré le fait que les femmes ont toujours été présentes dans la Franc-Maçonnerie.(bien que souvent de manière clandestine et inhabituelle, des femmes étaient initiées à la franc-maçonnerie pour avoir espionné les cérémonies maçonniques des hommes, histoire de protéger les secrets des loges).

« La franc-maçonnerie était en avance sur son temps sur de nombreux aspects, mais pas par rapport aux femmes », critique sans détours Odete Isabel. La Grande Oriente Lusitano (GOL), fondée en 1802, qui existe depuis sans interruption, la plus ancienne obédience maçonnique du Portugal, évidemment masculine, discute désormais de la question. Après que plusieurs membres ont exigé la modernisation de l’organisation, GOL a commencé par enquêter sur les 103 loges du pays (il y a des loges dans tous les districts) qui composent l’obédience, en écoutant les francs-maçons sur l’initiation des femmes et la majorité a montré qu’ils étaient favorables.

Mais ce n’était qu’un premier pas, le sujet doit désormais être débattu au sein de la Grande Diète, sorte de parlement maçonnique GOL, qui se réunit périodiquement au Palais maçonnique, dans le Bairro Alto, à Lisbonne. Il y a en moyenne deux représentants par magasin, qui présenteront des propositions et décideront des modalités d’entrée des femmes. Dans une interview accordée à Lusa, Fernando Cabecinha, grand maître de GOL, a expliqué qu’« en ce moment, il existe un désir majoritaire du peuple maçonnique que GOL soit une obédience où travaillent des loges masculines, féminines ou mixtes ». Mais le processus est délicat, il nécessite de changer les procédures, peut-être même de changer la constitution maçonnique. Une source du GOL, qui compte environ 2 500 membres, a indiqué que le débat à la Grande Diète avait déjà commencé le week-end dernier. Mais le chemin prendra du temps. Il est intéressant de noter que le Grand Orient de France admet les loges mixtes depuis 2012 et le Grand Orient de Belgique depuis 2020 (où la création de loges exclusivement féminines est désormais en discussion).

En effet, selon António Ventura, docteur en histoire contemporaine, professeur émérite à la Faculté des Arts de l’Université de Lisbonne, auteur de livres sur la franc-maçonnerie et lui-même franc-maçon, « il y a déjà eu des femmes dans GOL ». “Au XIXe siècle, il y avait des loges de femmes et au XXe siècle, il y avait deux loges féminines, qui étaient à égalité avec les loges masculines, elles avaient des représentants à la Grande Diète”, explique-t-il. Cependant, en 1922, « GOL adhéra à l’Association maçonnique internationale et l’une des conditions des statuts de cette association était que les femmes n’en faisaient pas partie », ce qui aboutit au départ définitif des éléments féminins. « Ce qui prévalait à cette époque, et encore aujourd’hui, dans la majorité de la franc-maçonnerie internationale, c’est la non-présence des femmes, non pas à cause de préjugés, mais par tradition », explique António Ventura. En fait, la Constitution d’Anderson de 1723, le document fondateur de la franc-maçonnerie moderne, qui a émergé en Angleterre, n’autorise pas les femmes à entrer. « C’est très lié à la mentalité de cette époque, au rôle que les femmes avaient socialement. Ceux qui défendent aujourd’hui l’entrée des femmes le font précisément pour s’adapter aux temps nouveaux.»

En éliminant les contraintes de la tradition, il faut rappeler, dit le professeur à la retraite, « que les femmes dans la franc-maçonnerie ont joué un rôle très important, avec des figures comme Ana de Castro Osório ou Adelaide Cabette, certaines des femmes les plus importantes du mouvement féministe et républicain. ». Les francs-maçons ont participé activement à la Constitution de la République portugaise, inspirés par la réalisation des droits des femmes, à savoir le droit de vote, une attente qui finira par être déçue. Le seul texte que Lídia Jorge ait écrit pour le théâtre jusqu’à présent s’intitule « A masão » et s’inspire précisément de la vie d’Adélaïde Cabette. L’histoire de la franc-maçonnerie est inévitablement liée à celle du pays, même dans le rôle des femmes.

Les préjugés, le mystère, les controverses

Mais avant tout, nous devons comprendre la franc-maçonnerie, son fonctionnement, le manteau de mystère dans lequel elle vit encore. La franc-maçonnerie est une organisation dans laquelle une personne entre par une cérémonie d’initiation et qui comporte une série de rituels. Pour le reste, et pour faire simple, même si cela n’a rien de religieux, c’est ainsi que cela se passe dans les religions. De plus, il est universel, il a des principes transversaux de liberté, d’égalité et de fraternité, qui se matérialisent alors différemment dans chaque organisation maçonnique (obéissance, comme on l’appelle), presque comme le christianisme qui se matérialise dans différentes églises. Et c’est fraternel, basé sur l’idée que tous les membres sont frères et doivent s’entraider.

Chaque obédience – on estime qu’il y en a aujourd’hui plus de 20 au Portugal, masculines, mixtes, une féminine, elles se sont multipliées après le 25 avril – est formée de plusieurs loges, qui sont des lieux de rencontre, des temples, et qu’elles suivent. Une hiérarchie (chaque loge a une sorte de mini-gouvernement, comme c’est le cas dans une entreprise, une association ou un club). Il y a des rituels, on porte les fameux tabliers, symbole du travail, on discute des idées, on débat, on fait des promesses et des serments, on initie de nouveaux membres, on approuve des aides financières, on crée des projets qui prennent forme dans le monde profane. L’objectif ultime est l’amélioration individuelle, un processus intime d’évolution personnelle, souvent à travers la coexistence avec des personnes qui pensent différemment, de partis différents, de religions différentes. C’est même un espace philosophique qui, dans les séances organisées par chaque loge, cherche à répondre aux questions profondes de l’humanité, qui défend les principes de tolérance, d’une société plus juste et égalitaire. Et les francs-maçons doivent intégrer ces principes dans leur vie personnelle. Si l’on remonte à ses origines, au Moyen Âge, la franc-maçonnerie est née aux mains des maçons et des bâtisseurs, comme un espace de socialisation fondé sur la tolérance.

(Photo : Leonardo Negrão/Global Imagens)

Cela dit, même aujourd’hui, il vit sous un rideau de mystère, notamment parce qu’il existe un secret maçonnique, que seuls les membres savent ce qui se passe lors des séances et que l’identité des autres francs-maçons ne peut être divulguée – beaucoup choisissent de ne pas dire publiquement qu’ils sont francs-maçons. C’est peut-être pour cela qu’il suscite tant de curiosité. «C’est pour des raisons historiques, pour éviter la persécution (comme cela s’est produit avec l’Inquisition). Il existe encore des cas où des personnes en subissent un préjudice professionnel. Pourquoi alors ne peut-on pas assister à une séance maçonnique ? Pour la même raison que vous ne pouvez pas assister à un Conseil des ministres ou à une réunion du conseil d’administration d’une entreprise. C’est comme rejoindre un club réservé aux membres, cela n’a rien à voir avec des pratiques indignes ou conspiratrices », souligne António Ventura.

Malgré cela, la franc-maçonnerie a déjà connu plusieurs controverses, en raison de prétendus copinage et influence dans la politique, ainsi que dans la justice. Il y a un peu plus de dix ans, un ancien juge accusait la franc-maçonnerie de contrôler les tribunaux portugais. Dans le livre « La fin des secrets », l’auteur Catarina Guerreiro a révélé que la franc-maçonnerie recrute bon nombre de ses membres parmi les jeunes partisans du PS et du PSD, également dans les universités. Et il y aura dans le pays une loge qui parviendra toujours à avoir parmi ses membres un proche des différents premiers ministres. L’œuvre, datant de 2015, lève encore le voile sur ce qui se passe lors des réunions, notamment les rituels avec crânes et cercueils.

Plus récemment, le fait qu’il y ait des francs-maçons d’extrême droite, notamment au sein du GOL, est devenu public, même si l’entrée d’un nouveau membre se fait par parrainage, il y a d’abord une enquête (pour s’assurer que les candidats sont exemplaires sur le plan moral et social et jusqu’à ce qu’il soit nécessaire de présenter un casier judiciaire. Le Grand Maître, Fernando Cabecinha, a déjà déclaré que les intolérants liés aux mouvements populistes ne se sentiront pas à l’aise dans la franc-maçonnerie, qui lutte pour les principes égalitaires, qui défend la démocratie et le « respect d’autrui ». Mais la franc-maçonnerie est le reflet de la société, composée d’êtres humains.

(Photo : Leonardo Negrão/Global Imagens)

Pour ceux qui le voient de l’extérieur, il y a l’idée qu’il s’agit d’un lieu réservé aux personnes riches et influentes. Et les mythes qui l’entourent y contribuent beaucoup. En effet, pour entrer, il faut payer une sorte de frais (entre 150 et 200 euros chez GOL) et il y a des frais mensuels (en moyenne 20 euros). En plus du sac de collecte d’argent, qui circule à chaque séance, il est remis à quiconque le souhaite, comme cela se produit à la messe, pour récolter des fonds pour des projets caritatifs par exemple. « Posséder un bijou n’est pas exclusif à la franc-maçonnerie et ce n’est pas une valeur exorbitante. Cela n’a jamais été un espace pour les personnes influentes. Il suffit de voir que dans la Première République portugaise, les membres les plus importants étaient des commerçants, des enseignants, des employés, et non des hommes politiques. Actuellement, il y a des gens de partout, des agriculteurs, des avocats, des policiers, des ouvriers, des menuisiers. Ils entrent à 70 ans comme à 18 ans. Mais il y a un énorme manque de connaissances », souligne António Ventura. Et pourtant, il existe des milliers de livres, de films, de vidéos YouTube sur les cérémonies maçonniques.

Les femmes et le poids de l’histoire

Fátima (juste Fátima, parce que sa famille ne sait pas qu’elle est franc-maçonne) pourrait en être un exemple. Elle est institutrice à Porto, elle a rejoint la Grande Loja Feminina de Portugal il y a 20 ans, elle avait un peu plus de 40 ans. « Une personne d’une loge pour hommes ici à Porto m’a contacté. Je connaissais bien le rôle de la franc-maçonnerie, son histoire, j’ai toujours eu beaucoup de respect, je n’avais aucun préjugé”, commente-t-il. Il l’a rejoint et à ce jour il ne regrette rien, il tient même à dire que sa participation aux séances « n’est pas bonne, elle est très bonne ». Il y a vingt ans, lorsqu’elle a débuté, elle était catholique pratiquante, aujourd’hui elle est « moins pratiquante ». « Le catholicisme ne donne pas aux gens d’espaces de réflexion, la franc-maçonnerie m’a donné des outils pour mieux me connaître, je suis aujourd’hui une femme beaucoup plus libre. Il n’y a pas d’ethnies, de races, de partis politiques, de religions, d’orientations sexuelles ici. Elle est originaire de Loja Invicta et a déjà invité des amis qui étaient choqués qu’elle soit franc-maçonne. Il ne l’admet tout simplement pas publiquement parce qu’il sait que cela dérangerait sa mère. « Je sais qu’elle a de terribles préjugés, il y a beaucoup d’ignorance. Bien sûr, il y aura des gens qui utiliseront la franc-maçonnerie pour faire avancer leurs intérêts. Mais quels intérêts ai-je poursuivis au cours de ces 20 années ? Nous ne sommes pas ce groupe qui cache, en tant que malfaiteurs, cette mafia dont nous parlons. Et nous pouvons partir quand nous voulons. L’enseignante de Porto n’a jamais voulu partir, elle reste maçonne de pierre et de chaux à 63 ans.

Les rites de la franc-maçonnerie féminine, dit-il, sont identiques en tous points à ceux de la franc-maçonnerie masculine, y compris la nécessité de sept maîtres pour créer une loge, les tabliers et les cérémonies d’initiation. Mais jusqu’à ce que nous en arrivions là, jusqu’à ce que les femmes conquièrent leur propre place dans l’organisation, le chemin était long, aller et retour (il l’est toujours). L’histoire en témoigne. « Les femmes ont toujours été considérées comme des êtres humains de second ordre, intellectuellement démunis », rappelle Odete Isabel. Il est intéressant de noter que la participation des femmes a évidemment commencé avec le modèle des loges d’adoption, controversées dès le départ, car on supposait qu’elles étaient « adoptées », rattachées à une loge d’hommes, dépendantes. Ce n’est qu’avec le temps qu’elles obtiendront leur indépendance. La Grande Loge des Femmes du Portugal a commencé à prendre forme au début des années 1980 (avant cela, cependant, il existait déjà la Fédération portugaise des droits de l’homme, une obédience mixte).

« En 1982, quatre Portugaises partent en France, la Grande Loge Féminine de France est reconnue et devient le fief de la franc-maçonnerie féminine en Europe », révèle Odete Isabel. Les bases de la réimplantation de la franc-maçonnerie féminine au Portugal ont commencé à être préparées. “Ces quatre femmes ont été initiées en France, au moins une fois par mois elles allaient à Paris travailler avec les sœurs françaises, ce qui est remarquable.” En 1983, la première loge portugaise pour femmes, Unity et Mátria, a été créée à Lisbonne. Les franc-maçonnes ont commencé à recruter des membres, et « avec cette loge d’autres sont apparues, à Figueira da Foz, à Porto, aujourd’hui il y a 26 loges réparties dans tout le pays, soit environ 600 membres ». Depuis lors, on a assisté à une plus grande adhésion des femmes à la franc-maçonnerie, ainsi qu’à une plus grande participation à la vie politique, sociale, culturelle et économique.

En cette année où est célébré le 50e anniversaire du 25 avril, la lutte des femmes se poursuit sur plusieurs fronts, dont celui de la franc-maçonnerie. “Nous sommes en 2024 et vous regardez les entreprises, à l’Assemblée de la République, partout, et les femmes continuent de recevoir moins, sans avoir un accès facile aux sièges de pouvoir, ceux-ci sont toujours réservés aux hommes.” Odete Isabel se souviendra toujours d’une phrase de Maria de Lourdes Pintasilgo, la seule femme qui a été première ministre de notre pays et que la Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine du Portugal avait rencontré à l’Université Catholique de la Jeunesse. « L’humanité est comme un oiseau qui a deux ailes, l’une est l’homme, l’autre la femme. Tant que les deux ne seront pas également développés, vous ne pourrez jamais voler. Odete Isabel croit toujours – et se battra toute sa vie – que l’oiseau peut voler, à l’intérieur et à l’extérieur de la franc-maçonnerie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES