sam 24 février 2024 - 14:02

Le mystère de Plazac – Par Laurent Ridel

Du site de Laurent Ridel : decoder-eglises-chateaux.fr

Il y a quelques jours, je vous soumettais un document présentant brièvement près de 40 églises et monastères à visiter en France. Il vous a inspiré quelques idées de voyage. Tant mieux, c’était le but. Vous m’avez aussi signalé quelques petites erreurs et fautes d’orthographes. Aujourd’hui je vous le propose

Il y a deux semaines, une abonnée, Laure, m’envoyait un mail et une photo :  « Dans une église de Dordogne, Plazac, à l’entrée du chœur, proche de la grille de communion, est accrochée au mur une structure en bois fermée par un rideau. – avez-vous déjà rencontré ceci ailleurs ? – comment s’appelle cet élément ? – à quoi sert-il ? (statue à l’intérieur, forme de dais ?) »
Pour ma part je donnais ma langue au chat (avec vous dans le rôle du chat). Quelques-uns d’entre vous m’ont effectivement répondu. Vous allez savoir si l’énigme est résolue.   47 mn après l’envoi de mon infolettre et de mon interrogation, je recevais une réponse en image de Noé. D’après une ancienne photo, l’emplacement correspondait à une chaire à prêcher. J’avais pensé aussi à cette hypothèse. La partie supérieure en bois ressemblait en effet à un abat-son de chaire à prêcher. D’autres abonnés, Pierre-Yves du Béarn, Jean du Pays d’Auge et Pierre de Belgique, ont renchéri. Je pensais l’affaire pliée. Prise de Veies, enluminure du manuscrit Fr 365
Grâce à une autre photo, Marie-Christine de Belgique m’a remis les yeux en face des trous. 
La chaire à prêcher ne correspond pas à l’emplacement de la structure mystère. De plus cette structure est dupliquée à l’entrée du chœur. Difficile d’imaginer 3 chaires à prêcher dans une église ! J’ai donc poursuivi avec curiosité la lecture de vos mails à la recherche d’autres hypothèses.  Myrelingues et Marc de Bourgtheroulde proposent un conopée, voile enveloppant le tabernacle où sont conservées les hosties consacrées. Très peu utilisé de nos jours, ce textile symboliserait la tente de l’Exode, à l’intérieur de laquelle les Hébreux protégeaient l’Arche d’Alliance. Je ne parle pas ici de l’Arche de Noé, mais de ce coffre précieux, symbole de l’alliance entre Dieu et son peuple.  Est-ce un conopée pour autant ? Je ne le pense pas. Pourquoi en mettre deux ? Et pourquoi à l’entrée du chœur ? Dans une église paroissiale comme celle de Plazac, il n’y avait qu’un seul tabernacle et donc un seul canopée, le tout au fond du chœur.  Un autre abonné, Claude du Maine-et-Loire, transmet l’hypothèse d’un ami : il s’agit d’un dais recouvrant une colombe eucharistique. Là aussi, cela mérite quelques explications. Certains autels étaient surmontés d’une colombe en bois qui contenaient les hosties consacrées. Eglise néogothique de Vimoutiers
J’oppose le même argument que précédemment. Pourquoi deux dais pour une colombe eucharistique ? Il n’y en a besoin que d’un.  L’hypothèse du dais est poursuivie par Marie-Christine de Belgique, déjà citée. Elle propose précisément de voir « deux dais que l’on détachait du mur lors de procession et qui abritaient alors une statue ». Le fait d’avoir plusieurs dais de procession dans une église ne me choquerait pas, à la différence d’avoir plusieurs chaires à prêcher ou colombes eucharistiques. Une réserve cependant : l’étroitesse du dais, la longueur du rideau, l’absence de hampes (les bâtons pour porter le dais) me font beaucoup douter.  J’ai l’impression de vous faire tourner en bourrique. Aucune des propositions avancées ne me satisfait. Je me résous à une interprétation. 
Le dais, en cloche, ressemble beaucoup à celui d’une chaire à prêcher. Oui, je reviens à cette première hypothèse trop vite balayée. Peut-on imaginer des chaires à prêcher qui ont été démantelées dans d’autres églises et dont le curé de Plazac a récupéré le sommet ? Il les a accrochées de part et d’autre du chœur, y a suspendu des rideaux afin de créer une sorte de mise en scène (en Cène ?) : dans cette configuration, le mystère de l’Eucharistie qui se réalise dans le chœur est au sens propre « dévoilé ».  Autrement dit, les deux objets que Laure cherche à identifier ne sont peut-être que des vestiges de chaire reconvertis en éléments scénographiques. Je vous laisse méditer sur cette hypothèse. 
La nouvelle photo mystère Laure a fait des émules. Jacques, autre abonné à cette infolettre, m’a soumis une sculpture à identifier. 
Le personnage tient un objet à la main gauche. Je suis incapable de le reconnaître. Vu ses vêtements, je suspecte une sainte. Quoiqu’aujourd’hui la sculpture ne soit pas dans une église et n’y ait peut-être jamais été.  J’attends vos propositions en réponse de ce mail.  Comment regarder les sculptures médiévales ? L’objectif principal de mon travail reste de vous donner les outils qui vous aident à décoder les églises et les châteaux. Les infolettres servent à ça, mais aussi mes formations, mes articles de blog et mes vidéos.  Cette famille d’outils s’agrandit aujourd’hui ; je vous présente le dernier-né : un livre numérique (ou ebook). 
Son but est de vous donner les clés d’analyse quand vous serez face à un portail sculpté, une statue de saints, un chapiteau…  Je ne suis généralement pas satisfait des livres que proposent les maisons d’édition dans le domaine. Avec ce livre, j’ai cherché à créer le guide que j’aurais aimé lire. Son contenu, synthétique, pratique et visuel, devrait vous faire plaisir. 

1 COMMENTAIRE

  1. Ces deux dais se trouvent de part et d autre de l entree du choeur de l église de Plazac. Lors des grandes fētes, deux pretres venaient répondre au curé. Ils se plaçaient chacun sous in dais, le curé étant au centre. Au mitan du 20e siècle, c étaient les abbés Cipière et Jourde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES