sam 24 février 2024 - 12:02

Le testament philosophique, une tâche incomprise !

Dans le processus de l’initiation, il y a l’épreuve de la Terre vécue lors de l’immersion dans le cabinet de réflexion.

Au cours de cette « épreuve », il sera demandé au profane de rédiger son testament moral et philosophique !  « Tiens, bizarre, bizarre, vais-je mourir ? » peut se dire le ou la profane en question !

Il s’agit de répondre à trois questions ; selon les loges et les obédiences plusieurs formulations sont possibles ; à titre d’exemple, voici trois formulations possibles :​

  1. Quelle est votre croyance sur l’existence d’un Dieu créateur et principe unique de toute chose; sur la Providence et sur l’immortalité de l’âme humaine; et que pensez vous de la religion chrétienne?
  2. Quelle idée vous êtes-vous formée de la vertu considérée dans ses rapports avec Dieu et avec la religion, avec vous-même et avec vos semblables?
  3. Quelle est votre opinion sur les vrais besoins des hommes, et en quoi croyez vous que vous puissiez leur être le plus utile?

ou

  1. Que doit l’homme à ses semblables ?
  2. Que doit l’homme à son pays ?
  3. Que doit l’homme à Dieu ?

ou

1. Quels sont les devoirs de l’homme envers lui-même ?

2. Quels sont les devoirs de l’homme envers sa Famille ?

3. Quels sont les devoirs de l’homme envers la Cité ?

4. Quels sont les devoirs de l’homme envers l’Humanité ?

5. A sa dernière heure chacun laisse une part de lui-même à la postérité ; il laisse en particulier le souvenir de son comportement moral et l’expression de sa philosophie. Et vous, quel souvenir souhaiterez-vous laisser ? Comment vous y prendrez-vous ?

La tendance de la plupart des profanes est de prendre ces questions au premier degré et de s’imaginer rédiger un testament de fin de vie comme cela peut se passer pour n’importe quel individu sachant sa fin proche.

Or il ne s’agit pas du tout de ce genre de testament dont il s’agit !

On ne dit pas assez aux profanes  qu’on est ici dans une toute autre situation. Il s’agit d’une mort d’un état profane qui va muter en une renaissance initiatique. L’initiation agit comme une mue : on va se débarrasser d’un état pour endosser un autre habit.

Le testament moral et philosophique du profane doit être compris comme une prise de conscience de cette volonté de changement vers la perfection. Il est inutile de vouloir faire des déclarations d’intention sur ce qui pourrait être des vertus auxquelles on attache une certaine importance.

Si ce testament doit avoir une valeur c’est parce qu’il pourrait receler tout ce que le profane veut abandonner parce qu’il a conscience qu’une autre dimension l’attend avec d’autres valeurs beaucoup plus motivantes que celles auxquelles il était attaché.

C’est en aidant le (la) profane à se préparer à cet exercice préalable à son changement d’état qu’on facilitera la compréhension même de l’initiation : il s’agit ici de réussir cette mort symbolique préalable à une renaissance initiatique.

12 Commentaires

  1. Peut être serait il bon de rappeler que l’épreuve de la terre est tout aussi importante que le testament philosophique ( voir plus ) car elle nous rappelle la vertu première ( et souvent oubliée ) de l’HUMILITE ( de Humus…terre ! ! ! )

    • Merci MTCF pour cette observation que je partage mais l’article était ciblé sur une pratique qui est souvent incomprise !

  2. Les origines du testament philosophique sont à chercher dans les premiers rituels où on évoque le cabinet des réflexions. Visionner le document d’Hervé H. Le Coq, l’apparition du testament en Franc-maçonnerie : youtu.be/tIiyYkESeHQ.
    Dans l’obscurité des gestations, le testateur fait le point, prend congé du monde profane et prépare ainsi sa nouvelle naissance symbolique, en offrant les traces qu’il souhaiterait laisser de lui comme un être de bien par les réponses aux questions posées : Quel est votre but en entrant en franc-maçonnerie ? Quels sont les devoirs de l’homme envers l’Humanité et la Patrie ? Quels sont les devoirs de l’homme envers lui-même ? Si vous étiez à l’heure de la mort, quel serait votre testament philosophique ?
    Avec cette première planche, par laquelle l’impétrant exprime sa philosophie de la vie avant de se préparer à un monde inconnu, se cherche le sens que la mort donne à la vie et les valeurs qui donnent du sens à la vie.
    Le testament rédigé par l’impétrant est brûlé, ses cendres «amorphes, image de la mort matérielle», remises au nouvel initié pour lui marquer la confiance de ses frères et sœurs en ses engagements pris lors de la cérémonie d’initiation.
    Cet usage n’est pas pratiqué au Rite York, ni dans les Rites américains.

    • Merci MTCS Solange pour ces intéressantes précisons ; mon propos était surtout de suggérer de mieux expliquer au postulant l’intérêt de ce “testament” qui n’a rien à voir avec les dernières volontés d’un être à la veille de son décès ! Fraternité !

  3. Pourquoi vouloir menmetre dans le testament philosophique qu’une métaphore ? Le profane n’est qu’un profane peu habitué au langage symbolique et si la FM doit nous apprendre à mourir pour bien vivre, il me semble logique que, sous terre, il réfléchisse peut être pour la première fois à sa propre mort physique.

    • Bien sûr tout sujet de réflexion philosophique n’est pas sans intérêt ! Mais il me semble qu’avec peu de mots, sans révéler ce qui sera vécu, le parrain ou la marraine pourrait mettre le récipiendaire sur la piste de cette “rupture” avec un monde profane sans perspective et dans l’espérance d’une “nouvelle” vie !

  4. L’article et le point de vue sont forts intéressants, mais est-ce que ça ne serait pas un peu du wokisme maçonnique ?

    Effectivement ce qu’est et représente le testament, vu après des années, en ayant été augmenté, en ayant accompagné nos successeurs en tant que parrain/surveillant/Expert/Véné….. On peut se dire, mince je n’y avais rien compris, c’était bcp plus, si aujourd’hui……
    Ok..! Sauf que remettons nous dans le contexte !! Ce testament c’est a un PROFANE qu’on demande de l’écrire, c’est à quelqu’un qui est encore dans le noir, qui potentiellement a déjà été secoué par le bandeau et l’ai à nouveau par ce cabinet sombre au centre de la terre….

    Donc le testament est-il “mal compris” ? Oui peut être, sans doute…. Mais doit-on et mieux, peux-t’on y faire quelque chose ?

    J’ai dit

    • Merci MTCF Cédric pour ce commentaire. Le lien fait avec le wokisme t’appartient mais si on le comprend comme un manière de revisiter l’histoire pour rétablir une injustice, je ne vois pas en quoi cela correspond à cet article qui souhaite corriger un non sens !
      Ce qui est sûr c’est qu’il y a encore beaucoup de découvertes à faire dans les rituels car nous avons été biberonné par Jules Boucher et Oswald Wirth avec leurs lectures très personnelles des rites maçonniques. Fraternité

  5. Bonjour MTCF
    Merci beaucoup pour cet article.
    Merci également à tous les commentateurs et commentatrices pour leurs apports forts intéressants.
    Effectivement, vu sous cet angle, il pourrait être intéressant de préparer les profanes à leur initiation et que le F:. E:. leur explique que le Cabinet de Réflexion est la première épreuve de leur initiation et que le testament philosophique est celui de leur fin de vie non maçonnique.
    Mais comment leur faire comprendre qu’ils vont subir un changement d’état sans dévoiler les mystères de l’initiation.
    Car une initiation, c’est avant tout quelque chose qui se vit de l’intérieur et qui ne doit pas être dévoilé avant.
    Frat

    • Merci TCF Patrick pour ce questionnement qui est effectivement une réalité ! A mon humble avis, cet embarras que nous pouvons avoir et qui est justifié a trait à notre volonté de laisser l’impétrant vivre la découverte du rituel ! Nous avons peur de déflorer un contenu car nous plaçons l’initiation sur le même plan que “l’annonciation” : Un ange vient dire à l’initié qu’il a été choisi pour devenir membre d’une “élite” ! Cette manière de voir l’initiation sacralise les rituels et semble nous interdire de modifier quoi que ce soit ! Ce faisant on oublie que les rituels ont été écrits par des humains et que ceux qu’on utilise aujourd’hui sont des versions modifiées des premiers rituels ! En écrivant cet article je me suis exposé à être accusé d’avoir commis un parjure ! On oublie que l’initiation est d’abord le début d’une démarche et expliquer au profane que s’il veut être initié c’est d’abord parce qu’il veut quitter la vie dans laquelle il est ! C’est le BA BA d’une initiation réussie ! enfin il me semble que c’est la réappropriation de cette condition qui permet la plus belle espérance ! Fraternité !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Alain Bréant
Alain Bréant
Médecin généraliste, orientation homéopathie acupuncture initié en 1979 dans la loge "La Voie Initiatique Universelle", à l'orient d'Orléans, du GODF Actuellement membre de la RL "Blaise Diagne" à l'orient de Dakar - GODF Auteur sous le pseudonyme de Matéo Simoita de : - "L'idéal maçonnique revisité - 1717- 2017" - Editions de l'oiseau - 2017 - "La loge maçonnique" - avec la participation de YaKaYaKa, dessinateur - Editions Hermésia - 2018 - "Emotions maçonniques " - Poèmes maçonniques à l'aune du Yi King - Editions Edilivre - 2021

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES