mer 28 février 2024 - 08:02

Le pot d’encens en Franc-maçonnerie

De notre confrère thesquaremagazine.com

« Le Pot d’Encens est l’emblème d’un cœur pur ; c’est toujours un sacrifice acceptable pour la Divinité ; et comme cela brille d’une chaleur fervente, nos cœurs devraient continuellement briller de gratitude envers le grand et bienfaisant auteur de notre existence pour les multiples bénédictions et conforts dont nous jouissons.

On ne peut pas dire avec certitude à quel moment le pot d’encens est devenu un emblème de la troisième section du Degré Sublime. 

Il s’agit apparemment d’une invention ou d’un ajout américain ; McKensie et Kenning disent tous deux qu’il n’est pas utilisé dans l’ouvrage anglais. 

Le Moniteur de Thomas Smith Webb, qui a opéré des changements si ingénieux et astucieux dans l’œuvre prestonienne, donne la formulation communément acceptée :

Le Pot d’Encens est l’emblème d’un cœur pur ; c’est toujours un sacrifice acceptable pour la Divinité ; et comme cela brille d’une chaleur fervente, nos cœurs devraient continuellement briller de gratitude envers le grand et bienfaisant auteur de notre existence pour les multiples bénédictions et conforts dont nous jouissons.

Jeremy Cross l’imprime parmi les illustrations délicieusement pittoresques du « True Masonic Chart » – des illustrations qui provenaient du crayon pas tout à fait dénué d’inspiration d’un certain Amos Doolittle, de New Haven.

Quelle que soit la manière dont le pot d’encens est entré dans les rituels américains, il est présent dans presque tous, et sensiblement sous la même forme, à la fois picturale et monétaire.

Si l’encens n’a pas une grande antiquité dans le système maçonnique, son usage date des premiers temps et s’y accroche des temps bibliques ultérieurs, et en Egypte et en Inde il a une antiquité encore plus grande.

Dans les tout premiers temps, comme le raconte la Bible, l’encens était davantage associé à l’idolâtrie qu’au véritable culte ; par exemple:

Parce qu’ils ont abandonné les hommes et ont offert de l’encens à d’autres dieux, afin de m’irriter par toutes les œuvres de leurs mains ; c’est pourquoi ma colère se déversera sur ce lieu et ne s’éteindra pas. (II Chroniques, 25-34). 

A quoi me servent l’encens de Saba, et la canne douce d’un pays lointain ? Vos holocaustes ne me sont pas agréables, et vos sacrifices ne me sont pas doux. (Jérémie 6-20). 

Et je ferai cesser en Moab, dit l’Éternel, celui qui offre dans les hauts lieux et celui qui brûle de l’encens à ses dieux. (Jérémie 35-48).

Cependant, lorsque le culte de JHVH (que nous appelons Jéhovah) fut complètement établi, brûler de l’encens passa d’une coutume païenne et idolâtre à une grande respectabilité et une place dans le Saint des Saints. Lévitique 12-16, 13 fait entendre cette note clé :

Et il prit sur l’autel devant l’Eternel un encensoir plein de charbons ardents, et ses mains pleines d’encens doux battus en petits morceaux, et il l’apporta dans le voile.

Et il mettra l’encens sur le feu devant l’Éternel, afin que la nuée d’encens couvre le propitiatoire qui est sur le témoignage, afin qu’il ne meure pas.

IMAGE PARMATTHIAS GRIESSHAMMER DE PIXABAY

Plus tard, l’encens fut associé à la richesse et à une vie luxueuse, comme dans le Cantique des Cantiques :

Qui est-ce qui sort du désert comme des colonnes de fumée, parfumées de myrrhe et d’encens, avec toutes les poudres du marchand ? (3-6)/ Jusqu’à ce que le jour se lève et que les ombres s’enfuient, je me conduirai à la montagne de myrrhe et à la colline de l’encens. (406). 

Tes lèvres, ô mon épouse, descendent comme un rayon de miel : le miel et le lait sont sous ta langue ; et l’odeur de tes vêtements est comme l’odeur du Liban. Nard et safran ; le caslamus et le cinnamome, avec tous les arbres à encens ; myrrhe et aloès, avec toutes les principales épices. (4-14).

Dans l’Egypte ancienne, l’encens était très utilisé ; des sculptures et des monuments de dynasties lointaines témoignent de sa popularité. 

Beaucoup de Pharaons sont représentés avec un censeur dans une main, et l’autre y jetant les oastils ou osselets d’encens. 

Pour l’embaumement, les Égyptiens utilisaient toutes les gommes et épices diverses « à l’exception » de l’encens, qui était mis à part et spécialement consacré au culte des Dieux. 

CRÉDIT : PHARAON PTOLÉMAÏQUE OFFRANT DE L’ENCENS À HORUS, RELIEF MURAL.CAROLE REEVES.ATTRIBUTION 4.0 INTERNATIONAL (CC BY 4.0)

En Inde, l’encens a toujours fait partie du culte des milliers de dieux et de déesses de cette terre étrange. Le bouddhisme a continué à être utilisé jusqu’à ce jour dans le cadre des cérémonies de culte – comme d’ailleurs dans certaines églises chrétiennes – et au Népal, au Tibet, à Ceylan, en Birmanie, en Chine et au Japon, il est courant dans de nombreux temples. 

La liste des matériaux pouvant être incorporés dans l’encens est très longue ; l’encens de la Bible est de plus d’une variété, il y a une distinction entre l’encens et l’encens, bien qu’une lecture occasionnelle de ces deux termes dans de nombreuses références bibliques les fasse ressembler à une fumée sacrificielle d’une odeur agréable. 

Habituellement, il était composé de diverses substances végétales très piquantes ; l’opobalsamun, l’onycha, le galbanum et parfois aussi l’encens pur, mélangés en proportions égales avec du sel. 

L’encens, une gomme rare, est souvent associé à la myrrhe comme cadeau coûteux et donc très admiratif et complémentaire ; rappelez-vous les mages devant l’enfant Jésus :

Et lorsqu’ils furent entrés dans la maison, ils virent le jeune enfant avec Marie, sa mère, et se prosternèrent et l’adorèrent ; et lorsqu’ils ouvrirent leurs trésors, ils lui présentèrent des cadeaux ; de l’or, de l’encens et de la myrrhe. (Matthieu 2-11).

ENCENS VENDU DANS UN SOUK. WIKIMÉDIA CC BY-SA 2.0

L’origine et la manière dont l’utilisation de l’encens est apparue reste bien sûr un mystère scellé en ce qui concerne les preuves. La science moderne permet cependant de faire une estimation raisonnable.

Parmi les cinq sens, l’odorat est le plus étroitement associé à la mémoire et à l’humeur. Ni à la vue ni à l’ouïe, la partie émotionnelle de la personnalité ne réagit comme à l’odeur. 

Le parfum de certaines fleurs est si sûrement douloureux pour beaucoup qu’ils quitteront une pièce dans laquelle des roses en tube ou des lys remplissent l’air de parfum. 

Certaines odeurs s’identifient si intimement à certaines expériences qu’elles deviennent à jamais agréables, ou l’inverse ; rares sont ceux qui ont senti l’éther ou l’iodoforme grâce à leur expérience personnelle dans les hôpitaux, qui apprécient ces odeurs, qui en elles-mêmes ne sont pas désagréables ; tout homme qui a aimé la vie en plein air et le camping ne peut pas sentir la fumée du bois sans avoir le mal du pays pour les ruisseaux et les champs ; celui qui a fait l’amour avec sa dame au temps des lilas est toujours sentimental lorsqu’il renifle à nouveau ce parfum, et le fidèle de la haute église est soulevé par l’odeur de l’encens.

Dans les cérémonies de l’ancien Israël, la première utilisation de l’encens était sans doute la protection contre les odeurs désagréables associées à l’abattage du bétail et au brûlage de la chair lors de l’holocauste.

Au début, mais comme une assurance contre l’inconfort, l’encens s’est rapidement associé aux rites religieux. Aujourd’hui, les hommes ne tuent ni n’offrent de chair sur un autel, mais seulement le parfum de « l’encens et de la myrrhe ».

POT D’ENCENS, « TRUE MASONIC CHART », JEREMY CROSS, PHILADELPHIE, MOSS & CO., 1867.
IMAGE LIÉE : WIKIMEDIA ATTRIBUTION 4.0 INTERNATIONAL (CC BY 4.0)

Le pot d’encens maçonnique est intimement associé à la prière, mais sa signification symbolique n’est pas une invention maçonnique. 

Le Psaume 141-2 dit : « Que ma prière soit exposée devant toi comme de l’encens ; et le lever de mes mains comme sacrifice du soir.

Apocalypse 8-3 dit : « Et un autre ange vint et se tint près de l’autel, ayant un encensoir en or ; et on lui donna beaucoup d’encens, afin qu’il l’offre avec les prières de tous les saints sur l’autel d’or qui était devant le trône.

L’association d’une douce odeur dans l’air, qui s’est dispersée après avoir donné du plaisir avec des prières à une Présence Invisible, est facile à comprendre, même si elle est née dans les esprits primitifs. 

La prière était offerte et montait en haut – c’est ce que espéraient ceux qui l’exprimaient. On n’en a jamais vu d’hommes. Il n’est pas revenu. C’était très généreux et cela faisait plaisir. 

Ces déclarations sont aussi vraies pour brûler de l’encens que pour prier. Ce qui est moins évident, bien que le rituel soit assez clair sur le sujet, c’est qu’il ne s’agit pas seulement d’encens, mais d’un « pot » qui est le symbole maçonnique. 

Si la douce odeur de l’encens est semblable à une prière, le pot d’où il sort est semblable au cœur humain qui prie.

Or, la prière peut venir d’un cœur impur aussi bien que d’un cœur pur. Mais l’encens a toujours une odeur douce, et le pot d’où il provient est donc l’emblème d’un cœur pur, doux et intact. Ce qu’est la « pureté » appliquée à un cœur est une question sans objet. 

Bien malheureusement le mot « pure » a été dégradé – le mot est utilisé à bon escient – ​​dans certains dogmes pour signifier « ignorante » – en tant que jeune fille « pure » ; une femme « pure ». 

Selon cette définition, une femme peut être une virago, une tricheuse, une menteuse, calomnier ses voisins, voler, voire commettre un meurtre ; mais si elle est vierge, elle est « pure ».

DIEU APPARAÎT RADIEUX DERRIÈRE UN NUAGE NOIR TANDIS QUE MOÏSE AGITE UN BRÛLE-ENCENS ; QUATRE PERSONNES SE LAVENT LES PIEDS ET LES MAINS EN PRÉPARATION. GRAVURE.
IMAGE LIÉE : COLLECTION DE BIENVENUE ATTRIBUTION 4.0 INTERNATIONAL (CC BY 4.0)

Maçonniquement, le mot ne veut rien dire de tel. En 1921, MW George H. Dern, ancien grand maître de l’Utah (aujourd’hui secrétaire à la Guerre), a formulé quelques réflexions sur le « symbolisme monitorial du troisième degré et son application à la vie quotidienne » dans les colonnes de « The Builder ». 

Initialement écrits pour le Comité sur l’éducation maçonnique de la Grande Loge de l’Utah, ces paragraphes étaient à la fois si pratiques et si piquants que le grand Journal maçonnique (d’alors) leur a donné une plus large diffusion.

Citant le Rituel du Pot d’Encens, MW Frère Dern a dit :

« Un sentiment aussi noble ne s’applique pas facilement aux événements pratiques et prosaïques d’une journée bien remplie. Avoir un cœur pur, c’est être fidèle à soi-même, fidèle à ses meilleurs idéaux et honnête avec ses pensées. Être fidèle à toi-même. . . Tu ne peux donc pas tromper qui que ce soit. 

Vivre une vie de tromperie et de double jeu n’a jamais rendu personne heureux. Les richesses ou les plaisirs ainsi acquis n’apportent que des remords, et finalement l’âme réclame avec angoisse cette tranquillité d’esprit qui est le bien le plus précieux de l’homme et qui est la compagne d’un cœur pur.

« La pureté du cœur signifie la conscience, et cela signifie la sincérité. Sans sincérité, il ne peut y avoir de véritable caractère. Mais la sincérité seule ne suffit pas. 

Cela doit aller avec un degré approprié d’intelligence et d’amour pour ses semblables. Par exemple, un homme peut croire que l’émotion de pitié et le désir de soulager les nécessités des autres sont intrinsèquement nobles et édifiants, et il se livre à des dons aveugles, sans se rendre compte des conséquences néfastes, sous forme de fraude, de paresse et d’inefficacité et dépendance habituelle que ses actes inconsidérés produisent à l’égard de ceux à qui il entend bénéficier. 

Encore une fois, un homme peut être parfaitement sincère lorsqu’il parle des défauts d’un autre, et il peut se justifier en disant qu’il ne dit que la vérité.

Mais ce n’est pas parce qu’elles sont vraies qu’il faut raconter des choses désagréables et nuisibles. Détruire une réputation n’est pas une façon d’aider un frère qui a commis une erreur. Mieux vaut ignorer ses erreurs et lui tendre la main.

« Sans multiplier les exemples, il faut comprendre que l’homme véritablement consciencieux ne doit pas simplement être sincère, mais qu’il doit avoir des idéaux et des normes élevées, et qu’en outre, il ne doit pas se contenter de ces normes.

Il doit plutôt les réviser de temps en temps, ce qui signifie un examen de conscience, pour voir s’il possède l’amour et le courage qui doivent accompagner la sincérité pour progresser dans la construction de son caractère. 

Car dans cette direction encore, il faut un progrès constant. Se contenter de ce que nous avons accompli est fatal.

Comme l’a dit un jour James A. Garfield : « Je dois faire quelque chose pour garder mes pensées fraîches et grandir.

Je ne redoute rien tant que de tomber dans une ornière et de me sentir devenir un fossile. De nombreux mots du rituel ont changé de sens depuis leur première utilisation. 

Le terme maçonnique « profane », par exemple, signifiait à l’origine « sans temple » – quelqu’un qui n’est pas initié, qui n’est pas du métier. 

Aujourd’hui, cela signifie blasphématoire, ce qui ne fait pas partie de la définition maçonnique du mot. Le « sacrifice » dans notre Moniteur semble relever de cette classification.

L’AUTEL DES ENCENS. DÉTAIL DE “LE TEMPLE DE SALOMON, SON TERRAIN ET CERTAINS DE SES INTÉRIEURS”. GRAVURE.
IMAGE LIÉE : COLLECTION DE BIENVENUE ATTRIBUTION 4.0 INTERNATIONAL (CC BY 4.0)

Dans l’Ancien Testament, un sacrifice devant l’autel était l’offrande de quelque chose – de la chair brûlée, de l’encens brûlant, de l’huile ou du vin pur – ce qui impliquait que le sacrifiant lui donnait quelque chose de précieux ; le sacrifice était une preuve devant tous les hommes que le sacrificateur accordait plus d’importance à sa parenté avec le Très-Haut qu’à la possession de ce qu’il offrait.

Dans notre rituel, le mot a perdu cette signification. Le pot d’encens en tant qu’emblème d’un cœur pur « qui est toujours un sacrifice acceptable pour la Divinité » peut difficilement évoquer l’idée qu’un maçon désire garder son « cœur pur » pour lui, mais que, par amour pour Dieu, il est prêt à le faire. Cela signifie plutôt que celui qui abandonne les plaisirs du monde, les idées mondaines et les désirs égoïstes qui peuvent interférer avec « la pureté de la vie et de la conduite » comme indiqué dans d’autres parties du rituel, fait ce qui est acceptable pour le Grand Architecte.

Maçonniquement, « pur » semble signifier honnête, sincère, authentique, réel, sans prétention et « sacrifice » pour désigner ce qui plaît au plus haut.

Ainsi lu, le pot d’encens maçonnique devient partie intégrante de la philosophie de la franc-maçonnerie, et non une simple interjection morale dans les emblèmes du troisième degré. 

Malgré tout le magnifique corpus d’enseignement qui se révèle lui-même, à moitié caché dans le symbolisme de la franc-maçonnerie, rien ne ressort plus clairement, ni n’appelle plus fort que son insistance sur ces vertus simples mais profondes du cœur humain regroupées dans une phrase comme « un homme de caractère supérieur ». . .en d’autres termes, quelqu’un avec un « cœur pur », « pur », c’est-à-dire non souillé par les défauts et les fragilités de tant d’enfants des hommes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES