mar 23 avril 2024 - 16:04

La colonne brisée

De notre confrère thesquaremagazine.com

« Le corps de notre Grand Maître a été enterré trois fois : d’abord, dans les décombres du Temple ; deuxièmement, sur le sommet d’une colline à l’ouest du mont Moriah ; et, troisièmement et enfin, aussi près du « Sanctum Sanctorum, ou Saint des Saints », du Temple du roi Salomon, comme le permettrait la loi juive ; et la tradition maçonnique nous apprend qu’il fut érigé à sa mémoire un monument maçonnique, composé « d’une belle vierge pleurant sur une colonne brisée ; devant elle était un livre ouvert ; dans sa main droite un brin d’acacia, dans sa gauche une urne ; derrière elle se tient le Temps, dépliant et comptant les boucles de ses cheveux.

La belle vierge pleurant sur la colonne brisée dénote l’état inachevé du Temple, ainsi que la mort prématurée de notre Grand Maître, Hiram Abiff ; le livre ouvert devant elle, que ses vertus sont perpétuellement enregistrées ; le brin d’acacia dans sa main droite, la divinité du corps ; l’urne à sa gauche, que ses cendres y étaient déposées en toute sécurité, sous le « Sanctum Sanctorum, ou Saint des Saints », du Temple du roi Salomon.

Le temps, déployant les boucles de ses cheveux, indiquait que le temps, la patience et la persévérance accomplissent toutes choses.

– Le Rituel de Duncan [1866]

La colonne brisée

GRAVURE D’AMOS DOOLITTLE. « LA VÉRITABLE CHARTE MAÇONNIQUE » DE JEREMY CROSS, 1819
IMAGE LIÉE : WIKIMEDIA ATTRIBUTION 4.0 INTERNATIONAL (CC BY 4.0)

Extrait de : Short Talk Bulletin – Vol. 34, février 1956, n° 2 – Auteur inconnu

L’histoire de la colonne brisée a été illustrée pour la première fois par Amos Doolittle dans le « True Masonic Chart » de Jeremy Cross, publié en 1819.

De nombreux symboles de la franc-maçonnerie sont d’une extrême antiquité et méritent le respect que nous accordons à ce qui a eu suffisamment de vitalité pour vivre longtemps dans l’esprit des hommes. Par exemple, le carré, le point dans un cercle, le tablier, la circumambulation, l’autel ont été utilisés non seulement dans la franc-maçonnerie mais dans d’innombrables systèmes d’éthique, de philosophie et de religions.

D’autres symboles du système maçonnique sont plus récents. Peut-être n’en sont-ils pas moins importants pour cela, même sans le caractère sacré de l’âge qui entoure bien d’autres.

Parmi les symboles les plus récents, il y a celui généralement appelé colonne brisée. Un monument en marbre est respectablement ancien – la colonne brisée semble un ajout plus récent.

Il ne fait aucun doute que la première colonne brisée illustrée est apparue dans le « True Masonic Chart » de Jeremy Cross, publié en 1819, et que l’illustration était l’œuvre d’Amos Doolittle, un graveur du Connecticut.

Amos Doolittle fut l’un des premiers graveurs américains sur cuivre. Il a passé sa vie à New Haven, dans le Connecticut, et dans ses environs.

Initialement apprenti chez un bijoutier et orfèvre, il apprend lui-même la gravure et devient un producteur prolifique de gravures historiques et satiriques, d’ex-libris, de portraits et d’illustrations bibliques. Son premier projet majeur fut une célèbre série de quatre gravures d’après Ralph Earle, représentant les batailles de Lexington et de Concord.

Ce sont parmi les toutes premières gravures historiques réalisées en Amérique, précédées seulement de deux autres.

Doolittle avait lui-même été présent à ces événements en tant que milicien du Connecticut, et les gravures sont remarquables par le manque de romantisme trouvé dans les gravures ultérieures sur le sujet.

Il exprima cependant librement son patriotisme dans ses satires, déclarant que de telles estampes ;

“aura tendance à inspirer confiance à nos compatriotes et à éradiquer toute terreur qu’ils ressentent à l’égard de l’ennemi qu’ils ont à combattre.”

Doolittle a formé au moins un de ses fils au métier de graveur, ainsi que James Wilson (1763-1855), qui est devenu le premier fabricant de globes en Amérique.

Les papiers de Doolittle et de sa famille se trouvent dans les archives de l’Université de Yale, qui possède également un certain nombre de ses gravures.

AMOS DOOLITTLE (1754-1832) – GRAVURE DE SAMUEL PERKINS GILMORE, 1868-1948 – BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE DU KENTUCKY, TIRAGES DE SAMUEL PERKINS GILMORE, 1718-1935,
IMAGE LIÉE : WIKIMEDIA ATTRIBUTION 4.0 INTERNATIONAL (CC BY 4.0)

Que Jeremy Cross ait « inventé » ou « conçu » l’emblème est sujet à controverse. Mais il y a matière à débat légitime sur de nombreuses inventions.

Qui a inventé l’imprimerie à caractères mobiles ? Nous attribuons le mérite à Gutenberg, mais il y a d’autres prétendants, parmi lesquels les Chinois, à une date antérieure.

Qui a inventé l’avion ? Les Wright ont d’abord piloté un « oiseau mécanique », mais un millier d’inventeurs ont ajouté, modifié, changé leur conception originale, jusqu’à ce que le principe même qui a permis aux Wright de voler, « l’aile déformante », soit maintenant abandonné et jamais utilisé.

Par conséquent, si les autorités discutent et se disputent au sujet du monument en marbre et de la colonne brisée, ce n’est pas pour s’y opposer ou s’attribuer le mérite de Jeremy Cross ; l’idée est que presque toute invention ou découverte est améliorée, modifiée, complétée et perfectionnée par de nombreux hommes.

On attribue à Edison la première lampe à incandescence, mais il existe une petite parenté entre son filament de carbone et une ampoule moderne à filament de tungstène.

Roentgen fut le premier à faire connaître les « rayons X » au public : le découvreur ne saurait pas ce qu’est l’appareil à rayons X d’un médecin moderne s’il le voyait !

Dans la bibliothèque de la Grande Loge de l’Iowa à Cedar Rapids, se trouve un livre publié en 1784 :« Une brève histoire de la franc-maçonnerie » par Thomas Johnson, à l’époque carreleur de la Grande Loge d’Angleterre (les « Modernes »).

Dans ce livre, l’auteur déclare qu’il a « pris la liberté de présenter un projet de monument en l’honneur d’un grand artiste ».

Il admet ensuite qu’il n’existe aucun récit historique d’un tel mémorial mais cite de nombreux précédents de « somptueuses piles » qui perpétuent les souvenirs et préservent les mérites des morts historiques, même si ceux-ci peuvent avoir été enterrés dans des terres éloignées du monument ou « peut-être » au fond de la mer.

Dans cette description un peu fantaisiste et poétique de ce monument, l’auteur mentionne une urne, une branche de laurier, un soleil, une lune, une Bible, une équerre et un compas, la lettre G. Le livre a été publié pour la première fois en 1782, ce qui semble être la preuve qu’il existe. C’était au moins à cette époque l’idée d’un monument érigé au Maître Bâtisseur.

Il existe peu de documents historiques sur lesquels s’appuyer pour tirer des conclusions précises. Les hommes écrivent ce qui s’est passé longtemps après les événements.

Même fidèles à leurs souvenirs, ceux-ci peuvent être, et sont souvent, inexacts. C’est en gardant cette pensée à l’esprit qu’il faut considérer une curieuse déclaration dans le journal maçonnique, publiée à New York il y a soixante-quinze ans.

Dans le numéro du 10 mai 1879, un certain Robert B. Folger prétend donner le récit de Cross sur son invention, ou sa découverte, une inclusion de la colonne brisée dans l’emblème du monument en marbre.

Le récit est long, décousu et parfois pas très clair. En résumé, les parties saillantes sont les suivantes.

Cross a découvert ou senti ce qu’il considérait comme une lacune dans le Troisième Degré qui devait être comblée afin d’atteindre ses objectifs. Il consulta un ancien maire de New Haven, qui était à l’époque l’un de ses amis les plus intimes.

Même après avoir travaillé ensemble pendant une semaine, ils n’ont trouvé aucun symbole suffisamment simple et pourtant répondant à l’objectif.

On fit alors appel à un graveur sur cuivre, également un frère. Le nombre de hiéroglyphes accumulés cette fois était immense.

Certains étaient trop volumineux, d’autres trop petits, d’autres trop compliqués, nécessitaient trop d’explications et beaucoup n’étaient pas adaptés au sujet.

Enfin, le graveur sur cuivre dit : « Frère Cross, quand les grands hommes meurent, ils ont généralement un monument. » “C’est exact!” s’écria Cross ; “Je n’ai jamais pensé à ça!” Il a visité le cimetière de New Haven.

Finalement, il eut une idée et dit à ses amis qu’il avait les bases de ce qu’il voulait. Il a déclaré que lors de son séjour à New York, il avait vu un monument dans le coin sud-ouest de la cour de l’église Trinity, érigé en l’honneur du commodore Lawrence, un grand homme tombé au combat.

C’était un grand pilier de marbre brisé. La partie cassée avait été emportée, mais le chapiteau gisait à la base.

Il voulait ce pilier pour la fondation de son nouvel emblème, mais il avait l’intention d’introduire l’autre partie, en la laissant appuyée contre la base.

Ses amis y consentirent, mais il en fallait davantage. Ils estimaient qu’une inscription devait figurer sur la colonne.

Après une longue discussion, ils décidèrent de placer un livre ouvert sur le pilier brisé. Il devrait bien sûr y avoir un lecteur du livre ! D’où l’emblème de l’innocence – une belle vierge – qui doit pleurer sur la mémoire du défunt en lisant ses actes héroïques dans le livre devant elle.

Le monument érigé à la mémoire du commodore Lawrence a été placé dans le coin sud-ouest du cimetière de Trinity en 1813, après le combat entre les frégates Chesapeake et Shannon, au cours duquel Lawrence est tombé.

Comme décrit, il s’agissait d’un beau pilier de marbre, brisé, avec une partie du chapiteau posée à sa base.

Elle resta jusqu’en 1844-1845, date à laquelle l’église de la Trinité fut reconstruite. Une fois terminé, la corporation de l’Église a emporté le vieux monument délabré de Lawrence et en a érigé un nouveau sous une forme différente, en le plaçant devant la cour de Broadway, à l’entrée inférieure de l’église.

Lorsque Cross a visité le nouveau monument, il a exprimé sa grande déception face au changement, affirmant qu’« il n’était pas aussi bon que celui qu’ils ont emporté ! »

Ces affirmations de Cross – peut-être faites pour Cross – selon lesquelles il est à l’origine de l’emblème sont contestées.

Oliver parle d’un monument mais ne parvient pas à lui attribuer une origine américaine. Dans le rituel Barney de 1817, autrefois en possession de Samuel Wilson du Vermont, il y a la colonne de marbre, la belle vierge qui pleure, le livre ouvert, le brin d’acacia, l’urne et le Temps debout derrière.

Ce qui manque ici, c’est la colonne brisée. Il semble donc que l’emblème actuel, à l’exception de la colonne brisée, était utilisé avant la publication de l’ouvrage de Cross (1819).

L’emblème, sous une forme quelque peu différente, se retrouve fréquemment dans le symbolisme ancien. Mackey déclare que chez les Juifs, une colonne était souvent utilisée pour symboliser les princes, les dirigeants ou les nobles.

Une colonne brisée indiquait qu’un pilier de l’État était tombé. Dans la mythologie égyptienne, Isis est parfois représentée pleurant sur la colonne brisée qui cache le corps de son mari Osiris, tandis que derrière elle se tient Horus ou le Temps versant de l’ambroisie sur ses cheveux.

Dans l’« Encyclopédie de la religion et de l’éthique » de Hasting, on dit parfois qu’Isis est représentée debout ; dans sa main droite se trouve un sistre, dans sa main gauche une petite aiguière et sur son front se trouve un lotus, emblème de la résurrection.

Dans les Mystères dionysaïques, Denys est représenté comme tué ; Rhéa part à la recherche du corps.

Elle le trouve et le fait enterrer. Elle est parfois représentée debout près d’une colonne tenant à la main un brin de blé, emblème de l’immortalité ; car, même s’il est mis en terre et meurt, il renaît dans une nouveauté de vie.

Elle était l’épouse de Kronus ou du Temps, qui peut à juste titre être représenté comme se tenant derrière elle.

Brin d’Acacia

Le sablier et la faux

Celui qui a inventé l’emblème ou le symbole du monument de marbre, de la colonne brisée, de la belle vierge, du livre, de l’urne, de l’acacia, du Père Temps comptant les boucles de cheveux, n’aurait pas pu réfléchir à toutes les implications de cette tentative – sans doute faite en tout respect – pour ajouter à la dignité et au caractère impressionnant de l’histoire du Maître Bâtisseur.

L’urne dans laquelle « les cendres ont été déposées en toute sécurité » est une pure invention. La crémation n’était pas pratiquée par les Douze Tribus ; ce n’était pas la méthode utilisée pour se débarrasser des morts dans le pays et au moment de la construction du Temple, mais plutôt l’incinération du cadavre était réservée comme un sort terrible pour les cadavres des criminels et des malfaiteurs.

Qu’un homme aussi important que « le fils de la veuve, de la tribu de Nephtali » ait été incinéré est impensable.

La Bible reste muette sur le sujet ; elle ne mentionne pas la mort d’Hiram le Bâtisseur, encore moins la disposition du corps, mais le ton tout entier de l’Ancien Testament dans la description des funérailles et des deuils, rend impossible de croire que son corps a été brûlé, ou que ses cendres auraient pu être enterrées ou conservées.

Les Israélites n’embaumentaient pas leurs morts ; l’inhumation était accomplie le jour du décès ou, en cas d’attente la plus longue, le lendemain.

Selon la légende, le maître bâtisseur a été exhumé de la première tombe ou tombe temporaire et réinhumé avec honneur.

C’est en effet un événement supposé ; que son corps ait été ressuscité uniquement pour être incinéré est totalement en contradiction avec tout ce que l’on sait sur les décès, les cérémonies funéraires, l’élimination des morts des Israélites.

Dans le rituel qui décrit le monument à colonne brisée, devant la figure de la vierge se trouve « un livre ouvert devant elle ».

Là encore, invention et savoir ne font pas bon ménage. Il n’y avait pas de livres à l’époque de la construction du Temple, au sens où l’entendent les modernes.

Il y avait des rouleaux de peaux, mais un livre relié de feuilles faites de n’importe quelle substance – vélin, papyrus, peaux – était un objet inconnu.

Par conséquent, il ne pouvait y avoir aucun volume dans lequel les vertus du Maître Bâtisseur étaient enregistrées.

Aucune raison logique n’a été avancée pour expliquer pourquoi la femme qui pleurait et lisait dans le livre était une « belle vierge ».

Aucun récit scripturaire ne parle du Maître Bâtisseur ayant une femme, une fille ou une parente de sexe féminin, à l’exception de sa mère.

Les Israélites révéraient la féminité et appréciaient la virginité, mais ils étaient tout aussi respectueux envers la mère et l’enfant.

En effet, la procréation, l’augmentation de la tribu, le désir d’avoir des fils étaient forts dans les Douze Tribus ; pourquoi, alors, l’accent mis sur la virginité de la femme dans le monument ?

« Le temps debout derrière elle, dépliant et comptant les boucles de ses cheveux » est dramatique, mais aussi hors de propos pour l’époque.

« Père Temps » avec sa faux est probablement un descendant du Grec Chromos, qui portait une faucille ou un crochet à fauche, mais les Israélites n’avaient aucun contact avec la Grèce.

Il était peut-être naturel pour celui qui a inventé l’emblème du monument en marbre de conclure que le Temps était une figure symbolique à la fois mondiale et immémoriale, mais il ne pouvait pas en être ainsi à l’époque où le Temple de Salomon a été construit.

Il n’est évidemment pas venu à l’esprit des créateurs de cet emblème que cela était historiquement impossible.

Pourtant, les Israélites n’érigèrent pas de monuments à leurs morts. Au singulier, le mot « monument » n’apparaît pas dans la Bible ; comme « monuments », il est mentionné une fois, dans Isaïe 65 – « Un peuple… qui demeure parmi les tombeaux et loge dans les monuments ».

Dans la version révisée, cela est traduit par « qui sont assis dans des tombeaux et passent la nuit dans des lieux secrets ».

L’accent est apparemment mis sur une certaine forme de culte des morts (nécromancie). Le Standard Bible Dictionary dit que le mot « monument », dans le sens général de simple mémorial, n’apparaît pas dans l’usage biblique.

Urnes funéraires – « Hydrotaphia (urne funéraire) », Thomas Browne, 1658.

Oliver Day Street dans « Symbolisme des Trois Degrés » dit que l’urne était un ancien signe de deuil, porté lors des cortèges funéraires pour recueillir les larmes de ceux qui étaient en deuil.

Mais le mot « urne » n’apparaît ni dans l’Ancien Testament ni dans le Nouveau. La franc-maçonnerie est ancienne. Cela nous est parvenu comme une évolution lente et graduelle des pensées, des idées, des croyances, des enseignements et de l’idéalisme de nombreux hommes au fil de nombreuses années.

Il raconte une histoire simple, une histoire profonde dans son sens, qui doit donc être simple, car toutes les grandes vérités en dernière analyse sont simples.

Le monument en marbre et la colonne brisée comportent de nombreuses parties. Beaucoup d’entre eux ont l’arôme de l’âge.

Leur tissage en un seul symbole peut être – et est probablement – un modernisme, si ce terme peut couvrir une période de près de deux cents ans, mais l’importance d’une grande vie, de son savoir-faire et de son savoir ; sa mort prématurée et pitoyable n’est pas un modernisme.

Rien de ce qui est exposé ici n’a pour but de déprécier d’une manière ou d’une autre l’un des enseignements de la franc-maçonnerie au moyen de rituels et d’images.

Ces quelques pages ne sont qu’une manière parmi tant d’autres de tenter d’éclairer la vérité derrière un symbole, et de montrer que, quelles que soient les dates de certaines parties de l’emblème, l’ensemble a une place dans l’histoire maçonnique qui a au moins du romanesque, si pas trop de faits derrière tout ça.

UNE BRÈVE BIOGRAPHIE DU FRÈRE JEREMY L. CROSS

Frère Cross était un professeur du rituel maçonnique qui, de son vivant, était très connu et pendant un certain temps très populaire. Il est né le 27 juin 1783 à Haverhill, New Hampshire, et est décédé au même endroit en 1861.

Cross fut admis dans l’Ordre maçonnique en 1808 et devint peu après un élève de Thomas Smith Webb, dont les modifications des cours de Preston et des diplômes avancés furent généralement acceptées par les francs-maçons des États-Unis. Cross, ayant acquis une connaissance approfondie du système de Webb, commença à voyager et à le diffuser dans tout le pays.

En 1819, il publia « The True Masonic Chart or Hieroglyphic Monitor », dans lequel il empruntait généreusement aux travaux antérieurs de Webb. En fait, la Carte de Croix est, dans presque toutes ses parties, une simple transcription du Moniteur de Webb, dont la première édition a été publiée en 1797.

Webb, il est vrai, a pris la même liberté avec Preston, dont il a largement emprunté les « Illustrations de la maçonnerie ». La gravure des emblèmes constituait cependant un élément entièrement nouveau et original dans la carte hiéroglyphique, et, en tant qu’aide à la mémoire, rendit immédiatement le livre de Croix très populaire ; à tel point, en effet, que pendant longtemps il a presque complètement supplanté celui de Webb.

En 1820, Cross publia « The Templars Chart », qui, en tant que moniteur des degrés de chevalerie, rencontra le même succès. Ces deux ouvrages ont connu de nombreuses éditions. Cross a reçu la nomination de Grand Conférencier de nombreuses Grandes Loges et a voyagé pendant de nombreuses années à travers les États-Unis, enseignant son système de conférences aux Loges, Chapitres, Conseils et Campements.

Il possédait peu ou pas de connaissances scientifiques, et ses contributions à la littérature de la franc-maçonnerie se limitent aux deux compilations déjà citées. Au cours de ses dernières années, il s’impliqua dans un effort visant à établir un Conseil Suprême du Rite Ancien et Accepté.

Mais il retira bientôt son nom et se retira dans son lieu de naissance, où il mourut à l’âge avancé de soixante-dix-huit ans. Bien que Cross ne fût pas un homme d’un génie très original, un écrivain plus récent a annoncé le fait que le symbole du Troisième Degré, la colonne brisée, inconnu du système de Preston ou de Webb, avait été inventé par lui.

Source du texte : Maçonnerie Phoenix

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES