sam 20 avril 2024 - 07:04

Ils ne se cachent même plus !

De notre confrère espagnol vozpopuli.com – Par Luis Algorri

Le nouveau ministre de la Politique territoriale et de la Mémoire démocratique, le professeur canarien Ángel Víctor Torres, a inauguré il y a quelques jours un événement académique pour historiens et juristes à l’Université Rey Juan Carlos de Madrid. Le sujet d’étude était la longue répression de la dictature franquiste contre les francs-maçons. Le ministre, qui, à ma connaissance, n’est pas maçon, n’a parlé que quelques minutes et a déclaré que les loges maçonniques étaient « des écoles de citoyenneté dont les membres ont été persécutés, accusés et condamnés pendant la dictature (…) Maintenant, leur honneur perdu est en train d’être restauré de mémoire démocratique.

Rien de plus. Ce sont des nouvelles très mineures. L’intérêt universitaire pour la répression franquiste de la franc-maçonnerie est assez courant. Il existe même une chaire sur ces sujets à l’Université de Saragosse et un Centre d’études historiques de la franc-maçonnerie espagnole dirigé par le jésuite José Antonio Ferrer Benimeli. Le ministre Torres a tiré son expression « écoles de citoyenneté » d’un livre mémorable, Maçonnerie, école de formation citoyenne, dont l’auteur est un autre jésuite, Pedro Alvarez Lázaro. Le ministre, probablement dans sa précipitation, a oublié de dire que les francs-maçons étaient « persécutés, accusés, condamnés »… et plus encore, car les francs-maçons (ou soupçonnés d’être francs-maçons) assassinés par les franquistes étaient au nombre de 15 000 et ceux qui étaient exilés, emprisonnés. , privés de leur travail et ayant subi mille représailles pour ce « crime », ils étaient plus de 80 000, comme les historiens le savent très bien car tout cela se trouve dans les archives de Salamanque. Ce qui est curieux, c’est que lorsque Franco et les autres généraux se révoltèrent en 1936, le nombre total de francs-maçons en Espagne était d’environ 6 000.

Les journées du ministre sont très peu d’actualité, je le répète. Personne ne l’a donné… sauf deux extrémistes de droite numérique, dont je ne citerai pas les noms. Deux usines de fausses nouvelles qui ont également utilisé cette fois-ci leur ton habituel, arrogant, stupide et indulgent pour accuser le ministre de « blanchir la franc-maçonnerie » avec son intervention universitaire. Ce n’est pas nouveau non plus, ils le font toujours. Ce qui est frappant, c’est que dans cette latrine de l’expression humaine qu’on a toujours appelé Twitter, plusieurs centaines de commentaires s’enchaînaient sous l’un de ces deux « faits divers » qui continuent là et vont de l’ignorance pathétique à la criminalité, en passant par les menaces de mort. à travers toutes sortes d’insultes, de jurons et de crachats. Plusieurs centaines. Et il y en avait une qui se répétait avec une curieuse fréquence : « Il faut voir ! “Ils ne se cachent même plus !” Comme s’il était normal et souhaitable que les francs-maçons se cachent pour éviter d’être battus par des escouades de patriotes. Encore une fois.

Beaucoup de mes frères et sœurs, à ce stade du 21ème siècle, ne peuvent pas se permettre de dire à leur famille, à leurs amis, à leurs collègues, qu’ils sont francs-maçons.

Je suis fier que mes frères maçons me reconnaissent comme l’un d’entre eux, ce qui est la manière douce, humble et poétique que nous, maçons, avons de dire que nous sommes. J’appartiens à la Franc-Maçonnerie, je l’ai dit ici cent fois. Je ne l’ai jamais caché, pas un seul jour de ces presque 17 années (je les tournerai en juin prochain) qui se sont écoulées depuis que ce petit groupe de fous pleins d’espoir m’a laissé entrer dans ce qui est encore ma Loge, Arte Real de Madrid. Non, je ne me cache pas. J’ai publié des dizaines d’articles, j’ai donné des conférences, j’ai donné des cours, toujours avec mon prénom et mon nom. Mon fier statut de franc-maçon apparaît dès le début sur mes réseaux sociaux. J’ai de la chance, je le sais. Parce que beaucoup de mes frères et sœurs, à ce stade du 21ème siècle, ne peuvent pas se permettre de dire à leur famille, à leurs amis, à leurs collègues, qu’ils sont maçons. Ce qui est tout à fait normal et qui est encore un symbole de prestige dans le monde occidental, de la Serbie à l’Islande, de la Finlande au Portugal, en Espagne, est encore mal vu par la société . La partie la plus sombre, fanatique et ignorante, pour ne rien dire. Celle qui s’étonne que beaucoup d’entre nous ne se cachent plus et qui continue de nous menacer de mort, même si elle ne sait pas pourquoi. C’est sans précédent mais c’est la réalité.

L’organisation nationale à laquelle appartient ma Loge, la Gran Logia Symbolica Española (GLSE) , a connu une croissance incroyable au cours des trois ou quatre dernières années. Ce n’est pas de la propagande, c’est la pure vérité. Pas tous, mais la majorité des gens qui « frappent à la porte », comme on dit là-bas, sont des jeunes, entre 25 et 40 ans. C’est formidable de les rencontrer et de leur parler car, pour des raisons d’âge, ils n’ont pas de préjugés contre la franc-maçonnerie dont ont souffert leurs parents et grands-parents ; des préjugés consciemment inoculés par le franquisme… et par la partie la plus rance et la plus sombre de l’Église catholique, ennemie frontale de la franc-maçonnerie comme de tout groupe de libres penseurs. Cette Église tridentine de Extra ecclesiam nulla salus (en dehors de l’Église il n’y a pas de salut) qui, pendant presque tout le XXe siècle, a eu plus de pouvoir en Espagne que dans n’importe quel autre pays européen, sauf peut-être (et pas toujours) l’Irlande et la Pologne .

Franco avait une obsession pathologique pour la franc-maçonnerie. Cette obsession venait de sa situation familiale (son père et son frère Ramón, qu’il n’aimait pas, étaient maçons), de ses lectures très rares et très mal choisies (la « réaction espagnole » autoproclamée : Vázquez de Mella, le Nocedal, la supercherie des Protocoles des Sages de Sion, souvent là) et sa capacité infinie de ressentiment, parce qu’il a essayé de devenir franc-maçon deux fois, une fois au Maroc et une fois à Madrid, et ils ne l’ont pas laissé entrer : ils lui ont dit que s’il voulait grimper, il fallait chercher une autre corde. Il ne lui a jamais pardonné.

Certains sont croyants, d’autres non ; certains sont de gauche, d’autres de droite ; certains de Madrid, d’autres de Barcelone. Mais nous nous efforçons de laisser de côté tout cela, ainsi que les maudits egos et vanités.

Ma loge, comme d’autres, organise occasionnellement ce que nous appelons des « réunions blanches » : nous invitons des personnes qui n’appartiennent pas à l’institution à passer quelques heures avec nous et à voir ce que nous faisons. Ces rencontres sont toujours, mais toujours, une vraie réussite. Et que faisons-nous ? L’essentiel, le plus important, c’est d’apprendre à s’entendre ; vivre ensemble, se respecter, voire s’aimer, étant donné que nous sommes complètement différents les uns des autres. C’est très difficile, vous pouvez le croire. Certains sont croyants, d’autres non ; certains sont de gauche, d’autres de droite ; certains de Madrid, d’autres de Barcelone. Mais nous faisons un effort pour laisser tout cela de côté, ainsi que les maudits egos, vanités et présomptions, et nous apprenons à apprécier, à valoriser qui nous sommes en tant que personnes. Au-dessus des différences. Nous apprenons les uns des autres (nous étudions beaucoup) et surtout nous apprenons que le plus important est la coexistence en paix, la construction d’un avenir meilleur pour tous. On apprend à mieux se connaître. C’est la chose la plus difficile que j’ai jamais faite de toute ma vie.

C’est ce que nous enseignons à ceux qui nous rendent visite. Et ils nous regardent généralement avec un sourire stupéfait, parce que c’est quelque chose que les gens n’essayent même pas d’habitude, et puis ils nous bombardent de questions, ce qui est le meilleur de tous. En fin de compte, comme je fais partie des anciens et des vétérans, ils me laissent presque toujours parler. Et je dis toujours la même chose : « Vous avez vu ce que nous faisons. Vous avez déjà vérifié qu’ici nous n’avons pas l’intention de dominer le monde, qu’il n’y a pas de conspirateurs, pas de satanisme, que nous ne dansons pas autour des boucs et que nous ne faisons aucune de ces absurdités que les dictateurs de toutes sortes et les défenseurs du seul grand capital de la pensée ont commencé à inventer notre sujet il y a trois siècles. Eh bien, dis-le ! Sortez dans la rue et, s’ils vous le demandent, dites la vérité sur ce que vous avez vu ! Donnez-nous un coup de main pour effrayer les mensonges !

Pour moi, c’est fini

Cela fonctionne généralement. Au même titre que le formidable effort de visibilité et de normalisation que nous faisons sur les réseaux sociaux. Mais c’est un travail dont les fruits, j’en suis convaincu, n’arriveront pas avant de nombreuses années. Tant qu’il y aura des centaines d’animaux glands qui vomissent sur les réseaux, c’est la pire chose qu’ils aient (la seule chose qu’ils aient ?) parce que quelqu’un leur a dit que détester la franc-maçonnerie, c’était être de droite , même s’ils n’en ont pas la moindre idée de ce que c’est et à quoi sert ce qu’ils disent détester tant, ce travail ne finira pas.

Mais se cacher ? Encore une fois? Non, la mignonne de Twitter. Certainement pas. Au moins pour moi, c’est fini maintenant. Peu importe à quel point tu me menaces.

NDLR : Vozpópuli est un journal généraliste numérique espagnol spécialisé dans les nouvelles économiques et financières, et procure des informations sur les entreprises, les banques, ainsi que sur la corruption. Le journal donne également des nouvelles politiques. Son directeur est Miguel Alba Carmona1 jusqu’au 26 octobre 2018, date à laquelle il est remplacé par Jesús Cacho rien à voir avec Vox un parti politique espagnol, fondé en 2013 et actuellement dirigé par Santiago Abascal, généralement classé à l’extrême droite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES