sam 15 juin 2024 - 09:06

Comment fonctionne l’institution de la Franc-maçonnerie au Brésil ?

De notre confrère jornalopcao.com.br – Par Cilas Gontijo

La franc-maçonnerie trouve ses origines au Moyen Âge, dans les corporations médiévales. Les premiers francs-maçons faisaient partie d’une sorte de syndicat d’ingénieurs, de maçons, d’architectes et d’artisans, et furent responsables de la construction de certaines des plus grandes cathédrales d’Europe. Ces membres des corporations artisanales établissaient des codes pour maintenir les techniques de construction au sein de la corporation, de sorte qu’elles n’étaient transmises aux apprentis qu’après sept années d’études.

Pendant la période de construction, les francs-maçons sont restés dans le logement pendant de nombreuses années, jusqu’à la fin des travaux. D’où la définition des environnements de travail comme «loge », un terme proche du français « logement ». Le mot « maçon » trouve également son origine dans le français « maçon », qui signifie « maçon ».

Au Moyen Âge, la franc-maçonnerie n’acceptait que les ouvriers du bâtiment, les cordonniers, les forgerons et les tailleurs, qui gardaient sous clé les secrets de leur métier. L’architecture était considérée comme un art sacré car elle était liée à la construction de grands temples pour le culte de Dieu.

Avec la fin du Moyen Âge, l’association commence à accepter d’autres professionnels, devenant ainsi une fraternité dédiée à la défense de la liberté d’expression, de pensée, de culte et d’orientation politique. Caractérisée par son opposition à l’absolutisme, la franc-maçonnerie a exercé une grande influence sur la Révolution française et l’indépendance des États-Unis. Au Brésil, la franc-maçonnerie a joué un rôle décisif dans l’abolition de l’esclavage, dans l’indépendance du Brésil vis-à-vis du Portugal et dans la proclamation de la République.

Fondation de la Grande Loge de Goiás

Marco Antônio Barbosa de Faria, grand maître adjoint de la Grande Loge, déclare à propos du lien entre la franc-maçonnerie et le divin : « La franc-maçonnerie n’est pas un ordre secret. Nous sommes discrets, mais ouverts à toutes les religions, sauf les athées. L’un des critères pour adhérer à la franc-maçonnerie est de croire en Dieu, le grand architecte de l’univers. En outre, les parties intéressées doivent avoir une conduite irréprochable, éthique et honnête.

Marco Antônio Barbosa de Faria se dit catholique et dit que, bien qu’il soit un peu éloigné de l’Église, il craint Dieu et pratique la foi. Le Grand Maître a rejoint la Franc-Maçonnerie il y a 14 ans et est issu d’une famille de Francs-Maçons. L’avocat à la retraite a exercé la profession pendant 35 ans, il se consacre aujourd’hui à la franc-maçonnerie, à la loge Mestre Pythágoras 127, et regrette de ne pas avoir rejoint l’institution plus tôt.

Marco Antônio Barbosa de Faria, Grand Maître adjoint de la Grande Loge, donne une interview au Jornal Opção l Photo : Marco Túlio/JornalOpção

À Goiânia, il existe 41 loges maçonniques, et dans tout l’État il y en a 130, avec environ 3 595 membres. À Goiás, la date de fondation remonte au 9 juin 1951. Marco Antônio explique que la Grande Loge est issue d’une dissidence du Grand Orient du Brésil, qui fut la première grande puissance maçonnique du Brésil – fondée en 1822.

« La franc-maçonnerie de Goiás est née des francs-maçons venus de São Paulo pour vendre des marchandises ici », explique Marco Antônio Barbosa de Faria. On les appelait colporteurs ou vendeurs ambulants. Le premier atelier fondé dans l’État fut Adoniram, situé dans la capitale, Rua Ten, à proximité de la Cathédrale Métropolitaine. Le deuxième était Roosevelt à Anápolis.

Cependant, Marco Antônio précise qu’il y avait auparavant des ateliers dans certaines villes de Goiás, notamment celles situées à côté de la voie ferrée. La Loge Anhanguera 14, par exemple, dans la ville de Palmelo, a fêté ses 71 ans. Il explique qu’avec la discorde de la Loge de São Paulo, les ateliers se sont étendus de manière indépendante.

Le grand maître souligne que c’est un Goiás de la ville de Goiás, appelé Luiz Caiado de Godoy, qui a inauguré la Grande Loge maçonnique de l’État. Luiz Caiado de Godoy était membre de la Loge Roosevelt à Anápolis, il voyageait toujours de la ville de Goiás à Anápolis pour participer aux réunions et avait l’initiative de rassembler les 15 Loges qui ont quitté São Paulo pour fonder la Grande Loge. Luiz Caiado de Godoy devient alors le premier Grand Maître de Goiás.

Mission

« La mission de la franc-maçonnerie est de rechercher, à travers certains outils, l’amélioration individuelle, l’évolution en tant qu’être humain et devenir de meilleures personnes », explique Marco Antônio Barbosa de Faria. « Notre intention est ambitieuse, c’est de faire une société heureuse. Pour ce faire, nous opérons à notre portée. Nous pensons que si chacun joue son rôle, nous pouvons créer une société plus heureuse, plus juste et plus égalitaire, avec un meilleur équilibre dans la répartition des revenus et des actifs, afin que chacun ait les mêmes chances », souligne-t-il.

Réunion de l’Assemblée générale qui a marqué la fin des activités de la Grande Loge pour l’année l Photo : archives personnelles

Philanthropie

Marco Antônio rappelle que la philanthropie est l’un des piliers de la franc-maçonnerie. Il mentionne l’action Corrente do Bem, qui mobilise les 130 magasins de l’État pour mener le même jour des activités philanthropiques dans leurs communautés.

« Rien que dans notre administration, qui a débuté en juin de cette année, plus de sept mille familles ont déjà été couvertes par différents types de revendications. Par exemple, les refuges pour personnes âgées reçoivent des couches jetables, des produits de nettoyage et de la nourriture. Chaque loge a fait le choix d’une action.

Le grand maître énumère les campagnes d’acquisition de matériel scolaire. “Il s’agit d’une campagne annuelle et permanente de l’institution, qui vient en aide aux enfants nécessiteux dans tout l’État de Goiás afin qu’ils puissent commencer l’année scolaire avec le matériel nécessaire pour développer leur apprentissage.”

Foi

Marco Antônio précise que la franc-maçonnerie n’exige aucune option religieuse de la part de ses membres et garantit qu’il n’y a aucune discrimination fondée sur une quelconque religion. Cependant, il est nécessaire que le député croie en un être suprême. « Le créateur de tous les mondes, le grand architecte de l’univers, c’est-à-dire Dieu. Nous avons des évangéliques, des Umbanda, des Candomblé, des spiritualistes, des musulmans, des catholiques, entre autres.

« La franc-maçonnerie nous offre la possibilité de traiter directement avec Dieu sans avoir besoin de passer par des intermédiaires, que ce soit le pasteur, le prêtre ou n’importe qui d’autre. Nous n’avons pas besoin de profiter de ce marché de la foi qui existe », affirme-t-il.

Le Grand Maître commente que les êtres humains doivent construire en eux-mêmes un endroit beau, propre et confortable pour que Dieu puisse y faire sa demeure. Il souligne que la franc-maçonnerie n’est pas une religion, mais une philosophie de vie, qui transmet à ses adeptes les outils d’amélioration personnelle à travers des allégories et des symboles.

« Je crois qu’il y a le bien et le mal, mais pas nécessairement au paradis ou en enfer. Nous croyons aux ténèbres et à la lumière. La vie ne s’arrête pas là, c’est pourquoi nous croyons que nous passerons à une nouvelle étape et à la survie éternelle de l’esprit.

Dirigeants maçonniques. Au centre se trouve le Grand Maître de la Grande Loge, Mário Martins l Photo : archives personnelles

Faire partie

Il n’y a qu’une seule façon de rejoindre la Franc-Maçonnerie : être invité par un membre. L’entrée volontaire n’est pas autorisée. « Nous sommes la seule institution à laquelle les gens doivent être invités à faire partie. Après l’invitation, il y aura une enquête au cours de laquelle on vérifiera si l’individu a le potentiel pour devenir membre », explique-t-il.

Au cours de l’enquête, il est vérifié si le candidat possède les qualifications et répond à des critères tels que la conduite morale. « Il faut être un citoyen avec une conduite irréprochable, qui a un rôle proactif dans la communauté, qui contribue par ses actions à un certain segment et qui évolue en bonne coexistence avec les autres ; qui est un bon père, mari, fils, patron, employé et qui diffuse la pratique du bon amour fraternel – notre pilier le plus solide.

Marco Antônio précise que la seule façon de devenir membre de l’entité est de passer par le système d’invitation. Toute autre manière est fausse. Les établissements qui acceptent des membres autrement ne sont pas reconnus par l’ordre. Au Brésil, il n’existe que trois pouvoirs réguliers : le Grand Orient du Brésil, la Grande Loge maçonnique et le Grand Orient de Goiás. “Il existe de nombreux escrocs, véritables fraudeurs, qui proposent des inscriptions par Internet en échange de paiements en espèces”, prévient-il. .

Les jeunes de 21 ans et plus peuvent également rejoindre l’organisation, à condition qu’ils s’identifient aux finalités de l’institution. Le Grand Maître rapporte qu’au sein de la Franc-Maçonnerie, il existe une organisation para-maçonnique, fondée pendant la Seconde Guerre mondiale, appelée l’Ordre Demolay, par le Français Jacques Demolay. L’ordre visait à héberger et à soigner les orphelins de guerre. Dans cet ordre, les jeunes commencent à partir de 12 ans et vont jusqu’à 21 ans.  

Un autre facteur déterminant est l’accord familial. « Si la femme n’accepte pas, il n’y a aucune possibilité que cet homme en fasse partie. Notre objectif n’est pas la propagation de la discorde dans l’environnement familial. Pour nous, la famille est la base de tout. En fait, la femme doit signer un document attestant qu’elle est d’accord », précise-t-il.

Marco Antônio garantit que les hommes de toute classe sociale sont acceptés. « Ici, nous sommes tous traités en frères, riches ou pauvres ; médecins, ingénieurs, avocats, hommes d’affaires, enseignants, constructeurs ou maçons, peu importe. Pour nous, les honneurs, les titres et le portefeuille financier restent devant la porte et à l’intérieur nous sommes tous pareils.

Femmes 

Lorsqu’on lui demande pourquoi les femmes ne sont pas acceptées, le Grand Maître répond que la raison est l’histoire de la franc-maçonnerie elle-même. Selon lui, lors de la création de l’organisation, les femmes ne travaillaient pas dans le secteur de la construction. Cependant, selon Marco Antônio, les femmes peuvent désormais faire partie de la franc-maçonnerie dans le monde entier. Au Brésil, seul l’État du Rio Grande do Sul les accepte.

Il existe des francs-maçons mixtes qui regroupent des francs-maçons hommes et femmes. Cependant, comme le souligne le grand maître, à Goiás, il n’y a toujours pas de femmes membres. “Nous n’avons pas l’intention d’implémenter ce système dans notre État, mais la Grande Loge a l’intention de créer un groupe appelé ‘As Meninas’, qui sont les filles de Job, qui s’adressera aux jeunes femmes et aux adolescentes jusqu’à 21 ans.”

Assemblée Générale de la Grande Loge réunissant toute la famille l Photo : archive personnelle

Légende

Le Grand Maître dit qu’il existe une légende dans la société selon laquelle, en devenant franc-maçon, l’individu deviendra riche. « La franc-maçonnerie n’est pas un casino où l’on entre pauvre et où l’on peut repartir riche. Nous sommes une institution philosophique, et pour cette raison, nous prévenons dès le départ tous les candidats que nous ne sommes pas une institution d’entraide. Cependant, un frère ne laisse jamais un autre qui traverse une difficulté sans lui apporter son aide, pourvu que cela soit juste et nécessaire.

Grand Orient du Brésil

Alex Wallace Silva Costa est un protestant presbytérien et grand maître adjoint de la Grande Oriente do Brasil – Goiás, et appartient à la Loja Loyaldade e Justiça 1.222 à Anápolis. Alex Wallace souligne que la Grande Oriente do Brasil, qu’ils appellent simplement GOB, est la « mère de la franc-maçonnerie » au Brésil avec 202 ans d’existence — à Goiás, la Loge à laquelle elle appartient a été fondée à Anápolis en 1933. Alex Wallace explique que, contrairement à la Grande Loge, le GOB est une entité fédérative avec 3 Pouvoirs constitués. Dans une analogie avec la fédération brésilienne, Alex Wallace explique : le président est le Grand Maître général, les gouverneurs sont l’équivalent des grands maîtres des États, et les maires sont les vénérables loges.

Alex Wallace Sila Costa Grand Maître d’État adjoint du GOB – GO l Photo : archives personnelles

Pour le leader adjoint, la franc-maçonnerie représente un style de vie. « Nous sommes avec des gens que nous appelons frères et nous cherchons toujours l’amélioration de l’homme. Nous sommes une grande famille», dit-il. Alex Costa déclare que la franc-maçonnerie, en elle-même, ne change pas la vie des gens, mais que lorsque l’individu rejoint l’organisation et commence à comprendre l’essence de la franc-maçonnerie, le changement se produit sans qu’il s’en rende compte.

Le Grand Maître Adjoint rapporte que la famille, Dieu et la patrie sont la base de tout. « Les mots mêmes de la triade, qui fut la devise de la Révolution française, disent tout : loyauté, égalité et fraternité », rappelle-t-il. Alex Wallace souligne que la franc-maçonnerie a toujours été présente dans la sphère politique, non seulement au Brésil, mais dans le monde entier. Lorsqu’on lui a demandé s’il avait une idéologie politique qui ne correspondrait pas aux dogmes de l’entité, il a répondu catégoriquement : « le socialisme, comme le communisme, n’a pas sa place dans la franc-maçonnerie ». Il affirme également que la politique fait actuellement partie de l’institution, mais de manière discrète.

Le Grand Maître évoque les services sociaux, qui font partie de la philanthropie de l’ordre, comme les crèches, les maisons de retraite, les écoles et diverses autres œuvres caritatives que les loges maçonniques cherchent à maintenir. « Notre magasin gère un refuge pour personnes âgées avec 80 résidents depuis 1948. » Pour lui, la base philosophique de la franc-maçonnerie est d’aider les autres. « Nous pensons que nous sommes tous égaux. Le but principal de la franc-maçonnerie est de transformer le monde à travers les hommes, même si la franc-maçonnerie moderne ne s’implique pas dans des causes politiques et religieuses », explique-t-il.

Alex Costa dit que la franc-maçonnerie vient de Dieu. « Dieu a créé l’homme et lui a donné le libre arbitre sur toutes choses. Nos dogmes s’adressent au Créateur et nous ne commençons pas nos réunions sans d’abord dire une prière et lire un texte biblique.

Membre

Sérgio Lucas est avocat, homme politique et franc-maçon du 33e degré, de la loge Aprendizes da Verdade, numéro 98 — appartenant à la Grande Loge. Pour lui, la franc-maçonnerie représente une école de perfectionnement intérieur. Membre de l’institution depuis plus de 20 ans, Sérgio Lucas a vécu un changement radical dans sa vie. « Je pense que, sans la franc-maçonnerie, j’aurais persisté dans les erreurs que j’ai commises à plusieurs reprises tout au long de mon parcours. La franc-maçonnerie a changé cela», assure-t-il.

Sérgio Lucas membre diplôme 33 l Photo : archives personnelles

Sérgio Lucas souligne que la première question posée à un non-maçon qui souhaite en faire partie est de savoir s’il croit en Dieu. Si cette réponse est négative, l’enquête s’arrête là. La deuxième question est de savoir si l’individu croit à la vie après la mort, et la troisième, si la femme est d’accord avec la décision de son mari.

Ordre de Molay

Charles Wellington de Matos Pinheiro est catholique et enseignant depuis 30 ans. Il est franc-maçon du 33e degré et a rejoint l’Ordre de Molay le 22 février 1992.

Charles Wellington de Matos Pinheiro maître de l’Ordre de DeMolay l Photo : archives personnelles

Charles Wellington a occupé plusieurs postes au sein de l’Ordre de Molay, et explique que l’institution para-maçonnique a été créée le 24 mars 1919, à Kansas City (USA), par le franc-maçon Frank Sherman Land. Le but de cette institution est d’aider les jeunes hommes âgés de 12 à 21 ans à développer des vertus et à les transformer en adultes responsables et engagés.

Ils rejoignent un « Chapitre », qui opère sous la responsabilité et le parrainage d’une loge maçonnique et est subordonné à un conseil d’État, appelé Grand Conseil d’État, composé de francs-maçons et de Molay, et ceux-ci sont subordonnés au Conseil suprême de Molay Brésil.

« Dans le cadre de la formation des jeunes, ils s’inspirent de sept principes appelés vertus cardinales, à savoir : l’amour filial, le respect des choses sacrées, la courtoisie, la camaraderie, la fidélité, la pureté et le patriotisme », explique Charles Pinheiro. “Il faut que le jeune ait une croyance en Dieu, mais sans confession particulière, et qu’il soit déjà un jeune avec un comportement exemplaire.”

L’entrée dans un chapitre se fait par une invitation faite par un autre Molay ou un franc-maçon, il n’est pas nécessaire que l’invité ait une relation avec une personne liée à l’ordre de Molay ou à la franc-maçonnerie, il suffit de recevoir l’invitation. Lorsque des jeunes rejoignent l’Ordre de Molay, on leur dit qu’il n’y a aucune garantie qu’ils seront francs-maçons à l’avenir.

Il convient cependant de noter que, grâce aux enseignements qu’ils reçoivent et aux vertus cultivées au cours de leurs années de séjour, lorsqu’ils deviendront Seniors (Molays qui atteignent l’âge de 21 ans), ils auront des connaissances et des habitudes qui peuvent être un facilitateur pour une entrée possible dans la Franc-Maçonnerie. En rappelant que certains ne s’identifient pas aux principes enseignés dans l’organisation et finissent par la quitter.

Ordre paramasonique appelé filles de Job l Photo : archives personnelles

Histoire

L’ordre porte le nom du dernier Grand Maître de l’Ordre des Templiers Jacques de Molay, décédé en 1314 lors de la persécution du roi Philippe de France, Philippe le Bel. Ce roi, convoitant les biens accumulés depuis plus de 200 ans par l’ordre, les accusa d’hérésie et parvint ainsi, avec le soutien de l’Église catholique, à s’approprier les biens et à mettre fin à l’ordre. De nombreux Templiers furent tués et certains réussirent à s’échapper et à se cacher dans toute l’Europe.

De Molay et d’autres chevaliers ont été emprisonnés pendant environ 7 ans dans des cachots et après un procès diffamatoire, il a été brûlé vif le 18 mars 1314. Mais même s’il a été emprisonné et a subi de cruelles tortures, il est resté fidèle à son serment d’allégeance et ne s’est pas rendu. Ses subordonnés gardèrent secrets leur identité et leur localisation et ainsi, pour avoir défié le roi et ne pas s’être incliné devant lui, même sous la torture, il fut condamné à mort sur le bûcher.

«À travers cette histoire, les jeunes initiés à l’Ordre de Molay se sont inspirés à devenir de meilleurs citoyens et à lutter pour un monde plus juste et fraternel et à cultiver les vertus de caractère », déclare Charles Pinheiro.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES