mer 28 février 2024 - 23:02

Un journal Russe se demande si les maçons sont à l’origine de la chute du mur…

De notre confrère bb.lv

Les francs-maçons travaillaient dans le gouvernement de Gaidar (Premier ministre de la Russie du 15 juin au 14 décembre 1992)

Les mauvaises langues qualifiaient le gouvernement de Gaidar de maçonnique, mais nous étions convaincus que les francs-maçons en Russie étaient des mensonges et de la fiction. Et l’autre jour, le ministre des Carburants de la Fédération de Russie de Gaidar, Vladimir Lopukhin, est décédé du coronavirus – et il s’avère qu’il était un “grand maître” – le chef d’une loge maçonnique d’importance fédérale, pour ainsi dire. Et même s’il est clair que toute cette franc-maçonnerie est une caricature complète, cela n’en reste pas moins un scandale !

Après la scission des maçons de la Grande Loge de Russie (GLR) en 2001, Lopukhin a dirigé la Grande Loge régulière russe et l’a dirigée jusqu’en 2007 inclus. Parallèlement, il est membre des conseils d’administration de plusieurs banques et structures commerciales, notamment JSC Sukhoi Civil Aircraft. Donc, s’il y a encore quelque chose qui ne va pas avec les Superjets, nous pouvons en toute sécurité blâmer les francs-maçons et la conspiration. En outre, Lopukhin figurait sur la liste des consultants de Gazprom, Surgutneftegaz et IOUKOS.

Pendant cinq mois au poste de ministre du carburant, Lopukhin s’est distingué à bien des égards. Le vétéran du renseignement Leonid Shebarshin a beaucoup parlé aux médias de son « art ». Mais peut-être que la chose la plus importante qu’il ait faite a été d’inviter Mikhaïl Khodorkovski au pouvoir, en le nommant à la tête du fonds de promotion de l’industrie des carburants et de l’énergie. Avec les pouvoirs d’un sous-ministre. A-t-il volontairement poussé Khodorkovski à une hauteur inaccessible, ou était-ce par devoir ? Ou – de manière fraternelle, comme c’est l’usage entre eux, entre « frères » ?

“Lopukhin a fait un très bon travail pour nous, il nous a présenté au cercle des travailleurs du pétrole et du gaz”, a avoué Khodorkovski au magazine Forbes.

Sous la stricte direction de Khodorkovski, le fonds gouvernemental n’a mis en œuvre aucun projet. Mais le futur oligarque a ainsi pu faire la connaissance de Viktor Tchernomyrdine. Par la suite, dans l’entourage de Tchernomyrdine – il n’était alors plus Premier ministre, mais ambassadeur en Ukraine – divers « grands maîtres » commenceront à émerger. À la fin de son service, une bonne moitié de l’ambassade en sera remplie.

Lopukhin est devenu franc-maçon presque dès ses années d’étudiant. Il est possible que ce soit sa passion pour l’histoire de la franc-maçonnerie – non pas officiellement interdite en URSS, mais non encouragée non plus – qui ait aidé le diplômé de la Faculté d’économie de l’Université d’État de Moscou à entamer une carrière très réussie. Institut de l’économie mondiale et des relations internationales, puis Institut panrusse de recherche sur les systèmes. Pour que vous compreniez ce qu’était ce VNIISI : il a été créé en 1976 en tant que « branche soviétique » de l’Institut international d’analyse des systèmes appliqués (IIASA, en transcription latine – IIASA). Les fondateurs de l’IIASA étaient les États-Unis, l’URSS, le Canada, le Japon, l’Allemagne, l’Allemagne de l’Est et plusieurs autres pays européens. En coulisses, l’institution était qualifiée de « projet de deux services de renseignement » – le KGB et la CIA – et était considérée comme une sorte de plateforme de négociation pour les élites des pays capitalistes et des États du camp socialiste. Le premier directeur de cet institut fut le futur « initiateur de la perestroïka » Jermen Gvishiani – c’est lui qui invita le jeune spécialiste Lopukhin à travailler en 1977.

Dire que le MIPSA et le VNIISI étaient bourrés de divers agents d’influence occidentaux, c’est ne rien dire. C’était en fait leur seul « toit » légalisé en URSS. Des francs-maçons y étaient également présents, mais les dirigeants soviétiques encourageaient même leurs contacts avec des spécialistes soviétiques.

On croyait que cela bénéficierait à l’épanouissement de l’État soviétique. Certains ont bu de la vodka et pris un bain de vapeur pour entretenir des relations non professionnelles, d’autres ont participé à la « messe » maçonnique « noire » – et si les intérêts de l’État l’exigeaient ?! Et pendant toute la période soviétique, la vie de Mason Lopukhin n’était qu’un conte de fées. Dans le pays clôturé par le rideau de fer, c’était comme s’il n’y avait pas de frontières pour lui.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin un jour. En 1990, les francs-maçons ont été légalisés en Russie, après avoir initié le « premier grand maître » Gueorgui Dergachev comme franc-maçon. Pour Lopukhin et son entourage, Dergachev était un provincial parvenu, qui, par la volonté du destin et d’un Français qu’il connaissait, s’est retrouvé en 1989 dans la loge du Grand Orient de France. Comment est-ce possible, se sont indignés les «frères» de Lopukhin, car les vrais francs-maçons, ce n’est pas lui, mais nous! C’est là que la guerre civile aurait éclaté, mais Lopukhin et ses camarades étaient alors devenus des hommes d’affaires, et ils n’auraient pas dû avoir de disputes pseudo-scientifiques pour savoir qui avait la foi la plus forte, mais gagner de l’argent et se construire au pouvoir. Et tandis que Dergachev construisait des ponts avec les « grands officiers » français, en faisant pour ainsi dire quelque chose comme une collecte de fonds ou la construction d’un parti, le chercheur principal de l’Institut de recherche Lopukhin a accédé au poste de vice-ministre de l’Économie de la RSFSR. Et puis il est devenu ministre du Carburant. Et puis, pendant environ 10 ans, Lopukhin a forgé le fer de sa carrière réussie. Mais pendant que Lopukhin gagnait de l’argent, Dergachev était engagé dans des intrigues intraspécifiques, créant autour de lui des dizaines d’organisations maçonniques, apparemment parrainées par lui seul. À la fin du millénaire, il y avait 12 loges en activité dans le pays – dans le cadre de la « Grande Loge de Russie ». Et en 2001, ils étaient déjà 18 !

Lopukhin et les « francs-maçons » proches de lui n’étaient pas satisfaits de cette situation, et en mars 2001, 100 maçons du « premier appel » quittèrent la Grande Loge, tentant en même temps de changer le « toit » français en britannique « un». Pendant ce temps, le VLR continuait à bourgeonner, et bientôt il y eut environ 30 loges, puis elles commencèrent à bourgeonner à partir du VLR, envoyant à leur tour de nouvelles pousses et branches. Il y en a aujourd’hui soit une cinquantaine, soit la totalité, selon la façon dont on les compte. Les membres d’une organisation secrète ne peuvent pas ressembler à des clowns, mais que pouvons-nous faire si nous n’en avons pas d’autres ? Lopukhin, apparemment, s’est lassé de ce mouvement et a pris sa retraite en 2007.

Gaidar est aussi franc-maçon ?!

Dans toute cette agitation farfelue, il semble y avoir une seule question qui n’est pas vaine. Et qui d’autre parmi les maçons, à part Lopukhin, aurait pu faire partie du gouvernement de Gaidar, dont la rumeur disait qu’il était « maçonnique » ? Il y a vingt ans, Leonid Shebarshin, répondant à la question de l’auteur de ces lignes de savoir si Gaidar était un franc-maçon, a répondu avec son humour caractéristique : « Gaidar ne l’était pas, mais Yegor Timurovich Solomyansky l’était ! Solomyanskaya est plutôt le nom de famille de l’épouse de l’écrivain Arkady Gaidar. Et Timur Solomyansky est le beau-fils de l’écrivain et le père du futur Premier ministre, qui a pris le nom de Gaidar. En général, Shebarshin a alors fait allusion de manière transparente, mais l’allusion est restée une allusion, rien de plus. Et maintenant, à la lumière des données confirmées sur la franc-maçonnerie de Lopukhin, l’histoire prend une tournure passionnante. Gaidar est venu travailler au VNIISI trois ans après Lopukhin, mais c’est Lopukhin – et cela est connu de manière fiable – qui l’a pris en charge, en signant une recommandation adressée au chef de l’institut avec l’académicien Stanislav Shatalin. Non pas que ce soit une preuve évidente en faveur de la franc-maçonnerie de Gaidar, mais, voyez-vous, cela change quelque peu la perception du futur acteur « première». Et si l’on se souvient que, tout comme Gaidar, Shebarshin a pointé du doigt, mi-plaisantant, mi-sérieux, deux Gaïdarites plus éminents, Pochinok et Boris Fedorov, l’affaire prend une tournure complètement différente. Ce n’est donc plus une coïncidence ? Le gouvernement de Gaidar était-il vraiment maçonnique ?

“Opération de couverture”

Il est important de comprendre ce qui suit. Toute cette clownerie du « grand dragon » Dergachev n’était peut-être qu’une opération de couverture pour Lopukhin et ceux qui travaillaient dans le système MIPSA-VNIISI. Beaucoup d’entre eux font toujours partie du gouvernement russe et pour connaître leurs noms, il suffit de consulter leur biographie. Jermaine Gvishiani savait choisir ses collaborateurs. Si, pour le bien des affaires, il était nécessaire que tel ou tel employé entre en contact soit avec des francs-maçons, soit avec le diable chauve, Gvishiani facilitait cela et le dissimulait ensuite de manière fiable. Donc, si quelqu’un avait de vrais contacts avec des organisations maçonniques, pas des mummers, mais des organisations vraiment influentes, c’était bien Lopukhin. Et peut-être Gvishiani et Gaidar. Leonid Shebarshin pourrait en avoir des preuves documentaires (et c’est lui qui a un jour « divulgué » les données sur la franc-maçonnerie de Lopukhin), mais, malheureusement, il n’est plus en vie.

1 COMMENTAIRE

  1. Pourquoi publier un article mal traduit, mal construit et dont le fil directeur et la thèse nous échappe totalement
    À l’image des mensonges soviétiques et poutiniens
    De quel bord est ce correspondant qui bave sur tout sans preuves ni raison ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES