mar 23 avril 2024 - 15:04

Fondamentalisme sur la création du mariage civil par la franc-maçonnerie

De notre confrère nuevatribuna.es – Par EDUARDO MONTAGUT

Félix Sardá i Salvany (1841-1916) était un prêtre catalan, membre éminent du fondamentalisme à l’époque de la Restauration . Il était membre du carlisme et devint en 1888 l’un des idéologues du Parti de l’intégrité de Ramón Nocedal. Apparemment, c’est lui qui a été à l’origine du surnom donné à la formation, précisément en raison du caractère péjoratif du terme fondamentaliste par les opposants politiques.

En 1893, il fut directeur du Diario Catalán , l’organe du fondamentalisme barcelonais. Il a fini par se séparer du Parti et affronter El Siglo Futuro parce qu’il défendait la nécessité de soutenir les alliances électorales avec les conservateurs. Il affronte le catalanisme et défend une sorte de catholicisme social à Sabadell. Son ouvrage le plus célèbre fut Le Libéralisme est un péché et l’ouvrage qui nous intéresse ici, le Maçonisme et le Catholicisme : parallèles entre la doctrine des loges et celle de notre Sainte Église, catholique, apostolique, romaine, la seule vraie, qu’il publia dans Barcelone, en 1885.

Au chapitre onze, il expliqua comment le « maçonnisme » et le catholicisme différaient en ce qui concerne la constitution de la famille , c’est-à-dire en ce qui concerne le mariage, attribuant à la franc-maçonnerie la naissance du mariage civil, considéré en outre comme un « non-mariage ».

Pour la franc-maçonnerie, et toujours selon Sardá, le mariage n’avait rien à voir avec Dieu ou la religion. L’homme et la femme étaient unis par nature et sans qu’aucune loi divine ne puisse régler les conditions de ladite union. Mais comme cela pouvait être considéré comme très « grossièrement animal » parce qu’on reconnaissait quelque chose de supérieur à ce que faisaient les animaux, la franc-maçonnerie avait inventé pour « colorer ces unions sans Dieu » une sanction que le curé catalan qualifiait de fausse, et qui s’appelait mariage civil. . Ainsi, l’État occupait la position de Dieu, il acquérait le droit de sanctionner l’union légale des deux sexes et d’établir certaines conditions.

En enlevant au mariage la sanction divine, il n’avait que la sanction humaine, et si respectable qu’il soit censé être, il ne dépasserait jamais cette condition, qu’il vienne d’un roi ou d’un parlement, ou des deux institutions à la fois. Le droit humain ne pouvait pas donner à ce contrat de mariage une plus grande force qu’il n’en donnait à d’autres contrats civils autorisés et légiférés. Le mariage était réduit aux conditions de tout contrat, ou à un simple accord où chacune des parties pouvait ajouter ou supprimer les conditions qu’elle souhaitait et, par conséquent, c’était l’annulation complète de la loi matrimoniale, l’abolition du mariage. Sardá a forcé le raisonnement en insistant sur cet aspect de la liberté du couple, car il est allé jusqu’à affirmer que même si la loi exigeait qu’aucun homme ne puisse épouser une seule femme, une telle union devait être éternelle et qu’une série de devoirs devait être remplie de conditions liées à la parenté, non pas en vertu d’un principe supérieur ou d’un ordre divin, mais parce que cela avait semblé tel au législateur, qu’il soit « monarchique ou démocratique », c’est-à-dire par simple jugement humain , n’importe quel citoyen pouvait remettre en question ce que la loi avait dicté. Si Dieu a été exclu du contrat de mariage parce qu’il était inutile, notre protagoniste s’est demandé pourquoi il fallait y insérer le bâton du maire ou du juge.

Contrairement au mariage civil, œuvre de la franc-maçonnerie, il existait le principe selon lequel l’institution du mariage était divine.

Le problème était que la loi humaine, en se privant de son fondement dans la loi de Dieu, pourrait changer à l’avenir. Le vote d’un parlement pourrait un jour dire ce qu’est un mariage, mais demain il pourrait réglementer le mariage selon d’autres principes. Ainsi, la formalité sacrée du lien conjugal, comme base de la famille, dépendrait toujours des majorités parlementaires qui décideraient à chaque moment de ce qu’elles jugeraient opportun.

Face à ce mariage civil, l’œuvre de la Franc-maçonnerie, nous l’avons dit, était le principe selon lequel l’institution du mariage était divine. C’était un sacrement.

En conclusion, on ne peut résister à un constat. Les arguments actuels de l’Église et des secteurs les plus conservateurs et néo-intégrateurs de notre époque contre le mariage des personnes de même sexe sont-ils très éloignés de ceux que Sardá présentait il y a près de cent cinquante ans sur le mariage civil ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES