mer 19 juin 2024 - 00:06

Lieu symbolique : L’Aveyron, terre de Templiers

Dans l’Aveyron, en région Occitanie, les villages de La Cavalerie, La Couvertoirade et Sainte-Eulalie-de-Cernon sont significatifs pour leur association historique avec les Templiers.

Comtes du Rouergue (anciens)/Comtes de Toulouse blasonnant ‘’De gueules, à la croix vidée, cléchée et pommetée d’or qui est de Toulouse’’
Blason actuel de l’Aveyron

Ces sites ont été magnifiquement restaurés et préservés, reflétant leur état du XIIe et XIIIe siècles. Les Templiers, connus en tant qu’ordre militaire protégeant les pèlerins et plus tard la Terre saint elle-même, étaient également de grands propriétaires terriens dans ces régions. Ils soutenaient les fermiers locataires, ce qui contribuait à leur richesse. La Couvertoirade était particulièrement importante pour l’agriculture et avait des fortifications étendues qui protégeaient le village pendant la guerre de Cent Ans. La particularité de ce village est que l’original a été déplacé par les Templiers pour faciliter la protection et l’accès à l’eau.

Malgré l’arrestation – un fameux vendredi 13 octobre 1307 – et la chute des Templiers au début du XIVe siècle, leur héritage subsiste sous la forme des structures qu’ils ont laissées derrière eux.

Ces villages font partie des sites Templiers dans l’Aveyron, qui incluent également le Viala-du-Pas-de-Jaux. L’histoire des Templiers dans ces villages constitue un attrait significatif pour les visiteurs intéressés par le passé riche et parfois mystérieux des chevaliers Templiers​​​​.

L’histoire des Templiers en Aveyron

Elle est intimement liée à la présence de plusieurs commanderies importantes, établies pour soutenir les activités des Templiers en Terre Sainte. Le Rouergue, région historique où se situe l’Aveyron, est passé sous la souveraineté du comte de Toulouse au XIIe siècle. Les Templiers, ainsi que les Hospitaliers, deux ordres religieux et militaires, ont alors organisé un réseau de commanderies, tant rurales comme à Sainte-Eulalie que urbaines dans les grandes villes.

La Cavalerie, place des Templiers.

Ces domaines généraient des revenus pour l’entretien des chevaliers en Terre Sainte. Après la chute de la ville d’Acre, les Templiers furent arrêtés en 1307 sur ordre de Philippe le Bel, et l’ordre fut aboli en 1312. Leur héritage fut recueilli par les Hospitaliers. Les Templiers et les Hospitaliers ont laissé une empreinte durable sur l’Aveyron, comme en témoignent les grandes forteresses de La Cavalerie, La Couvertoirade, Sainte-Eulalie-de-Cernon, Le Viala-du-Pas-de-Jaux et le fort de Saint-Jean-d’Alcas, marquant le département et surtout le Larzac pendant près de 150 ans​​.

La Cavalerie, village templier

La Cavalerie, le relais de Poste.

La Cavalerie, située au cœur du Larzac, est un village templier historique qui a toujours été un point de passage stratégique sur la route vers la Méditerranée. Le village a été développé par les Templiers qui y avaient construit un château, maintenant disparu.

Logo du village.

Les Hospitaliers ont par la suite érigé une muraille, dont des parties, y compris les tours rondes de la rue du Portalou et des Remparts, sont conservées aujourd’hui. En se promenant à La Cavalerie, on découvre des anciens hôtels particuliers, des portes du XVIIe siècle et des petites échoppes.

La Cavalerie, abside de l’église.

Son église du XVIIIe siècle contient les vestiges de l’ancienne église templiére, datant de l’époque où l’Ordre du Temple a pris possession de ce fief en 1154. Cependant, le village n’a pas été épargné par les Guerres de religion, subissant notamment un épisode violent en 1568 lorsqu’il fut envahi par des soldats protestants qui s’en prirent aux paysans locaux​​.

Blason de La Couvertoirade.

La Couvertoirade, village templier

La Couvertoirade est un village templier situé sur le haut plateau des Causses du Larzac. Il a une histoire riche, avec des origines remontant au XIIe siècle lorsque les Templiers y ont édifié un château.

Panorama.

Le nom de Cubertoirata apparaît dès le XIe siècle lors de la délimitation des territoires appartenant à l’abbaye de Gellone, à Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault) aujourd’hui. Depuis le XIIe siècle, les Templiers sont installés sur le Larzac et à La Couvertoirade. Leur implantation est due d’une part à la proximité de routes permettant de descendre vers la côte méditerranéenne pour s’embarquer vers l’Orient et la Terre sainte, d’autre part à des donations.

La Couvertoirade constitue dès l’origine pour les Templiers un centre d’exploitation agricole. Sur ces terres, ils font cultiver aux paysans des céréales, élever des chevaux (pour la guerre) et des moutons (pour la viande, les peaux, le lait). Un bourg se développe autour du château, encore visible de nos jours. En 1312, l’ordre du Temple est dissous.

L’ensemble de leurs biens revient aux Hospitaliers qui deviennent les nouveaux maîtres de La Couvertoirade. La bourgade compte 135 feux en 1328, soit environ 800 personnes. Au milieu du XIVe siècle, les « Routiers » (des compagnies de mercenaires vivant en bandes plus ou moins organisées et souvent peu disciplinées) pillent le Larzac. Par crainte de ces bandes armées, les habitants finissent par faire fortifier le bourg de 1439 à 1445. C’est Déodat d’Alaus, maître maçon de Saint-Beauzély, qui est chargé d’exécuter ces travaux. Malheureusement, ce territoire se sera déjà fortement dépeuplé.

Au XVe siècle donc, les Hospitaliers ont pris la succession des Templiers et ont renforcé la cité avec une couronne de remparts. Le village a connu son apogée économique et démographique aux XVIe et XVIIe siècles, époque de la construction de belles demeures qui subsistent encore aujourd’hui​​.

Sainte-Eulalie-de-Cernon, village templier

Sainte-Eulalie-de-Cernon, maison avec échauguette.

Sainte-Eulalie-de-Cernon est un village templier qui a été fondé au XIIe siècle. Il était à l’origine une importante commanderie templiére, et après la chute de l’Ordre, elle est passée sous le contrôle des Hospitaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Sainte-Eulalie-de-Cernon, l’abside de l’église.
le blason de Sainte-Eulalie-de-Cernon

Ce village fortifié est remarquable pour son église templière romane caractérisée par une grande porte surmontée d’une Vierge rapportée de Gênes. En 1151, Raymond, abbé de Gellone, a cédé cette église aux Templiers.

Sainte-Eulalie-de-Cernon, salle d’honneur

Plus tard, au XVIIe siècle, la commanderie a été rénovée par le commandeur Jean de Bernuy-Villeneuve, donnant un nouveau visage à l’édifice austère des Templiers avec des éléments décoratifs comme une grande cage d’escalier ornée de fresques et une échauguette contenant des graffiti représentant des églises et des navires. Les cheminées, les cloisons, les grandes fenêtres et le balcon évoquent des influences de la Provence, de l’Italie et de Malte​​.

Porte du village.
L’église.

En savoir plus sur la présence des Templiers en Aveyron, notamment sur le Viala-du-Pas-de-Jaux…

Sources : Détours en France septembre 2023, Wikimedia Commons, Aveyron.com, Wikipédia, Templiers.net

Sainte-Eulalie-de-Cernon, vue générale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES