sam 15 juin 2024 - 09:06

La christianisation des francs-maçonneries britanniques (2/4)

Partie 2. La fidélité allemande : Car si la trompette donne un son incertain, qui se préparera au combat ?

Durant les terribles années 1939-45, de nombreux ecclésiastiques et maçons étaient unis dans leurs idéaux, parfois dans leur martyre.

Revenir simplement à un statu quo hostile leur paraissait impossible, immoral.

C’est bien de cette époque que l’on peut dater cet effort sincère des deux côtés pour dresser le bilan des causes d’incompréhension, et, sans précipiter les choses, du moins pour étudier en commun une difficulté commune.

(Alec Mellor, Nos frères séparés, les francs-maçons.)

Cette série en quatre parties considère :

(i) la séparation des francs-maçonneries britanniques du Grand Orient de France (GOdF) ; et

(ii) maintenir la fraternité avec la Grande Loge prussienne des Trois Globes. Les deux décisions ont un impact sur la relation des francs-maçonneries avec la religion, toutes deux, à leurs différentes manières, peuvent être comprises comme des batailles pour l’âme (« essence », Carnarvon) de la franc-maçonnerie.

Cependant, les francs-maçonneries et les religions sont « déchirées par des schismes » – un échec à s’entendre sur des principes fondamentaux.

HENRY HERBERT, LE TRÈS HONORABLE. 4E COMTE DE CARNARVON (1831-1890)
IMAGE LIÉE : WIKIMEDIA ATTRIBUTION 4.0 INTERNATIONAL (CC BY 4.0)

La caractéristique déterminante de notre espèce est peut-être que nous apprenons et croyons à travers des histoires, des récits, des fictions et des inventions.

La croyance en la même histoire crée la confiance entre les croyants ; cela a fourni la base d’une coopération humaine à grande échelle.  

Comment la bataille pour les âmes des francs-maçons pourrait-elle être identifiée de manière à garantir leur prospérité au 21 ème siècle ?

Il n’y a aucune garantie de l’immortalité de l’âme de la franc-maçonnerie ! “Nous étudions le passé pour nous en libérer.” (Hariri)

Partie 1. L’infidélité française : une nouvelle alliance . Suite à l’examen de la décision du Grand Orient de France (GOdF) de supprimer l’obligation pour les initiés de ;

(je crois en Dieu; ou (ii) croire en l’immortalité de l’âme ; Le Pro Grand Maître Carnarvon considérait cela comme contraire aux principes sur lesquels reposaient la civilisation et la franc-maçonnerie.

Un comité a été formé « pour enquêter sur les faits de l’affaire et faire rapport avec des recommandations ».

Si cela ne suffisait pas pour une nuit, elle a été suivie par « La question allemande ».   

Partie 3. Perdition française : « … car quelle communion y a-t-il entre la justice et l’injustice » ? (Quelle communion y a-t-il entre la justice et l’autosatisfaction ?)

Partie 4. L’arrivée de Post Truth en 1877-8 : «…. de nouveaux cieux et une nouvelle terre… on ne se souviendra pas des premiers ».

Partie 2. La fidélité allemande : Car si la trompette donne un son incertain, qui se préparera au combat ? 

Avec les victoires militaires prussiennes sur le Danemark, l’Autriche et la France entre 1864 et 1872, le roi Guillaume Ier de Prusse devint Kaiser (empereur) et grand maître de nombreuses juridictions civiles et maçonniques germanophones.

Tout comme la question française concernait une juridiction en France, la « question allemande » ne concernait pas une Grande Loge mais l’une des congéries (collecte informelle – comme par exemple un cluster au sein d’une province) basée à Berlin mais connue sous le nom de Grande Loge . des Trois Globes .

Les congrégations sont devenues des moyens d’assurer le soutien maçonnique à l’Empire allemand, à l’État prussien et à la communauté religieuse luthérienne.

Certaines des premières loges étaient réservées aux chrétiens ; dont certains, dans le cadre d’une libéralisation générale au XIXe siècle , ont commencé à admettre des initiés non chrétiens et des visiteurs maçonniques.

Ce processus a été en partie inversé, au point même de refuser l’admission aux francs-maçons britanniques non chrétiens en visite.

SCEAU DE LA GRANDE LOGE MÈRE NATIONALE « LES TROIS GLOBES » DE BERLIN EN ALLEMAGNE PAR AKAZIA030 – TRAVAIL PERSONNEL, DOMAINE PUBLIC – WIKIMEDIA.

En 1841, cela fut porté à l’attention du Grand Maître Zetland ; à ce sujet, il était loin d’être satisfait mais soucieux d’éviter de « s’ingérer » dans une autre juridiction.

Cependant, Zetland, suivi de Ripon (1870-4) furent les derniers grands maîtres whigs. Initialement, la franc-maçonnerie anglaise soutenait (a) la monarchie contractuelle ; (b) l’aristocratie; et (c) plus de déistes et de dissidents que la religion dominante.

Étant donné que la religion était un élément de division clé au cours des guerres civiles anglaises , la distance par rapport à la religion était une valeur fondamentale de la Royal Society, créée en 1663.

La déclaration de la Royal Society (« Antient Charges ») déclarait : « …ne pas jeter les bases d’une philosophie anglaise, écossaise, irlandaise, papiste ou protestante ; mais une philosophie de l’humanité ». (« la solidarité humaine » ? Voir la première partie.)

Il est très peu probable que les membres de la Royal Society auraient rejoint la franc-maçonnerie britannique si ses valeurs avaient été différentes des leurs ; la « Première charge d’un franc-maçon » de 1723, « De Dieu et de la religion » était tout à fait compatible avec la Déclaration .

Suite à la nomination en 1874 du prince de Galles comme Grand Maître, en 1877, la franc-maçonnerie anglaise soutenait désormais ; (a) monarchie contractuelle ; (b) l’aristocratie; (c) le Parti conservateur et (d) l’Église d’Angleterre.

LES ARMOIRIES DE LA ROYAL SOCIETY OF LONDON POUR LA PROMOTION DES CONNAISSANCES NATURELLES.
IMAGE LIÉE : WELLCOME COLLECTION – ATTRIBUTION 4.0 INTERNATIONAL (CC BY 4.0)

La Constitution des Trois Globes exigeait que seuls ceux qui avaient une croyance chrétienne puissent être initiés ou reçus comme visiteurs.

Il fallait pour cela confirmer leur tentative, jusqu’ici, de remplir leurs devoirs de citoyens chrétiens ; et l’assurance, ils continueraient à le faire.

Cependant, tout comme la nouvelle Constitution du GOdF n’a pas bénéficié d’un soutien total . Les francs-maçonneries exclusivement chrétiennes ne bénéficiaient pas du soutien de certaines grandes loges allemandes ou de certaines loges anglaises.

En mars 1877, la Loge Montefiore n° 1017 , réunie au Regent Masonic Hall ,  Café Royal, Regent Street, Londres, invita les loges anglaises à signer une pétition à soumettre à la Grande Loge.

Il a demandé que des démarches soient faites pour modifier la politique des Trois Globes.

De manière significative, étant donné la religiosité chrétienne qui tourbillonnait autour de la maçonnerie anglaise à l’époque, trois cents loges anglaises, soit un tiers du total, ont signé la pétition.

Dans sa thèse intitulée « Le 4e comte de Carnarvon (1831-1890) et la franc-maçonnerie dans l’Empire britannique » (Sheffield 2010), Jim Daniel’s écrit : « Tenterden a soutenu que contrairement aux souhaits de quelque 300 pétitionnaires (principalement juifs)… ». (p. 88).

Il n’est pas clair que tel ait été le cas, la pétition a été envoyée aux loges pour être discutée et votée en loge ouverte : il est peu probable qu’il y ait eu trois cents loges « juives » dans la juridiction anglaise.

LIVRE DES PROCÈS-VERBAUX. LA LOGE SAINTE MARIE N°1312, 27 MARS 1877
CRÉDIT IMAGE : FOURNI PAR L’AUTEUR

En effet, l’un des signataires de la pétition était la Loge Sainte-Marie n° 1312, prétendument nommée d’après le doyen local de Sainte-Marie-la-Vierge.

Le procès-verbal de la réunion disait : « Une lettre reçue de Montefiore Lodge avec une pétition contre l’exclusion des Hébreux en Allemagne ».

Il a été résolu à l’unanimité que « la pétition soit signée par la WM ».

Il était le révérend HS Elliot, ancien grand aumônier provincial du Warwickshire ; aucun des membres de la Loge ne semblait avoir eu des noms juifs. 

La pétition disait :

« Nous, soussignés, Maîtres, Gardiens, Officiers et Membres des différentes Loges, demandons très sincèrement et respectueusement que la Grande Loge prenne cela en considération sérieusement et utilise les moyens qu’ils jugeront les plus appropriés pour garantir une modification permanente et satisfaisante des lois desdites grandes loges d’Allemagne, lesquelles lois, vos pétitionnaires soumettent humblement, sont, dans leur interprétation actuelle, contraires aux premiers principes de la franc-maçonnerie.

Il y a peut-être trois « principes » à l’étude :

(a) Le principe selon lequel une juridiction peut considérer que les privilèges de la franc-maçonnerie sont exclusivement réservés aux chrétiens. 

(b) Étant donné (a), ces juridictions nieront, en principe, la régularité et refuseront donc la reconnaissance et l’accueil des maçons non chrétiens – non reconnus comme « vrais et authentiques frères », même s’ils proviennent de juridictions reconnues.

(c) Qu’en principe, les juridictions ouvertes aux non-chrétiens reconnaîtront et n’interféreront pas avec le fonctionnement des juridictions exclusivement chrétiennes.

Un son incertain ?

La motion devant la Grande Loge était la suivante : 

(1) Qu’il recevrait la pétition.

(2) Inviter les Trois Globes à reconsidérer leur politique ; et,

(3) Communiquez-le aux Trois Globes.

Il a été affirmé lors du débat sur la question française que des questions de principe justifiaient une « ingérence » dans les affaires d’une autre juridiction.

En parlant de la pétition, le révérend frère Simpson a affirmé que refuser l’admission dans leurs loges de maçons non chrétiens provenant de juridictions reconnues « remet en question l’ essence de la franc-maçonnerie ».

(Comme Carnarvon l’a dit en examinant la question du GOdF.) 

Seigneur Tenterden :

(1) « Lorsque la franc-maçonnerie a été introduite en Allemagne au siècle dernier, elle était constituée sur le système chrétien de Saint-Jean . L’Angleterre reconnaissait cette Grande Loge allemande comme Loge Chrétienne depuis 137 ans.

(2) Il y avait d’autres Loges où une personne non chrétienne pouvait se rendre en Allemagne et y être reçue. Quand [un maçon anglais non chrétien] se rendait dans une Loge chrétienne en Allemagne , il frappait à la mauvaise porte. une erreur en le faisant.

Israël Abrahams :

Ce n’est pas une question juive, mais une question anglaise. En tant que franc-maçon anglais, il exigeait le droit d’entrer dans n’importe quelle loge.

Le comte de Limerick :

C’est la Grande Loge d’Angleterre qui jugea bon de s’écarter de ces principes en 1813, jusque-là la profession de christianisme était exigée de tous les candidats. [Si c’est vrai, ce qui n’était pas le cas, cela ne pourrait-il pas être considéré comme « une innovation surprenante méritant d’être exclue par la juridiction exclusivement chrétienne ?]

Samuel V. Abrahams :

Si une modification est souhaitée sur les principes fondamentaux, il convient d’aller à la source ; et à la tête de cette Grande Loge se trouve le nom de l’Empereur d’Allemagne comme Grand Patron de l’Ordre.

Aeneas J. McIntyre, cr, grand registraire :

(1) Nous devrions considérer que c’est le comble de l’impertinence qu’une autre Grande Loge s’approche de nous et nous dise quelle devrait être notre loi. [Apparemment pas dans le cas du GOdF !]

(2) Jusqu’en 1813, les deux Grandes Loges d’Angleterre étaient des Grandes Loges chrétiennes. En 1813, au moment de l’Union, nous sommes devenus une Grande Loge Universelle et les Juifs ont été admis parmi nous. [Une preuve de cela ? Il y a le contraire.)

(3) La question est totalement différente de la position dans laquelle nous nous trouvons à l’égard du GOdF. Là, ils font une innovation. [Et le prétendu changement au sein de l’Union de Chrétien à Universel ne l’était pas ? Si cela avait été le cas, ce qui n’a pas été le cas, les Trois Globes auraient pu rompre leurs relations avec l’UGLE naissante en 1813 à cause d’une possible « innovation surprenante » consistant à admettre des non-chrétiens, puis à informer qu’elle n’accepterait pas de membres de l’UGLE. UGLE nouvellement formé.]

(4) L’empereur d’Allemagne pourrait tout aussi bien venir dire à la reine d’Angleterre : « Pourquoi, selon vos lois, un Juif ne peut-il être Lord Chancelier ? Vous abrogez cette loi, sinon quoi ? [La loi a été abrogée.]

(5) Il me semble que c’est le pire précédent au monde que d’interférer avec les lois délibérément adoptées par une autorité souveraine. [Le GOdF n’était-il pas une autorité souveraine ?]

(6) Il y a ici certaines Loges qui ne reçoivent que des classes particulières. L’Apollo University Lodge d’Oxford accueille uniquement les membres de l’Université. [Pour l’Initiation oui, mais il a reçu des visiteurs non universitaires en provenance de juridictions reconnues !]

Révérend RJ Simpson, PGAumônier :

« En ce qui concerne le point mentionné par frère McIntyre, concernant la Constitution de l’Angleterre avant 1813, il devait encore savoir quels mots on pouvait trouver dans les Constitutions, semblables à ceux qu’on trouvait dans les Constitutions allemandes des Trois Globes. , ce qui exclut les hommes de persuasion juive. [Réponse attendue.]

Le comte de Carnarvon ProGM, du Trône :

(1) « REGRETtaNT la direction prise par les Trois Globes.

(2) « Nous ne pouvions pas prendre notre position sur le même terrain que nous avions occupé à l’égard du Grand Orient de France, cet organisme ayant apporté une innovation distincte et surprenante.

(3) La Grande Loge, enfin, doit garder à l’esprit : si elle a accepté cette résolution et a demandé à SAR le Prince de Galles, le Grand Maître MW, de transmettre une résolution à la Grande Loge allemande et à l’Empereur d’Allemagne, en tant que à la tête de cette Grande Loge, cette Grande Loge a placé son Grand Maître dans une position dont il [Carnarvon] reconnaissait franchement qu’il ne voyait pas comment le Prince de Galles pourrait s’en sortir de manière satisfaisante, car il avait été initié dans une juridiction exclusivement chrétienne.

ROBERT FREKE GOULD – L’HISTOIRE DE LA FRANC-MAÇONNERIE (1885)
IMAGE LIÉE : WIKIMEDIA ATTRIBUTION 4.0 INTERNATIONAL (CC BY 4.0)

Était présent à cette réunion Robert F. Gould , le plus grand historien vivant de la franc-maçonnerie anglaise.

Il devait savoir que les déclarations clés faites par le comte de Limerick et AJ McIntyre QC, grand registraire, selon lesquelles les francs-maçonneries britanniques jusqu’en 1813 étaient exclusivement chrétiennes, étaient incorrectes.

Pourquoi Gould est-il resté silencieux et n’a-t-il pas soutenu le commentaire du révérend Simpson ?

Les fils des Articles Noahide et les fils des Grands Originaux ont-ils sûrement le droit d’être reconnus et reçus comme francs-maçons ? Évidemment pas.

De toute évidence, le révérend Smith a subi des pressions pour retirer les deuxième et troisième parties de sa motion ; ainsi, la pétition a été reçue et rien de plus. 

Dans la troisième partie, le rapport du Comité sur la Constitution révisée du Grand Orient de France sera examiné et la décision qui en résultera ; on la comparera à celle faite sur La Question allemande.

Une fois de plus, RF Gould était présent ; sa seule contribution fut de seconder la reconduction du prince de Galles comme Grand Maître. chapitre précédent← 

ARTICLE DE : Gérald Reilly

Gerald Reilly a été initié en 1995 au Prieuré Lodge 2063 de St Osyth, Essex. Angleterre (UGLE). 

Il a été membre fondateur d’Allthingsmasonic de Josh Heller, et avec Josh a co-écrit « Le Temple qui ne dort jamais » (Cornerstone Books, 2006), il s’engage dans le développement de la franc-maçonnerie électronique.

Récipiendaire du prix Norman B Spencer, 2016.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES