mer 22 mai 2024 - 13:05

La bible dévoilée

D’après le livre d’Israël FINKELSTEIN et Neil Asher SILBERMAN  « La Bible dévoilée »Texte d’Henri ROUSTANdont j’ai tenté de faire un résumé qui ne peut remplacer la lecture du livre mais au contraire inciter à le lire.

Contrairement à l’opinion générale, la Bible n’est pas, dans ses premiers livres, l’histoire d’un peuple mais un mélange mythique et légendaire à des fins politico-religieuses. Certes on y trouve des données historiques cependant souvent anachroniques et transformées, la partie imaginaire y est dominante, elle a pour but de satisfaire à des fins politico-religieuses, incitant les Hébreux à reconquérir les royaumes du Nord avec l’aide assurée de Yahvé.

Le début de sa rédaction ne serait pas antérieure à la fin du VIII°S av J.C. (après – 720) et début du VII°S, au pays de Juda (du Sud), après la chute du pays d’Israël (du Nord) anéanti par les Assyriens.

Antérieurement, l’ensemble de la Palestine comprenait le royaume du Nord dit Israël, riche et opulent, installé pour la majeure partie dans les zones fertiles en « pays de Canaan » et ayant une population très développée et instruite, l’écriture y était très bien répandue. Le royaume du Sud dit de Juda était situé dans une zone peu fertile et pauvre en eau, les villages étaient épars, peu peuplés, les habitants pauvres et l’analphabétisme était très important.

Jérusalem n’était qu’une très modeste bourgade sans aucune richesse et n’avait pas les moyens de construire le temple que la Bible attribue à Salomon. Salomon et David n’étaient rien d’autre que ce que nous pourrions appeler des chefs de clan.

A la chute du royaume du Nord (Israël) envahi par les assyriens, une partie de la population estimée entre 30.000 à 45.000 personnes fut prise et envoyée en Syrie pour y apporter leur savoir-faire, une partie demeura sur place et une autre reflua sur le royaume du Sud (Juda), les fouilles archéologiques montrent un accroissement soudain étonnant de sa population. Les habitants de Juda s’adonnèrent alors à une activité intense de purification religieuse et nationale et le temple qu’ils construisirent à Jérusalem concomitamment à la destruction ordonnée des autres sanctuaires permit, dans leur esprits, de conférer à Jérusalem une place politico-religieuse dominante.

Certes la Bible n’a pas commencé « ex nihilo », elle rassemblerait des mythes et légendes que maintenant les spécialistes affirment remonter pour les plus anciens à partir de l’an mil av J.C. Dans ce contexte, la Bible a recueilli, adapté, embelli et parfois totalement transformé un ensemble de mythes, légendes, poèmes, lois, pseudo prophéties, idées philosophiques, prescriptions religieuses, et quelques données historiques dont la chronologie n’est pas toujours exacte.

Que s’est-il réellement passé et comment ?

Les données archéologiques et les écrits retrouvés pour la plupart chez les assyriens et les égyptiens ont permis de revenir vers des données plus réelles.

Pour les quatre premiers livres : la Genèse, l’Exode, le Lévitique et les Nombres, on y rencontre un mélange de diverses œuvres de source « jahvistes » exprimant les idées du royaume de Juda et d’autres de source « éloïstes » (Elohim – El) exprimant les idées du royaume d’Israël, ainsi que des parties afférentes au rituel dont les prêtres étaient à l’origine et s’attachant plus particulièrement aux règles de pureté formelle, de culte et celles des sacrifices.

Le cinquième livre du Pentateuque, le Deutéronome, apporte des idées plus récentes et plus indépendantes des précédents : il condamne impérativement les cultes d’autres divinités, centralise les sacrifices au Temple de Jérusalem et exprime le nouveau mouvement religieux d’une période plus tardive, il a été composé sans doute pour la majeure partie sous le roi Josias (639-609), et peut-être certaines parties lors de l’exil à Babylone (586-538). L’ensemble nécessite de se poser un certain nombre de questions.

Les patriarches.

Les premiers questionnements viennent de savoir qui était et d’où venait Abraham ? Quelle est son histoire  et celle de Jacob et de Joseph ?

La préoccupation des divers rédacteurs bibliques n’était pas historique et ainsi la bible contient de nombreux anachronismes tels ceux-ci.

La compilation de leur vie passée a eu lieu fin VIII°S et VII°S Si l’on se fie au texte et qu’on recalcule les années en arrière, on parvient en -2000 pour l’arrivée d’Abraham dans les abords de Canaan dit la Bible d’Ur. Si l’on situe Joseph comme petit fils d’Abraham et fils de Jacob, on devrait avoir comme dates de sa vie une date très proche de -2000. Son histoire parle de chameaux transportant des caravanes, or ce n’est que fin du II° millénaire que ces animaux furent domestiqués et ce n’est qu’après 1000 qu’ils furent employés comme bêtes de somme. De plus la caravane de chameaux qui véhicule Joseph transporte aussi de la « gomme adragante, du baume et du ladanum », commerce surveillé par l’empire assyrien et en activité aux VIII° et VII°S.

Les fouilles archéologiques de Tell Jenmeh ne révèlent une augmentation spectaculaire d’ossements de chameaux qu’à partir du VII°S et ce ne sont que des ossements de bêtes adultes dont l’origine n’était pas locale.

Aucune trace d’arrivée d’un peuple extérieur n’a été retrouvée pour ces époques, on note par contre un va-et-vient entre les villes et les campagnes. Tantôt les villes se dépeuplent au bénéfice des campagnes et vice-versa, sans trace de guerre.

Abraham n’est pas venu d’Ur et le peuple juif est indigène.

Au sujet d’Isaac, le Bible dit qu’il rencontre Abimélek, roi des Philistins, dans la vallée de Gerar, or les philistins originaires de la mer Egée et d’Asie Mineure ne se sont établis à Canaan qu’à partir de 1200 a.c. La ville de Gerar n’était qu’une minuscule bourgade qui ne prit de l’importance que fin VIII°S et début VII° S ac. où elle est devenue un centre administratif assyrien fortifié et important.

Autre anachronisme historique la Bible décrit Jacob et sa famille comme des araméens errants (Dt 26-5). L’histoire du mariage de Jacob et Lea et Rachel et de sa relation avec son oncle Laban le mettant au temps des araméens lesquels ne sont mentionnés comme vivants au Proche Orient qu’à partir de l’an 1100 ac et ne seront importants dans le royaume du Nord qu’au IX°S ac.

De même l’histoire de la borne entre Aram et Israël à l’Est du Jourdain symbolise la partition territoriale entre ces peuples aux IX° S et VIII°S ac (Gn 31- 51-54)

Tous ces récits anachroniques ne font que décrire les relations entre les royaumes d’Israël et de Juda d’avec leurs autres voisins aux IX° et VIII°S ac et tendent à discréditer leur voisin les présentant comme issus d’une union incestueuse (Moab et Amom)

La plus révélatrice d’un montage politico-religieux est l’histoire des deux frères Jacob et Esaü, nés d’Isaac et Rebecca où Dieu déclare à Rebecca enceinte : « il y a deux nations en ton sein, deux peuples, issus de toi, se sépareront, un peuple Dominera un autre, l’ainé servira le cadet » (Gn 25-23). Il est dit ensuite qu’Esaü est l’ainé, Jacob le cadet, l’un géniteur d’Edom, l’autre d’Israël. Jacob (Israël) très sensible et cultivé et Esaü (Edom) un véritable rustre primitif. Ainsi la Bible utilise la parole de YHWH pour fixer les relations politiques alors que ce n’est qu’à partir du VIII°S qu’Edom acquière une identité politique et ne se révèlera un sérieux concurrent de Juda qu’à partir du commerce lucratif avec les arabes. Les preuves archéologiques le confirent. L’histoire d’Esaü est-elle mythique ou légendaire ? On ne sait pas. Que ce soit l’une ou l’autre des qualifications elles sont anachroniques et montées de toute pièce. (cf livre vers p 72 avant et après)

Ces anachronismes et bien d’autres prouvent que la rédaction de ces textes débute fin VIII°S et VII°S ac notamment pour les parties relatives aux patriarches. L’erreur a été de penser que la rédaction de l’histoire des patriarches, telle que racontée par la Bible, était historique alors qu’elle avait pour but de faire croire que le choix d’Abraham était de faire prévaloir le royaume de Juda, d’Hebron et de Shalem (Jérusalem) et ce dès le début de l’histoire d’Israël (pris au sens large du terme).

Au VII°S, le royaume de Juda espérait reconquérir un jour les territoires tombés aux mains assyriennes. Ainsi l’histoire d’Abraham qui poursuit les rois mésopotamiens qui ont capturé son neveu Lot et ce jusqu’à Damas et Dan (Gn 14 – 14-15) et libère son parent du joug mésopotamien rejetant les occupants étrangers loin des frontières Nord du royaume d’Israël sont une allégorie de la libération du royaume du Nord par celui de Juda, qui est leur rêve cher.

Le Deutéronome poursuivra en ce sens prônant l’idée que YHWH donne son soutien à la lignée de David roi de Jérusalem et sa protection au Temple de cette cité.

Qu’en est-il de l’Exode ?

Les recherches archéologiques rendent invraisemblables les récits bibliques relatifs à l’Exode, sans compter tout le merveilleux et invraisemblable que contient ce récit. La réalité est toute autre.

Durant tous ces temps anciens, l’Egypte a été un pays très attrayant notamment pour les gens de Canaan lors des périodes de sècheresse à une époque où le delta du Nil était plus irrigué que de nos jours et comprenant cinq bras (au lieu de deux aujourd’hui). Le commerce avec l’Egypte était soutenu. Certes il y a eu des immigrations de sémites en Egypte en provenance de Canaan suivies d’une expulsion par Ahmosis (XVIII° dynastie en – 1570) qui les poursuivit jusqu’à Tell ed Daba près de Gaza dont l’archéologie constate l’abandon à cette époque de la citadelle. Ensuite Ramsès II entreprend la construction de nombreuses forteresses, notamment le long du bras Est du Nil rendant impossible la fuite d’un peuple, en contradiction complète avec le récit Biblique de la fuite du peuple juif soit disant esclave en Egypte.

Le but de cette fiction habilement inventée est très clairement dit par Boris Cyrulnik dans son livre « La psychothérapie de Dieu » page 128 : « Lors de la sortie d’Egypte, le Dieu des juifs, très en colère, a puni les égyptiens en leur envoyant les Sept Plaies sous forme de pluie de grenouilles, de nuées d’insectes, de morts des premiers-nés et finalement, de noyade de l’armée dans la mer Rouge… Le courroux vengeur de ce Dieu, en sauvant le peuple juif, a exigé pour prix de cette libération une obéissance stricte en punissant les ingrats qui ne se soumettaient pas à sa loi. »

La conquête de Canaan (pages 129 ss)

Comment une petite peuplade du désert a-t-elle pu se rendre maître des terres cananéennes riches et puissamment gardées par des forteresses garnies de guerriers professionnels bien armés et munis de chars de guerre ?

La Bible nous le narre de façon irréaliste, allant de victoire en victoire avec l’aide de YHWH qui fit notamment s’écrouler les murailles de Jéricho, le tout semant une véritable panique chez les habitants des autres cités, soumettant aussi les gabaonites pourfendant les troupes du roi de Yarmut, de Lakish et Eglôn, et là YHWH arrête le cours du soleil de façon à permettre aux armées de Josué d’exterminer ses ennemis. Puis Josué poursuit vers le Nord écrase en Galilée une armée issue d’une coalition de rois cananéens du Nord, armée « nombreuse comme le sable au bord de la mer, avec une énorme quantité de chevaux et de chars » (Jos 11 4), et ils détruisent Haçor la plus importante cité de Canaan qu’ils réduisent en cendres. (Jos 11 – 10)

L’archéologie a étudié les divers lieux de Canaan de l’époque de ladite conquête décrite par la Bible soit vers les années -1230 -1220 ac. Les tablettes retrouvées en Egypte relatives à cette époque, attestent du maintien et de la puissance des cités cananéennes alors provinces égyptiennes où les troupes égyptiennes étaient stationnées. Les puissantes fortifications des villes citées par la Bible n’étaient en ces temps là pas encore érigées, les égyptiens s’y opposant de façon de tout maitriser à partir de leurs bases armées qui défendaient seules Canaan. En ces temps-là Ramsès II était très puissant. Les sites de Beth-Shéan au sud de la mer de Galilée a révélé une véritable place forte égyptienne. Elle contenait des inscriptions hiéroglyphes datant des pharaons Seti 1° (1294 – 1279) Ramsès II (1279 -1213) Ramsès III (1184 – 1153). Megiddo proche de Beth-Shéan, bien que n’étant pas alors une place forte, contient des témoignages d’une forte influence égyptienne jusqu’à Ramsès VI (XII°S ac) c a d bien après la prétendue conquête biblique.

Jéricho ainsi que l’atteste l’archéologie n’était, en ces temps, pas fortifiée, elle n’était alors qu’une modeste et pauvre petite ville sans mur d’enceinte.

L’endroit où Josué aurait prévu son embuscade est le tertre de Khirbet-et-Tell au Nord-Est de Jérusalem, à 2 km au Sud Est de Bethel sont en accord avec la description biblique (el Tell = la ruine en arabe et Aï la ruine en hébreu). C’était une importante cité au temps du bronze ancien abandonnée avant la présumée embuscade.

Au sujet des gabaonites qui demandent la protection des israélites, les fouilles n’ont révélé aucun vestige datant du bronze récent époque de la soi-disant conquête, de même pour les différentes cités soit El-Jib, Kephna, Béérot et Quiryat-Yéarim.

Il en est de même pour les villes mentionnées dans les autres écrits de la conquête et dans la liste des rois de Canaan (Jos 12) telles Arad dans le Neguev et Heshbôn en Transjordanie.

Les spécialistes sont également unanimes pour dire que les destructions de Bethel, Lakish, Haçor et autres cités cananéennes n’étaient pas le fait d’Israélites.

A l’avènement de Josias en 639 dans le royaume de Juda, la « sanctification » et l’unité des terres où se trouvaient les israélites n’était pas réalisée si ce n’est dans la partie centrale du royaume de Juda, le reste était sous domination assyrienne. Puis le pouvoir assyrien faiblit ce qui permit d’avoir recours à Josué et d’espérer une reconquête et le retour à l’unification et la « sanctification » de l’ensemble des royaumes de Juda et d’Israël. Tout un montage littéraire va être bâti à partir de l’histoire de Josué dont la Bible en fait le successeur de Moïse (Jos 1 – 1-9) et (Jos 1 – 16-18) relié à l’Alliance par une cérémonie de renouvellement (Jos 8 – 30-35), elle en fait aussi un fidèle lecteur de la Loi (Jos 1 – 8-9) (2 R 23-25). C’est de la pure idéologie, c’est en réalité le roi Josias que l’on installe derrière le mythe ou la légende de Josué, la proclamation de l’interdit des mariages avec les femmes étrangères et l’union ou plutôt la réunion Nord-Sud.

Qui étaient les israélites ?

Bible ancienne

Les fouilles des villages israélites primitifs, leurs poteries particulières, leurs habitats, silos à grains ont permis de connaitre leur mode de vie et leur identité. On s’est ainsi rendu compte que ces peuplades étaient indigènes de Canaan et qu’elles ont progressivement développé une identité ethnique que l’on nomme israélite.

Il n’existe aucune preuve de conquête par les enfants de Josué et ils ne formaient pas une très ancienne nation comme l’affirme la Bible. Ces populations vivaient à un niveau de richesse et d’évolution très inférieur aux autres cananéens des terres plus riches et qui commerçaient avec les autres contrées et autres pays.

Une étude très étendue géographiquement a permis de découvrir un réseau très dense de villages de montagne prouvant une transformation sociale dans la région montagneuse de Canaan vers -1200. Aucune trace d’invasion violente ni d’infiltration de groupes ethniques étrangers n’est révélée mais une évolution dans les odes de vie, on note l’implantation de 250 communautés qui se considèreront plus tard comme des israélites. Ils pratiquaient l’élevage et les cultures céréalières. Tout était rustique et rudimentaire. On n’y rencontre aucune fortification, aucune arme, aucune trace d’incendie ou d’attaque. La lutte n’était pas contre les autres mais contre la forêt, les rocailles et les rigueurs climatiques. On n’y trouve aucune trace de bâtiments administratifs ni de maisons de dignitaires.

L’étude des fouilles a permis de savoir qu’il s’agissait de nomades qui s’étaient sédentarisés.

La première occupation des hautes terres débute au bronze ancien (3500 – 2200). Vers l’an 2200 la plupart des sites ont été abandonnés.

Une deuxième vague advient au bronze moyen (vers 2000) débutant en petits hameaux épars qui s’étendent progressivement sur 200 sites. Des petites villes apparaissent et on note au total jusqu’à 40.000 habitants. Les centres importants sont Jérusalem, Hébron, Bethel Silo et Sichem.

Puis on assiste à un dépeuplement vers le XVI°S.

Une troisième vague arrive vers 1200 ac par des communautés rurales qui arrivent à atteindre progressivement 250 sites et on l’estime à 45.000 habitants. Des bourgades et des grandes et des grandes cités se développent. Au VIII°S, on dénote 600 sites qu’on estime à 60.000 habitants.

Le résultat des études par les spécialistes aboutit à la conclusion que ce qui s’y est passé est à l’opposé des affirmations bibliques. L’émergence de ce qu’on nomme le peuple d’Israël fut le résultat de l’effondrement du système politique cananéen au XII°S. Les « israélites » ne sont pas venus de l’extérieur conquérir les terres cananéennes, ils sont issus de l’intérieur c a d c’étaient des indigènes. Le pays de Canaan n’a pas été conquis par les israélites.

Si l’on trouve dans bien d’autres endroits du Proche Orient ces mêmes phénomènes, un détail les différencie : aucun ossement de porc n’y a été retrouvé. Le porc n’y était ni élevé ni consommé et ce contrairement aux phéniciens, Amorites et Moabites.

Les « grands rois » David et Salomon

La Bible, dans le livre de Samuel, présente le sacre de David, fils de Jessé, comme roi de toutes les tribus d’Israël, son sacre scellait le processus initié par les promesses que YHWH avait faites à Abraham. Son successeur Salomon étend les territoires du royaume de l’Euphrate aux terres philistines et aux frontières de l’Egypte (1 R 4-24), fortifie Jérusalem et y construit un grand et magnifique temple. Puis il fortifie des centres régionaux qui sont Haçor, Megiddo et Gezer, il construit en entretient des écuries pour abriter 40.000 chevaux et 12.000 cavaliers ainsi que 14.000 chars.

Certes il n’y a pas de doute, David et Salomon ont bien existé mais le récit biblique ne correspond pas du tout à la réalité, elle les a transformés en puissants et légendaires rois d’un immense territoire, alors qu’ils n’ont été que des roitelets d’un petit territoire pauvre et incapable de réaliser ce que la Bible leur attribue.

Les fouilles archéologiques sont tellement contraires à ces écrits que certains ont pensé qu’ils n’avaient peut-être jamais existé. Néanmoins les fouilles ont continué et des découvertes récentes (dernières décennies du XX°S) ont trouvé quelques inscriptions faisant état de la maison de David. Elles ont révélé que la superficie de Jérusalem du X°S était très réduite et le reste du royaume de Juda était très peu peuplé ; aucune trace de temple ni de palais qui aurait pu être édifié à cette époque n’a été trouvée et les ouvrages retrouvés sont d’une époque plus récente confirmé par une inscription assyrienne du IX°S et construites par le roi Ashab roi d’Israël (Nord). Les restes du palais de Megiddo sont de période plus récente.

David et Salomon ont subi le sort des personnages légendaires et ont servi la cause de la recherche d’unification des deux peuples d’Israël et sa justification, sorte de tentative de renaissance nationale destinée à regrouper et unifier ces peuples selon le désir de YHWH.

Fin VIII°S le royaume du Nord a été anéanti, une grande partie de la population déportée en Assyrie ou dans d’autres pays, et une autre a fui vers le royaume du Sud qui s’est alors soudainement développé par l’apport de cette population plus évoluée et plus ouverte commercialement. L’ambition du royaume de Juda et du roi Josias a été de reconquérir les territoires du Nord et d’unifier l’ensemble des terres sous la houlette de Jérusalem et de YHWH à l’exclusion de tout autre et que de ce fait tant le pouvoir temporel que le culte de YHWH devait se concentrer sur Jérusalem, le tout de façon à en faire le thème de la chute irréversible des occupants des terres du Nord et le triomphe de Josias devint un thème centralisateur, la Bible peignant les états de Juda et d’Israël comme des états jumeaux mais aussi antagonistes, ce que Josias allait réduire à néant en unifiant le tout. Pour cela la Bible fait de Josias l’héritier légitime des territoires du Nord de par une promesse faite par YHWH à David. Le tout doit passer par l’épuration religieuse du Nord et la destruction des sanctuaires de Bethel afin de tout concentrer à Jérusalem.

Le Temple dit de Salomon

D’après les tablettes du XIX°S retrouvées à Tell el Amarna en Egypte, (ancienne capitale d’Akhénaton) Les hautes terres du Sud avaient un habitat clairsemé, seule une petite citadelle royale était érigée à Jérusalem, il n’est pas mentionné de temple ; l’économie de Juda tournait autour de la production autarcique des fermes individuelles et de groupes de bergers. Jérusalem et sa région ne comptait que 1.500 habitants. Il n’y a pas d’activité littéraire et l’analphabétisme est quasi général.

Dans ces conditions il était impossible que le temple que décrit la Bible comme étant construit pas Salomon soit édifié.

D’après l’archéologie, les premières véritables constructions datent de deux siècles après Salomon c a d fin VIII°S. La pierre taillée n’apparait qu’au VII°S.

La faiblesse du royaume d’Israël était-elle réelle ?

Une vue d’un paysage paisible de Galilée. (source Wikipedia).

Le Bible dénie ou minimise de façon surprenante les règnes des rois dits « omrides » du royaume d’Israël (de Omri son premier roi).

Qu’en est-il à cette époque ?

Les fouilles entreprises à Samarie révèlent une très importante capitale du royaume dont l’aménagement et les constructions furent entamées à partir de -800 ac.

Au centre, un immense terre-plein de 3 ha a été aménagé accueillant le palais imposant des rois et les divers bâtiments administratifs. La décoration est de style assyro-phénicien.

Megiddo fut construite dans le même style architectural que Samarie. Il y a été établi de solides murailles de fortification et un accès sous terrain à une source d’eau capable de desservir la vie en cas de siège.

De même Haçor a beaucoup de ressemblance avec Megiddo, il y a été aménagé un accès à une source souterraine pour les mêmes raisons.

La ville de Dan au Nord d’Israël près des sources du Jourdain contenaient d’importantes fortifications avec au centre un sanctuaire en belles pierres taillées.

A Jezréel, un terrassement avec murs en casemates identiques à ceux de Megiddo soutenus par un glacis de terre le rendaient plus solidement étayé. Une ancienne douve creusée dans le roc de 8 mètres de largeur et 5 mètres de profondeur offrait une protection supplémentaire.

Gaza était également un site important et fortifié.

L’importance des omrides rois d’Israël est aussi attestée de façon indirecte par une inscription monolithique qu’a fait graver Salmanasar III (858 à 824) prétendant avoir vaincu les armées coalisées de Syrie, Phénicie et Israël, malgré le nombre très important de chars et de guerriers (pour Israël 2000 chars et 10.000 guerriers).

En réalité c’est une vantardise et les armées de Salmanasar III ont du rebrousser chemin en toute hâte. Les chiffres sont-ils exacts ? Peut-être, ou peut-être pas, ce qu’il faut retenir est qu’il a dû reculer devant des armées puissantes, ce qui fait ressortir la force et la puissance des rois d’Israël omrides à ces époques.

Une stèle retrouvée à Mesha indique qu’Omri avait fortifié les villes de Atarot et Jahay en pays moabite, c’est donc qu’ils s’étaient étendus en terres étrangères.

L’étendue de cet état est le signe d’une société multi ethnique avec une population hétérogène et des écosystèmes particuliers ainsi que l’a révélé l’archéologie. Israéliens phéniciens et syriens s’y côtoyaient, un mélange démographique s’était opéré et il a été facilité par les rois omrides pour créer une symbiose dans l’état. Ce mélange a été très critiqué par les rédacteurs de la Bible.

Après la chute des omrides au IX°S ac, la population s’y est maintenue, au VIII°S on l’évalue à 350.000 habitants, ce qui est très important. Le commerce méditerranéen y a été développé, le pays s’est fortement enrichi.

L’imposante puissance militaire des omrides, les remarquables réalisations architecturales et la structuration de son administration jointes à son ouverture d’esprit tant sur la tolérance religieuse que sur les rapports commerciaux font de cette période une époque particulièrement remarquable.

L’intention des judéens du VII°S était de dénaturer ces réalités pour démontrer leur état de péché, et de misère ayant entrainé leur destruction par le courroux de YHWH. Plus les omrides avaient régenté de façon prospère leur royaume, plus la Bible les montre abjectes, malfaisants, arrogants et méprisants. Pour minimiser leur puissance militaire, a recours à un anachronisme grossier en accusant le roi omride Achab de faiblesse pour avoir épargné la vie d’un roi ennemi qu’il venait de vaincre malgré une soit disant injonction de YHWH.

Qu’en est-il de la période post omride en Israël ?

Ces 122 années furent très mouvementées pour le royaume du Nord on y vit une profonde transformation sociale puis un désastre économique ponctué par une menace constante des pays voisins.

Une première invasion fut l’œuvre d’Hazaël roi d’Aram-Damas vers 835, invasion dévastatrice. Uns inscription trouvée à tel Dan indique que Hazaël a tué Joram fils d’Achab, roi d’Israël et Ahasyahu de la maison de David (alors que la Bible impute la mort de Joram à Jehu qu’elle dit être l’auteur d’un coup d’état, lequel se serait ensuite opposé au royaume d’Aram-Damas). Hazaël occupe alors de façon définitive Haçor, Dan et Et-Tell sur la rive Nord de la mer de Galilée, de 850 à 800.

Le royaume d’Aram-Damas, après avoir pillé une bonne partie du Nord d’Israël et les principaux centres de la riche vallée de Jezréel se contente de contrôler la haute vallée du Jourdain. Furent incendiées les cités de Tel Rehor, Beth-Shéan, Tanak et Megiddo. Beth-Shéan et Megiddo furent alors abandonnées par ses habitants pendant plusieurs décennies. De ce fait le royaume d’Israël perdit des terres très fertiles. Il construit alors une ligne de cités fortifiées tout le long de la nouvelle frontière avec Israël. Le tout jusqu’au moment où le roi assyrien Adadnirari III vient en 811, soumettre le royaume d’Aram-Damas et le roi d’Israël Joas put ainsi recouvrir les territoires antérieurement pris par Damas. Son successeur Jéroboam II agrandit encore ses terres c’est le roi d’un règne recouvrant une certaine prospérité à partir de 800. Il reprit notamment Haçor qu’il détruisit et reconstruisit aussitôt. Une nouvelle période d’expansion démographique est attestée par l’archéologie et au VIII°S la population du royaume est estimée à 350.000 personnes contre 100.000 dans le royaume de Juda.

L’alphabétisation du royaume d’Israël se développe mais Jéroboam II meurt en 747 et aussitôt des factions divisent le pays qui voit se succéder une série de rois qui parviennent au pouvoir de façon violente, une dégradation générale s’en suit dans tous les domaines.

En 737 le nouveau roi assyrien Téglat-Phalasar III envahit les divers états voisins de l’Assyrie, notamment Israël qu’il soumet et même asservit, entrainant plusieurs vagues de déportation. C’et ainsi que la capitale d’Israël qui était alors Samarie enregistre la mort de son roi Menahem puis l’assassinat de son fils par un officier Péqah qui tente de réunir une coalition contre les assyriens, ce qui provoque une réaction encore plus violente de Teglat-Phalasar III entrainant de nouvelles destructions et déportations notamment en Galilée. A sa mort en 727, le royaume d’Israël est réduit à quelques pauvres territoires.

Haçor, Dan et Beth-Shéan qui avaient recommencé à revivre furent détruites, Megiddo également sauf la partie administrative et palatiale et transformée en administration assyrienne avec l’arrivée d’une population nouvelle. Il ne reste à Israël qu’une petite portion dans le secteur de Samarie mais de courte durée car soit Salmanasar V, soit Sargon II s’en empare ainsi que de sa région, nouvelle déportation. Certains historiens pensent que ce n’est par Salmanasar V mais Sargon II qui en serait l’auteur en 722, tel que c’est relaté dans les chroniques de Sargon II.

Les deux déportations, celle de Teglat-Phalasar III et celle de Sargon II portèrent au total sur environ 45.000 personnes habitants le royaume du Nord.

Une autre partie importante de la population reflue alors vers le royaume de Juda.

Mais pourquoi le royaume de Juda ne subit-il pas le même sort que celui d’Israël ? Ce pays pauvre et arriéré n’attirait la convoitise d’aucun souverain ce qui va permettre l’afflux de cette population venant du Nord, active et plus évoluée, et ce royaume va se développer malgré des conditions moins favorables.

Le développement du royaume de Juda (pages 344ss)

Ce n’est qu’au VII°S que l’on voit apparaitre une architecture à base de pierres appareillées et de chapiteaux proto-éoliques de style omride, en même temps que des ostraca et des unités de poids en pierre, signe du développement du commerce, et la culture des olivier et de la vigne s’y développe ainsi que des exportations.

Jérusalem qui, au XIV°S ac était estimée à 1.500 habitants se développe à une allure vive et la ville atteint rapidement 75 ha et sa population est alors estimée à 15.000 ha.

L’ensemble des régions agricoles se développe, d’autres centres urbains naissent tels Lakish dans la Shefalah et le pays vient à compter jusqu’à 120.000 ha au lieu de quelques dizaines de milliers antérieurement. L’état et ses rouages se constituent.

Dans le même temps se crée une nouvelle religion nationale, rejetant les diverses déités antérieures pour ne retenir que YHWH, ainsi naquit un monothéisme juif ou plutôt un hénothéisme. En réalité c’est la reprise d’une école de pensée cristallisée fin VIII°S ac qui considérait pour la première fois comme impies les divers cultes anciens pratiqués surtout dans les campagnes.

On aboutit alors au règne du roi Ezéchias qui fortifie Jérusalem, en assure l’alimentation en eau en cas de siège, centralise l’administration du royaume, fortifie d’autres villes, telle Lakish, et prépare une révolte contre l’Assyrie et son nouveau roi Sennacherib.

D’après les écrits assyriens, Sennacherib, à la tête d’une puissante armée, assiégea 46 cités, réalisa un butin magnifique en humains, animaux divers, objets de valeur et emprisonna Ezéchias. Il fait beaucoup de destructions destinées à affaiblir pour longtemps le royaume de Juda

En 698, Manassé, fils d’Ezéchias, peu après son accès au trône, permet à nouveau les pratiques religieuses anciennes et ce en vue d’un apaisement pour les gens des campagnes.

A la mort de Manassé en 642, les deutéronomistes mécontents de sa politique d’apaisement qui redonna à Juda un certain renouveau, le présentent comme un roi cruel, le plus cruel de tous, et le pire des apostats.

Son fils Amon sera assassiné au bout de deux ans et on met son fils Josias au pouvoir, lequel trop jeune sera aux mains des deutéronomistes. Une campagne d’éradication de toutes traces de cultes anciens autre que YHWH est menée manu militari. Le Deutéronome modifie le rituel, ils disent avoir trouvé dans les ruines du Temple « Le Live de la Loi », contenant les principes fondamentaux du monothéisme, présenté comme une découverte lors de la rénovation du Temple.

Tous les sanctuaires autres que le Temple de Jérusalem sont détruits et une « chasse aux sorcières s’instaure dans tout le pays.

On réinvente alors une histoire ancienne de l’ensemble d’Israël, nait alors un sentiment fort de communauté nationale parmi a population.

Cependant les fouilles ont révélé que fin VII°S ac les autres pratiques religieuses n’ont pas été complètement éradiquées, on a retrouvé de nombreuses figurines notamment d’Ashéra debout tenant ses seins entre les mains, qui est sa position caractéristique.

En 609 le roi égyptien Noko II accède au trône, il veut asservir Juda pour des raisons encore inconnues

En 605, le nouveau roi de Babylone Nabuchodonosor envahit l’Assyrie, chasse les égyptiens et en 597 les forces égyptiennes descendent vers le royaume de Juda, pillant tout sur leur passage. Jérusalem et le royaume de Juda sont pillés et soumis, l’aristocratie et le clergé sont déportés à Babylone, et en 587 Nabuchodonosor marche à nouveau vers Juda, nouveau pilla et déportation massive. Le Temple est incendié ainsi que le palais royal et les maisons.

Les religions anciennes locales dans le royaume de Juda

1Rois 14, 22-24 nous dit que les habitants avaient construit sur des collines élevées et dans les arbres verdoyants (chose rare) des stèles et des pieux sacrés. Le 2 Rois 16, 2-4) précise que le roi Achaz a brulé son fils en offrande divine. Les spécialistes ont établi que c’était une pratique répandue sur la base d’un rituel complexe, en vue de se concilier les faveurs célestes pour la fertilité de la terre.

On a découvert de nombreuses figurines en terre cuite, encensoirs, vases de libation et présentoirs d’offrandes. Il s’agissait de pratiques variées et répandues dans tout le royaume. Les figurines étaient pour la plupart des déesses nues de la fertilité. Existaient des rituels propitiatoires pour la fertilité des terres, des bénédictions des ancêtres, des diverses sanctifications des possessions villageoises, champêtres et des pâturages.

D’après les coutumes, l’idée était qu’ils avaient reçu des anciens et de leurs divinités, leurs terres, leurs demeures et leurs tombes.

Des sacrifices étaient offerts soit dans des sanctuaires domestiques de l’enclos familial (au sens large), soit sur les tombes, soit sur des autels en pleine campagne. Un culte était certes voué à YHWH mais aussi à de nombreuses divinités.

Les prêtres brulaient de l’encens sur les hauts lieux des campagnes pour honorer le soleil, la lune et les étoiles. A Kimtillet Ajud, dans le nord est du Sinaï, on a retrouvé des inscriptions faisant référence à la déesse Ashéra épouse de YHWH et datant du début du VIII°S. De même une inscription découverte dans la Shéfalah de Juda mentionne « YHWH et son Ashéra ». L’archéologie a révélé que ce culte de YHWH associé à son Ashérah et à Baal et autres divinités, voire parfois des divinités des peuples voisins, étaient en usage à Jérusalem au VIII°S ac. A Kelosh un culte était rendu au dieu de Moab, à Milkon au dieu d’Ammon, à Astarté à la déesse de Sidon. (1 Rois 11 -5 et 2 Rois 23-13). Le livre d’Ezéchiel ch 8 décrit les « abominations » qui se pratiquaient dans le Temple de Jérusalem et notamment envers le dieu mésopotamien Tammuz. Enfin Jérémie se lamente que le nombre de déités vénérées dans Juda égalait celui des villes et que dans Jérusalem ce nombre égalait celui des rues (Jr 11 – 13)

La période exilique

Le livre de Jérémie décrit ce qui se passe alors à l’intérieur de la Judée et le livre d’Ezéchiel la vie des déportés.

Le royaume de Juda devient Yéhour (Judée) et ses habitants les Yéhoudim.

Miçpa, petite bourgade au Nord de Jérusalem en est le centre administratif. Godolias fils d’Ahikam, gouverne le pays, il tente convaincre les habitants de coopérer avec les Babyloniens mais certains d’entre eux fuient en Egypte.

Chez les exilés, la plupart vivent dans des zones pauvres proches de Babylone.

En 539, les Perses et son roi Cyrus soumettent l’empire babylonien, il permet aux juifs qui le veulent de retourner dans leur pays.

Un premier groupe de 50.000 personnes dirigé par Sheshbaççar sans doute l’un des fils du roi davidique exilé Joiakin ramène les trésors du temple pris par Nabuchodonosor. Ils posent les fondations d’un nouveau temple.

Une deuxième vague vient avec Josué et Zorobabel petit fils de Joiakin, ils construisent un autel.

Les samaritains qui désiraient participer à la construction du nouveau temple sont évincés et se plaignent à Cyrus lui demandant d’interdire sa construction mais Cyrus non seulement le permet mais autorise d’en payer le cout en puisant sur les revenus de l’état, et le temple est achevé en 516.

Le Scribe Esdras arrive avec une troisième vague d’exilés en 458, cependant Esdras constate des mariages avec des non juifs et les sermonne.

A la disparition d’Esdras, Artaxerxès confie l’administration à Néhémie pour reconstruire la ville de Jérusalem et ses remparts. Il y instaure des lois sociales et interdit l’usure. Tous imposent de suivre strictement les lois du Deutéronome réactualisé.

Les rapatriés réussissent à imposer leur autorité sur l’ensemble du royaume. Le peuple de Yéhoud fut gouverné politiquement par l’autorité perse et religieusement par les prêtres et le temple devint le symbole de l’identité du peuple.

L’avenir d’Israël biblique

Bien que le livre n’aborde pas ce sujet je rajouterai que se pose un problème : la reconquête, promise et assurée par Yahvé, n’a pas été obtenue, seules quelques modestes parties ont pu l’être. Pourtant la Bible avait promis l’aide de Yahvé lequel était plus fort que les autres dieux, Yahvé avait-il abandonné son peuple ? Pour éviter cette objection les rédacteurs de la Bible ont inventé la non-observation des principes religieux entrainant des sanctions divines. La Bible va constituer dans les siècles suivants les principes de solidarité et d’identité du peuple ainsi que l’expression cohérente de thèmes fondamentaux de la libération d’un peuple, de la résistance permanente à l’oppression, de la recherche d’égalité sociale et elle lui donne une origine, des espérances et une destinée commune nécessaire à la survie de toute la communauté par une fiction littéraire unique qu’elle est.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES