lun 24 juin 2024 - 01:06

Que signifie : So Mote It Be ? « qu’il en soit ainsi »

De notre confrère freemasonscommunity.life – Par Guillaume Régal

Pour ceux qui demandent ce que signifie SMIB, voici une explication.

“Ainsi soit-il” . Comme la phrase est familière. Aucune Loge n’est jamais ouverte ou fermée, en bonne et due forme, sans l’utiliser. Pourtant, combien peu savent quel âge il a, et encore moins quel sens profond il a en lui. Comme tant de vieilles et belles choses, elle est si proche de nous que nous ne la voyons pas.

La signification de “So Mote It Be”

Aussi loin que nous pouvons remonter dans les annales de l’Artisanat, nous trouvons cette vieille phrase. Sa forme trahit son âge. Le mot MOTE est un mot anglo-saxon, dérivé d’un verbe anormal, MOTAN. Chaucer utilise l’expression exacte dans le même sens que nous l’utilisons, ce qui signifie “Ainsi peut-il en être”. On le trouve dans le Regius Poem , le plus ancien document de l’Artisanat, tel que nous l’utilisons aujourd’hui.

Comme chacun le sait, c’est la forme maçonnique de l’ancien AMEN qui résonne à travers les âges, rassemblant sens et musique au fur et à mesure jusqu’à devenir l’un des mots les plus riches et les plus obsédants. D’abord simple signe d’assentiment, de la part d’un individu ou d’une assemblée, à des paroles de prière ou de louange, il est devenu une sentinelle à la porte du silence.

Quand nous avons dit tout ce que nous pouvions dire, et que nos pauvres mots semblent comme des ondulations au sein du non-dit, cette phrase familière rassemble en quelque sorte tout ce qui reste – nos aspirations muettes, nos désirs les plus profonds – et les porte vers Celui qui comprend. D’une manière étrange, il semble parler pour nous à l’oreille même de Dieu des choses pour lesquelles les mots n’ont jamais été faits.

Alors, naturellement, il a une place d’honneur parmi nous. À l’autel du mariage, il prononce sa bénédiction alors que le jeune amour marche vers le bonheur ou le chagrin des années cachées. Il se tient à côté du berceau lorsque nous consacrons nos petits à la vie sainte, mêlant sa bénédiction à nos vœux. Au tombeau, il prononce sa triste réponse au ténébreux AMEN que la mort prononce sur nos amis.

Quand, à notre tour, nous voyons le bout du chemin, et voudrions faire une dernière volonté et un testament, laissant nos gains et économies à ceux que nous aimons, la vieille phrase légale nous demande de répéter après elle : « Au nom de Dieu, AMEN. Et avec nous, comme avec Gérontius dans son Rêve, le dernier mot que nous entendons quand les voix de la terre s’affaiblissent et que le silence de Dieu nous couvre, c’est le vieil AMEN, So Mote It Be.

Comme cela résonne de manière impressionnante dans le Livre de la Sainte Loi. Nous l’entendons dans les Psaumes, comme le chœur répond au chœur, où il est parfois redoublé pour l’emphase. Dans les entretiens de Jésus avec ses amis, il a une utilisation frappante, cachée dans la version anglaise. La phrase souvent répétée, « En vérité, en vérité, je vous le dis », si elle est correctement traduite, signifie AMEN, AMEN, je vous le dis. Plus tard, dans les épîtres de Paul, le mot AMEN devient le nom du Christ, qui est l’AMEN de Dieu à la foi de l’homme.

De même, dans la Loge , à l’ouverture, à la fermeture et à l’heure de l’initiation. Aucun Maçon ne s’engage jamais dans une entreprise grande ou importante sans invoquer l’aide de la Divinité. Et il termine sa prière avec la vieille phrase, “So Mote It Be.” Ce qui est une autre façon de dire : « Que la volonté de Dieu soit faite. Ou, quelle que soit la réponse de Dieu à sa prière : « Ainsi soit-il – parce que c’est sage et juste.

Quel est donc le sens de cette vieille phrase, si entrelacée avec toute notre tradition maçonnique, simple, tendre, obsédante ? Il a deux significations pour nous partout, dans l’Église ou dans la Loge. Premièrement, c’est l’assentiment de l’homme à la voie et à la Volonté de Dieu ; l’assentiment à Ses Commandements ; l’assentiment à sa Providence, même lorsqu’un coup de mort tendre et terrible nous enlève un bien-aimé et nous laisse dans l’abandon.

Pourtant, d’une manière ou d’une autre, nous devons dire : « C’est ainsi ; ainsi soit-il. C’est un homme sage, un homme courageux; qui, déconcerté par les malheurs de la vie, quand le désastre se succède de plus en plus vite, peut néanmoins accepter son sort comme faisant partie de la Volonté de Dieu et dire, bien que cela puisse presque l’étouffer de le dire :

“Ainsi, qu’il en soit.” Ce n’est pas une soumission aveugle, ni une résignation muette, mais une sage réconciliation avec la Volonté de l’Éternel.

L’autre sens de la phrase est encore plus merveilleux ; c’est l’assentiment de Dieu à l’aspiration de l’homme.

L’homme peut supporter tant de choses – n’importe quoi, peut-être – s’il sent que Dieu sait, se soucie et ressent pour lui et avec lui. Si Dieu dit Amen, Il en est ainsi, à notre foi, notre espérance et notre amour ; il relie nos sens perplexes et nous aide à voir, même faiblement ou dans un verre sombre, qu’il y a un but sage et bon dans la vie, malgré son chagrin et sa souffrance, et que nous ne sommes pas à la merci du destin ou de la caprice du hasard .

Dieu parle-t-il à l’homme, confirmant sa foi et son espérance ? Si c’est le cas, comment? Oui en effet! Dieu n’est pas le grand que j’étais, mais le grand que je suis, et il n’est ni sourd ni muet. En Lui, nous vivons, bougeons et avons notre être – Il nous parle dans la nature, dans la loi morale et dans nos propres cœurs, si nous avons des oreilles pour entendre. Mais Il parle plus clairement dans le Livre de la Sainte Loi qui est ouvert sur notre Alter.

Ce n’est pas tout. Certains d’entre nous soutiennent que la Parole de Dieu “s’est faite chair et a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité”, dans une vie la plus belle jamais vécue parmi les hommes, nous montrant ce qu’est la vie, ce qu’elle signifie et à quoi elle aboutit. monte quand nous faisons la Volonté de Dieu sur terre comme elle est faite au Ciel.

Aujourd’hui, les hommes se posent la question :

Est-ce que ça sert à rien de prier ? L’homme qui prie réellement ne pose pas une telle question. Autant demander si ça fait du bien à un oiseau de chanter, ou à une fleur de s’épanouir ? La prière est naturelle et instinctive chez l’homme. Nous sommes faits ainsi. L’homme est fait pour la prière, comme les étincelles qui montent cherchent le soleil. Il n’aurait pas besoin de la foi religieuse si les objets de celle-ci n’existaient pas.

Les prières sont-elles jamais exaucées ? Oui, toujours, comme Emerson nous l’a enseigné il y a longtemps. Qui se lève de la prière un homme meilleur, sa prière est exaucée – et c’est tout ce que nous devons faire. Le désir le plus profond, le motif dominant d’un homme, est sa prière réelle, et il façonne sa vie selon sa forme et sa couleur. En ce sens, toute prière est exaucée, et c’est pourquoi nous devons faire attention à ce pour quoi nous prions – car à la fin nous l’obtenons toujours.

Quel est alors le bien de la prière ?

Elle nous fait reposer sur l’inconnu avec espérance ; cela nous prépare à la vie. C’est une reconnaissance des lois et le fil conducteur de notre conjonction avec elles. Ce n’est pas le but de la prière de supplier ou de faire faire à Dieu ce que nous voulons. Son but est de nous amener à faire la Volonté de Dieu, qui est plus grande et plus sage que notre volonté. Ce n’est pas pour utiliser Dieu, mais pour être utilisé par Lui au service de Son plan.

L’homme peut-il par la prière changer la Volonté de Dieu ?

Non et oui. La vraie prière ne souhaite pas ou ne cherche pas à changer la plus grande Volonté de Dieu, qui implique dans son étendue et sa portée le devoir et la destinée de l’humanité. Mais cela peut changer et change la Volonté de Dieu à notre sujet, car cela change notre volonté et notre attitude envers Lui, ce qui est essentiel dans la prière pour nous.

Par exemple, si un homme mène une vie méchante, nous savons quelle sera la Volonté de Dieu pour lui. Toutes les mauvaises voies ont été souvent essayées, et nous savons quelle est la fin, comme nous connaissons la réponse à un problème de géométrie. Mais si un homme qui vit mal change sa façon de vivre et son attitude intérieure, il change la Volonté de Dieu – sinon Sa Volonté, du moins Son Intention. C’est-à-dire qu’il atteint ce que même la Volonté Divine ne pouvait pas lui donner et faire pour lui à moins que cela n’ait été effectué par Sa Volonté et Sa Prière.

La place de la prière dans la maçonnerie n’est pas superficielle. Ce n’est pas une simple question de forme et de routine. C’est vital et profond. Lorsqu’un homme entre dans la Loge en tant qu’initié, la prière est offerte pour lui, à Dieu, en qui il place sa confiance. Plus tard, dans une crise de son initiation, il doit prier pour lui-même, oralement ou mentalement, selon ce que son cœur peut choisir. Ce n’est pas seulement une cérémonie; c’est fondamental dans la foi et l’esprit de la maçonnerie.

Plus tard encore, dans une scène qu’aucun Maçon n’oublie jamais, lorsque l’ombre est la plus sombre et que la chose la plus précieuse qu’un Maçon puisse désirer ou rechercher semble perdue, dans la perplexité et le désespoir de la Loge, une prière est offerte. Tel qu’enregistré dans nos Moniteurs, c’est une mosaïque de mots bibliques, dans laquelle les faits sinistres de la vie et de la mort sont exposés dans la dure réalité, et un appel est fait à la pitié et à la lumière de Dieu.

C’est vraiment une grande prière, à laquelle nous joindre, c’est nous placer entre les mains mêmes de Dieu, comme tous doivent le faire à la fin, faire confiance à sa volonté et à sa voie, suivre là où il n’y a pas de chemin dans les ténèbres douces et fascinantes que les hommes appellent décès. Et la réponse de la Loge à cette prière, comme à toutes les autres offertes à son autel, est la vieille phrase provocante : « So Mote It Be !

Frère, n’aie pas honte de prier , comme on te l’enseigne dans la Loge et l’Église. C’est une partie de la douceur et de la santé mentale de la vie, rafraîchissant l’âme et éclaircissant l’esprit. Il y a plus de sagesse dans une prière chuchotée que dans toutes les bibliothèques du monde. Il ne nous appartient pas d’instruire Dieu. Il sait de quoi nous avons besoin avant que nous le lui demandions. Il n’a pas besoin de nos prières, mais nous si, ne serait-ce que pour nous faire connaître le meilleur Ami que nous ayons.

Le plus grand de tous les maîtres de l’âme nous a laissé une petite liturgie appelée Notre Père. Il nous a dit de l’utiliser chacun pour soi, dans le placard lorsque la porte est fermée et que le vacarme, le bourdonnement et la litière du monde sont à l’extérieur. Essayez-le Frère; il adoucira la vie, rendra son fardeau plus léger, sa joie plus éclatante et la voie du devoir plus claire.

Deux minuscules prières sont descendues vers nous depuis des siècles, qui méritent d’être rappelées; l’un par un grand saint, l’autre par deux frères. « Accorde-moi, Seigneur, de désirer ardemment, d’étudier sagement, de bien comprendre et d’accomplir parfaitement ce qui te plaît. Et le second est selon la manière : « Que deux frères te jouissent et te servent ensemble, et vivent ainsi aujourd’hui afin que nous soyons dignes de vivre demain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES