mar 25 juin 2024 - 17:06

Découvrez Thinis, la cité perdue de l’Égypte ancienne

De notre confrère dailygeekshow.com

Elle est l’une des moins connues mais elle reste fascinante

L’Égypte abrite plusieurs cités légendaires. Parmi elles, vous pouvez trouver Thinis, cité perdue de l’Égypte ancienne encore peu connue. Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir 5 faits à son sujet.

LA CONFÉDÉRATION THINITE

Des écrivains anciens comme Manéthon ont écrit au sujet de Thinis, expliquant que c’était le centre d’une confédération thinite. Le chef Narmer aurait été son premier dirigeant. Dans la cosmologie égyptienne, Thinis était un lieu mythique au paradis. Bien que maintenant perdue, les universitaires pensent que la ville de Thinis était d’une grande importance en tant que capitale du nome, pour Abydos.

 PROXIMITÉ D’ABYDOS

Même si l’emplacement exact de Thinis est encore inconnu, les spécialistes pensent qu’elle aurait pu être située sur la rive du Nil, près de Girga, à quelques kilomètres au nord d’Abydos. Les livres d’histoire placent généralement la ville quelque part entre Abydos et l’ancienne ville d’Akhmim.

LE LIEU DE SÉPULTURE D’OSIRIS

Sous l’Égypte ancienne, la région était le site d’un cimetière royal important pour la première période dynastique de l’Égypte et les périodes ultérieures. Thinis était même associée au culte d’Osiris et était considérée comme son lieu de sépulture.

LE TEMPLE D’ONURIS

À Thinis, le grand prêtre du temple d’Onuris était appelé le premier prophète, IIe chef des voyants. Un titre qui reflète le déclin de Thinis dans son statut de ville. Onuris était un dieu de la guerre et, plus tard, le chef de l’ancienne armée égyptienne, autrement dit la personnification des guerriers royaux.

UNE IMPORTANCE DE COURTE DURÉE

Toutefois, selon les chercheurs, l’importance de Thinis a possiblement été de courte durée. Même si Abydos était très importante religieusement et liée à Thinis, cette dernière a décliné. Cela s’est possiblement produit au cours de la IIIe dynastie, lorsque la première pyramide d’Égypte a été construite. Les spécialistes pensent également que Thinis n’était plus qu’un siège du surveillant de la Haute-Égypte sous la IVe dynastie. Mais la ville a perduré, continuant d’exister jusqu’à la XIXe dynastie d’Égypte, et même au-delà. C’est entre 1550 et 1290 avant Jésus-Christ qu’elle a retrouvé une partie de son importance, mais toujours sur une courte durée. Par la suite, elle est devenue une colonie avec peu de références historiques.

Présentation

Thinis ou This est le nom de la capitale de l’Égypte antique, pendant la période thinite (3100/2700 AEC). Thinis est toujours une cité perdue, mais est attestée par les anciens écrits dont ceux de Manéthon de Sebennytos, qui la désigne comme centre de la confédération thinite, fédération tribale dont le chef, Ménès (ou Narmer) a unifié la Haute et la Basse-Égypte et en est devenu son premier souverain. Elle est résidence royale sous la Ire dynastie.

Montouhotep II, pharaon de la XIe dynastie de Thèbes, qui soumet finalement Thinis à Thèbes durant la campagne de réunification.

Le déclin de Thinis commence lors de la IIe dynastie quand la capitale est déplacée à Memphis. Située entre les dynasties concurrentes de Héracléopolis Magna et de Thèbes de la Première Période intermédiaire, ainsi qu’à proximité d’oasis pouvant constituer des enjeux militaires, Thinis continue à avoir une certaine importance pour les ancien et nouvel Empires égyptiens. Après ce bref répit, Thinis perd sa position de centre régional administratif au cours de la période romaine de l’Égypte.

En raison de son patrimoine antique, Thinis demeure un centre religieux important, abritant la tombe et la momie de la divinité régionale. Dans la cosmologie religieuse de l’ancienne religion égyptienne, dans le livre des morts des Anciens Égyptiens par exemple, Thinis tient un rôle en tant que lieu mythique de l’Au-delà. Bien que sa localisation précise soit inconnue, un consensus parmi les égyptologues la situe à proximité de l’ancienne Abydos et de la moderne Girga. Thinis, aujourd’hui El-Birbèh, est située à vingt kilomètres au nord d’Abydos, en Moyenne-Égypte.

Le nom de Thinis vient de l’utilisation par Manéthon de Sebennytos de l’adjectif thinite pour décrire le pharaon Ménès. Bien qu’il n’existe aucun correspondant à Thinis en grec ancien, il s’est imposé et reste utilisé par les égyptologues. This est aussi utilisé.

En corrigeant un passage de Hellanicos du ve siècle avant notre ère, Jörgen Zoega modifie Τίνδων όνομα en Θιν δε οι όνομα. Gaston Maspero pense que cela révèle le nom de Thinis et donne une indication géographique dans le même passage επιποταμίη (français : sur la rivière). Gaston Maspero utilise ce détail supplémentaire à l’appui de sa théorie, soutenue par Jean-François Champollion et Nestor L’Hôte, pour identifier Thinis avec la moderne Girga ou peut-être la ville voisine de El-Birba.

D’autres endroits ont été proposés comme localisation de Thinis : Kom el-Sultan pour Auguste Mariette, fondateur et directeur du Musée égyptien du Caire ; El-Tineh, près de Berdis pour Heinrich Karl Brugsch, Johannes Dümichen.

Une grande partie des égyptologues continuent à situer Thinis à proximité de Girga, ou de El-Birba (où une inscription sur un fragment de statue mentionnant Thinis aurait été trouvée).

Une scène du Livre des morts des Anciens Égyptiens (Osiris est assis à droite).

1 COMMENTAIRE

  1. Chers amis de 450,
    Je tiens à vous remercier pour toutes les belles et riches informations que vous nous offrez.
    Bientôt initiée, je réalise, grâce à vous, combien la franc-maçonnerie est universelle.
    Et vous nous faites découvrir énormément de choses, loin du nombrilisme de certains qui se gargarisent d’être les meilleurs, les plus beaux, les plus ceci, les plus cela, etc.
    On dirait des blagounettes de cour de récréation digne de la maternelle du genre ‘’je fais pipi plus loin que toi…’’

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES