mer 24 juillet 2024 - 23:07

Maçons célèbres : Olivia Chaumont

Olivia Chaumont, née à Meudon, le 30 octobre 1950, est une architecte et urbaniste française. Femme trans, le Grand Orient de France reconnait officiellement son changement d’identité et de genre en 2010. Militante de la cause trans, elle est l’auteure D’un corps à l’autre, témoignage autobiographique sur la transidentité.

École nationale supérieure des beaux-arts.

Olivia Chaumont suit d’abord un enseignement scientifique en classes préparatoires aux grandes écoles pour s’orienter ensuite vers l’architecture. Elle entre à l’École nationale supérieure des beaux-arts, à l’unité pédagogique no 6, et obtient son diplôme en 1978. Elle complète sa formation d’architecte par des études d’urbanisme à l’Institut d’urbanisme de Paris.

Architecture et urbanisme

En 1981, elle fonde l’agence Urbatecture puis, en 1991, l’agence d’architecture et d’urbanisme Atelier Cité qu’elle dirige jusqu’en 2008. Elle est nommée en 1990 expert auprès de l’État et du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais pour la reconquête des friches industrielles.

Tout au long de ces années elle mène de nombreux projets d’architecture et d’urbanisme. En 1990, elle est lauréate du concours national « Pour une architecture de la réhabilitation » lancé par le ministère de l’Équipement pour son projet de réhabilitation du grand ensemble de Montereau-Ruffins à Montreuil1. L’approche est novatrice. Elle repose sur la clarification des statuts entre espaces privés et publics et l’affirmation d’une résidentialité nouvelle. Cette réalisation sera citée en exemple en France et à l’étranger pour sa façon de réintégrer un grand ensemble dans la structure urbaine qui l’entoure. Dans la même ville, Olivia Chaumont est l’urbaniste de la ZAC centre-ville, ce qui l’amène à rencontrer l’architecte Alvaro Siza. Elle y réalise un ensemble de 110 logements sociaux qui domine la place de la mairie.

Olivia Chaumont.

Intéressée dès la fin des années 1980 par la question des friches industrielles et urbaines, ainsi que par celle de la mutabilité foncière, elle met au point des outils théoriques permettant de définir des stratégies urbaines globales sur un territoire donné. De sa première étude et jusqu’aux toutes dernières, elle affine cette approche de l’aménagement urbain où la forme urbaine est l’élément déterminant de la politique urbaine. Elle s’y appuie et prolonge les principes de l’îlot ouvert définis par Christian de Portzamparc dans ce qu’il appelle l’âge III de la ville.

2003 est une année marquante dans sa carrière. Elle voit la consécration de son travail d’urbaniste en étant désignée lauréate du concours international Ville-port 2 à Saint-Nazaire. Son projet fait suite à celui de l’urbaniste catalan Manuel de Sola Morales. Il répond aux enjeux d’une renovatio urbis par des actions spécifiques insérées comme autant de jalons dans une structure claire des espaces publics et qui redonne à la ville la centralité perdue depuis sa reconstruction après guerre.

Transidentité et militantisme

En 2005, Olivia Chaumont commence une transition qui aboutit en janvier 2009 à son changement d’état civil. Elle découvre le parcours médical et juridique que les personnes transgenres doivent emprunter pour vivre leur véritable identité. Devant les conditions peu respectueuses de la personne humaine qu’exige ce parcours, elle s’engage dans le milieu associatif et milite activement au sein d’Homosexualités et socialisme pour l’obtention de droits spécifiques pour les personnes transgenres. En premier lieu une simplification du changement d’état civil qui abandonne l’obligation de réassignation sexuelle. Elle participe ainsi à l’organisation d’un colloque sur la transidentité en direction des parlementaires ainsi qu’à l’élaboration du projet de loi déposé à l’Assemblée Nationale en 2011 par Michèle Delaunay, députée de la Gironde, qui lui reconnaît un rôle moteur dans cette démarche. Elle a également comme objectif de dé-médicaliser et dé-psychiatriser le parcours de transition comme le revendiquent les associations trans.

Société Française de Sexologie Clinique (SFSC).

Parallèlement, elle s’implique dans les débats sur la question du genre et sur les rapports de pouvoirs entre les sexes. À ce titre, elle devient membre du think tank l’Observatoire des futur(e)s et y apporte son expérience personnelle particulière, celle du regard différent que porte la société sur une personne, quand elle est un homme et quand elle est une femme. Pour elle, la construction du genre est le prima de la question du pouvoir.

Franc-maçonnerie

Membre de la loge Université maçonnique du Grand Orient de France (GODF) depuis 1992, Olivia Chaumont demande en 2009 que son changement d’identité soit pris en compte. Demande difficilement acceptable pour une obédience exclusivement masculine et qui arrive à un moment où le débat sur la mixité enflamme cette obédience. Plusieurs vœux qui demandent que les femmes puissent être initiées au sein du GODF, sont repoussés au convent.

Sceau GODF
Sceau GODF

Après une année de discussion, le Conseil de l’ordre du GODF finit néanmoins par entériner le changement de sexe d’Olivia Chaumont. Il diffuse cette décision par un communiqué de presse le 22 janvier 2010. Olivia Chaumont devient ainsi la première femme trans institutionnellement reconnue comme membre du Grand Orient de France. Soulagée que les principes humanistes de l’obédience n’aient pas été malmenés par une possible exclusion, elle réagit cependant publiquement à ce communiqué qu’elle trouve choquant dans sa formulation.

La reconnaissance du nouvel état civil d’Olivia Chaumont participe à l’ouverture du Grand Orient de France vers une obédience dont la mixité est permise au sein des Loges après un vote. « Il suffit d’une sœur… » titre l’hebdomadaire L’Express en reprenant son expression personnelle. Même si ce ne fut pas de façon spontanée, le GODF est de nouveau, pour elle, en phase avec l’évolution de la société française. Cette nouvelle se répand rapidement au-delà des frontières de l’Hexagone. Particulièrement en Espagne, Turquie et Amérique Latine où la presse s’en fait largement l’écho.

Le convent de 2010, qui se tient à Vichy cette année-là, va proposer la mixité du GODF par le vote d’un vœu qui autorise l’admission des femmes. Élue déléguée de sa loge, Olivia Chaumont est présente à ce convent. C’est la première fois qu’une femme déléguée prend part au convent et y prend la parole. Dans le portrait que le journal Libération fait d’elle on vit ce moment historique où, seule parmi 1200 délégués hommes, elle prend la parole. En septembre de la même année, devant plus d’une centaine de frères et de sœurs de toutes obédiences, elle est installée vénérable de sa loge. C’est à nouveau une première dans l’histoire contemporaine du Grand Orient. Elle dirige les travaux de la loge pendant trois années, jusqu’en 2013. En 2016 et pour la première fois une Sœur, Olivia Chaumont, se présente à l’élection au Conseil de l’ordre, pour sa région Paris 4, à l’époque, une des 17 régions du Grand Orient de France.

Activités

Olivia Chaumont consacre principalement son temps à l’écriture. Elle a donné un témoignage sur la transidentité dans un livre paru en 2013, D’un corps à l’autre*, aux éditions Robert Laffont. À travers cet ouvrage elle cherche à faire connaître et comprendre au grand public quelles sont la vie et la situation des personnes trans aujourd’hui.

Elle donne des conférences en France et à l’étranger (notamment en Belgique et au Canada) sur la transidentité et la question du genre.

Olivia Chaumont est programmatrice au festival du film LGBTQI de Paris, dit Chéries-Chéris, depuis 2016.

La présentation de l’éditeur : “Je me revois tout gosse, jouant avec mon frère. On disait “les garçons”. Et bien sûr que j’étais un garçon puisqu’on faisait exactement les mêmes choses. Ce qui était valable pour l’un l’était pour l’autre : les habits, les divertissements, les jouets, le Meccano, la vie. Alors pourquoi ce sentiment bizarre que nous étions différents ? Que je n’étais pas dans le même monde ? Que ce que je voulais, c’était le monde de mes sœurs, leur monde à elles ? C’est là que je voulais aller.”
En janvier 2010, le Grand Orient de France accepte pour la première fois une femme comme membre de l’obédience. Et quelle femme ! Durant plus de cinquante ans, Olivia Chaumont a vécu dans l’enveloppe corporelle d’un homme mais, au fond d’elle-même, elle a toujours su qu’elle était différente. À l’aube de l’année 2007, elle a décidé de se faire opérer en Thaïlande pour vivre dans sa vraie peau, celle d’une femme.

Témoignage vivant et émouvant, D’un corps à l’autre retrace sans fausse pudeur un itinéraire de vie exceptionnel. N’hésitant pas à évoquer les conséquences inattendues et parfois dramatiques que peut entraîner un changement de sexe, Olivia Chaumont aborde très concrètement la question de la transsexualité. Son but : faire connaître et comprendre au grand public quelle est la vie et la situation des trans’ aujourd’hui. Plus sensible que sensationnel, ce livre est avant tout l’histoire d’une vie et d’un combat.”

1 COMMENTAIRE

  1. Il y a quelques années, Olivia était venue présenter un Morc d’Arch à Bruxelles dans une Loge de la Fédération belge du Droit Humain. Le grand Temple de la rue Marconi était bondé. Je l’avais croisée dans les couloirs. Elle m’a souri si gentiment. Elle a parlé de sa transition avec beaucoup de dignité. C’est une femme formidable qui a beaucoup de sensibilité et une tendresse innée !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Guillaume Schumacher
Guillaume Schumacher
Guillaume SCHUMACHER a été initié au GODF à l’Orient d’Épinal. Il participe également, quand il le peut, aux Imaginales Maçonnique & Ésotériques d'Épinal organisées aussi par son atelier. Avant d'être spéculatif, il était opératif. Aujourd'hui, il sert la nation dans le monde civil. Passionné de sport et de lecture ésotérique, il se veut humaniste avec un esprit libre et un esprit laïc.

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES