mar 18 juin 2024 - 11:06

De la loge à la société : le triomphe de la mentalité maçonnique

De notre confrère italien lanuovabq.it – Gaetano Masciullo

La date de naissance de la franc-maçonnerie est le 24 juin 1717 : l’anniversaire de saint Jean-Baptiste est l’une des nombreuses subversions des symboles et des expressions chrétiennes, signe d’une subversion plus générale des valeurs qui a pénétré profondément dans le sentiment commun.

Le 24 juin 1717, fête de saint Jean-Baptiste, la Mother Grand Lodge of England est fondée à Londres. Il est intéressant de noter comment l’anniversaire d’un des plus grands saints de l’Église catholique a été choisi pour fonder la contre-Église par excellence.

Le renversement et l’appropriation instrumentale des noms, symboles et expressions chrétiens ont contribué à faire de la franc-maçonnerie un de ces phénomènes historiques et sociaux particulièrement complexes à analyser et à étudier en raison, d’une part, du strict secret auquel sont tenus les francs-maçons, secret qui rend difficile toute recherche libre des archives de la loge par ceux qui ne sont pas membres des loges ; d’autre part, par la surabondance d’informations fausses et contradictoires qui circulent non seulement sur le web, mais aussi souvent dans l’historiographie (à la fois maçonnique et anti-maçonnique), informations davantage guidées par des choix idéologiques et des préjugés, plutôt que par des objectifs objectifs vérité des faits.

Pourtant, c’est une étude bien nécessaire, encore aujourd’hui, car comprendre l’héritage culturel maçonnique aide à mieux comprendre la modernité et le contemporain. La période de 1717 à 1945 pourrait être définie comme la période du “triomphe maçonnique”, une période où les loges ont vraiment joué un rôle important dans le forgeage de la mentalité philosophique, politique, économique et spirituelle. Aujourd’hui on devrait plutôt parler de “période post-maçonnique”. En effet, la mentalité maçonnique – qui trouve finalement ses racines dans la pensée gnostique– est désormais entrée si profondément dans le sentiment commun que la franc-maçonnerie elle-même n’a presque plus de raison d’être : tout le monde pense aujourd’hui avec des catégories gnostiques, non plus catholiques, sans plus avoir besoin d’être initiés aux loges.

Le processus de cette “initiation collective” progressive a été lent au cours des siècles, complexe, souvent très difficile à prévoir, et commence en fait bien avant la fondation de la première loge londonienne au début du XVIIIe siècle. La franc-maçonnerie dite « spéculative », en effet, n’a pas vraiment d’identité propre : elle est née de la nécessité d’établir un réceptacle pour toutes ces traditions culturelles et spirituelles qui s’étaient glissées sous terre dans l’Europe catholique médiévale et dans celle-ci, déjà très divisé, moderne . Cabalisme, catharisme, hermétisme, alchimie, rosicrucianisme : toutes les différentes déclinaisons de la même pensée philosophico-théologique, aussi ancienne que le christianisme lui-même, et même avec des racines encore plus anciennes : la gnose, comme mentionné .

La Gnose est considérée comme la réponse possible à l’une des questions fondamentales de l’homme, certainement l’une de celles qui troublent le plus l’âme humaine : que faut-il faire pour obtenir le salut ? Face à la fugacité de la vie, à l’ignorance, aux limites mêmes de l’existence, que peut faire l’homme pour se sauver ? Le catholique croit que cette éphémère est la conséquence d’un péché originel et que le salut procède de l’adhésion aux vérités révélées par Dieu (la foi) et de la vie dans la grâce corroborée par les sacrements et les œuvres de justice. Le gnostique, quant à lui, croit que les limitations humaines sont un effet direct de la matérialité, donc considérées comme intrinsèquement mauvaises. Le dualisme entre l’esprit et la matière reflète le dualisme entre le bien et le mal, où ce dernier ne doit plus être compris comme la privatio boni augustinienne.mais comme un Absolu. Le Gnostique croit donc que le salut procède de la libération de la matérialité. Mais pour parvenir à cette liberté, il faudra d’abord acquérir une connaissance certaine et profonde des secrets de la nature humaine et du cosmos dans lequel nous vivons (en fait, c’est ce que γνῶσις signifie en grec ancien, « connaissance »).

Celui qui connaît les secrets de la nature pourra également manipuler la nature à son avantage. C’est du moins ce que croit le Gnostique. On comprend alors pourquoi, au début de cet article, il était dit qu’aujourd’hui la mentalité commune est de facto une mentalité gnostique. La confiance aveugle que l’homme accorde aux sciences exactes et aux sciences naturelles (qui pourtant ne sont pas exactes) et à la technologie, ainsi qu’à l’État – technocratique, bureaucratique, dépersonnalisé – n’est que l’évolution de cette pensée antique qui répudiait la idée d’un Dieu créateur et transcendant, rédempteur et sanctificateur, et a plutôt accepté l’idée plus douce d’un Absolu mécaniste, fermé sur lui-même, qui ne crée pas, mais émanece qui existe. Et rappelez-vous : si la divinité émane, elle ne crée pas, alors tout ce qui existe jouit de la même nature divine.

Cette divinité, qui n’est autre qu’un simple grand architecte de l’univers , finit par coïncider avec l’univers lui-même , et pour cette raison le gnosticisme conduit souvent au panthéisme. Encore une fois, nul besoin de chercher ailleurs pour découvrir l’origine cachée de l’idéologie écologiste d’aujourd’hui , qui divinise la Terre (l’environnement, et non plus la Création) comme une nouvelle déesse. Tout comme nous n’avons pas besoin de chercher ailleurs pour rechercher les racines culturelles les plus profondes de la phobie sexuelle qui se répand tellement parmi les gens aujourd’hui.

Oui, parce qu’il n’est pas nécessaire d’être puritain et de vivre dans l’Angleterre victorienne pour être phobique du sexe . L’hédonisme débridé, la pornographie, l’idéologie du genre et l’exaltation des pratiques sexuelles « alternatives », le transsexualisme, la légitimation de l’avortement et de la contraception : autant de pratiques qui relèvent d’une vraie peur de la sexualité . Ce n’est pas un hasard si certaines sectes gnostiques des premiers siècles après Jésus-Christ (comme les Carpocratiens) ont exalté les rituels orgiaques par mépris de la sexualité visant à la procréation et qui, comme telle, ne fait que prolonger les chaînes de la matière.

Ce processus, cette « initiation collective », peut prendre le nom de Révolution . La franc-maçonnerie était certainement l’instrument le plus important entre les mains de la Révolution, dont le but a toujours été de renverser l’ancien ordre chrétien pour en établir un nouveau d’origine gnostique. C’est pourquoi une étude de la franc-maçonnerie qui tient compte de ce bagage culturel est essentielle pour une compréhension plus profonde de la société déchristianisée dans laquelle nous vivons et aussi, au moins en partie, de la société vers laquelle nous nous dirigeons.
 

Gaetano Masciullo est l’auteur de La tiare et la loggia , avec une préface de Mgr. Nicola Bux, Foi & Culture, Vérone 2023.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES