mar 25 juin 2024 - 17:06

L’agape rituelle en Franc-maçonnerie

De notre confrère italien expartibus.it – Par chrétien Rosmunda

En l’honneur de tous les francs-maçons, dispersés dans les deux hémisphères et toujours unis dans la prospérité comme dans l’adversité.

Je pars du dernier des sept toasts rituels prévus lors de l’agape, celui donné à nous tous Frères Maçons, de tout ordre et rang, pour souligner l’amour qui nous unit.

Agape ne signifie rien d’autre que “l’Amour“, mais pas le simple sentiment familial ou amical, mais au contraire le sentiment plus complexe, et peut-être encore plus insaisissable, presque transcendantal, désintéressé, loin de toute forme d’égoïsme, qui est bien connu des francs-maçons.

Un amour entre Frères, entre personnes “éclairées”, vécu dans une forme de “réciprocité”, qui devient un banquet intime pour renforcer notre fraternité dans ses mille facettes.

Ce n’est pas un hasard si les francs-maçons se réunissent deux fois par an pour célébrer les fêtes du solstice : la fête du solstice d’hiver, dédiée à Saint Jean l’Evangéliste, à qui l’on attribue le visage du dieu Janus, tourné vers l’aube, presque pour témoigner de la pouvoir vivifiant de la parole, et celui du solstice d’été, dédié à saint Jean-Baptiste, considéré comme le garant de la renaissance de la lumière.

Les solstices, considérés comme des renouveaux spirituels, voient leur expression maximale dans les agapes rituelles, moments conviviaux de la vie maçonnique et sociale, dans lesquels les liens personnels entre les Frères se renforcent et qui, aux yeux du laïc, ne sont qu’un prétexte à jubilation, de grosses beuveries et de boissons joyeuses. Quelle surface dans ces jugements !

Personne, parfois même les francs-maçons eux-mêmes, ne sait combien de travail il y a derrière l’organisation, la mise en place et la préparation d’une agape rituelle.

Y participer est un partage sacré, avec un Temps et un Espace également consacrés.

Certains plats sont préparés, selon des recettes précises, en utilisant des ingrédients appropriés, non pour rassasier le corps, mais pour nourrir l’esprit, donnant aux personnes présentes l’occasion d’une profonde réflexion.

Le tableau reproduit la voûte céleste selon les cycles astronomiques et la tête du tableau occupe la place du Soleil : en été le tableau sera l’hémisphère supérieur, où le Vénérable sera au Tropique du Cancer, le Premier Gardien en Balance , le Second Warden en Bélier , le Secrétaire en Gémeaux et le Président en Lion. Le Vénérable et les Surveillants indiquent le début des saisons et le Secrétaire et l’Orateur les véritables étoiles.

La nourriture devient un « symbole » : pain sans levain, vin de raisin rouge, œufs durs, légumes frais de saison, agneau rôti au feu de bois, fruits frais de saison, eau de source. Les toasts portés, au nombre de sept, font partie de ce rituel transmis et à transmettre.

Dans l’étude du mystère alchimique de la transmutation du blé et du raisin en pain et en vin, le franc-maçon, en constante ascension, sait qu’en participant à une agape il ne découvrira certainement pas la pierre philosophale et la formule pour transformer le plomb en or, mais il sait bien que ce trésor est renfermé dans l’esprit même du franc-maçon ; il y a la pierre brute à tailler et à rendre cubique.

La force des francs-maçons est présente dans la beauté de leur esprit.
Les francs-maçons, pour qui rien ne passe inaperçu, ont hérité d’une ancienne tradition : l’obligation d’entretenir la flamme de cette lumière qui montre la Beauté.

Les francs-maçons sont des hommes libres avec de bonnes… habitudes !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES