sam 15 juin 2024 - 09:06

La Grande Loge du Chili : Problèmes financiers ou pas ?

De notre confrère chilien biobiochile.cl – Par Josefina Ossandon

150 millions de plus que prévu pour 2022, c’est ce que la Grande Loge du Chili (GLCH) a dépensé. C’est au poste des billets, séjours et repas que les dépenses ont augmenté le plus en pourcentage. Officiellement, le GLCH a soutenu que “l’excès” était “pour réactiver le travail institutionnel en présentiel”. À l’heure actuelle, du GLCH, ils indiquent qu’il n’y a pas de difficultés économiques et qu’ils ont vendu deux propriétés maçonniques – qui n’étaient pas utilisées par eux – pour surmonter le problème. Les détracteurs de l’administration de l’actuel Grand Maître Sebastián Jans se sont chargés de diffuser les chiffres.

La Loge dans le monde est une fraternité énigmatique, marquée par la sobriété et peu d’exposition publique, une question qui pendant des années a suscité et généré une certaine curiosité dans la société. Dans notre pays, par exemple, cette situation est reproduite avec la Grande Loge du Chili (GLCH). Pour beaucoup très influent dans l’histoire du pays et un membre dans les sphères de pouvoir : Pouvoir Judiciaire, Ministère Public, PDI, entre autres.

On sait peu de choses sur l’organisation maçonnique et moins sur la façon dont ils sont financés, sur quoi ils travaillent et comment ils sont organisés. L’un des assemblages les plus importants du GLCH se produit au solstice d’hiver. Comme chaque année, se tient une réunion qui réunit les hautes autorités des loges et les anciens présidents. Cette année, il aura lieu le samedi 24 juin .

Cette nomination est particulièrement importante et attendue par les membres de l’organisation. Ce qui précède, en raison des doutes qui existent quant à l’augmentation de 150 millions de pesos du budget utilisé en 2022 . Situation qu’ils espèrent discuter en assemblée.

Qu’en est-il des problèmes économiques ? Quelles décisions ont été prises au sein de la Grande Loge ? Il y a quelques semaines, une lettre a été envoyée aux maîtres de la Loge. Cette lettre, à laquelle l’Unité d’enquête de Radio Bío Bío a eu accès, a révélé les “difficultés financières qui affectent la Grande Loge du Chili”.

Le document de 14 pages, signé par le Grand Maître, Sebastián Jans, détaille les cinq problèmes auxquels ils ont dû faire face et les raisons pour lesquelles ils se sont posés. La lettre a provoqué un tollé interne et un rejet de certains groupes de l’administration Jans, qui dirige l’organisation depuis plus de 5 ans.

VÉNÉRABLES MAÎTRES

Dans la lettre, envoyée en avril de cette année, il est détaillé que le 18 mars, le Grand Maître a convoqué une Assemblée Extraordinaire des Vénérables Maîtres pour les informer de la situation économique qui affectait l’organisation maçonnique.

Le texte indique que les problèmes sont dus “aux changements drastiques dans les politiques de crédit des banques et dans les exigences d’établissement de garanties, dans un processus qui, avant l’épidémie sociale et les changements de l’économie mondiale post-pandémique, ne n’ont pas la complexité qu’ils ont connue ces derniers temps.

En conséquence de ce qui précède, la Grande Loge « ne gère pas les ressources en actions ou les réserves dans des fonds communs de placement ou d’autres instruments. Historiquement, le financement du GLCH dépend toujours des cotisations des membres de l’Ordre ».

L’une des complications, particulièrement inquiétante, est la baisse du paiement de la cotisation des membres de la Loge. Ledit scénario “a réveillé la motivation de ce Grand Maître et de son Conseil pour convoquer les Vénérables Maîtres”.

LES 5 PROBLÈMES

Comme prévu, le premier obstacle est l’impossibilité d’accéder au crédit à court, moyen et clair terme en banque. Sans eux, il est quasiment impossible de se financer. « Le patrimoine nominal du Club de la République qu’il gère sont les maisons maçonniques de différentes parties du pays, enregistrées sous son nom. Mais il ne gère pas les ressources en actions ou les réserves dans des fonds communs de placement ou d’autres instruments. Historiquement, le financement du GLCH dépend toujours des cotisations des membres de l’Ordre », indique la lettre.

De même, il indique qu’il y a des revenus institutionnels “qui ne sont pas très importants” sauf pour le bail de deux étages de l’immeuble Citerior et ses parkings mais “en juin 2022, ils n’ont pas de locataire et jusqu’à présent ils ont pas pu louer en raison de la vacance élevée des bureaux dans le centre de Santiago, qui dépasse 30% ».

Le deuxième problème, également lié au manque d’accès au crédit, correspond à « la construction de la maison maçonnique de la RL La Cantera, dans la vallée de Lo Barnechea. Cela a un caractère stratégique pour l’Ordre. C’est une installation maçonnique dans les secteurs supérieurs de la plus grande ville du pays, une ville où se concentrent 40% de notre effectif national », explique le document.

Le projet avait un montant déjà financé de 530 millions de pesos mais “un projet de 750 millions de pesos a été présenté au Conseil, qui a été approuvé, sur la base d’un emprunt du GLCH qui serait couvert par le Lodge La Cantera, qui il devrait apporter une quote-part avec des fonds émergents des loges qui y travailleront ».

L’ exécution du budget 2022 est présentée dans le document comme le troisième problème. ” Il a fait apparaître une dépense de 150 millions de plus que prévu , soit environ 8%, considérant que l’IPC de l’année était supérieur à 13%.” Si pour le Grand Maître, c’était traité “de manière adéquate”, il y a certains éléments qui ne l’étaient pas, comme par exemple “ce qui est lié au voyage, notamment le carburant ou les billets d’avion”.

Cela le justifie ainsi : « Les frais de déplacement excessifs sont liés à l’effort fourni par la Grande Loge pour réactiver le travail institutionnel en présentiel. Il y a eu de nombreux voyages du Grand Maître, des Grands Dignitaires, des Grands Officiers et d’autres membres du Gouvernement Supérieur, dans tout le pays pour aider à stimuler l’activité en face à face, comme objectif stratégique prioritaire : ramener l’activité maçonnique dans les temples ».

Mais aussi que « les contingences nationales ont forcé de nombreuses initiatives pour contribuer à la paix sociale » et que cela « est un patrimoine institutionnel, pas une dépense inutile. Rien n’a été gaspillé, ni utilisé à des fins extérieures à l’Ordre. Son dépassement n’est étranger à aucune institution ou entité, et nous l’avons eu à des fins essentiellement institutionnelles ».

Ce déficit, poursuit-il, est résolu “simplement avec une gestion plus conservatrice du prochain budget (2023), et même du suivant si nécessaire, sans arrêter les travaux et les exigences du travail du Gouvernement supérieur”.

L’avant-dernier problème est lié au “commerce de la rue San Isidro”. Actuellement, la Grande Loge du Chili dispose d’un terrain sur la Calle de Santiago Centro sur lequel il est prévu de construire un immeuble de bureaux pour louer et générer des ressources. Mais “l’épidémie sociale d’octobre 2019 a poussé les banques à réduire drastiquement le crédit et la construction n’a pas pu être réalisée”.

Ce qui précède de disposer « d’un terrain suffisant pour édifier l’immeuble, a été négocié avec le propriétaire d’un terrain attenant » et convenu « d’un paiement comptant d’un montant de 200 millions, et le solde sur l’engagement de livrer un montant de compteurs construits le long de la bord de la rue San Isidro ». Cela a été sauvegardé dans un bordereau de garantie.

La situation actuelle est qu'”initialement, il n’était pas nécessaire de le garantir en espèces, mais en raison de l’expiration proche de son terme, il a dû être adossé en espèces, affectant notre dépôt de réserve pour éventualités de 270 millions de pesos et plus particulièrement nos flux de trésorerie de trésorerie, à ce moment de la fin de l’année 2022 et du début de 2023 ».

Le dernier et le cinquième ont à voir avec les flux de trésorerie. Il est détaillé que “nous avons eu des difficultés objectives, compte tenu de la retenue de 270 millions de pesos du fonds de prévoyance, pour l’émission qui a renouvelé le cautionnement de la propriété de San Isidro, en raison de l’excédent de dépenses indiqué qui a affecté 8% le 2022 Budget, et le manque de revenus locatifs de l’immeuble Citerior ».

Ces différences d’argent “sont généralement résolues avec l’accès à des prêts bancaires à court terme, je le répète, mais comme nous l’avons déjà souligné, ils ne sont pas disponibles”.

RÉSOLUTIONS CORRECTIVES

Bien que dans le document l’exécution budgétaire soit un point de plus parmi les cinq précités, c’est celui qui occupe la plus grande place dans la lettre et inquiète la majorité des membres de la Loge. Pour cette raison, le Conseil de la Grande Loge a adopté six résolutions correctives et améliorations.

Tout d’abord, établissez un contrôleur dans le Republic Club. De plus, il a été décidé de « constituer un fonds de réserve ou de prévoyance qui émanera de la location des deux étages de l’édifice Citerior, lorsqu’ils pourront être loués ».

Ils ont également voté en faveur de “la cession de deux propriétés mineures à usage non maçonnique pour normaliser les flux de trésorerie, jusqu’à ce que le déficit soit récupéré”. En quatrième décision, une commission a été nommée pour superviser les processus de vente d’actifs, « composée du VVHH Juan Edo. Urrutia, Rodrigo Lillo et José Luis Farías ».

La cinquième décision a été de récupérer la propriété de la rue Toesca à Santiago qui “a été cédée par le biais d’un prêt précaire, qui a été fraternellement résolu avec l’Association des scouts, qui reviendra à l’ancienne attribution des utilisateurs de la propriété située sur la calle Highlander”.

Et enfin le Grand Maître “dans l’usage de ses pouvoirs constitutionnels a nommé une Commission consultative pour proposer des alternatives d’améliorations, composée de trois membres de l’Assemblée”.

RÉPONSE OFFICIELLE

L’ Unité d’enquête de Radio Bío Bío a contacté le Grand Maître pour lui demander de répondre sur la situation actuelle de l’organisation. Message auquel il n’a pas été répondu directement mais il a été convenu d’envoyer les questions par écrit.

La première chose qu’ils ont indiquée était de préciser que “la situation actuelle ne justifie pas de parler de difficultés économiques dans la Grande Loge du Chili puisque, à proprement parler, nous fonctionnons dans des conditions financières normales ” . Et ils expliquent qu’ils ont été exposés à “une période spécifique de pénurie de trésorerie”.

Ce qu’il a été généré par la “résiliation d’un contrat de location de bureaux, qui est un bien institutionnel, mais d’autres facteurs se sont ensuite ajoutés, comme la hausse inhabituelle de l’IPC pour l’année 2022, qui était d’environ 13 %, la baisse habituelle de les prix internes qui sont expérimentés dans la période estivale et les engagements institutionnels d’un caractère qui ne peut être reporté ».

Aussi que le covid-19 a affecté l’organisation car « beaucoup de nos membres sont morts infectés par le covid, ce qui selon nos pratiques donne lieu au paiement d’une indemnité de décès à leurs proches ; beaucoup d’autres ont vu leurs revenus diminuer ou ont simplement perdu leur emploi. Face à cela, nous mettons en œuvre des mesures massives d’ordre d’aide et de réduction des cotisations sociales, arrivant, dans des cas qualifiés, à juste titre à exonérer du paiement des cotisations ».

Et pour sortir des difficultés, le GLCH a ajusté son “exécution budgétaire et nous avons vendu deux biens immobiliers qui n’avaient pas d’usage maçonnique direct ni ne généraient de revenus, où le montant desdites ventes sera utilisé de manière pertinente pour renforcer notre gestion patrimoniale ainsi qu’à l’amélioration et à la construction de nouvelles maisons maçonniques ».

Par rapport à la difficulté de demander des prêts, ils ont souligné que “les changements dans les politiques de crédit, en fonction des conditions économiques du pays et du monde, sont connus, et les relations avec les banques par notre institution font partie du domaine privé”.

Interrogés sur l’exécution budgétaire, du GLCH ils ont souligné que “ce dernier compte a répondu en 2022 à un impact habituel sur le budget (près de 7% similaire aux années pré-pandémiques), et qu’il a chuté en 2020 et 2021 à 3 %, c’est-à-dire en pleine pandémie.»

L’augmentation la plus importante des dépenses s’est produite dans les billets, les séjours et les repas, ils ont dépassé le budget de plus de 100 millions. Mais de l’organisation, ils ont d’abord expliqué que “ce n’est pas une dépense personnelle du Grand Maître” et que cela correspond à “toutes les autorités qui doivent se déplacer pour des obligations institutionnelles, vers les régions et depuis les régions ; aux événements institutionnels obligatoires à Santiago, à la fois du Conseil et d’autres membres des instances de gestion (60% sont des régions) ou des délégués du Grand Maître dans les juridictions régionales ; à l’alimentation des membres des Assemblées de la Grande Loge lorsqu’elles se développent, à des voyages internationaux, à des réceptions institutionnelles (par exemple, les actes du 160e anniversaire de la Grande Loge du Chili) ». Et ils ont ajouté que tous les achats de billets et de séjours sont effectués par un fonctionnaire grâce à un accord avec l’hôtel Diego de Almagro et avec Latam.

Ils détaillent que “le montant de ces dépenses est très similaire à ce qui a été exécuté en 2018 et 2019, avec la même sobriété et responsabilité”.

La clé de la fin des “difficultés économiques” comme l’a expliqué l’organisation a été la vente des propriétés. « Les décisions de vente sont prises au sein du Conseil de la Grande Loge, un organe collégial qui, comme indiqué ci-dessus, se compose de 26 membres. Dans chaque cas, le compromis de vente a été adopté à l’unanimité” et qu'”il s’inscrit dans un contexte décisionnel dont l’ampleur dépasse celle d’une difficulté économique de courte durée car, à son égard, nous avons recueilli des expériences précieuses qui nous conseillent de ne plus avoir d’actifs immobilisations qui ne génèrent pas de revenus ».

Les propriétés vendues n’avaient pas “un usage maçonnique propre et qu’elles ne produisent pas de revenus, pour nous faire d’autres qui en produisent et qui nous permettent de continuer à aider les membres qui ne se sont pas encore complètement remis des effets économiques de la pandémie ; booster notre croissance institutionnelle ; améliorer l’infrastructure de notre siège dans tout le pays et nous trouver mieux préparés à faire face à des éventualités telles que celles que l’humanité a dû surmonter ces dernières années ».

ÉCRITS INTERNES

Depuis que l’Unité d’Enquête Radio Bío Bío a approché le GLCH, deux autres écrits ont été envoyés par le Grand Maître aux Chambres du Milieu de la Loge

D’abord, une circulaire, datée du 5 juin, qui avait l’intention d’exprimer leur malaise face aux informations parvenues entre les mains de La Radio . Il est indiqué que la lettre d’avril “a été remise à un média journalistique par une personne liée à l’Ordre” et “le but de cela n’a pas besoin d’être expliqué. De toute évidence, il est extrêmement contraire à la morale maçonnique et à nos usages institutionnels, de transmettre des informations confidentielles de l’institution aux médias publics et plus encore à des fins qui se manifestent ».

La seconde est une lettre pour annoncer et signaler la fin des problèmes financiers de la Grande Loge . “La réalité d’aujourd’hui est que nous n’avons aucun arriéré de paiement en suspens, les comptes sont à jour et les états financiers consolidés, dûment audités par la société HLB Surlatina, sont disponibles dans les e-mails de GLCH Assembly.”

C’est expliqué point par point, et plus en détail ce qui a été livré aux questions que nous nous sommes posées en tant qu’Unité de Recherche. Il était précisé quel rapport avec les dépenses pour les billets, les séjours et les repas, il était entendu que “le Grand Maître a dépensé ce chiffre total, étant donné qu’il n’a utilisé que moins de 13% de ce montant, dans sa tournée du pays, y compris les déjeuners en ces dépenses d’hommage aux différentes institutions du pays, effectuées au siège institutionnel ». Et que l’augmentation des dépenses était due aux déplacements de plus de personnes au sein de la Loge et du service de communication de la société Update Communications. Une entreprise qui fournit des services depuis plus d’un an mais qui “a réalisé un ensemble d’activités pertinentes pour le travail extra-muros de l’Ordre”.

Et il se termine en clarifiant la situation du terrain de la rue San Isidro. “Comme nous vous en avons informé dans la lettre du 2 avril, nous souhaitons prolonger l’expiration du cautionnement. Certaines réunions ont eu lieu avec l’homologue et il y a eu un échange de lettres suggérant de nouveaux délais ». Ils expliquent que l’intention est de le reporter dans 48 mois mais s’il “n’y a pas de possibilité d’accord, nous devons assister à la médiation établie dans le contrat respectif”.

DÉMISSION DU GRAND TRÉSORIER

En plein conflit, la démission du Grand Trésorier, Marco Antonio Díaz, est annoncée au sein de la Grande Loge du Chili. Et deux versions du fait sont connues. De la Grande Loge, ils ont indiqué à l’Unité d’enquête radio que son départ de ses fonctions était pour des raisons absolument personnelles et discutées à l’avance.

Mais les sources de Lodge détaillent que la démission est intervenue après le résultat d’un audit interne qui le tient, avec le Grand Maître, responsable des problèmes économiques. Et qu’on lui aurait demandé d’attendre après l’assemblée du 24 juin, mais il n’a pas voulu.

En interne, cela a généré une plus grande incertitude quant à ce qui se passera lors de la réunion de la semaine prochaine. Et il a même été question, selon les connaisseurs du sujet, de la possibilité de demander à Sebastián Jans de démissionner.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES