mer 24 juillet 2024 - 22:07

Le Franc-maçon Gilbert du Motier… alias le marquis de Lafayette

De notre confrère américain freemason.com

Il y a un débat sur ce qui a poussé Gilbert du Motier, marquis de Lafayette, à prendre la cause des révolutionnaires américains. Était-ce parce que le jeune homme était disposé à haïr les Britanniques pour avoir tué son père ? Ou était-ce parce que, à l’aube de la Révolution américaine, le marquis était récemment devenu franc-maçon ? Le biographe Harlow Unger a écrit dans sa biographie de Lafayette que lorsqu’il a entendu parler pour la première fois de la rébellion, cela “a enflammé son imagination chevaleresque – et maintenant maçonnique – avec des descriptions des Américains comme des” personnes luttant pour la liberté “.”

Quelle que soit sa motivation, son voyage en Amérique a catalysé une vie longue et active qui a fait de lui une légende dans les deux pays. Pour son rôle dans la poursuite du changement pour la France et les États-Unis d’Amérique, il est devenu connu comme “Le héros des deux mondes”.

Contexte et début de la vie

Le nom complet de ce célèbre franc-maçon était Marie-Joseph-Paul-Yves-Roch-Gilbert du Motier, marquis de Lafayette. Il est né le 6 septembre 1757 dans l’une des plus anciennes familles de France en Auvergne. Ses ancêtres ont servi dans les croisades et aux côtés de Jeanne d’Arc. C’était une famille de nobles ; sa mère était Marie Louise Jolie de La Rivière, et son père, Michel Louis Christophe Roch Gilbert Paulette du Motier, marquis de La Fayette, était colonel de grenadiers.

Michel est mort quand Gilbert avait deux ans, combattant une coalition dirigée par les Britanniques à la bataille de Minden en Westphalie pendant la guerre de Sept Ans. Lafayette devient marquis et seigneur de Chavaniac, où il est élevé par sa grand-mère paternelle, Mme de Chavaniac. Le garçon s’installe à Paris en 1768 et est envoyé à l’école du Collège du Plessis, qui fait partie de l’Université de Paris, où il est inscrit à un programme pour devenir mousquetaire.

Après la mort de la mère de Lafayette le 3 avril 1770, il hérite de l’une des plus énormes fortunes de son pays. L’année suivante, Lafayette est nommé officier des Mousquetaires, avec le grade de sous-lieutenant. Alors que ses fonctions étaient en grande partie cérémonielles, le jeune homme aspirait à la gloire militaire et obtint une commission de capitaine dans l’armée française, où il fut nommé aux Mousquetaires noirs en 1773. En 1774, le marquis tomba amoureux et épousa Adrienne de Noialles, une femme dont la famille était encore plus importante que les Lafayette. Ils eurent quatre enfants et furent mariés jusqu’à sa mort en 1807.

Après avoir perdu sa commission en 1775 à cause des coupes dans le financement de l’armée, Lafayette se retrouva dans la ville de Metz, assistant à un dîner avec le duc de Gloucester, le frère cadet du roi britannique George III. Le cœur de Lafayette a brûlé ce soir en entendant le duc s’inquiéter des colons américains prenant les armes contre la domination britannique. Alors que l’aristocrate se moquait des révolutionnaires et de l’armée continentale, Lafayette voyait son sort se dérouler devant lui en disant : « Mon cœur était enrôlé, et je ne pensais qu’à joindre mes couleurs à celles des révolutionnaires.

Quant à son appartenance maçonnique, Lafayette a déclaré qu’il avait été élevé en France avant de venir en Amérique. Il a été nommé maçon soit à la Loge La Candeur à Paris, soit à la Loge Contrat Social de Paris. Après son arrivée en Amérique, il a également été dit qu’il avait été élevé dans une loge militaire à Morristown, NJ, ou à Valley Forge en 1777.

Il devint également Royal Arch Mason, rejoignant le Jerusalem Chapter No. 8 à New York le 12 septembre 1824. Il rejoignit ensuite les Knights Templar dans la Morton Commandery No. 4 et dans la Columbian Commandery No. 1, toutes deux de New York. Dans le rite écossais, il a reçu les diplômes du Conseil suprême Cerneau de New York et a été nommé maçon au 33e degré et grand commandeur honoraire de ce corps.

Général de division marquis de Lafayette

En 1776, Louis XVI négocie avec des agents américains, pensant que fournir aux Américains des armes et des officiers pourrait rétablir l’influence française en Amérique du Nord. Après avoir appris que des officiers français étaient envoyés en Amérique, Lafayette a cherché à les rejoindre et a été enrôlé comme général de division alors qu’il n’avait que 19 ans. Lorsque les Britanniques ont eu vent des négociations, ils ont menacé de guerre contre la France.

La nation suspendit son soutien aux révolutionnaires, mais le jeune marquis resta déterminé à partir. Son beau-père, de Noailles, s’oppose catégoriquement à son désir de se battre pour les révolutionnaires, mais Lafayette souhaite tout de même y aller. Il a acheté un navire, Victoire, pour 112 000 livres, mais a failli renoncer à son plan après avoir subi la pression de sa femme et de sa famille. Après quelques hésitations, le marquis charge Victoire de 5000 fusils et munitions et entame son voyage de deux mois vers l’Amérique le 26 avril 1777. 

Il débarqua sur l’île du Nord près de Georgetown, en Caroline du Sud, le 13 juin et s’aventura bientôt à Philadelphie. Alors que le deuxième congrès continental était inondé d’officiers français qui ne parlaient pas anglais et manquaient d’expérience militaire, Lafayette a utilisé son statut de franc-maçon pour nouer des relations avec des personnalités clés. Notamment, le frère Benjamin Franklin, le nouvel envoyé américain en France, a écrit une lettre au Congrès les exhortant à accueillir le marquis.

Comme il parlait couramment l’anglais, Lafayette proposa de servir dans l’armée continentale sans solde et fut nommé par le Congrès en tant que général de division le 31 juillet 1777. En quelques jours, le marquis rencontra le général George Washington, commandant en chef de l’armée continentale. , et les deux ont formé un lien instantané, très probablement nourri par leur lien commun en tant que francs-maçons.

Monument à Lafayette et Washington, Paris XVI e arr., création : 1892 ; inauguration : 1895 – Sculpteur : Frédéric-Auguste Bartholdi

La révolution américaine

Le général commandant fit du marquis un membre de son état-major auquel il servit pendant six semaines. Il goûta pour la première fois au combat lors de la bataille de Brandywine, près de Philadelphie, le 11 septembre 1777. Lafayette reçut une balle dans la jambe mais rassembla les troupes américaines pour un retrait plus ordonné avant de se faire soigner pour sa blessure. Washington l’a reconnu et cité pour sa bravoure, choisissant de donner au marquis le commandement de sa propre division. 

Son rôle dans la révolution n’a fait que grandir à partir de ce moment. Il a passé l’hiver légendaire à Valley Forge campé avec Washington, en venant à respecter davantage son leadership tandis que les deux se rapprochaient. Lafayette a joué un rôle essentiel dans les batailles de Barren Hill, Monmouth et Rhode Island. Lafayette retourna en France en juin 1778 pour négocier plus de soutien pour les États-Unis. Travaillant aux côtés de Benjamin Franklin et John Adams, les trois persuadèrent Louis XVI de fournir des troupes et des fournitures supplémentaires pour aider les colons. Lafayette retourna en Amérique en avril 1780, après avoir sécurisé 6 000 fantassins français sous le commandement du comte de Rochambeau et six navires de ligne.

L’une de ses réalisations les plus importantes de la guerre est survenue à l’été 1781 lorsque Washington l’a envoyé pour arrêter les raids britanniques le long de la rivière James en Virginie. Il a reçu le commandement d’une armée et a commencé des opérations de délit de fuite contre les forces sous Benedict Arnold. La force de Lafayette a chassé le commandant britannique Lord Charles Cornwallis à travers la Virginie, le forçant dans un coin à Yorktown. Les forces françaises et américaines ont assiégé Yorktown, forçant la reddition des Britanniques et assurant à Lafayette le statut de « héros des deux mondes ». Pour sa part dans la révolution, le marquis est devenu citoyen d’honneur de plusieurs États lors d’une visite aux États-Unis. 

Retour en France et Révolution

Lafayette rentra chez lui au début de 1782 et fut accueilli en héros au château de Versailles. Il est promu maréchal de camp, fait chevalier de l’Ordre de Saint-Louis et participe à la négociation du traité de Paris entre la Grande-Bretagne et les États-Unis en 1783. 

Travaillant avec Thomas Jefferson, il a établi des accords commerciaux entre les États-Unis et la France pour réduire la dette de l’Amérique envers son allié. Le marquis a publiquement préconisé la fin de la traite des esclaves et l’égalité des droits pour les Noirs libres et a exhorté l’émancipation des esclaves dans une lettre de 1783 à Washington, qui était un esclavagiste. Lors d’une visite en Virginie en 1784, il s’adressa à la Chambre des délégués de Virginie et appela à la «liberté de toute l’humanité» tout en appelant à la fin de l’esclavage.

La position aristocratique de Lafayette s’est compliquée au fur et à mesure que la Révolution française se déroulait. Il entretient des liens étroits avec Louis XVI et soutient l’idée d’une monarchie constitutionnelle. À la fin des années 1780, il collabore avec Jefferson à la rédaction d’un projet de Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, qu’il présente à l’Assemblée nationale révolutionnaire. Alors que la révolution fait rage, Lafayette est toujours au service de Louis XVI et de la reine Marie-Antoinette, qu’il sauve de la foule qui envahit Versailles le 6 octobre.

En décembre 1791, le marquis passa un bref moment en tant que commandant avant que la monarchie ne soit renversée en 1792 au milieu d’une insurrection populaire. Lafayette a fait défection en Autriche pour éviter d’être jugé pour trahison, mais a été capturé et envoyé à la prison d’Olmütz jusqu’en 1799, lorsque le général Napoléon Bonaparte a négocié sa libération.

Bien qu’il ait échappé au règne de la terreur, Adrienne a été arrêtée et de nombreux membres de sa famille ont été exécutés. À son retour en France, Napoléon a proposé à Lafayette de devenir membre de la nouvelle Légion d’Honneur, mais il a plutôt choisi de se retirer de la vie publique et est devenu agriculteur, évitant même les offres du président Thomas Jefferson de devenir gouverneur de la Louisiane nouvellement acquise. 

Épée maçonnique du marquis de Lafayette (musée de la franc-maçonnerie).

Le Grand Tour

En 1824, Lafayette retourna aux États-Unis à l’invitation de son vieil ami, le président James Monroe. Ce fut un voyage émouvant pour Lafayette alors qu’il visitait la tombe de George Washington et était hébergé à Monticello par Jefferson, âgé de 81 ans. Des foules l’ont accueilli par milliers dans chaque ville qu’il a traversée. Le 10 décembre 1824, le marquis est devenu le premier citoyen étranger à s’adresser à la Chambre des représentants des États-Unis. Ce qui devait être une tournée de quatre mois à travers les 13 États d’origine s’est transformé en une visite de 16 mois à 24, et comprenait une visite de deux jours à Cincinnati en mai 1825.

Sa popularité n’avait pas faibli lorsqu’il est revenu en France malgré des années éloignées de la politique. La courte révolution de juillet 1830 a donné à Lafayette une chance de prendre le contrôle du gouvernement, mais il a refusé. Au cours des dernières années de sa vie, il a servi sa nation en proposant des politiques libérales face à la diminution des libertés civiles impulsée par le roi Louis-Philippe. Le marquis de Lafayette attrapa une pneumonie et mourut à 76 ans le 20 mai 1834. Il fut enterré à côté de son Adrienne au cimetière de Picpus, selon sa volonté, sous le sol de Bunker Hill. 

À sa mort, les deux chambres du Congrès ont été drapées de banderoles noires pendant 30 jours à la demande du président Jackson. L’ancien président John Quincy Adams a fait un éloge funèbre de trois heures de Lafayette. Aujourd’hui, des villes et des villages à travers les États-Unis portent son nom pour ses contributions à notre nation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES