mer 29 mai 2024 - 03:05

7-8-9/07/23 : 12e Rencontre Mondiale des Loges Garibaldi à Rome

La 12e Rencontre Mondiale des Loges Garibaldi aura lieu à Rome, capitale de l’Italie, sur le thème « Garibaldi et la mer ».

Blason du Grand Orient d’Italie (GOI).

Cette rencontre mondiale se déroulera sur trois jours, du 7 au 9 juillet 2023. Elle est organisée par les Respectables Loges Giuseppe Garibaldi n° 1188 et Garibaldi Pisacane de Ponza – Hod n° 160, à l’Orient de Rome.

Né en 2010, cet événement se répète chaque année et a pour but de réunir tous les frères des loges Garibaldi du monde entier avec leurs familles et tous leurs invités.

C’est à Montevideo que Garibaldi revêt pour la première fois la chemise rouge, qui deviendra le symbole des engagés volontaires lors de la troisième guerre d’indépendance italienne.

Seuls les membres d’une Grande Loge dite régulière et de tradition, donc reconnue par la Grande Loge Unie d’Angleterre, sont admis à participer à ce ’’rassemblement’’. Selon les organisateurs, il s’agit de partager ensemble trois jours de fraternité, de culture et de savoir.

Le programme :

Vendredi 7 juillet 2023

 17h00 Bienvenue aux Frères c/o à Casa Nathan

 18h00 Conférence intitulée « Garibaldi et la mer » – Salutation du président du Collège du Latium et des Vénérables Maîtres des Loges organisatrices.

20h00 Cocktail de bienvenue et cocktail dînatoire.

Un monument à la gloire de la femme de l’un des pères fondateurs de l’Italie, Guiseppe Garibaldi.  Anita Garibaldi monte un cheval cabré, un pistolet dans une main, un bébé dans l’autre.

Retour aux hôtels Rome by Night Tour en autocar et hommage floral aux statues d’Anita et Giuseppe Garibaldi sur la colline du Janicule.

Samedi 8 juillet 2023

15h00 Séance rituelle c/o Salle de conférence Hôtel NH Collection sur le Corso d’Italia.

Agape Bianca c/o Casale Tor di Quinto, Rome à 21h00

Dimanche 9 juillet 2023

Visites guidées à la demande des Participants, accueil et conclusion de la rencontre.

Giuseppe Garibaldi : sa vie profane et maçonnique

Alors âgé d’une vingtaine d’années, Giuseppe Garibaldi (1807-1882) rejoint les révolutionnaires patriotes. Après une insurrection ratée, il s’enfuit en Amérique du Sud, où il prit part à quelques guerres civiles et où il rencontra et épousa sa femme, Anita. Garibaldi retourna en Italie en 1848.

L’état-major de Garibaldi.

Après la défaite écrasante des Piémontais à Novare lors de l’échec de la première guerre d’indépendance italienne, Garibaldi s’installa à Rome pour soutenir la République, proclamée peu de temps auparavant dans les États pontificaux .

Photographié par Nadar en 1870.

Une armée française numériquement bien supérieure a vaincu son armée en 1849. Garibaldi s’est retiré de Rome avec 4000 hommes. Après une marche épique, au cours de laquelle sa femme Anita meurt, Garibaldi se réfugie à Saint-Marin, avec seulement 250 hommes qui le suivent encore.

Casa Nathan.

En 1859, la deuxième guerre d’indépendance italienne éclate. Garibaldi a conquis la Sicile, traverse le détroit de Messine et marche vers le Nord. Ses progrès rencontrèrent plus de réjouissances que de résistances et, en septembre 1860, il entra à Naples en train. Cependant, malgré la prise de Naples, l’armée de volontaires de Garibaldi n’a pas été en mesure de vaincre définitivement l’armée napolitaine réorganisée.

Les Piémontais, techniquement ses alliés, ne voulaient pas risquer la guerre avec la France, dont l’armée protégeait le Pape.

Cela a compromis les plans de Garibaldi de marcher vers Rome. Garibaldi choisit en 1861 de céder tous ses gains territoriaux du sud aux Piémontais. Certains considèrent la remise de ses gains comme une défaite politique, mais Garibaldi a vu que la seule possibilité pour l’unité italienne résidait dans son passage sous la couronne piémontaise.

Garibaldi a été surnommé le “héros des deux mondes” en hommage à ses expéditions militaires en Amérique du Sud et en Europe.

Garibaldi et la franc-maçonnerie

Garibaldi est Grand Maître de presque toutes les obédiences italiennes.

Garibaldi est initié à la franc-maçonnerie en 1844 dans la loge Asilo de la Virtud, de Montevideo, Uruguay, puis le 15 juillet de la même année dans la Loge Les Amis de la Patrie du Grand Orient de France (GODF). En 1861, après l’élection à l’Assemblée constituante du Grand Orient d’Italie de Turin au cours de laquelle il est battu par le pro-cavourien Filippo Cordova, le Grand Orient d’Italie lui décerne le titre honorifique de « Premier franc-maçon d’Italie ».

Le professeur Aldo Alessandro Mola, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Milan et historien de la franc-maçonnerie et du Risorgimento, affirme que l’Expédition des Mille et Garibaldi a bénéficié d’un financement de trois millions de francs et d’une assistance permanente. Ce serait la franc-maçonnerie de rite écossais qui aurait financé l’opération avec le soutien des États-Unis, alors sans représentation diplomatique, afin d’éliminer le pouvoir temporel du pape.

En 1862, il est élu Grand Maître du Suprême Conseil Écossais de Palerme, le principal concurrent du Grand Orient d’Italie, titulaire en une journée de tous les degrés jusqu’au 33e du Rite Écossais Ancien et Accepté, ce qui lui apporte la reconnaissance officielle et le soutien de la maçonnerie américaine. Il obtient aussi le titre honorifique de Premier maçon d’Italie. En 1864, il occupe la plus haute charge de l’ordre, Grand Maître du Grand Orient d’Italie.

John Yarker (1833-1913).

En 1872, John Yarker nomme Garibaldi membre honoraire du « Souverain sanctuaire du rite ancien et primitif » pour la Grande-Bretagne et l’Irlande qui est cependant considéré comme irrégulier par la Grande Loge unie d’Angleterre et en 1876, le Grand Orient national d’Égypte, de langue italienne, le fait Grand Maître honoraire. En 1881, l’unification des rites maçonniques égyptiens se place sous son égide en lui décernant le titre de grand hiérophante.

Dans son testament symbolique, Garibaldi écrivit : « Je lègue : mon amour pour la Liberté et la Vérité ; ma haine du mensonge et de la tyrannie. »

Description de la statue

Emilio Gallori (1846–1924) était un sculpteur italien, principalement de monuments historiques et de statuaire religieuse.

La statue équestre placée au sommet de la colline du Janicule, à Rome

Cette colline et la zone voisine ont été le théâtre de batailles sanglantes entre les troupes de la République romaine, dirigées par Garibaldi, et les troupes françaises, qui avaient attaqué Rome dans le but d’éliminer la République et de restaurer l’État du Pape.

Le monument faisait à l’origine face au Vatican, car Garibaldi avait l’ambition de conquérir les États pontificaux. Après le traité du Latran en 1929, l’orientation de la statue a été modifiée à la demande du Vatican.

Sources : Grand Orient d’Italie (GOI) ; Garibaldi World Meeting ; site statues équestres ; Wikipédia ; Wikimedia Commons ; site Nice rendez-vous

Giuseppe Garibaldi en 1866.

2 Commentaires

  1. Souvenons-nous, le 2 juin 1882, Giuseppe Garibaldi meurt à Caprera,. Il restera pour beaucoup, le “Premier Franc-Maçon d’Italie”.
    La fête de la République est un anniversaire que le Grand Orient célèbre également au nom de Giuseppe Garibaldi décédé le 2 juin il y a 141 ans à Caprera après avoir lutté toute sa vie pour la Liberté, l’Egalité et la Fraternité de tous en essayant d’unifier l’Italie.
    Le héros des deux mondes, né à Nice en 1807, fut initié en 1844 à Montevideo dans une loge indépendante appelée “L’Asilo de la virtud” pour s’installer peu après dans l’atelier “les Amis de la Patrie”, qui fonctionnait dans la capitale de l’Uruguay sous l’obédience du Grand Orient de France. En 1850, Garibaldi fréquente les œuvres des frères américains à New York, et il fait de même à Londres, en 1854.
    Arrivé à Palerme, il fut consacré au rang de maître maçon. Lors de la première Assemblée constituante maçonnique italienne (Turin, 26 décembre 1861 – 1er janvier 1862), Garibaldi fut acclamé premier franc-maçon d’Italie.
    Deux ans plus tard, en 1864, il fut élu Grand Maître du Grand Orient d’Italie, dont le siège avait été transféré de Turin à Florence, et son « intervention directe fut précieuse pour attribuer à la franc-maçonnerie une unité et un pouvoir décisif dans la vie du pays ». entre 1864 et 1869″. Il a démissionné quelques mois plus tard pour assumer le titre de Grand Maître honoraire.

  2. Retour sur une mémorable manifesttaion, sous la houlette du Grand Orient d’Italie (GOI).
    “Garibaldi et la mer”. Du 7 au 9 juillet, la 12e Rencontre mondiale des Loges portant le nom du Héros des Deux Mondes s’est tenue à Rome.
    Le samedi 8 juillet, à 15 heures, à Rome, au NH Collection Hotel, Corso d’Italia, s’est déroulée la ronde rituelle, en présence du Grand Maître Stefano Bisi, point d’orgue de la 12e Rencontre mondiale des Loges Garibaldi, un événement organisé cette année par les ateliers Garibaldi Pisacane Da Ponza Hod n° 160 et Giuseppe Garibaldi n° 1188 de la capitale.
    “Garibaldi et la mer” était le thème de l’événement, qui s’est déroulé sur trois jours : les 7, 8 et 9 juillet. L’événement, lancé en 2010, a lieu chaque année et vise à réunir les frères de tous les ateliers réguliers du monde qui portent le nom du Premier Maçon d’Italie. La conférence d’ouverture s’est tenue le vendredi soir à la Casa Nathan et a été suivie d’une cérémonie de dépôt de fleurs devant le monument de Garibaldi sur la colline du Janicule. Le dimanche a été consacré à des visites guidées à la demande des invités.
    (Source : Newsletter – Grande Oriente d’Italia – Sito Ufficiale del 10/07/23)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES