mer 29 mai 2024 - 16:05

Les franc-maçonnes de León mutilées par le franquisme

De notre confrère espagnol diariodeleon.es – CRISTINA FANJUL

Palmira Menéndez, Quintina Mangas de Rodríguez et Emilia Villacampa sont les trois femmes de Leon qui ont fait l’objet d’une enquête par le régime franquiste pour leur appartenance à la franc-maçonnerie. Les femmes franc-maçonnes citées ont participé de manière active et fondamentale en tant qu’agents de la modernisation idéologique de la fin du siècle, et elles l’ont fait dans les secteurs qui représentaient le plus grand changement social, optant pour l’éducation laïque et la lutte pour les valeurs en égalité; une projection d’avenir qui les conduirait à défendre un proto-féminisme à la fin du XIXe siècle.

Pour la première fois, l’étude de la franc-maçonnerie féminine est abordée de manière exhaustive, et c’est fait par María José Turrión García dans l’ouvrage El Francoismo contra la masonería femenina . Dans cet ouvrage, le directeur adjoint des Archives de guerre espagnoles analyse la composition et la performance du principal acteur responsable, le Tribunal spécial pour la répression de la franc-maçonnerie et le communisme et les liens qu’il a entretenus avec d’autres institutions et personnages qui ont donné lieu à un réseau complexe de réseaux de répression avec lesquels l’étouffement d’une partie de la société civile considérée comme anti-espagnole a été réalisé. María José Turrión souligne qu’il y a trois femmes qui appartenaient à la loge Luz de León nº 57 au XIXe siècle. Deux d’entre elles appartenaient de plein droit à la colonne adoption, c’est-à-dire surveillée par la loge masculine. Il s’agissait de Palmira Menendez et de Quintina Mangas. De son côté, Emilia Villacampa faisait partie de la colonne d’honneur de la loge.

L’appartenance à une colonne d’honneur d’une loge se faisait autrefois avec des femmes ou des hommes de prestige reconnu lorsqu’ils étaient francs-maçons de passage dans une ville. À León, cela s’est passé avec Emilia Villacampa, fille du général Villacampa, franc-maçon appartenant à la Loge Díez Hermanos de Carthagène et femme de renommée et de prestige à l’époque pour le travail qu’elle avait accompli pour la libération de son père. Coïncidant avec une visite à León le 10 mai 1890, la Loge Luz de León la présente à sa colonne d’honneur. Lorsque l’enquête a été ouverte pour être franc-maçon en 1950, ni le commissariat de police de León ni la direction générale de la sécurité n’ont pu la signaler car elle n’était pas connue à León. En effet, entre la date d’ouverture du procès et l’année de son entrée en loge, 60 ans se sont écoulés.

Les deux autres maçonnes de la Loge Luz de León n’ont pas eu de procès ouvert sommairement. Le maître admet qu’on ne sait presque rien d’elles. Palmira Menéndez a adopté Luz comme nom symbolique et était au 2e degré. Elle entre en 1889 à l’âge de 21 ans et figure dans la rubrique des adoptions jusqu’en 1894. Épouse du franc-maçon Genaro Langarica de la même loge qui, curieusement, comparaît devant le Tribunal de répression de la franc-maçonnerie. Quant à Quintina Mangas, nous savons qu’elle est née à Fuentesauco, Zamora, le 31 octobre 1854. Elle est entrée le 7 octobre 1889, a adopté Libertad comme nom symbolique, a eu à passer le 3e degré. 

                      DF14P4F4-10-50-56-7.jpg
Clotilde Cerda . DL

María José Turrión révèle que le régime franquiste n’a pas combattu les femmes à cause de leur condition féminine. “C’était un affrontement et un asservissement dirigé contre les opposants qu’ils considéraient comme des ennemis”, précise-t-il. “Il faut ajouter que les putschistes ont décidé qui étaient en marge de la société, qui étaient différentes, celles qui ne participaient pas aux modèles de femme que les rebelles voulaient rétablir et que la République avait tenté d’enterrer avec des lois telles que le droit de vote des femmes, la coéducation ou le divorce.” “Elles, les femmes appartenant ou proches du Front populaire sont devenues ‘les autres’, un grand groupe qui était enchaîné à la société et n’avait d’autre moyen d’entrer dans le modèle de société franquiste qu’en renonçant à son passé, en cachant ses idéaux et ses blessures. “

Ainsi, les discours de Franco lors des réunions de la Section des femmes montrent où allait le modèle de femme et de société promu par le catholicisme national, parfaitement défini dans le modèle de “l’ange du foyer”. Ce concept a été utilisé, par exemple, dans les pratiques sportives de la Section féminine, à l’exemple de films exaltant le nazisme comme Le Triomphe de la volonté de Leni Riefensthal. Cependant, l’un des outils essentiels à la fois dans la répression et dans la formation du nouveau régime, est l’appareil judiciaire légal qui a été développé. « Dans le cas de la franc-maçonnerie ou du communisme, la promulgation de la loi du 1er mars 1940 et la création du Tribunal du même nom impliquaient répression et propagande, puisque la coercition et la peur s’abattaient sur une société désemparée, délabrée après la guerre, sur laquelle il n’y a pas eu la moindre réflexion et les sentences de cette Cour ont été publiées dans les bulletins provinciaux comme un avis aux navigateurs », renchérit le professeur. Rappelez-vous que ce fut l’un des tribunaux de juridiction spéciale les plus durables, puisqu’il a duré jusqu’en 1963, fonctionnant à pleine capacité, de sorte qu’il n’a jamais cessé d’être dans l’imaginaire social et est devenu une perpétuelle épée de Damoclès qui, à tout moment, pourrait tomber sur les francs-maçons.

B027a copie_10453289
L’artiste connue sous le nom de Stella Margarita . DL

Les femmes de gauche étaient considérées comme des ennemies à combattre. Elles formaient un large collectif qui comprenait des républicains, des francs-maçons, des féministes, des anticléricaux, des libres penseurs, des intellectuels, des artistes, des ouvriers, des communistes, des anarchistes ou des enseignants. « La peur de la culture, des idées, de l’usage de la raison et de la libre pensée est l’une des caractéristiques des États totalitaires qui, avec la censure, permettent la création d’une société riche qui, peu à peu, se fond dans le régime, en supposant que l’absence de libertés est normale », explique Turrión.

Les femmes persécutées se sont tournées vers un modèle d’amélioration par l’instruction, tant dans la société profane que dans le monde maçonnique, et elles aspiraient à une société plus juste et égalitaire, où l’on considère qu’il ne devrait y avoir aucune différence entre les droits des hommes et des femmes et où l’aide et la charité constituent un pilier fondamental de leurs actions ; à son horizon se dessine une société où l’homme marche vers la perfection. Le chercheur souligne qu’il faut distinguer deux grands blocs de francs-maçons : d’une part, celles très préparées intellectuellement comme Rosario de Acuña, Aurora Bertrana, Carmen de Burgos ou Clara Campoamor. Elles écrivaient dans des journaux comme El País, elles vivaient de leur travail, elles étaient des féministes, des écrivains, des républicaines qui ont eu un travail et des répercussions énormes à leur époque.

Un autre groupe moins connu était plus orienté vers le travail social à travers les loges maçonniques et était moins préparé au niveau de l’instruction pédagogique mais il s’agissait de femmes intelligentes qui apportaient aux loges leur travail de gestion caritative ou aidaient à la création d’écoles laïques. Dans ce second groupe, les femmes de maçons abondaient.

Des filles jugées par le franquisme

Le livre révèle jusqu’à onze dossiers ouverts contre des femmes qui étaient des filles au moment où elles ont été admises à la loge en tant que lovetonas, c’est-à-dire des filles ou des garçons qu’une loge adoptée et prise en charge en grandissant, généralement une fille ou un fils de maçons. Dans ces affaires, et compte tenu du fait que les femmes étaient mineures au moment de l’acte pour lequel elles sont poursuivies, la procédure était classée provisoirement.

«Il n’y a pas de différence par rapport aux hommes dans le processus d’enquête ou dans l’audience du procès. Cet ‘ange du foyer’, faible qui, selon le modèle national-socialiste, doit être protégé, n’a pas comparu devant la Cour». En d’autres termes, il n’y a eu aucune considération ou amélioration de la peine infligée.

Sur les 300 femmes accusées d’être franc-maçons, trois ont été condamnées par contumace à 30 ans de réclusion criminelle et les dépens correspondants. Il s’agissait de Victoria Kent, Margarita Nelken et María Macías Pons. Seule cttee dernière était franc-maçonne. Sur les deux premières tombait la peine maximale pour le fait d’être députés et politiciens reconnus. La plupart des femmes ont été condamnées à 12 ans dont un an de prison ferme et les dépends y afférents . De nombreuses peines ont été commuées avec obligation de se présenter tous les dix jours pour signer au commissariat. “La plupart des encartadas avaient plus de 60 ans lorsqu’elles ont été arrêtées et beaucoup avaient entre 80 et 90 ans depuis qu’elles avaient rejoint la franc-maçonnerie à la fin du XIXe siècle”, révèle María José Turrión, qui a salué le fait que certains d’entre elles étaient aussi solennellement pauvres et toutes malades lorsqu’elles sont venu témoigner, au point de devoir faire leur déposition alitées. “Sur les 300 femmes accusées d’être franc-maçonnes, il n’y en avait en effet 207”.

Dans la pièce de cet ouvrage, le professeur révèle une phrase clé. “Je ne veux même pas que la racine de la franc-maçonnerie demeure”, a déclaré Franco au cardinal Gomá dans une interview qu’il a eue avec lui en 1938. Et, en effet, la lutte contre cette institution a été brutale. En fait, elle a commencé en 1936 et s’est poursuivie jusqu’à la fin de la dictature. « Si la répression sommaire de plus de 25 000 accusés par la Cour de répression, de franc-maçonnerie et du communisme , a eu des conséquences profondes pour les hommes et leurs familles, dans le cas des femmes, un vecteur de genre fut introduit d’une importance inhabituelle », dit-il.

Ce n’est pas anodin, mais beaucoup de femmes victimes de représailles étaient des francs-maçons féministes, progressistes, publicistes, transgressifs, laïcs, républicaines qui, à travers la franc-maçonnerie, ont vu la possibilité de mener un combat en faveur des droits des femmes comme le droit au travail, à une certaine amélioration des conditions de travail… « Elles se sont battues pour le droit à l’éducation, et ont même participé à d’importants militantismes ouvriers, sans parler de la lutte pour le vote, et tout ceci protégé par l’institution et le réseau de sororité qui s’étendait entre les sœurs », se souviennent-elles. Pour toutes ces raisons, le régime franquiste les a contraintes au silence et elles ont vécu dans la peur et sans moyens financiers pour pouvoir se développer pleinement.

María José Turrión regrette qu’avec la faillite de ce monde, la génération suivante ait été privée des modèles de référence du progrès, du féminisme et de la mémoire démocratique, «un dommage qui s’est fossilisé dans la société et dont les effets sont encore visibles aujourd’hui dans la société actuelle “.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES