mer 22 mai 2024 - 14:05

« La franc-maçonnerie cherche à former des gens utiles »

De notre confrère du Paraguay – Jorge Zárate

Le Grand Maître Manuela de la Cruz Rolón, dans le cadre du 16e anniversaire de l’Ordre maçonnique mixte du Paraguay, a donné une conférence ouverte au public à l’hôtel Sheraton dans laquelle elle visait à lever certains voiles de mystère qui entourent la pratique. « Aujourd’hui, nous assistons à un moment particulier où les femmes adhèrent normalement, grâce particulièrement à la franc-maçonnerie mixte », a-t-elle déclaré.

« Vous avez sûrement entendu des gens dire : Les francs-maçons sont des bandits, ils se rallient tous entre eux. Ils sont tous impliqués dans le système judiciaire », demande Manuela de la Cruz Rolón à un public qui acquiesce en souriant. « Nous allons leur dire que ce n’est pas le cas, que nous ne mangeons pas d’enfants ou que nous ne voulons pas dominer le monde, que nous travaillons pour être de meilleures personnes », dit-elle.

L’Ordre est « une institution initiatique, philosophique et philanthropique qui œuvre pour la construction personnelle et le progrès de l’humanité. Pour atteindre cet objectif, ses membres doivent poursuivre l’amélioration morale et intellectuelle par la méthode maçonnique », a-t elle poursuivi.

Dans son allocution, elle a souligné que le chemin n’était pas facile, que la première des bulles papales contre ce type d’organisation remonte à 1738 et que depuis lors, il y a eu plus de 200 documents de l’Église catholique contre la franc-maçonnerie où elle est rappelé que tous les francs-maçons chrétiens sont excommuniés.

Quels sont les principes et objectifs de la franc-maçonnerie ?

Il existe certainement de nombreuses approches des principes et des valeurs. Mais pour résumer un peu, le principe fondamental dans la franc-maçonnerie est de former des personnes qui peuvent être utiles à l’humanité. D’abord eux-mêmes c’est-à-dire en s’améliorant eux-mêmes, ils peuvent faire le même travail de construction et d’édification à la grande œuvre qu’est l’humanité. Bien entendu, c’est la base de l’approche générale.

Avez-vous des liens ou êtes-vous opposés aux religions ?

Au contraire, la franc-maçonnerie embrasse toutes les religions et croyances. En d’autres termes, les personnes de n’importe quelle croyance peuvent s’en rapprocher. Que de nombreuses fois des personnes et autres mouvements s’imaginent que la franc-maçonnerie est une religion avec une foi ou une secte avec un dogme alors que la franc-maçonnerie est justement adogmatique. Prouvant ainsi que ce n’est pas une religion, il va de soi qu’elle ne remplit pas non plus les trois principes de base requis pour qu’une idéologie soit une religion: le fameux PCC. Promettez, Croyez et Convertissez-vous. La franc-maçonnerie, par exemple, ne promet pas le salut comme les religions, elle vous aide à vous améliorer. Et elle n’est pas une vérité révélée.

Quels sont vos symboles et rites caractéristiques ?

Nos symboles sont principalement l’équerre et le compas. Ce sont ces outils qui étaient utilisés auparavant dans les anciennes corporations de métiers, qui sont précisément à l’origine de la franc-maçonnerie spéculative. 

EXIGENCES

Quelles sont les conditions requises pour être franc-maçon, que faut-il faire pour être franc-maçon ?

Il y a principalement deux exigences: premièrement, être un homme ou une femme libre. Et deuxièmement, être de bonnes mœurs. En plus de n’avoir jamais été emprisonné(e) il faut être libre dans le sens d’être libre de tout préjugé et de disposer de bonnes manières pour ne pas nuire à autrui ni faire du mal aux autres.

Quand les premières loges mixtes ont-elles commencé à être fondées ?

–Officiellement, la franc-maçonnerie mixte a commencé en 1882. Avec l’initiation de María Deraismes dans la Loge des Libres Penseurs au Pecq, à Paris. Ce jour-là, le 14 janvier 1882, a vraiment marqué une étape importante dans la franc-maçonnerie. Elle co-fonda ensuite la première Grande Loge Mixte au monde, le Droit humain international en 1893, avec le frère Georges Martin, un médecin féministe. Dénonçant la non-mixité des loges, elle met de la verve en promettant que cette porte ne se refermerait pas derrière elle. Le recrutement des femmes aujourd’hui est bien dans cette continuité.

Et à partir de ce moment, combien de temps a-t-il fallu pour qu’elle arrive au Paraguay ?

La franc-maçonnerie mixte est arrivée au Paraguay vers 2000, il y a environ 20 ans. Et l’Ordre maçonnique mixte du Paraguay a été légalement constitué depuis 16 ans.

Qu’est-ce que les femmes vous demandent le plus ?

En fait, les femmes commencent à s’intéresser et à entrer normalement, c’est le triomphe de la franc-maçonnerie mixte.

Qu’est-ce que représentent les loges ?

Ce sont des organes qui fonctionnent comme des ateliers. Et l’union de plusieurs loges forme une obédience , toute une puissante institution.

Existe-t-il une estimation du nombre de personnes appartenant à la franc-maçonnerie dans le monde ou au Paraguay ?

Dans le monde environ 6 millions de personnes aujourd’hui. Et dans le pays environ 5 000 personnes. C’est en évolution à Asunción, à Ciudad del Este, à Encarnación, à Concepción, à Villarrica.

HIÉRARCHIE

Il y a un élément que nous voulions comprendre. Qu’est-ce que l’Ordre?

La franc-maçonnerie est d’ordre hiérarchique, c’est pourquoi on l’appelle l’Ordre. Il y a les apprentis maçons, les compagnons maçons et puis il y a les maîtres maçons. Ce sont les trois degrés dans les loges bleues.

Après cela, si l’on veut, les capitulaires suivent, qui permettent d’apprendre des étapes ouvertes au choix de chaque apprenant .

Faire un capitulant est-il comme une spécialisation ?

Oui, ce seraient des diplômes philosophiques. Dans le Rite Ecossais Ancien et Accepté, par exemple, qui est celui que nous pratiquons, il y’a 33 degrés. Mais il existe de nombreux rites, par exemple le rite ancien et primitif de Memphis-Misraïm qui a 98 degrés. Il en existe un autre, par exemple, qui est le rite Heredom de Kilwinning, qui est l’un des plus anciens, voire bien plus anciens que ceux de Paris et de Londres. Ils datent leur documentation de l’année 1517. Ils pratiquent encore la franc-maçonnerie primitive et n’ont que 5 degrés. Mais ces 5 degrés incorporent tout ce que nous avons en 33 degrés ou au Memphis-Misraim en 98. Bien sûr, cela exige que des étapes supplémentaires soient franchies, pour intégrer, étudier et atteindre 5 degrés.

Que font ces gens bien habillés avec des fleurs à la main que l’on voit habituellement dans certains coins ?

Ce sont des gens qui attendent d’être accueillis pour l’initiation, même si ce sont des pratiques qui ne se font plus tellement car les gens sont ainsi trop exposés. Maintenant, avec le problème que tous les téléphones portables ont un appareil photo et qu’il n’y a presque plus d’intimité, il s’agit d’être plus discrets et de faire attention. Cependant, certaines loges continuent à le pratiquer.

Des réseaux secrets pour défendre les Lumières

Mouler l’argile, la pétrir pour la transformer. C’est de là que vient le mot « maçon », qui en français identifie le maçon, l’ouvrier en chantier. Les premiers maçons étaient des bâtisseurs dont le savoir-faire s’est illustré sur les cathédrales gothiques entre le XIIIe et le XVIe siècle.

C’est pourquoi, dans cette période historique, il y a ce qu’on appelle la maçonnerie opérative, puisque ceux qui appartenaient aux loges étaient d’authentiques maçons, des maçons qui se perfectionnaient pour être des professeurs supérieurs et même des architectes.

De là naît la symbologie typique de l’équerre et du compas. La maîtrise des arcs a été à la base de leur développement jusqu’à l’apparition d’une nouvelle technologie : l’arc ogival ou en ogive, qui leur a permis de réaliser des constructions plus hautes et plus étonnantes.

Les adeptes de la géométrie, en particulier de sa relation avec l’astronomie, comprennent qu’il y a quelque chose de supérieur dans ses lois qui motive son étude constante.

En général, ces bâtisseurs étaient des laïcs et, en plus de travailler sur le chantier, ils étudiaient dans une pièce, un hangar qu’ils appelaient une “loge”, et pour entrer dans le corps, des “charges” leur étaient lues afin de devenir francs-maçons, libres penseurs.

Le XVIe siècle apporte les Lumières, qui lèvent les brumes de l’obscurantisme médiéval basé sur des idées novatrices.

On peut citer celles de Francis Bacon (1561-1626), avocat, diplomate et précurseur de l’empirisme anglais. « Dans son livre « Novus organum », il proposait une méthode alternative à la science aristotélicienne : l’induction, c’est-à-dire la construction des axiomes de la science par une analyse préalable des phénomènes, la formulation d’hypothèses et l’expérimentation. Pour Bacon, l’objet des sciences ne pouvait consister à trouver des vérités métaphysiques sur la nature des choses, mais à améliorer les conditions de la vie humaine à travers le domaine de la nature. En 1626, un livre posthume et inachevé de Bacon est publié dans lequel il dessine une société utopique dans laquelle les sciences et d’autres domaines du savoir sont promus selon la méthode esquissée dans le “Novus organum”. Il s’agit de La Nouvelle Atlantide.”

Ce livre et ces idées ont suscité la fondation de la Royal Society à Londres. Créée en l’an 1660 après une conférence donnée par l’architecte franc-maçon Christopher Wren (1632-1723), qui enseigna l’astronomie au Gresham College, ainsi que onze autres philosophes et scientifiques , ils s’accordèrent à créer cette société afin de réunir différents intellectuels pour promouvoir les connaissances physiques et mathématiques expérimentales. La nouvelle institution serait officiellement reconnue par le royaume en 1663.

Prestigieux à ce jour, Benjamin Franklin et Isaac Newton faisaient partie de la Royal Society, pour ne citer que ces quelques noms.

<< Il est prouvé qu’au moins quatre des douze fondateurs de l’institution étaient membres de loges maçonniques, à commencer par Wren, connu parce qu’il fut l’architecte chargé de reconstruire Londres après l’incendie qui ravagea une grande partie de la ville en 1666 >>.

Quelque temps plus tard, le 24 juin 1717, quatre loges anglaises se réunirent dans la taverne Goose & Gridiron et formèrent ce qu’elles appelèrent la Grande Loge de Londres et de Westminster, donnant naissance à ce qu’on appelle la franc-maçonnerie spéculative.

Les nouvelles loges sont invitées à penser et construire un centre d’union et de tolérance où les religions ne doivent pas être un obstacle à la fraternité.

De là, les loges se sont multipliées à travers le monde. Par exemple, des personnalités importantes de la lutte pour l’indépendance américaine telles que Simón Bolívar, José de San Martín et Bernardo O’Higgings étaient des francs-maçons. La première paraguayenne à être ordonnée fut Ramona « Beba » Bertoni, initiée à Buenos Aires en 1964 lors de son exil forcé par la dictature d’Alfredo Stroessner.

Sous l’impulsion du Grand Maître Rosa Perla Gamarra, le 7 mai 2007, l’Ordre maçonnique mixte du Paraguay fut fondé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES