dim 14 avril 2024 - 16:04

AFFAIRES : Le trafiquant de drogue et le franc-maçon – deux partenaires pour le restaurant. La ‘Ndrangheta sur la Côte d’Azur

De notre confrère italien corrieredellacalabria.it – de Pablo Petrasso

Un homme sans le sou de San Luca impliqué dans le trafic de millionnaires. Un Palmese transplanté en France et “passionné” de loges. Le restaurant chic et les actions vendues pour un euro.

Ils l’appellent « La passe de la mort ». Dans les montagnes, un grillage rouillé marque la frontière entre l’Italie et la France . Du village de Grimaldi monter jusqu’à la forteresse Giraldi. Au-delà des restes des vêtements des migrants qui gravissent le chemin, c’est la ville de Menton. Une vision, dans les rêves de ceux qui défient la mort pour échapper à la misère.

Même les ‘Ndrangheta – ou présumés tels – sont des migrants économiques, à leur manière, qui s’installent au-delà de cette frontière qui est souvent devenue la cause de conflits politiques entre l’Italie et la France. De l’hémisphère sud, ils viennent chercher fortune. De Locride quelques narcos transfèrent des capitaux pour être recyclés dans la tranquille « perle de la France ». C’est une histoire d’investigation ancienne que celle des liens de la ‘Ndrangheta sur la Côte d’Azur. Les questions de contiguïté géographique désignent le clan Pellegrino – origines à Seminara et ramifications à Vintimille – comme le plus engagé dans les investissements immobiliers entre Menton et Nice. 
L’enquête “Eureka” de la DDA de Reggio Calabria fait escale sur la Côte d’Azur liée à l’utilisation des produits du trafic de drogue dans le restaurant “La Voglia” à Menton.

Menton

« Vincenzo l’a fait en or avec le compte bancaire qu’il a »

« Vincenzo l’a fait d’or » . L’histoire de ce morceau d’infiltration mafieuse à travers la frontière a un côté bavard. Au téléphone, ils discutent de fiançailles ratées et d’un prétendant qu’une famille considère comme indigne de leur fille . Un refus sur lequel plaisantent les interlocuteurs tandis que les oreilles des enquêteurs sont à l’écoute de la conversation. « S’il a vu le compte bancaire qu’il a… voyez s’il le voulait. Quand il a vu porter Louis Vuitton… et Vincenzo les faire en or ». Vincenzo Giorgi , 38 ans, selon les revenus déclarés entre 2000 et 2021, ne serait pas capable « même de subvenir à ses propres besoins », note le Ros dans une dénonciation déposée le 15 septembre 2022. Au lieu de cela, ses activités criminelles présumées auraient mis en lumière « l’implication directe dans le trafic millionnaire international de cocaïne ». Entre le 10 et le 24 mai 2012, Giorgi, accompagné d’un ami, a déménagé entre Menton, Vintimille, Milan et Saint-Marin . Michele Di Piano, l’une des personnes qu’ils ont rencontrées à l’époque en France, les a rassurés : « Je tiens parole, vous verrez que je trouverai quelque chose de beau sur la plage ». « Pas cet endroit fermé ? – répond l’ami de Giorgi – les 60 mille euros, je pense qu’il te les donnera pour 45, je verrai s’ils nous permettent d’ouvrir un restaurant franchisé ». 

Les associés “français” du narcotrafiquant

La “terrasse extérieure” du restaurant “La Voglia” à Menton

La conversation précise la raison du voyage : depuis Locride ils cherchent un endroit où investir. Les contacts se poursuivent pendant des mois. D’autres interceptions relatent des réunions opérationnelles pour la direction d’un restaurant. C’est la coopération avec la police française qui apporte des éclaircissements sur les activités entrepreneuriales de ce que la DDA considère comme les deux connexions du narcotrafiquant sur la Côte d’AzurMichele Di Piano et Giuseppe Scidone sont actionnaires à 50% de la SARL « Aurora »», repris depuis le 1er juillet 2021 et actif dans le secteur de la restauration. Capital social : 30 milliers d’euros. Basé à Menton. Depuis le 12 avril 2022, la société est administrée par Vincenzo Giorgi à qui Scidone et Di Piano l’auraient vendue. Le restaurant “La Voglia” fait référence à “Aurora“. L’emplacement est génial, près d’une place, avec une terrasse extérieure équipée de tables et de parasols crème. Il y a six employés : l’un d’eux est Vincenzo Giorgi.  L’hypothèse des enquêteurs est que Giorgi détient une « participation cachée dans la société » depuis août 2021, pendant la période de démarrage de l’entreprise, « avec l’approbation des associés formels et uniques Scidone et Di Piano », qui l’auraient embauché en avril 2022 pour remettre l’administration de l’entreprise « Aurora » à lui et, par conséquent, du restaurant. 

Scidone, de Palmi à Antibes (en passant par Aoste) passionné de franc-maçonnerie

Giuseppe Scidone

Giuseppe Scidone, selon les enquêteurs, mérite une digression qui mène au Val d’Aoste. Né à Palmi il y a 64 ans, domicilié à Vintimille mais domicilié à Antibes, Scidone “émerge (non comme personne mise en examen)” dans le cadre de l’enquête “Géhenne”, menée par la Dda de Turin contre certains éléments contigus à la Nirta clan « Scalzone » de San Luca. L’entrepreneur, rapporte l’ordonnance de l’enquête « Eurêka », « s’est avéré être en relations directes avec les principaux suspects » et il serait « prouvé le lien entre lesdits suspects, par l’intermédiaire de Scidone, avec le milieu de la franc-maçonnerie, y compris internationale ». Selon des sources de la police française impliquées dans l’enquête “Géhenne“, sur la Côte d’Azur, Scidone a créé le club “Garibaldi qui a pour objet officiel d’aider les immigrés italiens en France mais, en réalité, devrait être le couverture pour une loge maçonnique d’Italiens au-delà des Alpes. Dans certaines conversations téléphoniques, il se faisait appeler “Grand Maître de l’ordre mondial des Templiers à Djibouti“». De plus, il en serait “appartenant à l’ Ordre des Templiers de Jérusalem dont lui-même – rapportent les enquêteurs – se définit comme l’un des “5 gardiens”“. La passion pour l’Ordre maçonnique et templier de Scidone, qui a toujours fermement nié tout lien avec des sujets mafieux, il n’y a pas de doute. Et ce n’est bien sûr pas un crime.

La tentative de cacher le rôle de Giorgi, “cet autre ami à nous

La raison pour laquelle la juge d’instruction Caterina Catalano a ordonné l’assignation à résidence contre lui (et aussi pour Michele Di Piano) découle de l’accusation de transfert frauduleux de valeurs avec la circonstance aggravante transnationale formulée par le procureur anti-mafia. Ils auraient aidé Giorgi à blanchir l’argent du trafic de cocaïne en dissimulant sa présence dans la structure de l’entreprise en France . Giorgi est contesté pour sa participation à au moins quatre importations de cocaïne d’Amérique du Sud pour plus de 600 kilogrammes de drogue. Le trafiquant de drogue présumé, qui “ne dispose d’aucune ressource financière légitime“, aborde “des sujets nécessairement réservés aux propriétaires“. Un propriétaire dont, toujours selon les constatations du juge d’instruction, les deux associés initiaux auraient tenté de dissimuler lors des appels téléphoniques au cours desquels ils ont décidé de démarrer l’investissement, “se bornant à dire que la part de” cet autre ami des nôtres « devrait être formellement au nom des autres ». Donc selon le juge, « Scidone et Di Piano étaient certainement conscients de la qualité criminelle de leur partenaire ». L’hypothèse, motivée par les « relations étroites » de Scidone « avec la pègre de San Luca », est que l’entrepreneur-franc-maçon connaissait « les intérêts criminels de Giorgi sur le territoire ». 

Les parts sociales “données” à Giorgi

Il y a un autre élément que les documents mettent en évidence. Il ressort du supplément à la demande conservatoire que le DDA dirigé par Giovanni Bombardieri a déposé le 20 février. Di Piano et Scidone auraient, en effet, en mars 2022 “vendu à Vincenzo Giorgi, pour le prix symbolique d’un euro, jusqu’à 240 actions de la “Sarl Aurora”“. Giorgi devient ainsi l’actionnaire majoritaire du restaurant. Pour le parquet, la cession gratuite des actions est “une réponse précise au fait que toute l’opération, depuis l’acquisition de la société par Scidone et Di Piano, avait été planifiée par Vincenzo Giorgi et visait à lui faire acquérir le propriétaire d’un restaurant, utilisant le produit du trafic de cocaïne pour lequel il fait l’objet d’une enquête”. Dans la « perle de la France », pour certains « migrants économiques », la vie n’est pas si difficile. 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES