sam 22 juin 2024 - 18:06

Lieu symbolique : La Roche-aux-Fées, en Ille-et-Vilaine

Si vous aimez les monuments mégalithiques, visitez le dolmen de la Roche-aux-Fées. Situé à Essé, à 30 kilomètres au sud de Rennes, ce monument funéraire du Néolithique offre des dimensions impressionnantes.

Pour mémoire, la période néolithique correspond aux premières sociétés de paysans, est comprise entre 6000 et 2200 avant notre ère.

Ille-et-Vilaine, le département aux 333 communes…

Elle est caractérisée par l’abandon du mode de vie nomade, l’utilisation de la céramique pour fabriquer des poteries et le polissage de certains outils en pierre tels que les haches.

Un tel monument ne pouvait qu’inspirer histoires, légendes et croyances.

Le plus grand dolmen de France

Avec près de 20 mètres de long sur six mètres de large et quatre mètres de haut, la Roche-aux-Fées demeure le plus grand dolmen de France et l’un des mieux préservés d’Europe. Il est aussi l’un des mille premiers monuments historiques classés.

40 dalles de schiste de plusieurs tonnes

Véritable curiosité, la Roche-aux-Fées est un long couloir de pierres sèches. Il présente une quarantaine de dalles de schiste dont les plus lourdes atteignent 40 tonnes. Savez-vous que le poids total de l’ensemble mégalithique avoisine les 500 tonnes ?

La solidité de l’édifice âgé d’environ 5000 ans a donc fait ses preuves ! Ces pierres colossales proviennent de la forêt du Theil de Bretagne. Située à quatre kilomètres du dolmen, elle abrite le seul gisement où l’on trouve encore ce type de roches.

Un monument funéraire âgé de 5000 ans

Pour pénétrer à l’intérieur de cette ancienne tombe collective, on emprunte le portail principal composé de trois blocs de pierres taillées. À l’origine, seule l’entrée de la chambre funéraire était visible, car l’allée était recouverte d’un tumulus. Aujourd’hui, le dolmen demeure l’unique vestige de cette architecture monumentale du Néolithique.

Le mystérieux alignement du solstice d’hiver

Lors du solstice d’hiver le 21 ou 22 décembre, le soleil se lève face à l’entrée du dolmen. À ce moment-là, les rayons lumineux éclairent comme par magie la pierre située au fond de l’allée couverte. Cet instant féérique attire à la Roche-aux-Fées de nombreux curieux !

Les légendes de la Roche-aux-Fées

Fidèle à la tradition bretonne, cet immense dolmen de l’Ille-et-Vilaine est entouré de plusieurs légendes. L’édifice construit par des fées promet aussi quelques facéties aux jeunes amants.

Le mythe des fées bâtisseuses

Le nom du dolmen vient d’une légende qui prétend que les fées, aidées de la fée Viviane – qui maîtrise les enchantements et les savoirs de la nature –, pour prouver leur existence aux hommes, ont construit le monument en une seule nuit en laissant tomber des pierres de leurs tabliers. Une belle histoire contée depuis le XVIIIe siècle !

La légende moderne des amoureux

On raconte aussi que le nombre de blocs du monument varie sans cesse : quarante, quarante-et-une ou quarante-deux roches ? Pour mettre à l’épreuve de jeunes amoureux et savoir si leur union va durer, les couples doivent faire le tour de la Roche-aux-Fées. Chacun part dans un sens opposé et compte les pierres. S’ils obtiennent le même nombre, leur avenir sera radieux !

Sources : https://www.ille-et-vilaine-tourisme.bzh/ ; photos Yonnel Ghernaouti, YG ;

https://www.tourismebretagne.com/
Arbre la Roche-aux-Fées – Crédit photo Yonnel Ghernaouti

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES