mar 25 juin 2024 - 16:06

L’opportuniste Abad-Gallardo crache encore dans la soupe maçonnique sur Sud Radio

Hier 1er mai, tout le monde n’était pas au repos. Le sulfureux ex-Frère du Droit Humain, Serge Abad-Gallardo se répandait une fois de plus pour la promotion de son énième livre antimaçonnique « Franc-maçonnerie et politique : Les liaisons dangereuses » aux éditions Artège. L’animateur radio André Bercoff l’opposait au 1er vice-président de l’obédience maçonnique « Le Droit Humain » Sylvain Zeghni pour débattre sur les vieilles ficelles qui font la recette des ouvrages pro catholique intégriste d’Abad-Gallardo.

Ce débat fut d’une platitude sans nom. Comme à son habitude, Abad-Gallardo qui prétend avoir reçu un message divin à Lourdes un jour de 2012 et suite à ce miracle quitta la maçonnerie pour suivre le message du Christ, appuyait sur les sempiternels boutons qu’il manie avec habileté et presque détachement. Sa recette est simple, avec une attitude presque compassionnelle, il reproche à la Franc-maçonnerie ses secrets, mais aussi ses amitiés avec le diable.

Durant les 40 minutes de l’interview (ci-dessous) les auditeurs ont assisté aux habituelles accusations de complicité entre les maçons et les politiciens.

Il est dommage que le Frère Sylvain Zeghni qui représentait le Droit Humain, l’ex Obédience d’Abad-Gallardo, ait omis de rappeler que son « contradicteur » parle du 28e degré d’un art dont il n’a jamais dépassé le 12e. En effet, dans certains entretiens, Abad-Gallardo affirme avoir franchi le 14e degré, ce qui absolument faux. La rédaction avait mené l’enquête sur ce triste personnage le 21 juin dernier. Nous avions interviewé des ex membres de sa Loge et avions obtenu des informations sur Serge Abad-Gallardo, qui reste très discret sur la réalité de son parcours dans ses ouvrages à charge.

On peut regretter aussi que le Frère Sylvain Zeghni n’ait pas demandé à son « contradicteur » de justifier le secret de la confession à propos des actes de pédophilie, de la multitude de membres de l’église catholique, dont Abad-Gallardo se présente comme le porte-étendard. Cela aurait certainement été plus informatif que les vieilles histoires concernant Fred Zeller et autres Oswald Wirth actifs au siècle dernier.

En résumé, une interview sans grand intérêt et 40 minutes pour promouvoir un ouvrage que chacun pourra lire « d’une fesse distraite  ».

4 Commentaires

  1. Il faut sans doute réécouter plus attentivement mais j’ai évoqué le secret de la confession… de plus Serge Abad-Galzrdo a dit lui-même qu’il n’avait pas atteint le 28 ème degré et qu’il tenait ses infos du livre d’Irène Mainguy.

    • Mon TCF Sylvain,
      Il existe divers outils qui correspondent aux multiples tâches du maçon qui veut tailler ou déplacer sa pierre.
      Il nous semble à la rédaction de 450.fm, qu’il en est de même en matière de communication. Les moyens utilisés pour répondre à ce personnage auraient pu être nettement plus offensifs. Nous comprenons que ta position de dignitaire ne te permet une marge de manœuvre que très limitée. Mais ta fonction au sein de son ancienne Obédience aurait pu te donner la légitimité pour rappeler son passé au DH que nous avons assez largement couvert dans l’article que nous citons ci-dessus. Ce simple fait aurait discrédité les propos de ce personnage devenu sulfureux.

      Lorsqu’on dialogue avec une personne curieuse et bienveillante, les arguments ne sont pas les mêmes que lorsqu’on combat les propos d’un Serge Abad-Galardo qui fait ouvertement commerce de l’antimaçonnisme pour assurer sa promotion. Ce monsieur cause un tort considérable à la Franc-maçonnerie en se présentant comme un envoyé de Dieu qui a reçu la vraie Lumière à Lourdes.

      Il est vrai que tu as évoqué le secret de la confession chez les catholiques… mais du bout des lèvres.
      Quel dommage de ne pas l’avoir amené à se justifier sur ce point.

      Les dégâts auprès des victimes du clergé sont sans aucune mesure avec le jeu presque enfantin du secret maçonnique. C’est sur ce genre de point qu’il faut appuyer fortement. Pour cela, il serait utile de commencer à établir une stratégie pour mettre hors jeu ce personnage, afin qu’il cesse de nuire à notre art. Et cela ne peut faire l’économie de la véhémence. La Fraternité a ses limites… ou du moins, elle s’adresse à ceux qui la méritent.

      Franck Fouqueray
      Directeur de la Publication

  2. Le langage très ” Quay d’Orsay ” de notre TCF Sylvain n’était pas à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre du contradicteur de Monsieur Abad-Gallardo. Cette enfilage de perles d’un niveau abyssal de platitudes, de mensonges, d’omissions, qui fait la réputation des émissions de Sud Radio n’est en fait pas étonnant … Monsieur Abad-Gallardo est titulaire d’une maladie qui ne soigne pas … la bêtise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES