ven 24 mai 2024 - 17:05

Énigmatique Voûte étoilée Eugène-Beaune à Montbrison

De notre confrère le-pays.fr

La Voûte étoilée Eugène-Beaune fête ses 30 ans ce 2 mai à Montbrison. Le Grand Orient de France a fait l’honneur au Pays de l’accueillir dans ses locaux. Plongée dans les secrets de l’obédience, de la loge, et de son temple maçonnique.

C’est un cul-de-sac sans nom. 400 mètres à vol d’oiseau séparent le quartier résidentiel du beffroi de Notre-Dame. Porte classique. Décor neutre. Voisins indifférents. Qui penserait au mystère dans ce théâtre de l’ordinaire ? Le Grand Orient tient pourtant ici conseil 24 fois l’an, le premier mardi et troisième vendredi de chaque mois.

« Cercle philosophique et culturel »

L’obédience n’est pas seule à fréquenter le temple. L’espace, propriété de la Grande loge Nationale Française, abrite neuf « tenues » hebdomadaires. À l’étage, une petite salle sert aux agapes, mais c’est au rez-de-chaussée, une fois chassés les bruits urbains, que chavirent les non-initiés. Exceptionnellement tolérés dans l’antichambre et le temple.

« Vous paraissez surprise… », s’amuse le vénérable. La soixantaine grisonnante, petites lunettes et voix posée, le Montbrisonnais nous reçoit sous couvert d’anonymat.

Élu « président » pour un an (reconductible deux fois), il explique n’avoir rien à cacher. « Nous sommes d’abord une association loi 1901. » Véridique. Les formalités enregistrées au Journal Officiel remontent au 12 juin 1992. À l’époque, le « Cercle philosophique et culturel Eugène-Beaune » a son siège chez un certain Bernard, à Saint-Just-Saint-Rambert.

Les buts poursuivis sont nobles : « recherche de la vérité, étude de la morale, pratique de la solidarité, perfectionnement intellectuel et social de l’humanité… »

La loge connaît de belles heures. Le nombre de frères et sœurs atteint les 35. Puis les années Covid distendent les liens : renoncement des plus âgés, tenues en visio… L’effectif s’étiole. « Certains maçonnent aujourd’hui sous d’autres cieux », glisse délicatement le vénérable.

28 frères et sœurs à Montbrison

L’homme a rabattu l’un des sièges claquettes du temple pour étirer ses longues jambes. Les fauteuils occupent deux des quatre murs latéraux, tels des stalles abbatiales. Sol en damier, plafond étoilé : le vide central paraît échouer aux pieds de l’estrade. Tout, partout, n’est que symbole : autel, soleil, lune, triangles rituels, principes géométriques.

28 adhérents se retrouvent ici « sur les colonnes » : 25 frères (dont certains élus de la République) et… trois sœurs. Car la loge est mixte depuis 13 ans. Professions et milieux sociaux s’y croisent indifféremment. La franc-maçonnerie recrute large, y compris sur le plan géographique. Ses membres viennent de Montbrison mais aussi de Boën-sur-Lignon, Saint-Marcellin-en-Forez, Givors, Lyon.

« N’importe qui peut entrer en maçonnerie. Il suffit de se manifester en ligne. »

Les nouveaux usages auraient supplanté la cooptation. On postulerait aujourd’hui comme on ferait dépôt d’une candidature en entreprise, avec lettre de motivation, sachant, tout de même, trois prérequis non négociables : disposer d’un casier judiciaire vierge, n’offrir aucune prise aux idées fascistes ou nationalistes et faire preuve d’assiduité. « C’est primordial », insiste le vénérable.

Il existe trois grades symboliques dans la franc-maçonnerie : celui d’apprenti (contraint au silence), de compagnon et de maître.

Ce serait oublier les enquêtes menées sur le compte des « impétrants » et le « passage sous le bandeau », défendant l’accès au cercle (les aspirants se présentent aveuglés face à l’assemblée, il leur est ainsi impossible de connaître l’identité des frères et pour les présents de déchiffrer leurs traits). « C’est une cérémonie qui marque à vie », murmure le vénérable.

Quels autres rituels ? L’huître se ferme. Le Montbrisonnais tient à dédiaboliser les usages, mais joue de parcimonie.

« La fantasmagorie du secret est inimaginable. Certains vont jusqu’à penser que nous pratiquons des sacrifices ! Des trucs farfelus. »

VÉNÉRABLE MONTBRISONNAIS (Loge du Grand Orient)

Le vénérable dénie au Grand Orient le moindre aspect sectaire. « La prise de parole est très réglementée. Il n’y a jamais d’invective. Chaque frère se place dans une position d’écoute. Les avis peuvent diverger, mais l’autre n’a jamais tort. Les concepts “Liberté, égalité, fraternité” forment notre devise ( auxquels on pourrait ajouter celui, plus récent, de laïcité, N.D.L.R. ). N’importe qui peut démissionner et quitter l’obédience. » Seule demeure alors la clause de confidentialité. Car le silence, ici plus qu’ailleurs, a valeur d’or. 

Laetitia Cohendet

On recense 250 obédiences (courants d’idées) dans la franc-maçonnerie en France. Le temple montbrisonnais, propriété de la Grande loge Nationale Française, sert à l’usage de plusieurs d’entre elles : le Grand Orient, mais aussi le Droit humain. La loge Eugène-Beaune est à la recherche de nouveaux locaux, le bâtiment n’étant pas accessible aux personnes handicapées.

Deux questions soumises au vote des frères de l’Hexagone occupent les réflexions du Grand Orient à l’année. Celles-ci sont choisies parmi un ensemble de thématiques : bioéthique, revenu universel, laïcité, Europe et jeunesse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES