dim 26 mai 2024 - 05:05

Walter Leslie Wilmshurst et « l’école ésotérique » (Gnosis) dans la Franc-maçonnerie anglaise

De notre confrère allemand katholisches.info – Par le Père Paolo M. Siano*

Gnose et ésotérisme comme élément constitutif de la franc-maçonnerie (régulière)

Au sein de la franc-maçonnerie anglaise régulière (je parle de la franc-maçonnerie traditionnelle à majorité masculine, c’est-à-dire la Grande Loge Unie d’Angleterre), il existe diverses « écoles » ou branches de recherche concernées par l’étude de l’histoire, du symbolisme et du rituel de la franc-maçonnerie.

Comme je pense l’avoir montré dans mes études précédentes, et comme nous espérons le revoir, l’ésotérisme (Gnose, Angélologie, Kabbale, Alchimie, Hermétique…) et son application au symbolisme et aux rituels de la Franc-Maçonnerie n’est nullement limité à ce que le franc-maçon anglais Ellic Howe (1901-1991) appelait « Fringe Masonry‘, c’est-à-dire des groupes para- ou extra-maçonniques qui apparaissent ou se tiennent officiellement en marge de la franc-maçonnerie régulière et majoritaire. En réalité, toute la franc-maçonnerie régulière et traditionnelle, en l’occurrence la franc-maçonnerie britannique ou anglaise, est façonnée et imprégnée par l’ésotérisme, avec une concentration spirituelle et/ou rituelle particulière chez certains, souvent méconnus du profane, mais très prestigieux dans les milieux maçonniques ou les cercles d’élite. Ces cercles sont exclusifs aux Maîtres Maçons réguliers de la Grande Loge Unie d’Angleterre et réservés aux Maîtres Francs-Maçons des Grandes Loges reconnues par elle dans le monde. Il est intéressant de noter que le Frère Ellic Howe était un agent du renseignement britannique à l’époque de la Seconde Guerre mondiale et était un expert en désinformation. En effet, la théorie de la maçonnerie marginale a l’apparence d’être de la désinformation ou de la distraction.

1. Les « Ecoles » ou direction de la recherche maçonnique

L’école dite « authentique ou savante » de la recherche maçonnique, celle associée à la prestigieuse Loge Quatuor Coronati n° 2076 de la Grande Loge Unie d’Angleterre basée à Londres, fondée en 1884 et consacrée rituellement en 1886. Limités à l’étude de l’aspect historique ou documentaire de la franc-maçonnerie, les tenants de « l’école authentique » semblent généralement omettre, méconnaître ou sous-estimer ses aspects ésotériques, notamment parce qu’ils craignent parfois que les Écritures des francs-maçons ésotériques ne renforcent divers critiques de la franc-maçonnerie [cf. James Douglas : Elements of Masonic Research, dans : The Dormer Masonic Study Circle – Transaction no. 179 , pp.d, Londres, pp. 4-11 (1-22)]. Mais même un érudit renommé, membre du Quatuor Coronati,Le Frère John Hamill, admet que les « écoles » ésotériques et mystiques (de recherche maçonnique), qui retracent la transmission des idées et traditions ésotériques (« traditions ésotériques ») , sont en elles-mêmes une ligne de recherche valable, p. 10) . En fait, j’ai moi-même constaté que les procès-verbaux du Quatuor Coronati Lodge No. 2076 montre que la dimension ésotérique ou mystique est inhérente et fondamentale à la franc-maçonnerie anglaise régulière.

Le Frère James Douglas appelle les écoles de recherche suivantes « non historiques » , c’est-à-dire celles qui traitent exclusivement du symbolisme maçonnique, du mysticisme et de l’ésotérisme (cf. p. 11) :

a. La Masonic Study Society ( MSS), fondée en 1921, dont les membres comprennent « plusieurs des penseurs les plus profonds de l’Art : Cockburn, Wilmshurst, Ward, pour n’en nommer que quelques-uns »). Le MSS existe toujours en tant que société d’étude maçonnique réservée aux Maîtres Maçons de la Grande Loge Unie ou des Grandes Loges qui lui sont associées. Le MSS n’a pas actuellement son propre site Web.

b. En 1926/27, le MSS conduisit indirectement à la fondation de la Loge des Pierres Vivantes No. 4957 à Leeds, la première Loge de la Grande Loge Unie d’Angleterre spécifiquement consacrée à l’approfondissement des aspects spirituels ou mystiques de la franc-maçonnerie anglaise régulière. Le premier Vénérable Maître de cette loge fut Walter Leslie Wilmshurst. Les quelque 49 écrits (« Papers ») des Living Stones No. 4957 , dont beaucoup ont été écrits par Wilmshurst, constituent la littérature maçonnique classique illustrant la signification intérieure ou ésotérique de la franc-maçonnerie (« restent des récits contemplatifs classiques de la signification intérieure de la franc-maçonnerie »). La Loge des Pierres Vivantes n° 4957 existe toujours en tant que loge sous l’obédience de la Grande Loge Unie Le marquis de Northampton a vanté les enseignements ésotériques de la franc-maçonnerie lorsqu’il était pro-grand maître de la grande loge unie d’Angleterre ( 2001-2009) .

c. En 1938, le Devereaux Masonic Study Circle a été fondé , qui en 1939 a adopté son nom actuel The Dormer Masonic Study Circle ( DMSC ). En 1988, en collaboration avec le DMSC, Double Horizon Lodge No. Fondée en 9269 (voir p. 11). À ce jour, le Dormer Masonic Study Circle est réservé aux Maîtres Maçons de la Grande Loge Unie d’Angleterre et aux Maîtres Maçons des Grandes Loges étrangères associées à la Grande Loge Unie . Ses réunions se tiennent à Londres au Freemasons’ Hall , siège de la Grande Loge Unie d’Angleterre, tenue.

De plus, dans la Grande Loge Unie d’Angleterre ( fondée en 1813) depuis la première moitié du XIXe siècle, parmi les devoirs d’un nouveau Maître Installé ou Vénérable Maître de Loge, le point 9 incluait la diffusion de la connaissance de l’art mystique ( « the Mystic Art », cf. United Grand Lodge of England : Constitutions of the Antient Fraternity of Free and Accepted Masons , Londres 1841, p. VIII), une expression désignant la franc-maçonnerie ou une « science » ou une « connaissance » contenue dans et maintenue par la franc-maçonnerie…

Une autre distinction est offerte par le franc-maçon anglais Charles Webster Leadbeater (1854-1934), évêque vieux-catholique, théosophe, co-fondateur de l’ Église catholique libérale et 33e degré de franc-maçonnerie mixte (homme et femme), connu sous le nom de Le Droit Humain ou Co. -Maçonnerie , qui comprend également des représentants de la théosophie d’Helena Petrovna Blavatsky.

Leadbeater distingue :

un. L’« école anthropologique » (que le Frère John Hamill appelle « l’école symboliste »), qui combine les rites et symboles maçonniques avec les rites et symboles des peuples anciens et des sociétés mystérieuses. John Sebastian Marlow Ward (1885-1949) est l’un des francs-maçons de ce mouvement.

b. L’« école mystique » qui met l’accent sur l’aspect mystique (et même magique) de la franc-maçonnerie ; par exemple les francs-maçons WL Wilmshurst et Arthur Edward Waite (1857-1942). J’ai écrit sur Waite ici .

c. L’« école occulte » à laquelle appartient Leadbeater, qui s’intéresse au sens magique et occulte des rites maçonniques (cf. CW Leadbeater : Freemasonry and its Ancient Mystic Rites , Gramercy Books, New York 1998, pp. 2-6 ; cf. John Hamill: L’histoire de la franc-maçonnerie anglaise, Lewis Masonic, Addlestone 1994, pp. 19-29).

2. Franc-maçonnerie et mysticisme par le Frère WL Wilmshurst (1867-1939)

Volume 119, année 2006, des Transactions de la Loge Quatuor Coronati No. 2076 (Londres; United Grand Lodge of England) contient une étude du franc-maçon Anthony R. Baker de Walter WL Wilmshurst (WLW), un important représentant de « l’école ésotérique » (cf. Br. AR Baker, « WL Wilmshurst: his World of Fallen but Living Stones », dans : Ars Quatuor Coronatorum : Transactions of the Quatuor Coronati Lodge No. 2076 , vol. 119 for the year 2006, Council of the Quatuor Coronati Correspondence Circle Limited, Londres 2007, pp. 40-105). Fr. Baker illustre d’abord la pensée de WLW, puis son programme maçonnique. Je vais commencer par ce dernier.

2.1 Curriculum maçonnique par le Frère Walter Leslie Wilmshurst (WLW)

À l’âge de 22 ans, en 1889, WLW a été incorporé en tant que franc-maçon à Huddersfield Lodge No. 290 (voir p. 61). Selon le Frère Baker, Wilmshurst était aussi probablement du Rite Ecossais Ancien et Accepté [franc-maçonnerie de haut degré]. Ce qui est certain, cependant, c’est que WLW était membre de l’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée d’Arthur Edward Waite , mais pas de la Communauté de la Croix Rose (cf. p. 63)

Walter Leslie Wilmshurst, WLW

En 1890, le Frère Wilmshurst devint maître maçon. En 1891, il est membre de la Sainte Arche Royale (supplément au troisième degré de la franc-maçonnerie). Il est Maître de Loge de la Loge Harmonie n ° 275 . En 1924 et 1927, il fut président de la Huddersfield & District Installed Masters’ Association (voir p. 92). 1913 Provincial Grand Register et 1926 Past Provincial Senior Grand Warden of the Provincial Grand Lodge of Yorkshire – West Riding ( United Grand Lodge of England). Au niveau de la Grande Loge (Grande Loge unie d’Angleterre), WLW 1929 est l’ancien grand directeur adjoint des cérémonies. En 1924/25, il rejoint la Masonic Study Society , dont il devient président en 1937. Il est le fondateur et maître de loge de la Loge Living Stones No. 4957 (Leeds) de 1927 à 1930 et 1937/1938 (voir p. 93).

Wilmshurst devient ainsi membre de la Masonic Study Society de John Sebastian Marlow Ward (United Grand Lodge of England). Sa première étude pour le MSS est présentée le 16 octobre 1925 : The Fundamental Philosophic Secrets within Masonry . Selon Wilmshurst, la franc-maçonnerie est un système initiatique dérivé des anciens mystères qui peut conduire l’homme à la régénération spirituelle et à l’union avec le divin qui est déjà en lui (voir pp. 65-67).

Le 16 décembre 1927, la Loge des Pierres Vivantes No. Fondée en 4957 (Grande Loge Unie d’Angleterre) à Leeds, Angleterre, où Wilmshurst est installé comme premier Maître de Loge (cf. p. 76). La loge utilise son propre rituel pour l’ouverture et la fermeture du travail rituel. A certaines occasions, un silence de trois minutes est tenu pour que tous les Maçons de la Loge se rendent compte (« se rendant compte ») de la présence du Grand Architecte de l’Univers ( GAOTU) et de leur union avec lui (cf. p. 78f). .

En 1937, à la suggestion de JSM Ward, Wilmshurst devint le nouveau président du MSS (voir p. 66f). En 1939, WLW a reçu et accepté une invitation à devenir membre de la Masonic Philalethes Society ( USA). Il mourut à Londres le 19 juillet 1939 sur le chemin de l’installation du nouveau Grand Maître de la Grande Loge Unie d’Angleterre ( voir p. 93).

2.2 Résumé des pensées du Frère Walter Leslie Wilmshurst

Voici comment le Fr. Baker résume l’importance du travail du Fr. Wilmshurst : « WL Wilmshurst était l’un des grands représentants de l’interprétation mystique de la franc-maçonnerie », p. 40).

Le Frère Baker souligne que pendant des années, Wilmshurst a d’abord été agnostique et matérialiste, puis s’est tourné vers les philosophies et les religions orientales et les a appréciées. Selon Baker, vers la fin de sa vie, WLW était même l’un des « mystiques » chrétiens les plus subtils. Wilmshurst, dit Baker, valorise les textes sacrés de l’hindouisme autant que l’Évangile de Jean… Wilmshurst s’intéresse aussi à l’occultisme… Il croit que tout ce qui se passe sur terre a sa contrepartie dans les plans supérieurs ou invisibles de réalité (cf. pp. 49-51).

Wilmshurst est convaincu que toutes les religions sont comme des rayons émanant d’un seul centre de lumière, et que les religions, comme les Mystères Anciens, enseignent des vérités aux masses du peuple, tandis que certaines vérités plus secrètes sont enseignées à des cercles sélectionnés et sont réservées aux croyants. (cf. p. 52).

Baker cite un passage dans lequel Wilmshurst montre qu’il croit à l’Eucharistie, mais dans un sens ésotérique : derrière les voiles sacramentels se trouve tout ce qu’il faut savoir pour son propre épanouissement… Dans la vision ésotérique de Wilmshurst, il y a de la place pour tout, même pour l’Eucharistie et la messe. En revanche, il n’y a pas de place pour l’Église de Rome (cf. p. 54).

Baker dépeint Wilmshurst comme un mystique chrétien, bien qu’il serait en fait plus correct de le décrire comme un gnostique. Wilmshurst cherche l’union de son âme avec l’être universel en Christ… Selon Wilmshurst, il y a en nous le principe vital et immortel, le « rayon scintillant » qui nous relie au divin uni au centre de toute vie (cf. . p. 55).

Plus généralement, Wilmshurst loue les travaux d’un autre franc-maçon « mystique », Arthur Edward Waite (Grande Loge unie d’Angleterre), qui a, entre autres, traduit en anglais l’ouvrage Histoire de la magie de l’occultiste et franc-maçon français Elifas Levi intitulé History de Magie traduit (cf. p. 57).

Selon Wilmshurst, le troisième degré de Master Craft Freemasonry implique une mort mystique ( p. 58). WLW croit en la réincarnation, au moins comme une punition pour l’âme qui n’a pas atteint l’union mystique avec le Christ, mais montre également de la sympathie pour la réincarnation comme un moyen d’aider les autres à compléter le chemin de la renaissance (cf. p. 58f) .

Selon Wilmshurst, les officiers (« officiers » ) de la Loge des trois degrés de base de la franc-maçonnerie artisanale (« franc-maçonnerie artisanale ») représentent les différentes composantes de l’homme/initiés : Esprit (le Maître de la Chaire), Âme (le 1er Gardien ), Corps (le 2e surveillant) etc. (cf. p. 64).

Wilmshurst est convaincu que la franc-maçonnerie artisanale bénéficie de l’assistance divine , que l’ange Gabriel dirige l’activité de la franc-maçonnerie moderne et que la franc-maçonnerie existe sur terre parce qu’elle existe sous une forme supérieure au ciel (voir p. 65).

2.3 Écrits et opinions

Les œuvres maçonniques les plus importantes et les plus connues de Wilmshurst sont : The Meaning of Masonry (1922) et The Masonic Initiation ( 1924), qui ont reçu de nombreuses réimpressions à ce jour. Le Frère Baker explique que ces livres sont fréquemment cités positivement par les érudits maçonniques, par ex. B. par le Frère Colin Dyer (Grande Loge Unie d’Angleterre, Quatuor Coronati), dans son livre Symbolism in Craft Freemasonry ( 1983). De plus, ces deux livres de Wilmshurst font partie des cinq livres préférés du révérend Joseph Fort Newton (1876-1950), pasteur baptiste, célèbre écrivain américain et franc-maçon (voir pp. 68-70).

Baker note que les idées de Wilmshurst ont été critiquées à la fois par les anti-maçons et les maçons affiliés au Quatuor Coronati . Le frère Baker déclare que les critiques des opposants à la franc-maçonnerie (par exemple, le révérend Penney Hunt, le révérend Walton Hannah) sont valables, car Wilmshurst loue le Christ dans un contexte de mythes et d’anciens mystères… Le « christianisme » de Wilmshurst n’est pas romain, dogmatique mais ésotérique. Il croit que la franc-maçonnerie est plus capable que les religions de répondre aux besoins spirituels de l’homme. Selon WLW, le divin est au centre de tout être humain, tout être humain peut trouver Dieu en lui-même (cf. p. 71f).

Au sein du Lodge Quatuor Coronati n ° 2076, les principaux critiques des idées de WLW et de son interprétation mystique de la franc-maçonnerie sont: le révérend Neville Barker Cryer, John Hamill, Christopher Haffner, Robert Gilbert. Le frère Haffner considérait même Wilmshurst comme préjudiciable à la franc-maçonnerie, puisque ses interprétations auraient encouragé des attaques anti-maçonniques, en particulier du côté chrétien (voir pp. 74-76).

Mais malgré cette critique maçonnique et anti-maçonnique, les livres de Wilmshurst étaient et sont demandés par des maçons de haut rang (« by rank and file mason » : cf. p. 76). Je voudrais ajouter qu’à mon avis aussi l’interprétation mystique – c’est-à-dire gnostique – du symbolisme et du rituel maçonnique est bien adaptée, c’est-à-dire qu’elle correspond exactement au cadre structurel du rite et des symboles de la franc-maçonnerie artisanale .

Parmi les livres d’étude que Wilmshurst recommande aux membres de sa loge figure Les clés perdues de la franc-maçonnerie ou Le secret d’Hiram Abiff (1923) de l’occultiste américain Manly Hall (1901-1990), qui n’était pas encore franc-maçon à l’époque. Il ne le deviendra que quelques décennies plus tard. Néanmoins, Wilmshurst considérait déjà le jeune Hall comme un initié et un franc-maçon d’esprit.

En novembre 1917, Wilmshurst reçut une bague avec un signe gnostique d’amis. WLW croit en la réincarnation et est convaincu que la bague lui appartenait il y a 1900 ans et qu’elle est à nouveau en sa possession dans cette nouvelle vie. Wilmshurst a toujours porté cette bague au doigt. Après sa mort, il a été transmis à la Loge Living Stones No. 4957remis et porté depuis au doigt du maître de service (cf. p. 80f). La bague de WLW représente les deux visages du dieu à deux visages Janus, montrant, entre autres, l’Adam déchu et l’Adam réincarné, l’homme profane et l’homme initié. Au-dessus des deux visages se trouve l’aigle, symbole du moi supérieur de l’homme, l’esprit céleste. Un serpent est également représenté, représentant le principe du mal qui est nécessaire pour et sert le bien lorsqu’il est contrôlé (« pourtant le principe du mal est nécessaire pour le bien et le sert lorsqu’il est contrôlé »). Donc : union des contraires, nécessité du mal… Bref, encore la Gnose.

Le Père Paolo Maria Siano appartient à l’Ordre Franciscain de l’Immaculée (FFI); le docteur en histoire de l’Église est considéré comme l’un des meilleurs experts catholiques de la franc-maçonnerie, à laquelle il a consacré plusieurs ouvrages de référence et de nombreux essais. Dans sa dernière publication, il s’attache à prouver que la franc-maçonnerie contenait dès l’origine des éléments ésotériques et gnostiques qui justifient à ce jour son incompatibilité avec la doctrine de foi de l’Église.

Traduction : Giuseppe Nardi
Image : Corrispondenza Romana/MiL

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES