sam 22 juin 2024 - 17:06

Franc-maçonnerie et francs-maçons de la province de Cadix (XIXe et XXe siècles) : le cas de Jerez

De notre confrère espagnol diariodejerez.es

L’Academia de San Dionisio et le Centro de Estudios Históricos Jerezanos (CEHJ) poursuivent le cycle « Jerez, siempre », dans lequel les deux institutions ont collaboré à son organisation. Ce mardi 21 février, Antonio Morales Benítez, docteur en histoire, donnera une conférence intitulée « Franc-maçonnerie et francs-maçons de la province de Cadix (XIXe et XXe siècles) : le cas de Jerez » . La présentation sera en charge de Francisco Antonio García Romero, universitaire. La conférence, à 19 h 30  et l’entrée sont gratuites jusqu’à ce que la pleine capacité soit atteinte. 

Morales Benítez explique que « la révolution de septembre 1868 a permis le développement de la franc-maçonnerie espagnole après de nombreuses années de répression, de persécution et de toutes sortes d’obstacles gouvernementaux. Depuis lors jusqu’à la fin du siècle, l’Ordre du Grand Architecte de l’Univers a connu son étape d’une plus grande splendeur. Pour cette raison, le dernier tiers du XIXe siècle a connu une prolifération d’organisations maçonniques sans précédent dans l’histoire de l’Espagne ».

Dans ce contexte, la province de Cadix a joué “un rôle fondamental dans la consolidation du mouvement grâce à son potentiel en termes de nombre de loges et de membres”. “Au cours de cette étape, l’institution s’est étendue à presque tous les points de la province de Cadix, avec deux foyers majeurs , tels que la baie de Cadix et le Campo de Gibraltar, où l’impact a été le plus important”, souligne l’auteur. 

Comme le résume l’auteur de la conférence, « la ville de Jerez n’allait pas non plus rester en marge de ce mouvement, puisque durant le dernier tiers du siècle la présence de divers ateliers s’est vérifiée ». Ainsi, en 1874, l’Amor y Justicia loge nº 85 , qui serait le premier corps dont il y a des nouvelles et qui représenterait le début de la franc-maçonnerie bien qu’elle ait eu une existence limitée. En 1879, nous avons trouvé deux nouveaux ateliers dans la ville : Unión y Fe nº 148 , qui n’aurait existé qu’un an, puisqu’elle a été suspendue faute d’activité et surtout Persévérance nº 146. Dans ce dernier cas, sa longue carrière, ainsi que l’héritage maçonnique qu’il laissera pour le développement futur de l’Ordre dans la ville, font que l’on peut considérer cet atelier comme le véritable embryon de la franc-maçonnerie de Jerez.

« Cependant, dans son contexte de Cadix, par rapport à d’autres villes environnantes, on peut voir que l’impact de la franc-maçonnerie sur la société de Jerez a été un peu moindre puisque la franc-maçonnerie n’est pas arrivée ici, encore moins le développement qu’elle a acquis dans la province <<Certes, la franc-maçonnerie s’est manifestée à Jerez comme un phénomène plus complexe , surtout au cours du premier tiers du XXe siècle. Son originalité réside dans la faible participation de la petite bourgeoisie ou de la classe moyenne éclairée , qui a en grande partie préféré ignorer l’Ordre >>, souligne l’historien dehors.

Que se passait-il à Jerez ? : « Ce groupe social composé d’employés, de commerçants et de professions libérales était le secteur qui pénétrait dans les loges péninsulaires en plus grande proportion jusqu’à ce qu’il devienne la base sociologique de la franc-maçonnerie espagnole. Mais à Jerez, face à l’indifférence de larges secteurs de la bourgeoisie locale, on trouvera à l’intérieur de certains de ses ateliers des représentants qualifiés des classes les plus populaires et une certaine composante ouvrière issue principalement des corporations de cavistes, comme les tonneliers ou les arrumbadores ».

De plus, le phénomène dans la ville de Jerez avait une « existence conflictuelle » . « L’activité des francs-maçons de Jerez a été continuellement conditionnée par les difficultés qu’ils rencontraient pour s’établir définitivement face à la forte opposition présentée par les forces opposées. Par conséquent, à certaines occasions, leur survie dépendait de l’aide d’autres francs-maçons de la province ou en dehors de celle-ci, devant prendre sa défense les plus hautes autorités des instances dirigeantes de la franc-maçonnerie en Espagne », souligne García Romero.

Dans ce contexte, l’auteur met en avant la figure de Manuel Moreno Mendoza qui est devenue la « figure centrale de la franc-maçonnerie de Jerez au cours du premier tiers du XXe siècle ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES