lun 22 avril 2024 - 02:04

Tubalcaïn, un personnage sulfureux en Franc-maçonnerie ?

Tubalcaïn, comme Hiram, n’est qu’un personnage secondaire dans le Texte biblique. Il s’inscrit dans la lignée des caïnites et n’apparaît qu’avec sa fratrie, tant dans la Bible où son nom n’apparaît qu’une fois, que dans les textes des Old Charges.

Alors quel est son intérêt en Franc-maçonnerie ?

La racine du nom Tubalcaïn serait en hébreu thu, bal, caïn, celui qui souffle le feu, nom repris en latin par Vulcanus. Fondre le métal et le reformer correspond au «solve et coagula» de l’alchimie hermétique.

C’est Gérard de Nerval qui romance sa relation avec Adoniram, ce qui justifie, quoique utilisé comme mot de passe du 2ème degré dans les rites anglo-saxons, d’évoquer sa légende au 3ème degré.

I – Le personnage

D’après la Bible (Genèse IV, 22), Tubalcaïn façonna toute sorte d’instruments de cuivre et de fer. Il est présenté comme le fils de Lamek et de sa seconde épouse Cilla, il est donc le petit-fils de Caïn, né vers l’an 2975 av. J.-C.

Hénoc devint père d’Iràd; celui-ci engendra Mehouyaél, qui engendra Lamec.  Lamec prit deux femmes, la première nommée Ada, et la seconde Cilla. Ada enfanta Jabal, souche de ceux qui habitent sous des tentes et conduisent des troupeaux.  Le nom de son frère était Jabal: celui-ci  fut la souche de ceux qui manient la harpe et la lyre. Cilla, de son côté, enfanta Tubalcaïn, qui façonna toute sorte d’instruments de cuivre et de fer, et qui eut pour sœur Naama.

Le nom vient de l’union de celui de Tubal avec Caïn. Tubal (8 fois : Gn 10,2; Is 66,19; Éz 27,13; 32,26; 38,2.3; 39,1; 1 Ch 1,5) serait un peuple et/ou un pays d’Asie mineure (Peuples d’Asie mineure, probablement la Phrygie et la Cilicie, ou peuples des bords de la mer Noire.), toujours associé à Méshek. Méshek et Tubal sont deux des sept fils de Japhet selon Gn 10,2 // 1 Ch 1,5.

Quant au nom Caïn, il y a deux étymologies possibles. Le mot hébreu qayin peut signifier «forgeron» ou encore, à l’aide de la racine qnh «j’ai acquis» (cf. Gn 4,1).

On croit que c’est de Tubal-Caïn que les romains païens ont pris l’idée de leur Vulcain ; la racine du nom Tubalcaïn serait en hébreu thu, bal, caïn, celui qui souffle le feu, nom repris en latin par Vulcanus. La désinence du nom et les travaux auxquels s’adonna Tubal-Caïn rendent cette conjecture assez probable. De même, il correspond à Héphaïstos, chez les Grecs : dieu grec du feu et de la forge ; à Vulcain chez les Romains, à Tvashtri en Inde, à Ptah en Égypte, au Grand Yu en Chine, à Ogun chez les Youbas d’Afrique, à Brahmanaspati en Inde. C’est aussi Gobban Saer, le Janus des Celtes, qui figure l’union entre technique et art, Gobban le forgeron, et Saer, le constructeur, habile dans tous les Arts, que l’on peut identifier avec la figure d’Hiram.

Le feu de tous ces forgerons légendaires est un feu créateur, il éclaire et ne brûle pas. Il n’est pas dissociable de la Lumière sans laquelle rien ne serait, car elle établit les formes du monde apparent.

C’est dans l’Histoire de la reine du matin et de Soliman, prince des génies de Gérard de Nerval (1851) au chapitre VII, Le monde souterrain que l’on trouve la rencontre romanesque d’Hiram et de Tubalcaïn.

Le substrat de cette légende est, cependant, différent de la légende maçonnique : on y expose qu’Adoniram est en réalité descendant de Caïn par son père Hénoch ; son ascendance prométhéenne lui est révélée ainsi que la malédiction qui pèse sur elle.

En résumé : Entraîné comme dans un rêve dans les profondeurs de la Terre, Hiram apprend de la bouche même de Tubal-Caïn l’essentiel de la tradition des Caïnites, ces forgerons maîtres du feu. Tubal-Caïn, au sein de la Terre, montre alors à Hiram la longue suite de ses pères : Hénoch, qui apprit aux hommes à se bâtir des édifices, à se grouper en société, à tailler la pierre ; Hirad, qui jadis sut emprisonner les fontaines et conduire les eaux fécondes ; Maviël, qui enseigna l’art de travailler le cèdre et tous les bois ; Mathusaël, qui imagina les caractères de l’écriture ; Jabel, qui dressa la première des tentes et apprit aux hommes à coudre la peau des chameaux ; Jubal, qui le premier tendit les cordes du cinnor et de la harpe, et en sut tirer des sons harmonieux ; enfin, Tubal-Caïn lui-même, qui enseigna aux hommes les arts de la paix et de la guerre, la science de réduire les métaux, de marteler l’airain, d’allumer les forges et de souffler les fourneaux. Caïn enseigne alors lui-même à Hiram comment, au cours des âges, les enfants issus de lui, fils des Élohim, travailleront sans cesse à l’amélioration du sort des hommes pourchassés par un dieu injuste qui privilégia Abel.

II – Tubalcaïn et les Old charges

Dans la tradition maçonnique, la plus ancienne référence à Tubalcaïn remonte au Manuscrit Cooke aux environs de l’an 1400. On y apprend que les enfants de Lamech parmi lesquels Tubalcaïn auraient gravé sur 2 colonnes (alors que selon l’historien Josèphe, c’eut été Seth), l’une de marbre pour résister à l’eau, l’autre en brique pour résister au feu, l’ensemble de leurs connaissances scientifiques et artistiques afin qu’elles survivent au déluge, symbolisant ainsi la transmission de la Tradition.

Voilà ce que raconte le Cooke

La descendance directe d’Adam, au cours du 7e âge adamique avant le déluge comprenait un homme appelé Lamech, lequel avait deux femmes, l’une nommée Ada et l’autre Sella. Par la première femme Ada il eut deux fils, l’un appelé Jabel (Yabal) et l’autre Jubal (Yubal).

L’aîné Jabel fut le premier à inventer la géométrie et la maçonnerie. Et il construisit des maisons et son nom se trouve dans la Bible : il est appelé le père de ceux qui habitent sous des tentes, c’est-à-dire des maisons d’habitation.

Il fut le maître maçon de Caïn et chef de tous ses travaux quand il construisit la cité de Hénoch, qui fut la première cité à être jamais construite. Et elle fut construite par Caïn fils d’Adam, et il la donna à son propre fils Hénoch et donna à la ville le nom de son fils et l’appela Hénoch, mais elle s’appelle maintenant Effraym.

C’est là que pour la première fois, la science de la géométrie et de la maçonnerie fut pratiquée et mise au point comme science et art. Aussi pouvons-nous dire qu’elle fut la base et le fondement de toute science et technique. et cet homme Jabel fut aussi appelé Pater Pastorum.

Le Maître des Histoires ainsi que Bède, le De Imagine Mundi, le Polychronicon et bien d’autres disent qu’il fut le premier à partager le sol afin que tout homme pût savoir quel était son terrain personnel et y travailler comme à son propre bien. En outre, il partagea les troupeaux de moutons si bien que chacun sut quels étaient ses moutons, aussi pouvons-nous dire qu’il fut l’inventeur de cette science.

Et son frère Jubal ou Tubal, fut l’inventeur de la musique et du chant comme Pictagoras le dit d’après le Polychronicon, Isidore dit de même dans ses Étymologies au 6e livre : il y note qu’il fut l’inventeur de la musique, du chant, de l’orgue et de la trompe et qu’il inventa cette science en écoutant le rythme des marteaux de son frère, qui était Tubal-Caïn.

Tout comme la Bible, en son chapitre 4e de la Genèse, dit que Lamech eut de son autre femme, qui s’appelait Sella, un fils et une fille dont les noms furent Tubal-Caïn pour le fils et Naama pour la fille. Certains disent, suivant le Polychronicon, qu’elle fut la femme de Noé mais nous ne saurions l’affirmer.

Vous devez savoir que son fils Tubal-Caïn fut l’inventeur de l’art du forgeron et des autres arts des métaux, c’est-à-dire, du fer de l’acier, de l’or et de l’argent selon certains docteurs. Quant à sa s¦ur Naama elle inventa le tissage, car auparavant on ne tissait pas mais on filait et maillait les tissus et on se faisait les habits qu’on pouvait. Naama inventa l’art de tisser et c’est pourquoi on l’appela art de femme.

Or ces trois frères et sœur apprirent que Dieu voulait se venger du péché par le feu ou par l’eau et ils s’efforcèrent de sauver les sciences qu’ils avaient inventées. Ils réfléchirent, et se dirent qu’il existait deux sortes de pierre dont l’une résiste au feu &endash; cette pierre s’appelle marbre &endash; et l’autre flotte sur l’eau – et on l’appelle lacerus.

Ainsi imaginèrent-ils d’écrire toutes les sciences qu’ils avaient inventées sur ces deux pierres ; au cas où Dieu se vengerait par le feu le marbre ne brûlerait pas et s’il choisissait l’eau, l’autre pierre ne coulerait pas.

Ils demandèrent à leur frère aîné Jabel de faire deux piliers de ces deux pierres à savoir de marbre et de lacerus et d’inscrire sur ces deux piliers toutes les sciences et techniques qu’ils avaient inventées. Il fit ainsi et acheva tout avant le Déluge.

S’ils savaient bien que Dieu allait envoyer sa vengeance, ils ignoraient par contre, si ce serait par le feu ou par l’eau. Par une sorte de prophétie ils savaient que Dieu allait envoyer l’un au l’autre. Ils écrivirent donc leurs sciences sur les deux piliers de pierre. Certains disent qu’ils gravèrent les sept sciences sur les pierres, sachant qu’allait venir un châtiment.

De fait Dieu envoya sa vengeance si bien que survint un tel déluge et que toute la terre fut noyée. Et tous les hommes sur terre périrent sauf huit : Noé et sa femme, ses trois fils et leurs femmes. De ces trois fils descend toute l’humanité. Ils avaient pour noms Sem, Cham et Japhet. Ce déluge fut appelé le Déluge de Noé car lui et ses enfants en échappèrent.

Et bien des années après ce déluge, on trouva les deux piliers et, suivant le Polychronicon, un grand clerc, du nom de Pictagoras trouva l’un et Hermès, le philosophe, trouva l’autre. Et ils se mirent à enseigner les sciences qu’ils y trouvèrent inscrites.

Cette histoire est reprise par de nombreux manuscrits appelés Old charges.

III – Tubalcaïn et la Franc-maçonnerie

– À noter que dans les Constitutions d’Anderson, la gravure des colonnes est attribuée à Énoch (p.1): «car, par quelques vestiges de l’Antiquité, nous savons que l’un d’eux, le pieux Énoch (qui ne mourut pas mais fut transporté vivant au Ciel), prophétisa la conflagration finale au Jour du Jugement (comme nous le dit SAINT-JUDE) et aussi le déluge général pour la punition du Monde. C’est pour cela qu’il éleva deux grands piliers (d’autres les attribuent à Seth), un de pierres et l’autre de briques sur lesquels étaient gravées les sciences libérales, etc. Et que le pilier de pierre subsista en Syrie jusqu’aux jours de l’Empereur Vespasien.»

Son évocation dans les rituels

Au Rite Ecossais Rectifié, c’était le mot de passe initial  de l’apprenti. À la demande de Jean-Baptiste Willermoz, qui aurait été inspiré par la comtesse Marie-Louise de Monspey, dite Églé de la Vallière (l’Agent inconnu), chanoinesse de Remiremont, un médium psychographe, ce mot fut remplacé en 1785 par Phaleg. Pour Willermoz, c’était une contradiction que donner à l’apprenti ce mot de ralliement après lui avoir fait quitter tous les métaux qui sont les emblèmes des vices.  Il considérait que «le descendant de Caïn était aussi le père de toutes les abominations, un être indigne coupable des plus honteuses prévarications en voie charnelle, qu’il n’avait découvert la façon de forger le métal que par des opérations diaboliques et profanatrices, qu’il aurait pu arrêter le cours de ces maux, mais entraîné par sa propre concupiscence, il dévia les mauvais anges en femmes.» (Un mystique lyonnais et les secrets de la Franc-maçonnerie Jean-Baptiste Willermoz par Alice Joly, à partir de la page 237). Hé oui, c’est une religieuse qui a “moralisé” le mot de passe maçonnique du RER!

«Tubalcaïn fut donc rejeté des rituels au profit de Phaleg  par le Directoire Provincial d’Auvergne pour les motifs suivants : Tubalcaïn est le fils de Lamech, un bigame. Inventeur de l’art de travailler les métaux, il ne peut être attribué aux Apprentis qui viennent justement de les abandonner. Il est l’emblème des vices, notamment sexuels. Représentant une lignée antédiluvienne effacée par Dieu, il doit céder le pas à Phaleg, “fondateur de la seule vraie initiation”.» Cette modification, intervenue le 5 mai 1785 par une décision de la Régence écossaise, fut mal acceptée par beaucoup de frères appartenant à ce Rite.

Au Rite Émulation, Tubalcaïn est le mot de passage donnant accès du 2ème au 3ème grade.

Au Rite York, Tubalcaïn est le nom de la griffe de passage de compagnon à maître, servant de mot de passe au 2ème  degré, tel que cela apparaît dans l’échange entre le 1er surveillant et le 1er expert dans  les instructions du degré : «- A-t-elle un nom? -Oui – Voulez-vous me le donner ? – Ce n’est pas ainsi que je l’ai reçu et je ne le communiquerai jamais ainsi.- Comment en disposez-vous ? – En l’épelant ou par syllabe. – Donnez-le par syllabe et commencez. – Commencez vous-même. – C’est à vous de commencer.». Le mot Tubalcaïn est donné par syllabe entre le premier expert et le V\ M\  Puis complètement par le 1er expert.  Cette griffe est un en-deçà de la griffe véritable du maître.

Au REAA, c’est le mot de passe du Maître. « Ce mot est TULBAKAIN, que nous avons adopté en raison de l’intimité qui doit exister entre nous et le premier Vulcain dans l’univers. Nous appelons cela un mot de veille, car nous exigeons qu’il soit prononcé avant ce qui était jadis connu, à savoir JAKIN » (Solomon in All His Glory or the Master-mason, traduction du Franc-maçon démasqué ou le vrai secret des Frans maçons de 1751).

IV – L’interprétation

Pour Irène Mainguy, parce que reprenant dans son nom les noms d’Abel et de Caïn, Tubalcaïn «réunit en lui les qualités complémentaires d’un antagonisme fratricide en réintégrant le point central de l’Unité Primordiale» ( Fabien Bertand, Regards croisés sur la Franc-maçonnerie, à partir de la p. 169 >.

Pour Hervé Tremblay, les généalogies des onze premiers chapitres de la Genèse entendent décrire les peuples (Gn 5) et justifier l’apparition des différents aspects de la vie humaine, comme les arts et les métiers. En Gn 4,20-22, les trois castes des éleveurs de bétail, des musiciens et des forgerons ambulants sont rattachées à trois ancêtres dont les noms font assonance et rappellent les métiers de leurs descendants : Yabal (ybl «conduire») ; Yubal (yôbel «trompette») ; Tubal (nom d’un peuple du nord, au pays des métaux). Tubal-Caïn serait «l’ancêtre de tous les forgerons en cuivre et en fer». Cela signifie que les généalogies ne sont pas très fiables historiquement et que les noms sont plutôt des créations visant à rendre compte du monde tel qu’il est.

Tubalcaïn, le forgeron, travaille les métaux et s’inscrit spirituellement comme continuateur de la lignée caïnite. Le forgeron fait partie des bâtisseurs et apprend à être par le moyen de la création. Il a la connaissance des 4 éléments : le métal est extrait de la terre, il est transfiguré par le feu, lui-même attisé par l’air puis trempé par l’eau afin de devenir l’instrument utile aux laboureurs ou aux guerriers. Il forge des épées, œuvre d’initié car elles sont parfois dotées d’un pouvoir magique, qui demande de connaître et maîtriser les forces contenues dans ces éléments. Le forgeron maîtrise le feu et grâce à lui transforme les métaux qui viennent des profondeurs de la terre. Son pouvoir est ambivalent, il peut être aussi maléfique que bénéfique car il forge des armes pour faire la guerre et comme Tubalcaïn qui, selon le témoignage de Philon et du livre apocryphe d’Énoch, cité par Tertullien, employa aussi dans ses travaux l’or, l’argent, etc., dont on fit ensuite des idoles pour les adorer.

La modification du mot de passe de Caïn en Phaleg revient plus philosophiquement à substituer la forge au bénéfice de la dispersion du Verbe. Ce point est loin d’être anecdotique dans une pratique maçonnique qui réintégrera les dimensions et les formes de ce même Verbe en le faisant chair dans l’esprit de l’Évangile de Saint Jean. Le choix est clair et le déterminisme délibérément chrétien qui disperse la forge de Caïn au bénéfice de la Parole perdue. Il n’est plus question d’une construction pluridisciplinaire, d’un architecte polytechnicien, mais bien de la pierre de faîte qui avait été rejetée.

Le travail de la forge signifie la constitution de l’être à partir du non-être. La forge est l’allégorie du cœur et les soufflets représentent les poumons.

Fondre le métal et le reformer correspond au «salve et coagula» de l’alchimie hermétique, travail créateur par excellence, car créer c’est recréer.

Sur un autre plan, selon Guy Barthélémy, la signification politique de la fable de Nerval est claire: ceux qui produisent les richesses de la terre, mais qui aussi ont permis aux hommes de sortir de leur animalité, car parmi ces bannis, il y a celui qui a inventé la ville, celui qui a inventé le tissage, celui qui a conçu le premier instrument de musique qui sont injustement opprimés par ce Dieu qui veut maintenir abusivement les hommes dans un état d’ignorance et par ceux qui lui servent de relais : les rois, ces ministres despotiques d’Adonaï. Le savoir et la liberté ne peuvent donc s’épanouir que dans un combat socialiste qui s’infléchit vers la mise en cause du Dieu unique.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solange Sudarskis
Solange Sudarskis
Maître de conférences honoraire, chevalier des Palmes académiques. Initiée au Droit Humain en 1977. Auteur de plusieurs livres maçonniques dont le "Dictionnaire vagabond de la pensée maçonnique", prix littéraire de l'Institut Maçonnique de France 2017, catégorie « Essais et Symbolisme ».

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES