mer 24 avril 2024 - 09:04

Les étrennes et le bon plan livres ! D’occasions ou neufs à prix réduits…

L’an dernier, le lundi 19 décembre 2022, nous vous invitions à prendre connaissance de notre papier Beaux-Livres de la Franc-Maçonnerie : Notre sélection de Noël… en cadeau !

Aujourd’hui, en ce début d’année 2023, vient le moment des étrennes et de celui de faire des présent à l’occasion du premier jour de l’année. Dans ce cas, le mot étrenne est toujours employé au pluriel.

Vous avez donc dit étrennes ?

Titus Tatius

C’est de Rome que nous vient l’usage du premier jour de l’an et des étrennes. Tatius, roi des Sabins – qui par la suite régna sur les Romains conjointement avec Romulus – ayant, après la réunion des deux peuples, regardé comme un augure favorable qu’on lui eût fait présent, au premier jour de l’an, de quelques branches coupées dans un bois consacré à Strena, déesse de la force ou de la santé selon d’autres, convertit en coutume ce qui n’avait été que l’effet du hasard, et donna aux présents qu’il reçut depuis au renouvellement de chaque année le nom de Strenae, dont nous avons fait étrennes.

Figues sèches et dattes

À des branches d’arbre, bientôt les Romains substituèrent des figues, des dattes, du miel : symboles, comme nos confitures et nos dragées, de toutes les douceurs qu’ils souhaitaient à leurs amis pendant le cours de l’année nouvelle. Les clients joignaient une pièce d’argent aux étrennes qu’ils donnaient à leurs patrons, ce qui était un signe de tribut. Les trois ordres de l’État donnaient à Auguste des étrennes dont il employait le prix à l’achat de la statue de quelque divinité. Il pensait que les deniers du peuple devaient être consacrés à des objets d’utilité publique, et ne devaient pas entrer dans l’épargne de l’empereur. L’usage de recevoir des étrennes, tantôt imité, tantôt négligé par ses successeurs, ne s’est définitivement conservé qu’entre particuliers.

Simple don de plantes porte-bonheur à l’origine, elles se sont rapidement développées sous l’Empire romain : elles étaient constituées de don de nourriture, puis de vêtements, argent, objets précieux, meubles… D’origine païenne, les étrennes ont été condamnées comme pratique « diabolique » par les Pères de l’Église, dont saint Augustin.

Quant aux livres…

L’expression « livres d’étrennes » est couramment utilisée en France entre le milieu du XIXe siècle et au moins jusqu’à la Première Guerre mondiale pour désigner des beaux livres édités à cette occasion. Nos cousins québécois définissent le livre d’étrennes de cette façon : « Livre de grande qualité, généralement illustré, dont la couverture rigide est souvent richement dorée, que les éditeurs mettent en vente peu avant les fêtes de fin d’année et que les gens offraient traditionnellement en cadeau au jour de l’An, mais qui maintenant se donne aussi à Noël ».

Photo © Yonnel Ghernaouti

Tout en ajoutant cette note linguistique : « De nos jours, même si de beaux livres sont encore publiés et vendus peu avant les fêtes, avec cette idée que les gens les offriront en cadeau à Noël ou au jour de l’An, les éditeurs et les libraires ne semblent plus les placer dans cette catégorie. On emploie peu le terme livre d’étrennes, sauf lorsqu’il s’agit d’un livre ancien qui était classé comme tel. »

Au nouvel an, mais pas seulement, profitez des livres neufs soldés ou d’occasion.

En général, le cadeau d’occasion a, depuis peu, le vent en poupe. Reconditionné, upcyclé ou encore remis à neuf, n’hésitez pas à sauter sur l’occasion de la seconde main !

C’est donc de saison, offrez un cadeau « développement durable », un cadeau écolo, équitable, en un mot un cadeau éthique !

L’Usine Mode & Maison à Vélizy-Villacoublay – Photo © Yonnel Ghernaouti

Pour offrir à une Sœur ou un Frère ou pour vous-mêmes !

N’hésitez donc plus à franchir les portes de soldeurs et/ou déstockeurs de livres neufs à prix réduits ou de libraires d’occasion et profitez de promotions exceptionnelles sur des centaines de titres, avec de belles remises immédiates ! C’est ainsi que vous pourrez retrouver une sélection d’ouvrages de Franc-Maçonnerie. Avec des arrivages de petits prix tous les jours. Trouvez le livre qu’il vous faut ou le cadeau qui fera plaisir.

Photo © Yonnel Ghernaouti

« Lisons Moins Cher », boutique située au Centre Commercial L’Usine Mode & Maison à Vélizy-Villacoublay, propose une large sélection de livres neufs à prix réduits. Profitez d’un déstockage d’éditeurs allant jusqu’à 80 % moins cher que le prix d’origine ! Non sans humour, la devise de cet espace culturel est « Tout pour l’équipement de la pensée ». À retrouver aussi à Usine Center Gonesse.

Quelques exemples en photos !

Le croissant et le compas de Thierry Zarcone, vendu 14,40 € au lieu de 26 €

La Fabrique de la franc-maçonnerie française-Histoire, sociabilité et rituels 1725-1750, sous la direction de Thierry Zarcone, vendu 15,55 € au lieu de 28 €

Femmes et franc-maçonnerie-Trois siècles de franc-maçonnerie féminine et mixte en France de 1740 à nos jours d’Yves Hivert-Messeca et Gisèle Hivert-Messeca, vendu 17,60 € au lieu de 29,90 €

Le Diable dans les cathédrales-Le démon y aurait-il sa place ? de Jean-François Blondel, vendu 11,25 € au lieu de 18 €

TROIS CENTS ANS DE FRANC-MAÇONNERIE (éd. classique), collectif sous la direction de Jean-François Variot, par ailleurs “Prix spécial Tricentenaire” des prix littéraires de l’Institut Maçonnique de France (IMF) 2017, vendu 21,90 € au lieu de 35 €

Photo © Yonnel Ghernaouti

Mais vous trouverez aussi des ouvrages du Seuil, de Guy Trédaniel, des jeux de Tarots, etc.

Un grand merci à Mme Farida Moorel qui nous a réservé un très bel accueil.

Photo © Yonnel Ghernaouti

Les Franciliens connaissent aussi sans doute la célèbre librairie du 26. Du 26 boulevard saint Michel, Gibert Joseph bien sûr. Librairie généraliste et scolaire proposant des ouvrages, DVD et CD neufs et d’occasion, selon les magasins… À vous de chercher et detrouver dans votre ville, votre canton, votre département et votre région de telles possibilités d’achat, si tel est votre désir.

Photo © Yonnel Ghernaouti, 28.XII.2022

Sans oublier nos amis bouquinistes. D’ailleurs, la première apparition du terme « bouquiniste » est relevée dans le Dictionnaire universel français et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux : contenant la signification et la définition des mots de l’une et l’autre langues… en 1752, avec cette définition : « Qui se dit des vendeurs de vieux livres, de bouquins. »

Photo © Yonnel Ghernaouti, 28.XII.2022

Plus de 200 bouquinistes gèrent près de 900 boîtes sur les quais de Seine et proposent près de 300 000 livres, ainsi qu’un grand nombre d’estampes, revues, cartes de collection, etc.

En 2019, les 230 petites librairies à ciel ouvert, installées sur les quais de Seine font leur entrée au patrimoine culturel immatériel français. Un premier pas vers la reconnaissance au patrimoine mondial de l’Unesco. Les bouquinistes rejoignent ainsi un patrimoine prestigieux ou figurent, entre autres, la gastronomie, les métiers d’art, ou bien encore les métiers d’autrefois…

Le terme de « boucquain », sans doute dérivé du flamand boeckijn (« petit livre »), fait son apparition en 1459 et est attesté sous la forme « bouquin » vers la fin du XVIe siècle.

« Lisons Moins Cher » Vélizy, Rayon Franc-Maçonnerie, photo © Yonnel Ghernaouti

Comment ne pas évoquer aussi la célèbre librairie de référence au marché aux puces de de Saint Ouen, dans le 93. Avec ses 600 m2 et son kilomètre de rayonnage la “Librairie de l’avenue“, pilotée par l’inoxydable M. Henri Veyrier – célèbre soldeur, libraire et éditeur dans la seconde moitié du vingtième siècle – propose, depuis 1961, plus de 150 000 titres… Merci à Laurence, sa fille, pour son accueil !

J’en profite aussi pour souhaiter à mes Sœurs et Frères en humanité aussi, une bonne et heureuse année 2023 !

Que cette nouvelle année apporte Bonheur, Paix, Joie, Allégresse, Harmonie, Concorde, Amour et Fraternité à toutes et à tous. Mais aussi succès dans tous leurs projets et surtout l’accomplissement de leurs rêves. J’en profite pour citer Antoine de Saint-Exupéry « Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité » disait Antoine de Saint-Exupéry.

Que la paix règne sur la terre !

Que l’amour règne parmi les hommes !

Que la joie soit dans les cœurs ! Je vous souhaite de belles lectures pour l’année à venir… Et n’oubliez pas…

#DansMaZone, slogan de la région Occitanie
Librairie de l’avenue, Saint Ouen – photo © Yonnel Ghernaouti

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti
Yonnel Ghernaouti est directeur de la rédaction de 450.fm. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du Compagnon de l’Union Compagnonnique des Compagnons du Tour de France des Devoirs Unis (UC) Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire, membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France (IMF) et médiateur culturel au musée de la franc-maçonnerie (Musée de France), il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour plusieurs revues obédientielles dont « La Chaîne d’Union » du Grand Orient de France et « Perspectives » de la Fédération française de l’Ordre Mixte International Le Droit Humain ou encore « Le Compagnonnage » de l’UC. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en a été le commissaire général. En 2023, il est fait membre d'honneur des Imaginales Maçonniques & Ésotériques d'Épinal (IM&EE).

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES