jeu 25 juillet 2024 - 17:07

La franc-maçonnerie ne supporte pas le putsch

De notre confrère brésilien dm.com.br – Par HELMITON D’ARGENT

« Un franc-maçon doit être une personne pacifique, soumise aux lois du pays où il se trouve, et ne pas prendre part ou se laisser entraîner dans des émeutes ou des complots dirigés contre la paix et la prospérité du peuple, ni se montrer rebelle. à une autorité inférieure, car la guerre, les effusions de sang et les troubles à l’ordre ont toujours été désastreux pour la franc-maçonnerie ». La constitution d’Anderson

Le Brésil a connu des élections générales cette année-là et la majorité des électeurs ont choisi un nouveau représentant pour le pays, démontrant la démocratie et le plein fonctionnement des institutions. La justice électorale a agi avec force contre la diffusion de fausses nouvelles, a combattu les abus de pouvoir politique et économique, a assuré la transparence sur l’ensemble du processus de vote et de dépouillement sous le contrôle des institutions internationales et des organes nationaux de contrôle. La démocratie a gagné et tout rentre dans l’ordre.

Malheureusement, des poches d’insatisfaction persistent quant au résultat de l’élection, ce qui a suscité des inquiétudes quant aux prochaines étapes de la pacification du pays. Une partie idéologiquement identifiée aux segments défaits aux urnes bouge depuis la proclamation du résultat et agite la scène politique avec des demandes hors du contexte démocratique. Ils remettent en cause la régularité des élections, critiquent la Justice électorale, mettent en doute la légitimité des urnes électroniques et tirent des conclusions sur le droit des candidats et des élus à prendre leurs fonctions.

Mais, le pire suit à un autre niveau après l’interrogatoire. Campés à l’extérieur des casernes, ils sont mécontents et demandent l’intervention des forces armées, prétextant qu’il y a un risque que le Brésil soit repris par des « communistes » et que « la gauche » va mettre en place un régime au Brésil. Ils plaident pour la démocratie, la liberté et la défense des valeurs patriotiques et familiales. Comme si les militants des candidatures défaites ne suffisaient pas, ils sont rejoints par des maçons actifs et réguliers qui n’hésitent pas à se déguiser en séances rituelles et à arborer des banderoles se réclamant de la défense du Droit et de la Justice et que la La « franc-maçonnerie » aspire aussi à l’intervention militaire.

Ceux qui insistent sur cette tentative de coup d’État contre la stabilité politique s’en prennent à l’ensemble de la population et démontrent une difficulté à vivre dans la paix et l’harmonie, ne sachant pas vivre avec les différences. Pire encore lorsque des hommes qui se disent « libres et de bonnes mœurs » recourent à la prédication de l’insubordination aux lois et à l’ordre pour tenter d’accorder une situation qu’ils n’ont pas obtenue en persuadant.

La franc-maçonnerie ne défend strictement pas les coups d’État et n’est pas d’accord avec les interventions, les casernes, les dictatures et les impositions de la force surmontant le débat des idées. La Constitution Anderson, publiée en 1723 – donc sur le point de terminer 300 ans – a été rédigée par James Anderson, maître maçon de la Grande Loge de Londres et a été adoptée comme principale base juridique et code de conduite de la franc-maçonnerie universelle depuis lors. Le diktat inscrit dans son article II est cristallin et facile à comprendre, notamment en ce qui concerne le respect des lois et l’interdiction de ne pas se mêler de complots ou de complots.

Le problème est que de nombreux francs-maçons refusent catégoriquement de lire et d’étudier, étant réticents à lire même les couvertures de livres, ce qui est inadmissible dans le cas d’une fraternité qui recherche l’amélioration morale, spirituelle et intellectuelle de l’homme. Le “dégrossissage de la pierre brute” implique nécessairement une étude constante et le respect de nos traditions et règlements et la connaissance de la Constitution d’Anderson est une prémisse de base pour continuer dans l’Ordre Sublime Maçonnique. La lutte contre la tyrannie, les préjugés et les erreurs doit être une pratique constante et surveillée afin de ne pas permettre de déformer la pratique démocratique ni de provoquer l’instabilité de la nation. Ce qui n’est pas permis, c’est d’encourager ou de défendre la tyrannie, la dictature et l’intervention militaire.

Prêcher la destitution d’un Pouvoir légitimement installé et défendre une intervention militaire est une totale contradiction avec laquelle la Franc-Maçonnerie n’est pas d’accord et n’approuve pas. La franc-maçonnerie a été durement persécutée par les dictatures à divers moments de l’histoire. Des francs-maçons ont été tués dans l’Allemagne nazie, en Espagne sous la désastreuse dictature de Franco, en Russie bolchevique, au Portugal, au Brésil sous Getúlio Vargas, dans l’armée post-64 et même sous Dom Pedro I, qui a fermé des temples et expulsé les francs-maçons du pays. . Être d’accord avec le coup d’État, c’est attaquer la mémoire des frères qui sont tombés en défendant la liberté, c’est se moquer de nos enseignements et prouver que vous n’avez rien lu, ou si vous l’avez fait, vous n’avez rien compris.

Hélmiton Prateado est un maçon du 33e degré

1 COMMENTAIRE

  1. La question n’est pas de savoir si la maçonnerie doit soutenir un pouvoir légitimement élu mais si ce pouvoir a été légitimement élu !
    Pour l’élection brésilienne, je n’en sais rien et le rédacteur de l’article non plus.
    Lula est un délinquant corrompu n’ayant échappé à la justice que sur un vice de forme, Mais cela ne prouve rien.
    Quiconque prétend qu’il n’y a pas eu de fraude est simplement un imbécile ou un individu de mauvaise foi. La moindre élection connaît des fraudes.
    La question est de savoir si ces fraudes sont de nature à modifier le résultat.
    C’est le débat auquel je n’ai pas la réponse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles en relation avec ce sujet

Titre du document

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES