jeu 01 décembre 2022 - 20:12

Pour Jean XXIII la Franc-maçonnerie était une des cinq plaies du crucifix

De notre confrère italien lanuovabq.it

Il a dénoncé « les cinq plaies du crucifix d’aujourd’hui » : la démocratie progressiste, l’impérialisme, la laïcité, le marxisme et la franc-maçonnerie. Et puis, quelques jours avant sa mort, déjà à l’agonie, il révéla : « Le secret de mon sacerdoce réside dans le crucifix que tu vois devant moi… »

Avant d’être élu au trône pétrinien et de conquérir le titre de « bon pape », saint Jean XXIII (1881-1963) avait déjà manifesté bien des caractéristiques de son pontificat. Giuseppe Angelo Roncalli, le quatrième de treize enfants d’une famille paysanne, est né à Sotto il Monte (Bergame). Il a grandi avec une grande dévotion à la Sainte Vierge, également grâce à sa proximité avec le Sanctuaire de la Madonna del Bosco, qu’il a défini comme « le sourire de mon enfance, la garde et l’encouragement de ma vocation sacerdotale ».

Il était aumônier militaire pendant la Première Guerre mondiale et aujourd’hui il est le patron de l’armée italienne

(malgré quelques polémiques de la part de ceux qui confondent paix et pacifisme). Dans les années 1920 et 1940, il montra ses talents de diplomate dans les missions apostoliques en Bulgarie, en Turquie et en France. A Istanbul et à Paris, parallèlement à ce que Pie XII a fait au Vatican, il a travaillé pour sauver les Juifs de la déportation, leur fournissant de faux documents, des médicaments, de la nourriture et sollicitant l’aide des rois et des ambassadeurs. En tant que patriarche de Venise, il a révélé toute sa spontanéité, dans les relations avec le peuple, alliée à un zèle pastoral, ce qui lui a fait mettre au centre le sacrement de la Confession : « N’importe qui peut avoir besoin de se confesser et je ne saurais refuser les confidences d’une âme en peine » . Dans la même phase, il définit la démocratie progressiste, l’impérialisme, la laïcité, le marxisme et la franc-maçonnerie « les cinq plaies du Crucifix aujourd’hui ».

Le 28 octobre 1958, il est élu pape à la surprise des fidèles 

Entamant un pontificat qui durera moins de cinq ans, mais avec un retentissement notable. Certains gestes sont célèbres qui ont suscité une vive impression, de la visite d’enfants malades à la visite de prisonniers, jusqu’au soi-disant « Discours de la Lune ». Il fut également le premier pontife après l’unification de l’Italie à quitter les frontières romaines. On se souvient également de lui pour ses rencontres avec des représentants d’autres confessions et religions (des anglicans aux juifs) et pour son rôle de médiateur lors de la crise des missiles cubains, puis il a contribué à sauver le monde de la guerre nucléaire, comme l’athée lui-même, implicitement reconnu dans une lettre de vœux qui lui a été envoyée pour Noël.

La figure de saint Jean XXIII dans l’histoire de l’Église est particulièrement liée à la convocation du Concile Vatican II 

qu’il a annoncé trois mois seulement après son élection et organisé en peu de temps. « Ce qui intéresse le plus le Concile, c’est que le dépôt sacré de la doctrine chrétienne soit préservé et enseigné sous une forme plus efficace », a-t-il déclaré dans le discours d’ouverture articulé du 11 octobre 1962. Il a indiqué que nous devrions combattre les erreurs et annoncer la « doctrine certaine et immuable » avec un langage renouvelé mais toujours clair, selon « cette forme d’exposition qui correspond le plus au magistère, dont la nature est principalement pastorale ». Il a précisé qu’« il faut d’abord que l’Église ne quitte jamais des yeux le patrimoine sacré de vérité reçu des anciens ».

Il mourut le 3 juin 1963, alors que le Concile était en cours

Quelques jours plus tôt, déjà à l’agonie, répondant aux nombreuses personnes qui lui demandaient le secret de son sacerdoce, il disait : « Le secret de mon sacerdoce est dans le crucifix que tu vois devant moi, devant mon lit. Il me regarde et je lui parle ». Il a ensuite ajouté : « J’ai eu la grâce suprême d’être né dans une famille chrétienne modeste et pauvre, mais craignant Dieu, et d’être appelé au sacerdoce. Depuis que je suis enfant, je n’ai pensé à rien d’autre, je n’ai rien voulu d’autre. Ma journée terrestre se termine, mais le Christ vit, l’Église continue ».

Les premiers documents conciliaires furent publiés en décembre de la même année

dans un sillon qui privilégiait généralement « le langage parénétique sur le dogmatique » (selon les mots de Monseigneur Antonio Livi). Néanmoins, elles ont un contenu tel qu’elles ne justifient pas les interprétations indues souvent soutenues – au nom d’un quelconque « esprit du Concile » – par certains courants ecclésiaux enclins à s’aplatir sur la pensée du monde. Des courants actuels encore à l’œuvre aujourd’hui que Benoît XVI, dans son discours du 22 décembre 2005 à la Curie romaine, a désapprouvés, les définissant comme porteurs d’une « herméneutique de la discontinuité et de la rupture ». Il n’est pas rare qu’elle ait pu se prévaloir de la sympathie des médias de masse, et aussi d’une partie de la théologie moderne. De l’autre côté se trouve l’herméneutique de la réforme , du renouveau dans la continuité de l’unique sujet Église, que le Seigneur nous a donnée. […] L’herméneutique de la réforme s’oppose à l’herméneutique de la discontinuité, telle que présentée d’abord par le pape Jean XXIII dans son discours d’ouverture du Concile le 11 octobre 1962 puis par le pape Paul VI dans le discours de clôture le 7 décembre 1965.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES