dim 25 septembre 2022 - 17:09

Le bonheur différé, l’empreinte religieuse qui conditionne la société !

Lorsqu’on observe comment les êtres pensent, vivent et s’organisent, il est classique de retrouver un certain nombre de constantes :

  • Une offre consumériste,
  • Une hiérarchie sociale plus ou moins ouverte,
  • Des modes d’accessibilité aux échelons supérieurs,
  • Un système étatique plus ou moins libéral,
  • Un système religieux plus ou moins homogène.
  • Une société binaire avec deux secteurs formel et informel.

Jusqu’à maintenant, pour un ou une jeune à la fin de l’adolescence l’enjeu était clair : Comment accéder aux échelons supérieurs de la hiérarchie sociale ?

Les réponses peuvent varier en fonction du contexte social et sociétal :

  • Dans les pays développés comme la France, la voie « royale » c’est l’association du patrimoine et du cursus scolaire !
  • Dans un pays sous-développé, le top c’est l’association cursus scolaire et appartenance ethnique !
  • Mais bien sûr d’autres voies d’accès à la hiérarchie sociale existent : le génie, la débrouille, le verbe, le commerce, le vol, la soumission à l’autorité, la religion, sont aussi des éléments de réussite.

La vie sociale suppose une relative paix sociale : c’est le rôle de la religion d’y contribuer !

Sans être une religion, la franc-maçonnerie participe à la mise en œuvre d’une paix sociale au niveau des classes sociales privilégiées. Ce fut d’ailleurs une des raisons qui a présidé à la création de ce qu’on appelle la franc-maçonnerie libérale. Mais en fait les loges maçonniques dites libérales ne concernent que la « upper class » qui va alimenter les dirigeants.

Pour que cette paix sociale permette de supporter les insatisfactions inévitables des classes sociales délaissées par la bourgeoisie et de l’aristocratie, un autre élément était indispensable : cet élément que l’on retrouve aussi bien dans la pensée religieuse que dans l’organisation sociale, c’est ce que l’on appelle « le bonheur différé » !

En religion, on pense naturellement d’abord au paradis qui fait miroiter toutes les douceurs pour celui ou celle qui toute sa vie a enduré les prières, les dons, la soumission et l’assiduité religieuse !

Dans le contexte sociétal, le bonheur différé c’est l’invention de la retraite avec ses systèmes complémentaires qui privilégient les hauts revenus !

Ce sont aussi les congés payés qui permettent de rêver au temps des vacances !

Même si une contestation existe avec l’envie de jouir du temps présent, le bonheur différé est aujourd’hui intégré dans le mode de pensée de la plupart des êtres humains !

La franc-maçonnerie n’échappe pas à la règle : Gloire au travail pour peut-être accéder à l’orient éternel !  Le bonheur différé on le retrouve naturellement dans la notion d’espérance avec l’étoile flamboyante et la lettre G. Mais, contrairement aux religieux de nombreux maçons savent lire les codes et ce qui les intéressent avant tout c’est d’abord la promotion sociale ! Pour les mystiques, la question ne se pose pas, c’est la logique sado-masochiste qui prime !

Peut-on aujourd’hui changer ce mode de pensée et mettre le concept de « bonheur différé » dans les poubelles de l’histoire ?

Oui et ceci d’autant plus que la maison brûle et qu’il n’est plus le temps de procrastiner !

Cela m’apparaît important d’y penser car notre jeunesse n’acceptera peut-être plus longtemps ces jeux de rôle plus ou moins comiques que l’on voit dans certaines loges et dans certains milieux maçonniques où on se gargarise de ragots de salons et de chiens maçonniques écrasés !

Redessiner un modèle de société où on aurait pris conscience que la folie consumériste n’a pas d’autre intérêt que celui d’enrichir les « super-profiteurs » !

Le but de l’existence, c’est bien sûr d’accéder au bonheur, un bonheur intelligent, bienveillant, à vivre aujourd’hui dans la Paix et l’Harmonie où l’argent est d’abord un outil de communication pas un pouvoir et où la sincérité et l’authenticité ne sont pas des vains mots y compris dans les loges !

Alain Bréant
Médecin généraliste, orientation homéopathie acupuncture initié en 1979 dans la loge "La Voie Initiatique Universelle", à l'orient d'Orléans, du GODF Actuellement membre de la RL "Blaise Diagne" à l'orient de Dakar - GODF Auteur sous le pseudonyme de Matéo Simoita de : - "L'idéal maçonnique revisité - 1717- 2017" - Editions de l'oiseau - 2017 - "La loge maçonnique" - avec la participation de YaKaYaKa, dessinateur - Editions Hermésia - 2018 - "Emotions maçonniques " - Poèmes maçonniques à l'aune du Yi King - Editions Edilivre - 2021

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES