jeu 01 décembre 2022 - 22:12

Nancy Muñoz : dans les pas de la franc-maçonnerie féminine au Chili

De notre confrère chilien ovallehoy.cl – Par l’Équipe d’OvalleHOY

Une partie de ses expériences en tant que franc-maçon pendant 45 ans et son expérience en tant que Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine du Chili, font partie de cette interview dans laquelle Muñoz fait également référence au processus constituant, soulignant que la proposition d’une nouvelle constitution « de toutes les voies va être meilleure que celle que nous avons aujourd’hui, qui a été faite par la dictature ».

En 1983, la Grande Loge Féminine du Chili (GLFCH) est née dans notre pays, une institution composée uniquement de femmes et dont l’objectif est que ses membres réalisent leurs aspirations de croissance spirituelle, de recherche de sens et de contribution à un meilleur société. , par l’étude et la réflexion tant individuellement qu’en groupe.

Cette organisation qui se définit comme « initiatique, essentiellement humaniste, philosophique et philanthropique », a captivé de nombreuses femmes dans notre pays au cours de ses 39 années de vie. Cependant, on sait peu de choses sur son travail et ses membres, malgré le fait que ces dernières années , elles ont commencé à avoir une position plus médiatisée.

Pour cette raison, il n’est pas de notoriété publique qu’une ovallina ait dirigé cette organisation pendant deux périodes (1996 – 2000 / 2004 – 2007), occupant le poste de Grande Maîtresse de la Grande Loge Féminine du Chili. Il s’agit de Nancy Muñoz Miranda et l’hebdomadaire Limarí Global, d’OvalleHoy.cl, s’est entretenu avec elle pour en savoir plus sur cette expérience.

Nancy Muñoz est née à Ovalle, a étudié à l’école Amalia Errázuriz, a émigré de la capitale Lima alors qu’elle était en sixième “humanités”, entre 1956 et 1957; sa destination était Santiago, où elle est allée à l’université et s’est mariée. Elle y a étudié le service social, puis a travaillé pendant 43 ans comme assistante sociale dans le système judiciaire, plus précisément dans l’ancien tribunal pour mineurs, aujourd’hui tribunal de la famille. Elle retournait toujours dans son pays natal pendant les vacances, dans la ville de La Silleta, où vivaient ses parents.

Elle appartient actuellement à deux loges féminines à Santiago, Lodge Acacia et Lodge Hipatia.

Comment êtes-vous venu à la franc-maçonnerie ?

Mon mari était maçon, il est rentré de la loge très heureux de commenter les travaux. A cette époque, il y avait des centres pour femmes, où les épouses des francs-maçons pouvaient entrer. C’étaient des temps difficiles, sous la dictature, donc il n’y avait pas de grand développement culturel, on vivait très fermé, et je suis entrée dans les centres pour femmes. Il y avait là d’autres femmes qui formaient la première loge féminine, j’ai donc eu l’opportunité d’être parmi elles en y adhérant en 1977. Je suis maçonne depuis 44 ans.

Comment se sont passées les premières années de la franc-maçonnerie féminine ?

La première loge de femmes a été formée en 1970, mais il s’avère que le coup d’État est arrivé et que le travail a été suspendu pendant un certain temps. Comme dans l’année 1976-77, la loge a été refondée à nouveau et beaucoup de femmes ont commencé à entrer, et d’autres loges y sont nées. À la suite de cela, la Grande Loge Féminine du Chili a été fondée en 1983 et là nous avons grandi de plus en plus, rêvant d’abord, Quand allons-nous atteindre tout le Chili ? Et la vérité est que cela ne nous a pas pris si longtemps, vraiment ce rêve pourrait se réaliser petit à petit. Maintenant, il y a environ 40 loges, nous formons aussi des loges en dehors du Chili, en Argentine, en Bolivie et en Uruguay et les grandes loges de ces pays sont formées par nous.

Ce fut une croissance rapide et cela nous a remplis de joie. Nous nous sommes battus pour le féminisme depuis les années 1970, car les pionnières devaient avoir beaucoup de force, car à l’époque nous vivions dans un monde tellement machiste et elles ont pu former une loge. Maintenant, en regardant cela en perspective, par Dieu, ces femmes étaient courageuses, et c’est grâce à elles que nous pouvons continuer à donner de l’espace à plus de femmes.

Quelle a été votre relation avec Logia Gea, la loge féminine de la ville d’Ovalle ?

La vérité a été très proche, malgré le fait que j’ai été la plupart du temps à Santiago. Je me suis toujours senti ovallina et pour moi, même la nature ici est ce qui me manque.

Que diriez-vous aux ovallinas qui s’intéressent à la franc-maçonnerie ?

Qu’elles soient enthousiastes à l’idée d’appartenir à une organisation comme la nôtre, dans laquelle elles auront un espace de développement personnel, de partage avec d’autres personnes, c’est leur propre espace, et les femmes ont très peu d’espaces, et c’est un espace pour philosopher, en quoi un vrai privilège! Cette terre mérite d’avoir donné aux femmes, avec enthousiasme, une envie d’aller de l’avant, non seulement elles, mais aussi de pouvoir la transmettre à celles qui les entourent, qui s’engagent auprès d’elles, et s’engagent pour la ville qui les abrite.

Quels sont vos souvenirs en tant que Grande Maîtresse de la GLFCH ?

Nous avons eu une rencontre latino-américaine en l’an 2000, une rencontre des Grandes Loges d’Amérique latine venues du Venezuela, du Brésil, de l’Uruguay, de la Bolivie, de l’Argentine. Nous avons été très bien reçues à cette occasion. J’ai beaucoup de souvenirs car j’ai installé la Grande Loge de Bolivie, d’Uruguay, nous avons fait un voyage en France. Il y a tellement de beaux souvenirs qui laissent vraiment le cœur heureux.

Votre vie aurait-elle été différente sans la franc-maçonnerie ?

La franc-maçonnerie fait partie de ma vie, ça fait 45 ans, c’est difficile d’y penser car je suis entrée jeune et les conditions à cette époque étaient différentes, en fait parce que nous vivions dans une dictature, nous étions très limitées.

Comment voyez-vous le processus constituant ?

Malgré tous les regrets, la propagande qui disqualifie tant toutes les tâches des constituants, j’espère et souhaite que nous puissions accepter cette nouvelle constitution, car en tout cas elle sera meilleure que celle que nous avons actuellement, qui a été faite pour le dictature. J’espère que nous pourrons profiter d’un meilleur bien-être, avec une constitution plus favorable.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES