sam 01 octobre 2022 - 16:10

Essais métaphysiques

Ananda K. Coomaraswamy – Textes réunis et traduits par Max Dardevet

L’Harmattan, Coll. Théôria, 2022, 316 pages, 31 €

Présentation de l’éditeur : Cet ouvrage présente pour la première fois la traduction d’essais inédits en français de l’historien d’art et métaphysicien Ananda K. Coomaraswamy (1877-1947). Y sont réunis quelques-uns de ses principaux articles publiés entre 1936 et 1944. Devant l’ampleur des problématiques métaphysiques développées dans cette œuvre, le choix des textes a privilégié certains de ses aspects. Ceci en sachant qu’il s’agit d’un véritable filet où toutes les thématiques sont imbriquées, renvoyant les unes aux autres dans un jeu de miroirs. Dans la perspective comparatiste qui est la sienne, Coomaraswamy montre l’unité sous-jacente des enseignements spirituels des principales religions ; par exemple tout ce qui concerne la transmigration et la réincarnation. Il s’agit donc d’une métaphysique qui s’ouvre aussi sur une psychologie traditionnelle de la connaissance de soi dans le but de préparer ses lecteurs à un éventuel « pèlerinage » spirituel.

Portrait de Coomaraswamy imprimé dans le numéro d’avril 1916 de The Hindusthanee Student

Biographie de l’auteur : Ananda K. Coomaraswamy (1877-1947), né d’un père srilankais et d’une mère britannique, fut un proche de René Guénon, avec lequel il entretint une correspondance abondante et érudite. Historien de l’art et conservateur du Musée de Boston, il a consacré la deuxième partie de sa vie à l’étude comparée des religions, a réintroduit la notion de philosophia perennis et a souligné l’importance des traditions spirituelles, des cultures et des arts traditionnels de l’Orient et de l’Occident, qu’il a contribué à réhabiliter dans l’espoir d’offrir une alternative intellectuelle aux esprits désemparés par le vide spirituel engendré par le monde moderne.

[NDLR : Nous ne savons rien, ou presque, du traducteur Max Dardevet. Nous vous invitons toutefois, si tel est votre désir, à visiter son blog Les Aurores Chantent https://lesauroreschantent.com/wordpress/ où vous retrouvez de nombreuses missives du polyglotte et érudit Coomaraswamy, homme aux multiples facettes – géologue et botaniste de formation, écrivain, critique social, conservateur de musée, collectionneur d’art, et surtout métaphysicien, comme il souhaitait que l’on se souvienne de lui avant tout.

Le livre commence avec la présentation des ouvrages de la collection Théôria qui n’en compte pas moins une soixantaine et se poursuit avec une présentation de la vie d’Ananda Coomaraswamy. Quelques éléments pour une métaphysique traditionnelle nous sont donnés. Effectivement devant l’ampleur des problématiques métaphysiques développées dans l’œuvre de Coomaraswamy : non-être est non-dualité, âme-corps-esprit, angélologie védique, temps et espace, non-manifestation et manifestation, potentialité et acte, forme et accident, aeviternité, etc. D’une grande utilité pour éclairer le lecteur afin qu’il puisse mieux saisir et comprendre celui qui est décrit comme « le théoricien révolutionnaire qui était en grande partie responsable de l’introduction de l’art indien ancien en Occident ».

Après cette introduction que nous devons à Max Dardevet, sont abordées des notions de philosophie, livrant même une étude sur la philosophie ou la sagesse et comment cette dernière considère l’immortalité. Une façon pour le lecteur de mieux appréhender la littérature sacrée de l’Inde.

Portrait d’Ananda Coomaraswamy, publié en 1907

Enfin, le dernier chapitre répondra à la sempiternelle question « Qu’est-ce que la civilisation ? ».

Une bibliographie comprenant les ouvrages de Coomaraswamy, édités en français, mais aussi en anglais, selon des sources indoues, bouddhiques, traditionnelles classiques, chrétiennes et médiévales orientales ou encore quelques essais, permettent ainsi de compléter notre soif de savoir sur la vie et l’œuvre du métaphysicien. Un ouvrage offert comme un véritable apprentissage de l’enseignement de Coomaraswamy.

L’illustration de la première de couverture est une photographie d’Ananda Coomaraswamy prise par le photographe américano-britannique Alvin Langdon Coburn (1882-1966), un des riches contributeurs au pictoralisme, mouvement esthétique international, alors qu’il vivait avec le sujet aux États-Unis.

Concernant la Collection Théôria, dirigée par Pierre-Marie Sigaud*, avec la collaboration de Bruno Bérard**, elle prend la suite de la collection Delphica dirigée aux éditions l’Âge d’Homme par Pierre-Marie Sigaud pendant une quinzaine d’années.

Elle se propose de rendre compte du phénomène religieux et de ses multiples expressions en publiant des ouvrages conjuguant le souci de répondre aux exigences de rigueur intellectuelle et scientifique qui sont celles de la recherche universitaire moderne à une perspective éclairée par la philosophia perennis, cette doctrine métaphysique qui est seule susceptible de redonner tout son sens au fait religieux et de le rendre pleinement intelligible aux esprits modernes. Dans le contexte actuel de sécularisation et d’agnosticisme généralisé, il n’est pas de tâche plus urgente. Tel est l’esprit dans lequel les auteurs de la collection, chacun selon l’orientation qui lui est propre, abordent les divers domaines où peuvent s’articuler les rapports de l’homme au sacré, à la religion et aux réalités transcendantes : anthropologies et cosmologies traditionnelles, symbolisme, eschatologie, philosophie et théologie de l’histoire, art sacré, et même littérature envisagée dans sa dimension métaphysique et spirituelle, voire « prophétique ».

* Pierre-Marie Sigaud, professeur de lettres françaises au collège Honoré de Balzac à Albi, dans le Tarn, romaniste et germaniste de formation, a été directeur de la collection Delphica aux éditions L’Âge d’Homme de 1990 à 2006. En 2007, il a créé aux éditions L’Harmattan la collection Théôria qui reste fidèle à l’esprit de la collection précédente et poursuit la même ligne éditoriale. Il a publié ses premiers articles au début des années 1980 dans les pages littéraires du quotidien Libération, dirigées alors par Emmanuel de Roux. Membre du comité de rédaction de Connaissance des religions et de Politica hermetica, il est l’auteur d’un dossier qui fait autorité sur René Guénon (Dossier H, l’Âge d’Homme, 1984). Il collabore également à plusieurs revues dont Catholica.

** Bruno Bérard, auteur et directeur de collection chez L’Harmattan, se confie volontiers sur https://www.les-philosophes.fr/ – accélérateur de lecture.

Pour manger. À 60 ans, je termine une carrière de cadre dirigeant dans l’industrie à l’international (pour des groupes français, suisses, allemands et américains) comme consultant en stratégie industrielle et commerciale (pour des groupes américains, anglais, français et italiens), principalement dans l’aéronautique mais aussi dans la régulation thermique.

Pour vivre. Depuis une quinzaine d’année, dirigeant bénévolement plusieurs collections chez L’Harmattan, j’ai fait éditer une cinquantaine d’ouvrages français et des traductions, essentiellement philosophiques (métaphysique, religions, ésotérisme traditionnel), de Jean Borella, Robert Bolton, Frithjof Schuon, Gilbert Durand, François Chenique, Wolfgang Smith, Kenryo Kanamatsu, Françoise Bonardel, etc.

Cette situation m’a permis de diriger des ouvrages collectifs tels que Qu’est-ce que la métaphysique ? (2010), Métaphysique des contes de fées (2011), Métaphysique et psychanalyse (2013) et, après sept ans d’efforts, Physique et métaphysique publié en même temps en France et aux États-Unis (2018). Depuis les années 90, j’écris des livres, principalement sur les religions et une philosophie de la connaissance – le premier n’ayant été publié qu’en 2005. Par ailleurs, j’assiste bénévolement des jeunes entrepreneurs à créer ou développer leurs activités (restauration, conseil, risques psycho-sociaux, etc.).]

Yonnel Ghernaouti
Retraité, Yonnel Ghernaouti a fait l’essentiel de sa carrière dans une grande banque ancrée dans nos territoires. Petit-fils du compagnon de l’Union Compagnonnique des Devoirs Unis Pierre Reynal, dit « Corrézien la Fraternité », il s’est engagé depuis fort longtemps sur le sentier des sciences traditionnelles et des sociétés initiatiques. Chroniqueur littéraire et membre du bureau de l'Institut Maçonnique de France, il collabore à de nombreux ouvrages liés à l’Art Royal et rédige des notes de lecture pour « La Chaîne d’Union », revue trimestrielle d'études maçonniques, philosophiques et symboliques du Grand Orient de France. Initiateur des Estivales Maçonniques en Pays de Luchon, il en est le Commissaire général.

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES