mer 10 août 2022 - 09:08

Sorcellerie sur le Mont Sainte-Odile

De notre confrère autour-du-mont-sainte-odile.fr

La montagne qui domine Obernai et Rosheim porte le souvenir d’Odile, petite fille, née aveugle, qui recouvre la vue lors de son baptême. Les couvents de Hohenburg et de Niedermunster, les chapelles Saint-Jacques et Saint-Nicolas, le prieuré de Saint-Gorgon sont les lieux emblématiques de la vie légendaire de la sainte alsacienne.

Sorcellerie sur le Mont Sainte-Odile

Pourtant, le Mur Païen nous rappelle que bien avant l’existence des couvents, le Mont était déjà occupé. Que là-haut, tout n’est pas catholique. Nous vous proposons aujourd’hui une courte promenade à l’extrémité nord du plateau, sur la Hexenplatz : haut-lieu de sorcellerie ?

Hexenplatz, le plateau des fées

La dénomination locale de cet endroit insolite est donc ‘Hexenplatz’. Mot à mot, la place des sorcières. On trouve aussi le nom moins inquiétant et plus francophone de ‘plateau des fées’. Des réunions étranges se seraient tenues là-haut, des rites effarants où le diable avait sa place. Bigre !

Que trouvons-nous là-haut ? Nous sommes sur la crête qui domine la plaine à mi-chemin entre des sommets de l’Elsberg et du Mont Hohenbourg. A cet endroit, la forêt est mixte, aux résineux et aux chênes se mêlent aussi les bouleaux. L’endroit n’est guère accessible aux machines et les forestiers ne sont pas montés là-haut depuis des lustres déjà. L’atmosphère est vraiment singulière.

Sorcellerie sur le Mont Sainte-Odile
Sorcellerie sur le Mont Sainte-Odile
Sorcellerie sur le Mont Sainte-Odile

Partout, comme ailleurs sur le Mont, le grès affleure. Mais à cet endroit l’érosion a pris une forme originale ; les blocs sont comme éclatés, ils forment une structure qui me rappelle les lapiaz du sud de la France, ces roches calcaires creusées par les eaux. Mais il s’agit ici de grès rose, et ce n’est pas le ruissellement qui a érodé la roche de cette façon.
Autre particularité, de nombreuses roches portent des cupules, ces bassins situés au dessus du rocher et qui recueillent l’eau de pluie. Voyons un instant la définition du mot cupule : ‘ une cupule est un pétroglyphe constitué d’une dépression circulaire ou ovale effectuée par l’homme à la surface d’un rocher naturel.’. A la Hexenplatz, la densité de cupules est exceptionnelle. Vous en trouverez près d’une centaine, de toutes tailles. Si le cercle est le plus courant, toutes sortes d’ovales et de formes plus variées coexistent.

Roches à cupules de la Hexenplatz
Roches à cupules de la Hexenplatz
Roches à cupules de la Hexenplatz
Roches à cupules de la Hexenplatz
Roches à cupules de la Hexenplatz
Roches à cupules de la Hexenplatz

Roches à cupules de la Hexenplatz

Au centre du plateau des fées, sur le rocher le plus important, un bassin attire bien évidemment l’attention : la vasque de forme allongée est de dimensions conséquentes. Un humain peut aisément s’y allonger et s’y baigner. (Si vous êtes tentés d’essayer, vous devrez attendre l’automne : l’endroit est totalement sec aujourd’hui.)

La grande vasque de la Hexenplatz
La grande vasque de la Hexenplatz

La grande vasque de la Hexenplatz

Depuis bien longtemps, cette vasque a étonné les randonneurs : témoin cette photographie prise en 1902 !

La vasque, carte postale publiée en 1902

La vasque, carte postale publiée en 1902

L’atmosphère et l’isolement du lieu,ces roches étonnantes, cette vasque cernée d’autres rochers à cupules…. Tous les ingrédients sont présents pour titiller les imaginations : c’est ainsi que certains ont parlé de sorcières et de baptêmes sataniques.
Nous préférerons y voir un endroit aimé et respecté de nos anciens, un lieu magique où il fait bon marcher le soir, seul, au fond des bois.

Note : pour les amateurs de cupules, nous conseillons également le Mollberg, au dessus de Mollkirch et le Mont Saint-Michel, au dessus de Saverne.

Le kiosque de l’Elsberg

A proximité de nos roches à cupules, l’Elsberg propose un point de vue exceptionnel sur la plaine d’Alsace. Le promontoire est situé à quelques minutes de marche du plateau des fées. Un kiosque doté d’une large baie offre au randonneur un bel abri pour le pique-nique.

Photographies par drone au niveau du kiosque de l'Elsberg
Photographies par drone au niveau du kiosque de l'Elsberg
Photographies par drone au niveau du kiosque de l'Elsberg

Photographies par drone au niveau du kiosque de l’Elsberg

Le kiosque a été érigé en 1881, au tout début du Club Vosgien. A cette époque, le sommet de l’Elsberg n’était pas cerné par la forêt et le kiosque était dégagé, visible de toutes parts. Ces dernières années, les châtaigniers avaient totalement cerné l’abri et la vue s’était fort restreinte. A la demande des ‘Amis du Mont Sainte-Odile’, les forestiers ont effectué une coupe sous le rocher sommital, et ainsi rouvert le panorama. Merci à eux !

Le kiosque de l'Elsberg, cartes postales anciennes
Le kiosque de l'Elsberg, cartes postales anciennes
Le kiosque de l'Elsberg, cartes postales anciennes

Le kiosque de l’Elsberg, cartes postales anciennes

Sur une de ces photographies du début du XXème siècle, vous pouvez discerner le bel abri sous roche situé sous le sommet. (article dédié à paraître prochainement sur notre site)

Le mont Hohenbourg : Hohenburgerberg

Sur le chemin du retour vers le couvent , n’hésitez pas à gravir quelques mètres pour passer au sommet du Mont Hohenbourg. Là aussi, la vue sur la plaine est magnifique. Du rocher escarpé, le regard porte sur Strasbourg, la plaine, la Forêt Noire. En vous penchant, (pas trop), vous découvrez l’immense site de la carrière de Saint Nabor, d’où on extrayait une roche très dure utilisée pour les routes et le ballast des voies de chemin de fer.

Photographies par drone, au dessus du mont Hohenbourg
Photographies par drone, au dessus du mont Hohenbourg
Photographies par drone, au dessus du mont Hohenbourg

Photographies par drone, au dessus du mont Hohenbourg

Juste au dessus de la carrière, le Couvent du Mont Sainte-Odile ! Bonne balade sur les chemins entretenus et balisés pour vous par les ‘Amis du Mont Sainte-Odile’.

Sorcellerie sur le Mont Sainte-Odile

Sources

La plupart des cartes postales anciennes présentées sont tirées de l’ouvrage ‘Album Mont Sainte-Odile, Gruss aus St. Odilienberg’ d’Alphonse Troetsler et Jean-Marie Le Minor, paru en 2016

Illustrations

  • Photographies aériennes (et autres), Etienne Fritsch, EtF
  • Schémas, PiP
Le couvent du Mont Sainte-Odile, vu du Mont Hohenbourg

Le couvent du Mont Sainte-Odile, vu du Mont Hohenbourg

Articles en relation avec ce sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESEAUX SOCIAUX

1,200FansJ'aime
105SuiveursSuivre
200AbonnésS'abonner

Abonnez-vous à la Newsletter

DERNIERS ARTICLES